Category: Violence, agression et intimidation


Est-ce normal que mon beau-frère me fasse des avances lorsqu’il ...

Bonjour, Je vous envoie cette "question" sans savoir si je m'adresse à la bonne plateforme mais je suis un peu perdu et je n'ai personne à qui en parler... Je vais essayer d'être brève, ma mère c'est remarié il y a quelques années et honnêtement tout se passe bien avec ma nouvelle famille, mon beau père à plusieurs enfants dont 1 en particulier ayant 5 ans de plus que moi (J'ai 20 ans). Nous avons toujours été complice et même si nous n'avons pas grandis dans le même foyer (n'étant pas chez ma mère) je l'estime comme mon frère et je pensais qu'il m'estimais comme sa soeur. Même si il a toujours étrangement réfuté ce terme, pour lui nous ne sommes pas de se lien et quand le sujet revient sur la table, il reprise toujours que nous n'avons pas de sang en commun et que ce terme n'est pas le juste, je prenais ça pour du chipotage en soi après tout nous avons tous des manières différente de voir nos liens avec les autres. Je vis maintenant chez ma mère et mon beau père mais lui n'y vie plus, il passe de temps en temps chez nous pour rester dormir et ce qu'il faut surtout savoir c'est qu'il a un réel problème avec l'alcool, il souffre d'un alcoolisme très fort pour son âge. Il y a maintenant 2 ans à peu près, lors d'un repas de famille il avait beaucoup bu (tout le monde à vrai dire), nous avons danser et cela c'est transformé en accolade puis plusieurs bisous sur la joue mais c'était fait de manière plutôt étrange et même mon beau père lui a dit de ce calmer. Etant donné qu'il avait beaucoup bu, j'ai fait abstraction, j'ai passé ma vie entouré d'alcoolisme alors je pardonne facilement le comportement des gens sous cette substance. Etant distant de nature, je me suis dit que l'alcool l'avais complètement déshinibé et qu'il avait mal géré la situation. N'étant pas quelqu'un de nature tactile, je sais que ce qui peut paraître dérangeant pour moi et souvent un geste banale et anodin pour d'autres. Fin bref, les mois passe, et il revient dormir à la maison car il a une soirée avec des amis près de chez nous. Il rentre tard, bourré, et il a donc le réflexe de venir me voir dans ma chambre pour rigoler, je vois qu'il a du mal a marché et à parler et je me décide donc de venir l'aider à faire son lit (il n'y serais jamais arrivé). Une fois le lit fait, il s'assois sur le lit, m'attrape par le bras et me fait assoir sur lui de manière très étrange et honnêtement, très sexuelle suivis d'un "viens par là" et je me retrouve un bref instant tétanisé et par je ne sais quelle chance, le pied du lit se casse me permettant directement de passer à autre chose et de faire comme si de rien n'était. Je ne voulais pas être parano, j'en ai donc parlé à une amie pour savoir si je devais douter de la façon dont me percevais, mon frère (à mes yeux en tout cas), celui que je connais depuis que je suis enfant. Elle a trouvé ça étrange elle aussi. Comme l'autre fois, sans preuve cuisante et évidente, dans le doute, j'ai préféré me dire que j'était parano. Surtout que plus rien ne c'était passé d'étrange, les fois ou je le voyais rien de bizarre et tout se passais bien, je reprenais confiance. Mais se soir, même scénario, il est rentré bourré, est venu me parler vite fait en me disant qu'il était torché, voix pâteuse, tête qui penche, du mal à marché, la totale. Je lui souhaite bonne nuit, il pars puis reviens 2 minutes après pour me demander de l'aider à faire son lit. Au moins 9 mois s'étant écouler depuis le dernier incident j'avais en tête que je devais être parano, une partie de moi ce disais si il ne se passe rien cela prouve que tu était parano et si il essaye quelque chose cela prouve que tu ne l'était pas et de toute façon je ne comptais pas le laisser dans la merde. Je vais donc l'aider, je fait son lit, il me remercie par un câlin qui m'a parue simplement amicale. Sur le point de partir pour le laisser dormir, il m'attrape par le bras et m'allonge sur lui, puis il pose sa main sur le haut de ma cuisse limite fesse et me dit "t'es mignonne". Je me retrouve tétanisé un bref instant et me défait de son emprise, il essaie de me tirer vers lui mais n'a aucune force je pars et lui dit qu'il est temps de dormir, j'ai eu le droit à un ironique "ohh t'es méchante". Je vais dans ma chambre et 2 minutes après il revient me redisant que j'était méchante et je lui dit froidement d'aller dormir ce qu'il a fait. Bon. Si j'écrit tout ça c'est parce que ma tête est rempli de question et je ne sais pas à qui parler...Déjà, est ce que c'été des avances ou je suis parano ? Est ce que le fait qu'il sois bourré le fait vouloir sauter sur tout ce qui bouge ou réveille une pars sombre de "désir" envers sa soeur(par alliance)? Est ce que je dois m'en inquiéter ? Est ce normal ? Est ce malsain qu'une partie de moi voulez avoir la réponse même si cela voulais dire que je devais subir une situation gênante ? Est ce que l'alcool est coupable de tout ça ou une partie de lui est quand même problématique? Bref, je suis désolé pour ce pavé et je ne sais même pas si mon explication était claire, J'espère juste que vous aurez des réponses à mes questions, Merci d'avance alterheros


J’ai plusieurs questions concernant l’ouverture dans un couple, l’identité de ...

Bonjour! Je vous écris pour éclairer plusieurs questionnements que j'ai ces temps-ci. Cela fait 2 ans que je suis en couple avec un homme, donc en relation hétérosexuelle. Nous habitons ensemble depuis 8 mois et notre relation s'est majoritairement formée en pleine pandémie. Nous étions donc toujours ensemble pour éviter de propager le virus à nos proches. Jusqu'à maintenant, tout se déroule bien, mais je ne peux pas m'empêcher de ressentir le besoin de former de nouvelles connections intimes avec plus de gens. Avant cette relation-ci, j'ai été deux ans célibataire et avant cela j'étais en couple ouvert. C'est la formation amoureuse qui m'a le plus fait grandir et dans laquelle je me sentais le plus libre, car il y avait beaucoup de communication et de place à la créativité. Malheureusement, mon partenaire actuel, bien que je l'aime de tout mon coeur, est disons très straight (blanc,cis,aisé). Il vient d'un milieu très conservateur où tout le monde a un parcours de vie qui ressemble au jeu "Life". Mon parcours de vie ressemble plutôt à un épisode de Degrassi. J'aimerais avoir des conseils sur comment ouvrir une discussion avec lui sur l'ouverture dans un couple, afin de reconnecter avec la partie de moi qui est plus aventureuse. Mon deuxième questionnement vient de mon identité de genre. J'ai lu beaucoup d'ouvrages sur la question, dont le classique "Trouble dans le genre" de Butler et ait une solide base en théorie féministe. Je suis donc, je crois, bien informée sur la question. Je ne suis cependant pas certaine de savoir comment m'identifier. J'ai un style plutôt féminin, mais j'aime aussi avoir l'air plus androgyne. Je ne me suis jamais sentie 100% femme et ni 100% homme. Pour moi, ce ne sont que des constructions sociales. Je perçois également mon corps de femme comme une sorte de prison, car il me rend sujette à plus de discrimination en société. Mes amis de gars me perçoivent comme l'un des leur, car j'emprunte leurs codes d'expression depuis longtemps. Je me rappelle d'avoir pensé à un très jeune âge: "c'est plus facile d'être un garçon, agit comme eux". J'aimais les activités qu'on associait aux hommes, alors c'était plus facile de me joindre au "boys club". Si tu veux jouer aux jeux vidéos, kicker des ballons ou prendre une bière, appelle ton bon chum Mel. Mes interactions avec les femmes, elles, étaient plus difficiles. J'ai toujours eu de la difficulté à exprimer mes émotions. L'émotivité c'est pour les femmes. Et j'étais mieux que ça. C'est ce que je pensais avant. Maintenant, j'ai déconstruit mon antiféminisme internalisé et mon rapport avec les hommes et avec les femmes est sain. La seule chose malsaine, c'est que je ne sais pas comment vivre mon identité (agenre peut-être ?) en dehors du cadre sociétal actuel. Je ne ressens pas le besoin de me faire appeler iel, mais j'aimerais ne pas être automatiquement associé à "femme". Je ne sais pas si vous pouvez m'aider à démystifier tout ça. Plusieurs personnes de mon entourage me demandent:"Ça change quoi?". Et sincèrement, je ne sais pas quoi leur répondre, hormis que je me sentirais plus moi-même si je savais comment exprimer mon genre. Dernière question. J'ai subi 3 agressions sexuelles dans ma vie. Dont deux cette année. Depuis celles de cette année, je n'aime plus mes seins. Ils sont le symbole de ma vulnérabilité. Je rejette ma culpabilité sur eux. Sans eux, mon corps n'aurait pas été touché par des inconnus. Ils ne sont même pas proéminents (j'ai un corps mince et petit), mais ils me dégoûtent quand même. Je ne sais pas quoi faire pour les trouver beaux à nouveau. Merci.


Est-ce que mes questionnements sur mon identité de genre sont ...

Bonjour, j'ai découvert récemment en thérapie (que j'ai du arrêter à cause de manque de fonds), que je fais de la dissociation à cause de traumas sexuels vécus à l'enfance. Donc pour ce qui est de la partie génitale, la dissociation est parfois beaucoup plus grande que celle que je vie en général psychologiquement. C'est tellement intense, que souvent j'ai le gout d'avoir un pénis. Juste comme fuck le vagin. Comment faire pour comprendre psychologiquement si ce que je vie est plutôt relié aux traumas ou bien à un questionnement d'identité de genre? Si j'ai pas envie d'être un homme non plus. Et aussi, il y a des jours ou je suis ben correcte d'avoir un vagin, mais que j'ai pas le gout d'être perçue comme une femme. Mais des fois j'ai le goût d'être ultra féminine aussi...C'est des vagues d'émotions ben contradictoire en constance, et ce des fois plusieurs fois dans la même journée. Giny



Est-ce que je préfère le porno homo en raison d’un ...

Bonjour je suis mère de 2 enfants je me suis mise à lire des manga hétéro mais aussi gay uniquement avec les hommes mais je n'ai pas l'habitude de regarder du porno hétéro je me suis mise mais cela a juste un peu d'effet sur moi mais quand je regarde du porno gay sa me fais plus d'effets et sa tourmente un peu sur ma sexualité car je ne suis pas attirer par les femmes même si parfois mais yeux tombée dessus mais c'est plus pour les hommes que je suis attirée je ne c'est pas si c'est du a un blocage en étant enfant car j'ai été abuser mais cela me marque jusqu'à présent mais comme je suis une femme qui acceptent qu'un partenaire je suppose que c'est juste un fantasme mercredi de bien vouloir me conseiller svp Mayou



J’ai vécu de l’intimidation lesbophobe. Comment m’en remettre?

Bonjour, j’aimerais vous parlez d’un sujet qui me tracasse depuis quelques temps. Pour commencer je me suis toujours remise des insultes qu’ont me disait sauf que là, je n’y arrive pas et je ne veux pas inquiéter mes parents donc je préfère ne pas leurs en parler. Il y a quelques temps des garçons m’ont écrit sur Snapchat pour m’insulté, bien sûr leurs remarques ne m’atteint pas, sauf une. Un des garçons m’a écrit à plusieurs reprise “Tu devrais te suicider sale lesbienne” ou “j’espère qu’une voiture t’écrasera et te ratera pas” bref des trucs de ce genre et j’ai essayé d’oublier, mais fuir ne m’a pas aidé donc je suis allé voir la surveillante de mon école qui est censé s’occuper des ces choses là. Comme je m’y attendais elle m’a dit de désinstaller l’application et de ne plus toucher à mon téléphone, mais mon téléphone n’est pas le problème, si je suis allé la voir ce n’était pas pour qu’elle me dise de ne plus toucher à mon téléphone mais pour qu’elle me donne de l’aide parce que mon mental en a pris un sale coup. Donc ma question est la suivante, comme je pourrais m’en remettre sans avoir à en parler?



Comment vivre avec les mauvais souvenirs liés à des attouchements ...

Bonjour, je vous contact car premièrement je ne sais pas vers qui me tourner pour en parler et deuxièmment en parler me libererais déjà d'un poids. Cette année j'ai eu 30 ans, comme beaucoup d'entre nous ont s'est tous remis en question avec le confinement. Il m'est revenu un mauvais souvenir d'enfance, mon père posait la main sur mes fesses lors du coucher, (je ne me souviens pas trop de l'âge 8-10ans) je me sentais gêné donc je me retournais pour éviter qu'il le fasse il a donc finit par arrêter de le faire. Je lui en ai parlé récemment mais nie les faits, et je ne veux pas lui en reparler, pour ne pas empirer la situation de la famille. Tout cette histoire m'a fait rappeler un autre souvenir d'enfance ou j'ai moi même toucher les fesses d'une fille (la soeur d'un ami encore aujourd'hui) sans son consentement, de ce que je me souviens ce souvenir était après l'épisode avec mon père. Aujourd'hui j'ai un poids très lourd de culpabilité. Dès qu'il y a le sujet atouchement sur quelquonque media ses mauvais souvenir refont surface et me prennent une bonne partie de mes pensées. (Pour l'annedocte il y avait a la TV le film Polisse, au bout de 3min j'ai pas pu continuer j'ai changé de chaîne.) Ma question est la suivante: Comment puis-je vivre avec ces mauvais souvenir ? Thomas



Je subis du harcèlement homophobe à l’école… Je ne sais ...

Salut Je suis un garçon et jai 13 ans et je subis du harcèlement à l'école depuis plus d'un ans. On se moque de moi tous les jours de mes habits de mes lunettes de ma coiffure de mon comportement de mes chaussures de mes parents de mes soeurs .... Tout y passe. Certains mecs prennent mes 2 soeurs pour des prostituées et j'ose même pas défendre leur honneur je me sens tellement faible et nul. Ces insultes contre mes soeurs ne se font jamais dans leur présence. Mais ça me fait très très mal. Mais je suis tellement faible que tout le monde me marche dessus et dur ma famille et je me sens très coupable de ne pas être capable de me défendre. Je me prends aussi des insultes sale pd, pédale etc. Je le vis très mal. J'ose plus rien et j'ai très peur. En cachette je me sens attiré par certains garçons à l'école on va dire que la relation homosexuelle m'excite sexuellement, je peux pas le contrôler mais je me sens moins que rien pour les filles. Je me perçoit comme un sous homme, comme un sale pd à cause des insultes, j'ai en horreur mes attirances et j'arrive pas à séduire les filles et j'ai l'impression de devenir homo par défaut à cause des autres parce que être gay c le mec rejeté par les filles et moi j'arrive pas à séduire les filles alors que j'ai tjrs éprouvé une attirance pour les garçons. Et je sais pas si devenir gay est en train de me rendre aussi faible face aux autres, j'ai plus en plus l'impression qu'être gay me transforme en gros faible J'ai beaucoup d'envie pour les garçons et c'est invivable d'avoir ces envies, je dois toujours faire attention que personne ne se rend compte que je peu tombé amoureux d'un homme. Je vis plus. Je voudrais ne plus avoir d'attirance pour les hommes. Je continue à me forcer sur mes attirances mais je n'ai pas le contrôle sur ces attirances comme je n'ai aucun contrôle sur ces faux amis qui me harcèlent et j'ai parfois des envies suicidaires car je ne contrôle rien dans ma vie. Je sais plus quoi faire.



Quels liens y a-t-il entre la maltraitance à l’enfance et ...

Bonjour Désolé pour mon très long texte. Je voudrais savoir si les maltraitances psychologique et physique subits durant mon enfance et mon adolescence peuvent avoir une influence sur mon orientation sexuelle et romantique et sur mes comportements amoureux et mes attirances et mon incapacité à arriver à séduire les femmes... Y a t il des études à ce propos ? Parce que des filles m'ont déjà dit qu'elles me trouvais mignon et donc c'est pas un problème de physique pour moi, même si je doute tt le temps de mon physique. J'ai 25 ans et j'ai du mal à me reconstruire Et je suis jamais sorti avec une personne j'ai jamais eu de relations sentimentales et encore moins sexuel. Je me sens incapable de séduire une femme et je crois que c'est très lié à mon enfance. Je suis tiraillé entre une recherche permanente d'affection de la part des femmes et mes fantasmes homosexuels qui sont apparus des le début de ma puberté et qui sont devenus très forts et omniprésents en moi. A 100% on va dire pour mes fantasmes homosexuels. Mais m'imaginer dans une relation amoureuse avec un autre homme me fait souffrir, je sais pas si c'est en lien avec mon enfance, mais pas une relation amoureuse avec une femme. En fait je voudrais des relations sexuelles avec des hommes et sans plus et des relations affectives, amoureuses et sentimentales avec des femmes. Et puis je crois que je suis à la recherche d'une validation sociale par les femmes et donc je suis pas sûr si ma recherche d'affection auprès des femmes est bien honnête parce que j'ai lu que c'était pas bien de sortir avec une femme si on se sais gay mais bon je suis pas sûr pour moi. Puis j'arrive pas à tisser des liens avec les autres et j'ai l'impression que je vais rester toute ma vie comme ca seul et sans personne pour m'aimer. donc c pas grave si je sais pas pour mon orientation. Déjà je ne vis plus aucune maltraitance et je n'aurai jamais cru que ça allait s'arrêter un jour quand j'étais ado. La je recherche des partenaires sexuel gays mais je me sens très mal de le faire, ça fait résonance avec mon adolescence et je sais pas pourquoi. Enfin voilà est ce que des maltraitances peuvent faire devenir gay ou empêcher d'être hétéro ou elles ont juste un impact sur ses relations avec les autres enfin c très compliqué dans ma tête et je suis perdu depuis que je vis seul et je commence enfin envisager des relations sentimentales avec d'autres personnes. Enfin y a t il des moyens à ne plus être refermé sur soi même, je suis très timide et très maladroit dans mes relations et j'ai tendance à ne pas vouloir sortir avec les autres à cause de mon malaise et mon anxiété sociale avec les autres. Je n'ai pas les codes sociaux des autres c'est l'impression que j'ai, être toujours à côté de la plaque avec les autres sauf avec 2 ou 3 potes masculins. J'ai juste trouver comme truc ppur sortir de mon isolement avoir des relations virtuelles avec des mecs gays en recherche de relations sexuelles. Mais parfois je voudrais savoir ce que ça fait d'aimer une femme et que cette t'aime, ça à l'air vraiment très beau quand je vois certains films ou des couples autour de moi. Je suis parfois aussi tenté par les femmes prostituées pour ne plus avoir honte d'être vierge à mon âge , mais comme je suis en recherche affectif avant tout avec 7ne femme je sais pas si c'est une bonne chose pour moi. Enfin voilà si vous pouviez partager des études sur la maltraitance et son influence sur l'orientation, la sexualité et l'anxiété sociale des personnes qui en sont victimes . peut être ça pourrait m'aider. Enfin penser vous qu'une psychologue pourrait m'aider et c possible de parler d'orientation sexuelle et romantique avec une psychologue quand elle n'est pas vraiment hétérosexuelle.