Category: Santé mentale


Je suis atteint du Syndrome de Münchhausen, est-il possible que ...

Bon bon bon… Je vais aller droit au but, je suis atteint du Syndrome de Münchhausen, est-il donc possible que je simule ma transidentité pour attirer l’attention ? Le fait est que si c’est c’est possible, maintenant j’aime de plus en plus l’idée d’être une femme. Mais je ne sais pas, quand je le dit aux gens ça me fait la même sensation que quand je leurs faisaient croire que j’avais des troubles mentaux…


Mon père est décédé et je n’ai jamais pu faire ...

Salut, J’aimerais savoir comment je peux arrêter de me sentir coupable? j’ai jamais réussi à faire mon coming out à ma famille bien que je sais qu’ils seraient tres correct avec le fait que je sois homosexuel je ne ressens pas d’homophobie venant deux, maigres tout J’arrive pas trop à l’avouer. Le 2 avril 2022 mon père est décédé d’une crise cardiaque. C’était inattendu. Je suis dévasté car je ne lui est jamais avoué mon orientation sexuelle et j’ai l’impression que je n’est jamais été véritablement moi avec lui. Réaliser tout ça alors que je sais qu’il m’aurait pleinement accepté me fais énormément mal.. j’aimerais tellement arrêter de m’en vouloir.


J’ai du mal avec mon orientation sexuelle. J’aimerais être en ...

Bonjour, j’ai 16 ans et j’ai vraiment du mal avec mon orientation sexuelle c’est dernier temps. Lorsque je vois un beau garçon dans mon entourage je n’arrête pas de le regarder et je ne peux pas lui demander des questions pour en savoir plus sur lui. En fait je suis très timide et malheureusement sa me fait très mal et à la fin de chaque journée quand je suis tout seul je me met à pleurer. Ça me tente vraiment être en couple mais je suis incapable de faire le premier pas. En se moment je me s’en seul de vivre sa. Est-ce que je pourrais avoir plus de conseil ou des commentaires constructifs. ( vous pouvez me publier ma question)



Pourquoi j’ai ces pensées homosexuelles que je n’arrive plus à ...

Rebonsoir ,je veux juste vous poser cette question:pourquoi je me sens mal à l’aise au côté de mes amis et il y’a une sorte d’idées qui me disent de les embrasser et ça me perturbe beaucoup â l’école et je veux que vous m’éclairer à ce sujet🙏🏽Et quand je fais une activité je regarde partout pour voir si une personne me voit comme gay à cause de mes mauvaises expériences avec des hommes et quand je vois un garçon attirant j’ai peur de le regarder dans les yeux et plein de pensées homosexuelles me viennent à la tête et que j’arrive plus à contrôler et j’ai un drôle de comportement et je me sens un peu trop faible pour aborder une femme est ce c’est parce que j’ai pas un très bon régime alimentaire qui fait que je me sens si faible et j’ai un trouble de comportement à chaque que je remarque que je suis en train d’être observé et je change de marche et mon estime de soi baisse et je veux juste savoir si ce sont des pensées intrusives ou pas afin de mettre fin aux doutes et je veux juste que ses pensées s’en aillent parce que je me sens mieux sans elles


Est-ce normal pour un homme de pleurer depuis que j’ai ...

Bonjour, Voilà je viens d'admettre que je suis gay récemment en psychothérapie parce que je me suis retrouvé pied au mur et en détresse psychologique face à mon homosexualité. Le matin au lever ou le soir, je me mets à pleurer parce que je suis gay depuis toujours, depuis que j'ai l'âge de 11 ans. Je fus même très gay durant mon adolescence, mais je ne suis jamais arrivé à l'admettre, j'ai fait comme si j'étais hétérosexuel pendant toute ma vie alors que je savais et j'étais pleinement conscient que j'étais homosexuel au fond de moi. C'est émotionnellement très dur parce que cette homosexualité a toujours fait partie de moi et n'a jamais voulu me lâcher et m'épargner et n'a pas arrêté de reprendre le dessus sur moi alors que j'ai toujours voulu être hétérosexuel .... Est-ce normal de pleurer pour un homme depuis que j'ai admis mon homosexualité ? Est ce que ça va passer ? Et au bout de combien de temps ?


Je suis un mec trans et j’aime quelqu’un qui est ...

Bonjour, Je suis un mec trans et j'aime qlq qui est lui aussi trans, mais ca ne va pas très fort dans sa vie ni sans la mienne, je tiens à préciser que l'on est pas ensemble puisqu'aucun de nous n'en a envie (meme si l'on sait tout deux que l'on s'aime mutuellement) , ça ne va pas très fort dans sa vis ni dans la mienne, et je me suis énervé après une très mauvaise journée et depuis l'on ne se parle plus même si je me suis milles fois excusé, il me manque, comment faire ?



Pouvez-vous m’éclairer concernant les habitudes de sexualités et de consommation ...

Bonjour, Je traverse une situation assez complexe. Mon récemment ex petit ami, a une forte addiction à la cocaine. Je l’ai découvert récemment en flairant mensonges et incohérences et en découvrant des dizaines de pages de chat, de plateformes, d’inscription à des pages porno etc… Ça faisait à présent 3 mois que nous étions à distance (remplacement professionnel oblige, j’étais partie temporairement à l’étranger) et il a retrouvé ses vieux démons. Les nuits en question il consommait une quantité considérable de substance, d’alcool et de porno graphie, j’ai cru comprendre que c’était normal. Mais voilà, parmi ces plateformes il y avait beaucoup de plateformes pour rencontrer/chat/faire des cams avec des femmes transsexuelles, et notamment beaucoup de conversations très hot avec échange de photos, avec des femmes non opérées. J’avoue être complètement démunie face à la complexité de ce genre et ma propre ignorance au sujet. Il m’a avoué avoir eu des relations ponctuelles dans des situations de grande perche avec des femmes transsexuelles non opérées, et que ça ne lui arrivait jamais sobre. Il m’a exprimé un dégoût et une honte profonde d’avoir été jusque là, que c’était des choses douloureuses pour lui. Plus de 15ans d’addiction, a côtoyer exclusivement le milieu de la nuit, et de la drogue, c’est normal qu’il y est été exposé. Je lui ai dit que c’était ok d’explorer sa sexualité, sachant qu’au vu de notre vie sexuelle je n’étais pas inquiète de son attirance pour les femmes, ni pour moi. Que d’avoir une relation avec une personne dotée d’un penis ne faisait pas de lui quelqu’un de gay. Mais voilà malgré avoir lu que la cocaine peut brouiller tellement nos « limites » internes, et nous pousser à une sexualité débridée, j’ai peur moi même. Il est parti en centre de detox pour son addiction, mais j’ai peur de ne pas être capable de le satisfaire sexuellement si notre histoire vient à continuer. Il me dit et répète qu’il se dégoûte lui même dans ces moments là, que l’obsession sexuelle est telle qu’il cherche n’importe quoi pour assouvir ses pulsions. Et qu’il se réveille en souhaitant juste tout oublier. Il me dit que ça n’a rien à voir avec l’amour qu’il me porte, ni son orientation sexuelle. Que s’il n’était pas amené à consommer ce genre de substance ça ne lui traverserait jamais l’esprit, qu’il ne se sent attiré que par moi. Mais je me demande s’il n’a pas une forme de déni et qu’au final au vu de la société dans laquelle on vit et les tabous qui sont autour il ne s’est jamais laissé le droit de se poser la question. Et quand je lui demande il s’énerve et me demande d’arrêter d’en parler, que ça lui fait mal et que c’est de la curiosité déplacée. Sauf que j’ai peur que si je m’engage avec lui, il vive ce fantasme interdit dans l’ombre en ayant des relations avec des prostituees, des femmes escorts… il me maintient qu’il n’a jamais payé pour avoir des rapports mais je ne sais pas si c’est un autre mensonge ou pas que lui même s’est construit. Le dialogue est tellement bloqué, et je me sens profondément démunie, parce qu’évidemment je lui ai promis de n’en parler à personne, et que c’est douloureux pour lui. Il a mis un verrou sur la conversation en me disant qu’il avait pleine connaissance de son orientation, et que peu importe son passé ça ne changeait rien. Je n’arrive pas à cerner si son addiction l’a débridé et fait de ses pulsions sexuelles quelque chose de très primaire auquel il ne faut pas accorder d’importance ou que ça l’a desinhibe et il s’est autorisé à explorer des fantasmes « interdits » et sobre il refoule sa « vraie » identité sexuelle par honte. Entre son addiction et la vie sexuelle que j’ai eu avec lui (très active, étant plus âgé de 7ans et le sentant bien plus expérimenté que moi, jai toujours senti la peur de ne pas être assez, ou de ne pas être ce qui lui correspond malgré quau lit tout se passe très bien et lui me dit qu’il adore ses rapports avec moi), j’ai du mal à m’y retrouver. J’essaie de rester le plus ouverte possible, mais ayant des gros traumatismes personnels d’abus sexuel et de viols répétés au cours de ma vie, la partie plus cachée des fantasmes sexuels des hommes est quelque chose qui m’a toujours un peu terrifiée. Si vous pouviez m’éclairer ça m’aiderait grandement. Je me sens un peu en détresse et seule. Merci Nina


J’ai tendance à m’isoler et à me renfermer sur moi ...

Bonjour ! Je m’appelle Eliot, et je pense qu’il y a un truc qui cloche. En ce moment, je ne supporte personne ! Déjà qu’avec ma famille ce n’est pas top à cause de ma transidentité, mais en plus je ne veux plus être avec mes amis. Je ne supporte que des personnes sur certaine application discord en référence, je me renferme de plus en plus sur moi, je deviens moins bien avec mon entourage. Donc est-ce que je suis devenue le plus gros connard du monde ? Merci d’avoir lu Eliot


Je fais de la dysphorie et m’identifie comme non-binaire, mais ...

Bonjour, j'ai 13 ans, je me questionne beaucoup par rapport à mon identité de genre, je me cherche, mais je me reconnais plus dans la non-binarité en tout cas. Je me sens mal dans mon corps de toutes façons. Je me suis scarifié en faisant attention pour que ça ne fasse pas moche il y a longtemps mais je ne le fais plus. Depuis que je vois un psy depuis un an je ne fait plus ça. En plus sa laisse des traces irreversibles donc je ne prefere pas. J'ai réussi à imposer un prénom non-binaire dans mon collège même s il est catholique, donc on ne m'appelle plus A****, un prénom que je n'ai pas choisi, mais Anaël. Ma belle-mère ne trouve pas ça bien et ne me soutient pas, même si elle est gentille est à l'écoute. Mes parents me soutiennent mais personne ne m'appelle Anaël chez ma mère ou mon père. Mais je vis chez mon père et ma belle-mère. Ma belle-mère dit que je suis une fille et que je dois attendre de voir si je suis bien dans mon corps de fille avant de changer quelque chose, même mon prénom. Quand pensez vous ? Elle pense qu'il faut que je grandisse et apprenne à me connaître d'abord. Qu'il ne faut pas faire des changements de prénom trop jeunes car après cela change le regard des autres sur nous et donc notre propre regard sur nous mêmes et qu'en plus, on ne dois pas avoir des étiquettes sur nous. Elle dit qu'on est libres d'être qui on veut, de faire ce qu'on veut sans avoir besoin de préciser qu'on est cis, non-binaire etc. ni de changer notre nom. Quand elle dit que je dois d'abord creuser le fait que je me sens mal dans mon corps je pense que c'est vrai Après j'ai un frère handicapé qui est trisomique et autiste, elle pense comme certaines personnes de ma famille, que c'est aussi pour ça que je veut montrer que je suis différente, c'est vrai que je me demande souvent si je suis différente des autres, comme bipolaire par exemple ou anorexique Quand je lis ça sur le net, je me dis que c'est ça que je suis, je pense que j'ai d'autres choses. La nourriture me dégoute et c'est vrai que je change beaucoup d'humeurs en fait, donc je crois que c'est ça. J'ai un psy mais il ne m'écoute pas je pense qu'il s'en fout comme mes parents et mes beaux parents Je crois que personne ne me comprend en fait. Je ne pense pas que je soi différente pour montrer que je suis comme mon frère qui est différent. Mais c'est vrai que mes deux frères et moi on se erssemble pour plein de choses comme mon frère handicapé avec des problèmes alimentaire et de la lenteur. Je voudrai savoir ce que vous en penser en fait J'ai plein d'amis qui pensent être trans et en tous qui ont de la dysphorie de genre, on est trois à vouloir changer pour être nous même. Pensez vous que c'est bien ? et qu'est ce que je peut dire à ma famille et ma belle mère qui est contre s'il vous plaît ? Je l'ai entendu dire que je souffrais du syndrome de Münchausen et que j'étais hyponcondriaque car ma mère et mon père disent que je me plains d'avoir mal ou des maladies depuis que je suis petite et que je me reconnais dans plein de choses, comme l'anorexie et la disphorie du genre Ils pensent que je dois changer de psy parce que le mien c'est une fois endormi et qu'il ne fait rien. après il est vieux donc ce n'est pas de sa faute. Qu'est ce que vous pensez ? merci de me le dire afin que je puisse me trouver. merci Anaël "sois toi même pour pouvoir être toi" (c'est ma devise)



J’aimerais faire mon coming-out genderfluid à mes parents et amis…

Bonjour, je m'appelle Achille/Alyzée, je suis né dans un corps d'homme et je suis pansexuel, genderfluid et femboy. J'aimerais faire mon coming out auprès de mes parents et de mes amis, mais c'est surtout mes parents qui pose problème, car mes parents ne comprennent pas commet c'est possible que quelqu'un qui soit né-e femme/homme puisse être homme/femme car pour eux il y a les hormones qui jouent, et beaucoup d'autre choses. Mais ils disent aussi qu'ils sont très ouverts, alors je ne sais pas si je dois leurs dire, pour ma pansexualité ,ma genderfluidité et ma féminité, et si oui, comment ? Pareil pour mes amis. J'ai aussi des pensées plutôt noires telle que des pensées de suicide, pas forcément des envies de suicide, mais juste des pensées, car je me sens vraiment mal a l'aise. Merci d'avoir pris le temps de lire mon message et d'y répondre. Achille/Alyzée.