Category: Polyamour


Je crois être aromantique et vouloir des relations queer-platoniques et ...

Bonjour/Bonsoir alors voici mon problème : Moi et l'amour sa a toujours été une histoire très compliqué. J'ai déjà eu 2 relations mais au final la 1 ère étais toxique et je me faisais manipuler depuis le début ( j'irais pas en détail car c'est pas le thème de cette question disons ) donc j'avais pas de réel proximité avec la personne même amicalement, et la deuxième relation c'était pas sérieux non plus et c'était une relation pansement pour nous deux. Et il faut savoir que hormis tout cela je considère ( pour le moment, je réfléchis encore par rapport a d'autres situations que j'ai eu dans ma vie ) que je suis réellement tomber amoureux que d'une seule personne mais malheureusement ce n'était pas réciproque, sans compter que sa a pris beaucoup de temps genre comme si j'étais demi-romantique ou un truc du genre Du coup, aujourd'hui je pense être sur le spectre aromantique et que je serais " favorable à la romance " donc favorable aux actes dit " romantique " sans forcément que cela ai une connotation romantique pour moi. Par ce que en faisant une introspection, je me suis rendu compte que je voulais pas vraiment être en " couple " de la façon dont ont l'entend, mais plus avoir une sorte d'amitié très profonde où je pourrais dormir avec cette personne par exemple, avoir des câlins, tenir la main même s'embrasser et avoir des rapports ect mais sans que la relation en elle-même ne soi romantique ou quoi... Je ne sais pas vraiment si je me fais bien comprendre mais en fait, un peu ça. Mais du coup ça m'apporte une grande détresse car même si je pense avoir, finalement, trouver le type de relation qu'il me faudrait, ben je me sens très seul car je connais personne autour de moi qui serait pareil que moi et avec qui je pourrais avoir ce genre de relation... Sans compter le fait que je sais pas comment je pourrais faire pour rencontrer des personnes comme moi et même si sa arrivais, j'aurais peur que ma famille ne comprenne pas. C'est pas qu'iels sont queerphobe ou quoi, au contraire iels savent que je suis omnisexuel et que je suis un homme trans, mais j'ai peur quand même qu'iels me disent que par exemple c'est qu'une phase, que sa correspond pas par rapport à ce que je décrivais/vécu avant ect ou les " mais tes sûr que sa va pas se transformer en amour/que c'est pas déjà de l'amour ? ". Par ce que finalement je comprends aussi pourquoi ma deuxième relation n'a pas marché... Je pense qu'il y'avais une part où je me disais que c'était une relation pansement, ce qui étais vrai dans un certain sens, mais peut-être que sa aurait pu marcher au final aussi si j'avais eu la vision des choses que j'ai maintenant et si je n'avais pas quitter cette personne car " j'avais pas assez d'amour pour elle ". Y a aussi une question que je me pose : Je me dit aussi que ce genre de relation queer-platonique, j'accepterais d'en avoir pas forcément que avec une personne mais avec plusieurs personnes qui aurait ce même sentiment de proximité où c'est un peu plus qu'amical mais pas du romantisme... Du coup est-ce-que c'est une certaine forme de " polya " ou est-ce que sa a un autre nom vu que contrairement au polyamour ben c'est pas du romantisme " pur et dur " ? Du coup, j'aimerais simplement avoir de l'aide sur comment je pourrais essayer de rencontrer des personnes de mon âge dans ma ville qui serait prêt à avoir la même vision que moi de ce que c'est qu'un " couple " mais aussi par rapport aux questions que je me suis posé avant et surtout comment je pourrais en parler à ma famille. Merci d'avance pour votre aide ^^


J’ai plusieurs questions sur mon genre, mon orientation sexuelle, le ...

Salut, J'ai 16 ans et je me pose quelques questions j'espère que ce sera possible de trouver ici des réponses. 1) Est-ce qu'on peut être à la fois transgenre et non-binaire ou genderfluïde ? Je pense que je pourrais être transgenre, parce que je ne m'identifie pas à mon sexe de naissance (fille), mais en même temps je me demande si je ne pourrais pas être non-binaire, car je ne m'identifie pas complètement au genre masculin. C'est certain que je m'identifie toujours légèrement plus comme un garçon, mais jamais totalement. D'autres jours, j'ai aussi l'impression de n'être ni un garçon, ni une fille, ni un mélange des deux juste une personne. Est-ce possible ? 2) Je me considère présentement comme polyamoureux.se et pansexuel­­.le, mais dû à mon autisme j'ai beaucoup de difficultés à comprendre l'amour au point ou parfois je me demande même si je peux aimer quelqu'un de cette manière. Est-ce, là aussi, possible ? Lorsque je m'imagine plus tard, je m'imagine avec une autre personne et des enfants tout ça, mais je ne suis jamais tombé.e amoureux et tout et je m'inquiète un peu sachant que dans tout mes amis je suis probablement la seule personne à ne jamais être sorti.e avec quelqu'un. 3) Si je veux, par exemple, une vie de triade (un genre de couple à trois), est-ce possible d'avoir et d'élever des enfants ? Quels conséquences cela aura-t-il ? C'est la vie que je veux et je me dis que personne d'autre n'a son mot à dire là-dedans, mais je n'ai pas forcément envie que quand mes enfants iront à l'école ils doivent expliquer à leurs camarades pourquoi eux ils ont trois parents ou du moins deux parents biologiques et un troisième qui les élèvent aussi. Alex.


J’ai plusieurs questions concernant l’ouverture dans un couple, l’identité de ...

Bonjour! Je vous écris pour éclairer plusieurs questionnements que j'ai ces temps-ci. Cela fait 2 ans que je suis en couple avec un homme, donc en relation hétérosexuelle. Nous habitons ensemble depuis 8 mois et notre relation s'est majoritairement formée en pleine pandémie. Nous étions donc toujours ensemble pour éviter de propager le virus à nos proches. Jusqu'à maintenant, tout se déroule bien, mais je ne peux pas m'empêcher de ressentir le besoin de former de nouvelles connections intimes avec plus de gens. Avant cette relation-ci, j'ai été deux ans célibataire et avant cela j'étais en couple ouvert. C'est la formation amoureuse qui m'a le plus fait grandir et dans laquelle je me sentais le plus libre, car il y avait beaucoup de communication et de place à la créativité. Malheureusement, mon partenaire actuel, bien que je l'aime de tout mon coeur, est disons très straight (blanc,cis,aisé). Il vient d'un milieu très conservateur où tout le monde a un parcours de vie qui ressemble au jeu "Life". Mon parcours de vie ressemble plutôt à un épisode de Degrassi. J'aimerais avoir des conseils sur comment ouvrir une discussion avec lui sur l'ouverture dans un couple, afin de reconnecter avec la partie de moi qui est plus aventureuse. Mon deuxième questionnement vient de mon identité de genre. J'ai lu beaucoup d'ouvrages sur la question, dont le classique "Trouble dans le genre" de Butler et ait une solide base en théorie féministe. Je suis donc, je crois, bien informée sur la question. Je ne suis cependant pas certaine de savoir comment m'identifier. J'ai un style plutôt féminin, mais j'aime aussi avoir l'air plus androgyne. Je ne me suis jamais sentie 100% femme et ni 100% homme. Pour moi, ce ne sont que des constructions sociales. Je perçois également mon corps de femme comme une sorte de prison, car il me rend sujette à plus de discrimination en société. Mes amis de gars me perçoivent comme l'un des leur, car j'emprunte leurs codes d'expression depuis longtemps. Je me rappelle d'avoir pensé à un très jeune âge: "c'est plus facile d'être un garçon, agit comme eux". J'aimais les activités qu'on associait aux hommes, alors c'était plus facile de me joindre au "boys club". Si tu veux jouer aux jeux vidéos, kicker des ballons ou prendre une bière, appelle ton bon chum Mel. Mes interactions avec les femmes, elles, étaient plus difficiles. J'ai toujours eu de la difficulté à exprimer mes émotions. L'émotivité c'est pour les femmes. Et j'étais mieux que ça. C'est ce que je pensais avant. Maintenant, j'ai déconstruit mon antiféminisme internalisé et mon rapport avec les hommes et avec les femmes est sain. La seule chose malsaine, c'est que je ne sais pas comment vivre mon identité (agenre peut-être ?) en dehors du cadre sociétal actuel. Je ne ressens pas le besoin de me faire appeler iel, mais j'aimerais ne pas être automatiquement associé à "femme". Je ne sais pas si vous pouvez m'aider à démystifier tout ça. Plusieurs personnes de mon entourage me demandent:"Ça change quoi?". Et sincèrement, je ne sais pas quoi leur répondre, hormis que je me sentirais plus moi-même si je savais comment exprimer mon genre. Dernière question. J'ai subi 3 agressions sexuelles dans ma vie. Dont deux cette année. Depuis celles de cette année, je n'aime plus mes seins. Ils sont le symbole de ma vulnérabilité. Je rejette ma culpabilité sur eux. Sans eux, mon corps n'aurait pas été touché par des inconnus. Ils ne sont même pas proéminents (j'ai un corps mince et petit), mais ils me dégoûtent quand même. Je ne sais pas quoi faire pour les trouver beaux à nouveau. Merci.



Je viens de dévouvrir que mon copain est bi et ...

Bonjour, Je suis en couple avec mon copain depuis 11 mois et je viens de dévouvrir que mon copain est bi. j'ai trouvé ses messages avec un homme et une site de rencontre pour les gay et bisexuelles qu'il a créé spécialement pour cela. il a posé une annonce pour un plan suce, des hommes lui ont répondu et il à renvoyé un message qu'à un mec. J'ai été totalement choqué et triste... j'ai pleuré toute la nuit, jusqu'à ce qu"il se réveille. Il a rencontré cet homme chaque 2 ou 3 semaines pour faire le sex derrière mon dos. Je lui ai montré ma découverte et lui ai demandé des explications, il m'a répondu qu'il n'avais pas réussi à me dire qu'il était bi, que ce n'étais pas régulier qu'il ai des échanges avec des hommes que ça ne comptais pas pour lui. Il m'a encore menti alors que j'ai fais des captures d'écran de toutes les discussions et tout ce qu'il fait, il les raconte à cet homme et là je me pose des question, est ce qu'il tient à cet homme? est ce qu'il est bi ou gay? J'ai peur, je tiens enormement à lui mais quelque chose s'est cassée je crois... je n'arrive plus à dormir, je ne pense qu'à ça, je suis tellement blessé. Il m'a dit qu'il aime le penis et il a besoin de ça .. J'ai besoin de savoir ce que vous en pensez, j'ai besoin que vous me disiez qu'est ce que je dois faire, doit je le quitter ? car je suis totallement perdue. merci de vos réponses...


Je pense vraiment être polyamoureuse, comment en parler à ma ...

Allo! Je suis une fille queer (je trouve que c’est le label le plus vaste, aucune étiquette ne m’a jamais rendu confortable). Je suis en couple depuis près de deux ans. Quand j’ai commencé notre relation, ma blonde s’identifiait encore comme un gars, mais depuis février elle a entamé sa transition pour devenir la femme qu’elle est. Depuis le début, le sujet du couple ouvert avait toujours été sur la table, mais on avait jamais exploré ça (par manque de communication de sa part). Ça ne me dérangeait pas, je n’étais d’ailleurs pas extrêmement prête à concrétiser l’idée. Cependant, depuis qu’elle a commencé les hormones, sa libido et sa capacité à avoir des érections ont vraiment diminué, et son live language a changé. Nous avons donc commencé à reparler du couple ouvert et j’ai eu ma première expérience avec un bon ami de longue date. De son côté, elle souhaitait expérimenter avec des gars mais n’a pas encore eu l’occasion. Mon inquiétude, c’est que mes questionnements des dernières années (5-6 ans) semblent se concrétiser et je pense vraiment être polyamoureuse…. Ça me fait vraiment peur. En fréquentant mon ami, je me suis rendu compte à quel point une relation avec un homme est différente qu’une relation avec une fille, et j’adore les deux. Si c’était juste de moi, j’aurais encore ma blonde, et un chum. Mais j’ai vraiment peur d’en parler, je sais pas comment l’amener à ma blonde, j’ai peur qu’elle le perçoive comme si je la « trouvais pas assez » et que j’essayais de combler un manque… mais ce n’est pas le cas. Ça serait injuste de ma part de demander à une seule personne de combler 100% de mes attentes et envies. Je ne veux pas la remplacer, je veux aimer deux personnes, différemment mais également. J’ai aussi peur pour l’autre garçon. J’ai peur de faire toutes les démarches avec ma blonde, et que lui ne soit pas partant pour ça. Bref, j’ai juste peur d’être déçue, et je m’attend à devoir vivre un « deuil » et d’avoir l’impression que je passe à côté de quelque chose. Je ne sais pas quoi faire. Je ne voudrais pas non plus avoir a l’expliquer a ma famille, voir le jugement autour de moi. J’ai peur. Comment je devrais aborder le sujet avec ma blonde, le gars et/ou mon entourage? Quelles réflexions je devrais avoir par rapport à moi? Comment dealer avec mes émotions? Merci Une fille vraiment mêlée Ps: je suis diagnostiquée avec un trouble de la personnalité dépendante et les troubles de la personnalité du groupe b (antisociale, narcissique, histrionique et borderline), et je pense que ça affecte beaucoup la façon selon laquelle je réfléchis au problème et la façon que je le ressent


Je voudrais savoir si je suis bisexuelle et polyamoureuse…

Allo mon nom est Luna je suis extrêmement solitaire depuis petite et ça ne m'aide pas beaucoup a savoir ma sexualité et j'écoute souvent des choses que la relation principale est gay lesbienne ou encore bisexuel. Et souvent je suis plus attirer par les histoires avec des relations poligame ou a plusieurs et je voudrais savoir si je serai bisexuel ou un truc dans le genre et si je serai plus attiré par un couple a plusieurs Luna




Je suis fiancée avec un homme, mais je meurs d’envie ...

Hello Donc j’ai une question par rapport à mon orientation sexuelle. Je suis en couple avec un superbe homme, on est fiancées depuis un an ... je l’aime et je ne voit pas une possibilité d’être avec quelqu’un d’autre. Cependant, j’ai une attirance purement sexuelle vers les filles également.. Je ne l’avais pas avant l’avoir connu .. et je ne comprends pas exactement ce qu’il s’est passé dans mon esprit à un moment. Je ne l’ai jamais fait avec une fille mais j’en meurs d’envie. Toutefois, je vais pas expérimenter ça pour voir si mon instinct par rapport à mon orientation sexuelle est juste .. car, je ne peux pas tromper sans me sentir coupable à en mourir. Bref .. je ne sais pas exactement si je pourrai en finir avec ce fantasme .. ou désir.. ou bien ce que c’est. Comment faire ?! 😅😅


Est-ce que c’est normal que j’ai des critiques sur la ...

Allô Alterhéros! Voici ce qui me trotte en tête. Mon entourage parle beaucoup de "ethical non monogamy" ces temps ci. Ca brasse pas mal la cage dans ma gang, le monde a l,air de vivre une grosse révélation et ca remet en question des réflexes. Je me demande plusieurs choses. - Est ce que c'est normal que je trouve plein d'aspects pas ethical pantoute alors qu'ils sont convaincus de révolutionner les relations? Est ce que ca se fait de dire à des gens que je connais que je trouve que leur manière d'agir est vraiment poche, même si c'est pas avec moi qu'ils sortent? Je veux pas les regarder de haut, mais c'est comme le festival des décisions à 25 cennes je trouve. Mettons des couples qui décident d'être ouverts et qui se disent super démocratiques et fluides, mais qui vont mettre des règles vraiment intenses sur n'importe qui de nouveau qui entre dans la relation et qu'eux ils font pas les mêmes règles, ou passer des "votes" de majorité (c'est sûr que si t'es 2, tu vas gagner ton vote contre une 3e personne) ou qui se disent stables et accueillants mais se réservent le droit de faire un power move de dire "cette personne la, tu arrêtes de la voir parce que tout d'un coup, j'aime pas l'impacte que ca a sur notre couple et ca me rend mal. Cr*sse votre relation aux poubelles"... Ou du monde qui s'emballe full, décide de dater plein de monde en même temps, avoir du sexe en masse, être comme hyper de nouveauté et intoxiqué du rush des débuts, construire des espoirs de relation d'amour pis dire qu'ils veulent être en couple pis qu'après dès que ca s'enligne pour du sérieux, ils se rendent compte que c'est pas viable dans leur horaire alors font du genre de date & dash... pis de recommencer tout de suite après pour suivre un autre rush d'attirance. Ca devient l'épidémie de peine d'amour dans mon milieu (qui est pas si grand), y a comme des serial heartbreaker. Plein qui se servent de "tu as pas assez de maturité pis de confiance pour dealer, too bad, arrange-toi avec tes émotions, t'avais juste à pas t'attacher, c'est pas à moi te gérer tes sh*ts" pour se donner bonne conscience. Plein de deals louches qui veulent se donner l'air ouvert d'esprit mais qu'au fond c'est pas égal (genre "t'es bi, mais tu peux pas aller avec des gars parce que je trouve ça dégueu, j'aime juste les filles"). Je m'excuse de vous sortir tout mon chialage, pauvres vous, c'est juste que j'ai l'impression que mes amis sont agissent comme des enfants de garderie, mais avec la libido dans le tapis pis fier pet d'être supérieur en dehors des carcans. Je ne me sens pas vraiment légitime quand ils me parlent de leur fabuleux nouveau modèle de relation parce que j'en fais pas partie, ils ne me trouvent pas crédible non plus, parce que "je peux juste pas comprendre / quand j'aurai plus de vécu, je comprendrai", mais au final, c'est moi qui me retrouve à recevoir tout les coeurs brisés chez moi, à me faire casser les oreilles d'entendre les mêmes chicanes qui prennent toute la place, à devoir choisir entre des amis parce que le monde ne veut plus être au même endroit en même temps, à recevoir des confidences que j'ai pas demandé pis à donner des cours de santé sexuelle (je suis infirmière) et de biologie non-stop. J'ai l'impression que mes amis ont mal compris le principe de "ethical" pis ont juste pris ça comme un gros free for all excitant et ca fait des ravages. Je n'ai plus envie de les voir se détruire entre eux, je suis fatiguée de pas me faire écouter quand j'essaie de diriger le monde vers des décisions respectueuses mais de me faire solliciter partout quand le fun est passé et qu'ils ont besoin que quelqu'un prenne soin d'eux. Je suis fatiguée d'écouter et d'essayer d'avoir de l'empathie pour des gens qui en ont clairement pas assez utilisé eux même. Je me sens mal que ça vienne autant me chercher alors que j'ai pas eu de sexe ou de flirt avec eux, je ne fait pas partie du noeud de relations, mais j'ai l'impression de me faire tirée dans ça quand même. Je n'arrive pas à rejeter les amis quand ils viennent me voir parce qu'ils vont mal, mais je trouve ça épuisant et j'ai de plus en plus de misère à me retenir de dire des platitudes comme "je te l'avais dit 50 fois", "tu as vraiment pris des décisions de merde et tu savais, tu as juste pas voulu t'arrêter avant que ça pète" ou "à quoi tu t'attendais? vous aviez dit que vous allez lentement et tu t'es tout de suite lancé à 2000% avec ta nouvelle conquête")... Je ne sais pas comment sortir de cette situation sans couper les ponts et perdre des amitiés. Je ne sais pas non plus comment être prise sérieuse. Je veux pas non plus tout rejeter les idées d'un bloc. C'est vrai que ça me fait peur, les relations ouvertes. Je trouve ca mystérieuse et délicat et je me dit que c'est déjà compliqué de trouver quelqu'un pour être en relation à deux et que ca soit compatible, ca doit être VRAIMENT compliqué de faire fiter ce que tout le monde veut si tu multiplies le monde impliqué. Malgré ça, je me dit que ça doit pas être nécessairement un modèle casse-gueule, mais pour que ca marche, il me semble qu'il faut des gens qui sont bons pour se parler et s'écouter pour vrai, qui carent vraiment pour leur entourage (et le monde important pour leur entourage, et le monde important pour l'entourage de leur entourage, etc.) et qui sont vraiment bons en capacité d'adaptation. Et ça je le vois pas plus qu'il faut dans mon milieu en ce moment. C'est du gros n'importe quoi et ça n'arrête plus de mal virer. Je ne sais plus quoi faire. Ça me rend impatiente et plus sec. Et j'haïs vraiment ça quand mes amis me demandent de leur présenter d'autres personnes que je connais et qu'ils trouvent cutes. Je n'ai pas envie de répandre encore plus le carnage. Ça prend déjà toute la place. Une autre interrogation que j'ai c'est que je me demande tout d'un coup si je suis unfair ou unethical d'être dans un couple fermé avec ma blonde. C'est vrai que plusieurs raisons à ça ça vient de nos inquiétudes (genre "mais c'est sûr que ça va changer notre relation, what if on l'abime trop et qu'on arrive plus à revenir à être bien ensemble?"), qu'on aime ça se dire que parmi toutes les personnes qui existent, on s'est choisies juste nous deux pour partager quelque chose d'unique et qui prend 100% de notre "énergie amoureuse". On aime ça avoir l'impression de construire notre propre chateau et que le reste du monde peut pas venir envahir ça. Je vois comment ça peut avoir l'air selfish. Je me demande si je suis bien comme ça parce que c'est ca qu'on m'a appris qui était correct, si c'est juste bien comme ca pour moi ou si c'est parce que je suis égoïste - possessive - insécure et que je veux pas me donner le trouble de le confronter... J'ai l'impression que les gens qui font pour vrai des relations harmonieuses avec plusieurs amoureux en même temps ou plusieurs amants en même temps, c'est super rare, mais ils doivent réellement être plus matures émotionnellement que moi, plus en paix avec eux même et être meilleurs pour faire de l'empathie. Est ce que ca se peut de faire une ethical monogamy? Je vois bien qu'il y a plein d'influences douteuses qui se mélangent avec la monogamy. Il y a des héritages sexistes, stéréotypés, culpabilisants sur le niveau religieux et je crois même une influence de notre structure économique... Mais pensez vous que c'est quand même vraiment possible de faire une relation saine et ethical / empathique pour vrai? Ou c'est comme futile parce que les "bases" sont pourries dès le départ? Des fois je doute aussi parce que je sais que je suis pas rad, que mon couple ressemble des fois à un couple hétéro, mais avec deux filles dedans... Je sais que les marges en ont bavé et qu'elles en bavent encore, que je suis dans la marge mais vraiment pas si loin de ce qui est mainstream au final. Je me sens un peu traître de pas avoir envie de tout jeter à terre pour bâtir des nouvelles règles complètement en dehors de la norme hétéro.... Finalement, c'est un vraiment gros message que je vous ai écris, excusez-moi. Merci en tout cas, juste de le sortir ca a fait du bien. Merci d'être là. Je vous souhaite le meilleur :)