Category: Orientation sexuelle et romantique


Je fais un peu d’anxiété sociale et j’ai un grand ...

Bonjour belles personnes! Je suis une femme de 25 ans et n'ai pas eu beaucoup d'expériences sexuelles, j'ai seulement eu un copain pendant 4 ans. Je me sens très prude quand je parle de ma sexualité, en entendre parler j’adore, mais parler de MA sexualité je bloque et je me ferme. Quand j'étais avec mon copain, je n'avais pas d'imagination et je n’étais rarement voire jamais excité envers lui, et je n'étais pas à l'aise vraiment de parler avec lui de ce qui me plaisait car je ne savais pas et les "on pourrait essayer ça" étaient seulement des hypothèses et ne se faisait jamais, la gêne aussi me bloquait complètement! (Aussi je n’étais pas réellement amoureuse de lui, mais j’essayais fort de me convaincre) Fourrer/faire l’amour, Je ne sais pas, je trouvais ça drôle et bizarre, mon cerveau n'est pas capable de voir ça comme quelque chose de naturel. Les fois que j’appréciais vraiment c’est lorsque c’était éducatif dans le sens ou ça devenait un jeu : si je touche là qu’est-ce que tu ressens et là et là et là, mais je n’étais pas excité par lui, mais j’appréciais le moment. Je ne suis pas capable de prendre ma sexualité comme quelque chose de sérieux, je trouve cela trop étrange et je ne sais pas pourquoi. Je me masturbe oui, mais c'est physique, je ne regarde pas de pornographie car ça me rend mal à l'aise et me fait sentir incompétente. J’adore écouter des podcasts et des trucs éducatifs queer/hétéro sur la sexualité, je trouve cela très intéressant. Cependant, je n'arrive pas à trouver ce qui m'excite ou appliquer les réflexions que j'ai développé à travers mon éducation dans ma propre sexualité. J'ai pensé à l’asexualité ou à la demi-sexualité, mais j'avais développé un lien fort avec mon copain, mais je n'étais pas excité par lui. Et je ne crois pas non-plus être asexuelle (je ne pense pas l'être). Et récemment, j’ai eu une date, on a fini par s’embrasser, mais même le french, ça m’a rien fait et c’était juste malaisant à la fin! Mais le gars je l’aimais bien, vraiment de mon goût et très beau, il était parfait, j’aurais pu tomber en amour drette-là avec! Je fais un peu d'anxiété sociale. J'ai peur d’avoir l’air immature et de pas comprendre les signes et c’est exactement ce qui se passe, mon radar sexu est brisé. Je ne comprends pas les codes sociaux de la sexualité. La question pourrait être suis-je neuro-divergente dans ce spectre? Merci pour votre temps! J.


Je me persuade de trouver les hommes moches depuis ma ...

Bonjour, j’ai actuellement 16. Je suis plus avec mon copain depuis peu, qui était mon premier amour car je trouve que je ne l’aime plus comme, avant, et que je suis moins aveuglée par l’amour. Et depuis avant hier, je suis allée à une soirée ou il y avait des garçons et j’étais gênée de leur parler (par rapport à mon copain sûrement) et depuis, je me persuade de trouver tous les hommes moches. Je me suis donc posée la question, est-ce que j’aime les femmes car j’arrive à les trouver belles. Après, j’ai jamais été intéressé par les femmes et cela ne m’attire pas et ne m’as jamais attiré mais j’ai quand même peur d’être attiré. Dès que je vois une femme je me dis que j’ai peur qu’elle m’intéresse. J’ai l’impression d’être devenue « parano » à cause de pas vouloir trouver des hommes beau mais peut être que ce n’ait pas ça. Bref j’ai besoin de votre aide, merci.


Je souffre du TOC homo. Comment m’en débarasser?

Je souffre du Toc homo. Bonjour. Je suis une fille de14 ans et cela fait maintenant 4 mois que je souffre du Toc homo, ou bien du Trouble Obsessionnel Compulsif de la peur de l'homosexualité. Cela a commencé un matin d'avril alors que j'imaginais mon avenir. Et depuis ça n'arrête pas. J'ai toujours aimé les garçons, et j'ai toujours voulu être avec des garçons. Étant donné mon jeune âge, je ne sais pas encore bien identifier ce qu'est l'attirance. Mais je crois que je l'ai déjà ressenti plusieurs fois avec mon copain d'avant. Je me demande une chose. Pourquoi, si j'ai toujours apprécié les relations amoureuses avec les garçons, soudainement mes pensées m'orientent vers l'homosexualité ? J'ai déjà lu plusieurs articles sur ce Toc. Au début je ne croyais pas que j'avais une maladie mentale, mais ensuite, après avoir identifié mes symptômes, j'ai réalisé que oui, je souffre bien du Toc homo. L'éventualité d'être homosexuelle me fait horriblement peur parce que je ne veux pas changer, je me sens bien avec ce que je me considère être et je ne veux pas changer. Je ne veux pas non plus être jugée, et perdre les proches que j'aime. J'aimerai guérir pour mon futur mais d'un autre côté, je ne sais pas pourquoi mais je me dis que si je commence à accepter et tolérer ces pensées désagréables, cela signifierait peut-être que je suis bien homosexuelle. Que ce serait comme une preuve. J'essaie de comparer mes expériences passées avec celles des personnes homosexuelles ou bisexuelles ou autre, et quand je vois quelque chose de commun, ça me fait sentir nerveuse. J'ai commencé à craindre les personnes homosexuelles, à les éviter, et j'ai commencé à me sentir nerveuse quand une de mes amies me dit je t'aime. Dans ma tête, lorsque une amie m'a dit ça en toute amitié, il y avait des questions comme "comment je dois réagir ?", "si je réagis beaucoup, ça signifie que je suis homosexuelle ? ". J'étais tellement nerveuse que j'ai juste souri. C'est horrible et ça me gâche mon quotidien. Maintenant, je trouve désagréable de trouver une femme belle, même si ça n'a aucun sens. Je sais que je n'aime que les garçons. Je ne suis attirée que par les garçons et je ne fantasme que sur eux. Mais j'ai peur qu'un jour où l'autre tout change et me fera devenir ce que je redoute le plus. Ça me fait me sentir piégée. Ce toc commence à affecter mes résultats scolaires et c'est une des principales raisons de pourquoi je veux guérir. Je ne veux pas consulter des psychologues, parce que cela impliquerait que j'en parle à mes parents, et je ne veux pas. Alors je préfère me soigner seule. J'ai déjà lu des articles présentant les méthodes les plus efficaces face à ce Toc. Comment faire pour tolérer ces pensées désagréables et arrêter de me dire que si je veux les tolérer, c'est parce que je suis bien homosexuelle ? Qu'en quelques sortes je les accepte et donc du jour au lendemain je peux être homosexuelle sans crainte ? Alors que je ne veux pas ?



Ma mère trouve ça dégueulasse la transidentité et ma sœur ...

Salut je m’appel Thomas ,aujourd’hui voudrais parler de mon souci de trans identité .J’ai toujours su qu’il y avait quelque chose de différent en moi .Puis j’ai découvert la trans identité et je me suis de suite reconnu mais compliqué de l’accepter .Ma sœur était au courant ,elle étais mon soutien .Maintenant j’ai un petit frère qui est pour le coup un vrai garçon du coup je ne me sens clairement pas à ma place.Ma mère trouve sa degueulasse la trans identité et la sœur dit de me cacher.Mes amis me soutiennent.Mais que faire ? Thomas/Tom


Serais-je lesbienne plutôt que bisexuelle?

Bonjour, Je m'appelle Elena et j'ai 28 ans depuis toute petite je me suis toujours senti, attirée par les femmes et les hommes. Certes j'ai eu beaucoup plus de relations amoureuses avec des garçons car je vivais dans une région ou le mot lesbienne, gay, bi, trans, tous ça était tabou. Aujourd'hui j'ai rencontré une fille avec qui je me sens bien en total osmose, c'est comme si le destin nous avait réunit et c'est pareil pour elle et je me rend compte, que je me sens plus l'aise dans une relation avec une femme dans tout les niveaux. Avec les hommes, je peux tomber amoureuse mais je ne vais pas éprouvé d'attirance sexuel, je n'arrive pas à prendre du pLaisir c'est plus une torture pour moi qu'autre chose et intellectuellement parlant c'est pas ça. Dans ma famille on ma toujours dit quand j'étais ado et que je venais à parler de mon orientation: d'homosexualité de bisexualité , que tout simplement je me cherchais, alors que au fond de moi je savais que j'avais de l'attirance et du désir pour les filles. Après par la suite quand j'ai fait mon coming out à ma mère elle à du mal à le digéré au debut et maintenant ça va beaucoup mieux elle m'accepter telle que je suis. Mais la j'en viens à me questionner donc sur le fait d'être non pas bisexuelle mais totalement Lesbienne ? Peut-être parce que la peur de s'avouer qu'au fond je n'aime que les femmes et que les hommes étaient un substitue. Je suis un peu perdu. MERCI de bien vouloir m'éclairé sur ce sujet. Elena


J’ai beaucoup de questions entourant mon orientation sexuelle et je ...

Bonjour, Après avoir lu plusieurs de vos réponses sur les questionnements sur son orientation sexuelle, je me suis à mon tour lancée. Alors voilà, j'ai 15 ans, cela va bientôt faire un an que je me questionne sur mon orientation sexuelle, depuis qu'une amie m'a fait son coming out "bisexuelle". Il faut savoir, même si je ne sais si ça a joué dans cette démarche, que j'ai un enorme manque de confiance en moi, que je désire être comme ceux que j'aime pour me faire accepter d'une certaine manière. C'est donc à ce moment là que je me suis demandée si j'étais tout comme elle bisexuelle, sans pour autant que des bulles anecdotiques me reviennent. En somme, je m'étais simplement demandée si je l'étais, et si la réponse était concluante, ce serait cool, car je serai plus acceptée (c'est une mauvaise manière de raisonner, j'en ai pris conscience au bout de quelques temps). J'ai donc fait part de ce doute à cette amie, qui m'a dit qu'elle se doutait de qqch car à plusieurs reprises, elle s'était demandé si je n'avais pas le béguin pour une prof. Mes questionnements ont commencé mais ne partaient pas d'une bonne base. Lorsque j'entends : "Si tu te poses la question, c'est peut-etre le signe d'une hypothétique attirance", je me souviens de suite que les germes de ce questionnement prennent racines dans un désir de similarités comportementales, je ne sais pas si cela contre tout ce que j'ai pu ressentir pour le même sexe jusqu'à présent... Je ne sais ni quand ni comment, je me suis repasser le film de médiocre qualité de mon passé. Je vous en expose certains extraits : -J'allais pouvoir admirer de près mon premier concert dans le Sud de la France dès l'âge de 5 ans. Le groupe était composé de plusieurs hommes affectés à des postes musicaux différents et d'une femme. (J'éviterais de parler de coup de chaleur car je ne fais trop confiance à ses ressentis révolus) Dès le premier regard, je me suis laissée absorber par sa prestence, je la fixais profondément. Il s'avérait que mon oncle la connaissait, car un des membres du groupe était son cousin. Sûrement que j'ai dû lui demandé son nom ou autres questions de ce style, car on a fini par toquer à sa "loge". À partir de ce moment, les seuls fragments de souvenirs qu'il me reste sont un "je t'aime" que j'ai laissé échapper, ainsi que son don d'un cœur en peluche sur lequel était inscrit "I love You". -Plus tard, vers 8/9 ans, je me revoie regarder une fille de ma classe au bout de la salle, habillée d'un tee-shirt échancré sur les épaules. Je la fixais, sans jamais la lâcher du regard, évitant de croiser le sien. Je regardais ses épaules et il me semble que je souhaitais que son bras reste immobile, évitant ainsi que le haut remonte. Suite à ça, j'ai aussi regarder le pan du ventre qui dépassait du haut d'une autre fille ainsi que d'autre. Les bouts de son haut s'élevaient de plus en plus haut a mesure qu'elle sautait pour le spectacle de dooble jump. -Dans le même contexte, je me souviens avoir regardé les jambes d'une filles portant une minie-jupe. Il me semble que je souhaitais qu'elle se baisse ou autre. Je ne sais plus vraiment alors je ne sais quoi tirer de tous ces faits... ? *Je me demande aussi si j'aurais pu me comparer, si toutes hétéros auraient agit de la sorte ?* -Vers 10 ans, je me suis retrouvée seule, dans la chambre de mon grand-père, j'avais libre choix de choisir la chaîne, alors je zappais afin de découvrir si un programme m'intéresserait plus qu'un autre. Par tous les hasards, je me suis retrouvée nez à nez avec un programme présentant un shooting photo d'une femme nue. Je me suis arrêtée sur cette chaîne nette, sûrement que j'ai eu un coup de chaud je ne sais plus. Tout est assez confus, pas totalement précis, alors je me demande s'il est bon de les prendre en considération ??? Je me suis arrêtée sur cette chaîne, et je regardais la femme, bouche bée. Je me souviens par la suite avoir regarder certaines photos sur Internet de femmes nues, encore une fois il me semble, je ne suis plus la petite-fille d'autrefois pour voir si tous ces sentiments correspondent bel et bien avec les souvenirs qu'ils me reste. -Je lisais aussi la BD "Les Nombrils" en regardant les illustrations de ces 3 filles affriolantes. J'ai pu découvrir quelques pages d'une autre BD "Betty Boob". Et il me semble bien avoir ressenti un coup de chaud en voyant sa 1ère de couverture. -J'allais vers mes 12 ans lorsque j'étais assise sur la banquette d'un train. Rapidement j'ai tourné ma tête direction le quai, et je l'ai vu, une femme qui par mégarde avait coincé une partie de sa minie-jupe surélevée entre son sac à dos chargé et son dos. En conséquence, ses fesses étaient apparentes. J'affirme avoir eu un coup de chaud (causé par la surprise je ne sais pas ?). Je les regardais, les fixais sans jamais dévier mon regard de son postérieur. Je me suis même surprise à compter le temps qu'il restait avant le départ du train, compter le temps qu'il me restait pour observer ses fesses. -Enfin, j'avais 12 ans quand j'ai demandé à voir la vulve de ma meilleure amie. Pour faire court, mais ça n'a pas tellement d'importance, on se masturbait dans le CDI du collège, furtivement j'ai aperçu sa vulve, et j'ai remarqué qu'elle était, contrairement à la mienne, dépourvu de poils. C'est pour cette raison que je ne sais si ça m'a plus intrigué qu'autre chose. Si encore une fois une hétéro, velue également apercevait la vulve "imberbe" de son amie, aurait-elle réagit de la même manière ?? Ou suis-je bien attirée par les filles ? J'ai demandé à voir sa vulve, après hésitation elle a accepté, et je me souviens que je voulais la revoir, c'est assez vague... -J'oubliais ! Cette prof dont je parlais au début, je voulais toujours être avec elle, je lui parlais à chaque fin de cours, des que je la voyais, dès qu'elle passait près de moi j'avais des coups de chaud. Je parlais plus fort pour qu'elle m'entende. Il m'arrivait de regarder ses autres élèves qui lui parlait. J'ai fait 2 ateliers pour Qu'elle me remarque, je soignais ma tenue vestimentaire, par dessus tout, je voulais Qu'elle me regarde. Je pensais à elle souvent, m'imaginant comment elle aurait réagit si elle m'avais vu. En excursion dans sa ville, je regardais si elle y était, voulais tout savoir a son égard. Bref. Au final je me demande s'il s'agissait d'amour ou d'admiration, la frontière étant d'une subtilité incernable ? Qu'en pensez-vous ? Qu'elle est la différence entre les deux ? Je tenais à signaler que je désirais m'habiller comme ces filles, mini-short ( je fixais le bout des fesses dépassant des filles qui les portait, peut être en ressentent une certaine chaleur je ne sais plus), mini haut, mini jupe, bien que ça ne me correspondent pas. POURQUOI ? Des que je me suis dit qu'un probable amour pour ma prof était envisageable, j'ai remis en question ce que j'avais pu ressentir pour les mecs : Pas grand chose qui puisse rivaliser avec mes ressentis pour les filles. C'était totalement différent. Je crushais la plupart du temps sur des garçons intelligents, (l'intelligence est un de mes critères). Je ne sais plus trop comment ça c'est précisément passé, mais je sais que ct différent comparé aux filles. Je me rappelle même mettre demandé si j'étais vrm amoureuse d'eux. Comme déjà dit, j'en ai déjà parlé a plusieurs personnes proches. Elles m'ont souvent demandé avec qui je me voyais vivre plus tard, mais je n'ai pas su répondre, pour la simple raison que je n'arrive pas à me projeter, et quand bien même j'essaye, j'ai du mal à me dire si c'est représentatif. Puis-je être héteronormée ? Peut-etre mais cela n'excuse pas tout.. Autre chose, je me suis mis à regarder tout les corps, hommes (Ce que je n'avais jamais fait auparavant) comme femmes. sans ressentir la moindre petite chose.. En voyant un corps de femme, je me dis que ça m'a par le passé plu, mais pourquoi est ce que ça ne procure plus aucun effet ? Est-ce parce que je m'habitue a leur corps ? Regarder le corps des hommes en attente de sensations, je sais que ce n'est pas la meilleure des solutions mais je ne sais pas comment répondre à cette incessante question : qui aimes- tu ? Les hommes aussi ? Uniquement les femmes ? Tout ces signes sont-ils reliés à l'attirance ? Ne serait-ce pas simplement de la comparaison pour ces filles ? Ai-je été "influencée", ai-je voulu être comme mon amie ? Ces questionnements ont-ils lieu d'être ? Suis-je légitime malgré tout ? Est ce normal que je n'arrive pas à me projeter ? Qu'est ce que la comparaison ? *Est-il possible de passé de homo à hétéro ?* De ne plus jamais rien ressentir pour le même sexe ? Est ce possible ? Est ce de l'attirance que j'ai ressenti pour ses filles ? Suis je legitime ? Etait-ce de l'amour que j'ai ressenti pour cette prof ? Pensez vous que s'en soit ? Qui suis je ? Ça fait beaucoup de questions, je m'excuse d'avance ? Merci de m'avoir lu. En attendant votre réponse. Coralia



Suis-je bisexuelle si je suis attirée par les filles, mais ...

Bonjour, J’ai 12 bientôt 13 et je me pose d’importantes questions envers mon orientation sexuel. J’ai commencé mon coming out de bisexuelle mais je ne sais pas si je suis vraiment bisexuelle. Je suis principalement attiré par les filles sans savoir si je pourrais l’être envers les gars aussi. Je n’ai jamais expérimenté ou été en couple alors je suis perdu. Je suis vraiment attiré par les filles et c’est eux que je regarde à l’école. Les gars m’énerve et je ne pense pas à les regarder ou à leur parler. J’ai quand même l’impression de garder une possibilité d’être en couple avec un gars au fond de ma tête. Mais juste de dire être en couple avec un gars est difficile à mettre en scène dans ma tête comparé avec une fille. Alors pouvez-vous m’aider à savoir si je suis bi ou lesbienne? J’ai vraiment besoin de savoir, ça me défait de l’intérieur. Je me dit aussi que je pourrais sortir avec une personne trans, ça ne me dérangerait pas du tout. Laurie


Est-ce que le travestissement fétichiste pourrait être mon orientation sexuelle?

Bonjour, Je me permets de vous contacter parce que j’ai toujours eu des doutes sur mon orientation sexuelle. Pour commencer, je n’ai jamais vraiment eu de pulsion sexuelle pour le corps d’une femme ou d’un homme. Voir des corps nus me met mal à l’aise. Toutefois, j’éprouve du plaisir à avoir un contact physique, que ce soit à travers des câlins ou des caresses. Au début, je croyais être asexuel. Mais en me rendant compte que j’avais quand même une certaine attirance pour « je ne sais quoi », cela m’a poussé à réfléchir à nouveau à mon orientation. En fait, depuis tout petit, je suis attiré par le port des vêtements des autres, pas nécessairement féminins. J’ai récemment découvert qu’il existe un nom pour cette paraphilie : le « travestissement fétichiste ». Après quelques recherches, il me semble que cela correspond à mon orientation même si je rejette l’idée de travestisme puisque j’aime également porter les vêtements d’hommes. Par ailleurs, je porte les vêtements de femmes seulement pour le désir sexuel, pas parce que je me sens femme. Je retire immédiatement les vêtements que je porte une fois l’éjaculation terminée, peut-être par honte mais je ne sais pas vraiment. Porter les vêtements des autres a toujours été une intense sensation pour moi. Le plaisir sexuel arrive presque instantanément dès le port du vêtement. Même en voyant le vêtement, je peux avoir une érection. M’imaginer dans ces vêtements me procure ces pulsions et je ne saurais pas expliquer pourquoi je suis tellement attiré par ça. Il s’agit essentiellement des vêtements féminins (surtout des robes ou jupes) et d’adolescents (garçon ou fille). Je ne suis pas attiré par des vêtements d’homme classiques. Concernant mon propre style vestimentaire, je ne porte que des habits unis : pas de marque visible, pas de signe particulier, pas de trou ou de déchirure, seulement de l’unicolore. À travers ce constat, j’en suis venu à la conclusion que ce travestissement me permet de me sentir bien en étant quelqu’un d’autre, en m’imaginant dans une autre vie, dans le corps d’un autre. Pourtant, je me sens très bien dans mon corps et dans ma vie. En effet, je me sens pleinement homme, j’ai une vie heureuse avec ma famille et mes amis, j’ai des journées bien remplies et je ne manque de rien. Ce raisonnement ne tient pas mais c’est le seul plausible. Il m’arrive parfois de trouver des femmes belles, mais rien qui me pousse à les contempler ou à rêver d’elles. Je pense avoir une attirance pour les femmes mais probablement pas sexuelle. Par ailleurs, je n’ai jamais été amoureux, je pense être trop rationnel pour éprouver une telle sensation, à mes dépens... Le problème, c’est que j’ai le profond désir de fonder une famille et de vivre heureux en tant que père. Comment avoir des enfants et se marier sans éprouver d’amour ? Je ne souhaite pas pour autant passer par les méthodes de la PMA. Je suis donc en plein questionnement et ce, depuis le début de mon adolescence sans pouvoir expliquer cette orientation sexuelle. Le risque de ne pas fonder une famille me tracasse. Si vous avez le moindre élément ou aide à me donner à ce sujet, je vous serai sincèrement reconnaissant. Il est difficile de vivre sa vie pleinement sans savoir réellement qui on est et ce qu’on aime.


Mon ex m’a menti sur sa bisexualité et aujourd’hui en ...

bonjour, je suis restée pendant 9 ans avec mon ex, c'était mon 1er, nous avons deux filles de 5 et 8 ans. Il m'a quitté il y a deux ans car il ne m'aimait plus. Me reprochant tout un tas de chose, que j'étais trop exigeante avec lui.... déjà cela n'a pas été facile pour moi, mais je viens d'apprendre qu'il est avec un homme depuis un an et demi, certes ce n'est déjà pas évident de penser que j'ai été pour lui un genre de mère porteuse, il a fait son boulot niveau société et une fois qu'il a eu ses enfants il a pu enfin s'épanouir dans la sexualité qu'il voulait. Ce qui me dérange le plus c'est qu'il m'a avoué qu'il était bisexuel depuis toujours et qu'il avait eu des relations avec des hommes avant notre relation. Je me sent trahis, bafouée surtout qu'on a souvent eu des discussions de ce genre ( des hommes qui ont quittés leurs femmes pour des hommes, sodomie ça ne l'a jamais attiré soit disant, je lui ai même demandé si il était homosexuel au début de notre relation car je le trouvais maniéré dans sa façon de parler) toutes ses réponses avaient été négatives et je le croyais. Même sa relation actuelle, il l'a présenté à nos filles il y a un an et son nouveau est même resté dormir deux nuits dans le même lit et sous le même toit que mes filles. Bref toutes ces épreuves sur sa nouvelle relation qui a été officialisée il y a peu ont déjà été très dure à encaisser, mais le fait que j'apprenne sa bisexualité ne passe vraiment pas, je ne supporte pas le mensonge, toute ma relation avec lui est basé sur le mensonge. Elle était vouée à l'échec et moi comme une idiote je lui ai fait deux enfants avec qui il pourra profiter avec son ami. Une famille Moderne que je n'accepte pas du tout, je suis en colère déjà de devoir partager mes filles une semaine sur deux et en plus suite à une relation mensonge avec moi. Je ne sais pas comment accepter ce mensonge volontaire de sa part car il m'a dit également que quand il l'avait dit à une ancienne petite amie elle l'avait quitté et qu'il ne voulait pas la même chose. Mais vu la façon dont ça s'est terminée avec moi, cela montre qu'il ne voulait que des enfants et après pouvoir s'épanouir pleinement ensuite. Je suis perdue, comment réussir à me reconstruire. Depuis deux ans ce ne sont que des plans culs mais ça me déprime encore plus, les hommes ne veulent que baiser avec moi et pas avoir une relation suivie. Pourriez vous m'aider à y voir plus clair et m'aider à mieux avaler cette pilule? Merci de m'avoir lu. Bonne journée



Je ne sais pas si je suis réellement bisexuelle plutôt ...

Bonjour, J’ai une question concernant mon orientation sexuel. Je suis en couple depuis 4 ans avec mon copain. Je suis amoureuse de lui. Lorsque l’on fait l’amour, je n’ai souvent pas envie qu’il fasse quelquonc préliminaires avec moi. Pas parce que par le passé ce n’était pas bon (et je lui communique ce que j’aime et n’aime pas), je n’ai simplement pas envie. Lorsque je me masturbe, je pense à des filles qui me font des préliminaires et ça m’excite. D’ailleurs, ça m’excite plus que si je pensais à un gars. Un gars ça me vient pas me chercher. Le truc c’est que j’aime la pénétration avec lui lorsqu’on fait l’amour si je me touche avant. Un pattern qui se répète au travers de toute les relation hétérosexuelle que j’ai eu. Ça fait 4 années que nous sommes ensemble et nous avant énormément d’amour l’un pour l’autre, nous sommes amoureux et ce sentiment ne change rien à ça. Aussi, j’ai 22 ans, et j’ai eu des relations sexuelle avec des filles avant que j’ai bien aimé, mais rien qui a durée ou de sérieux et je n’ai jamais couché avec une fille sans que je sois elle qui fasse les préliminaires. Je suis convaincu que d’avoir une relation sexuelle douce et gentille ou la distribution des préliminaires est mutuelle m’allumerait vraiiiiiment beaucoup. Sachant cela, je suis jeune, mais j’aime mon copain plus que tout ( il est d’ailleurs au courant de ce dilemme), mais j’ai un côté de ma sexualité que je ne comprends pas et que si je ne découvre pas, je vais le regretter toute ma vie. D’un autre côté, je suis belle et bien amoureuse de mon copain et le perdre n’est absolument pas une solution viable. En gros, je ne sais pas si je suis réellement bisexuelle plutôt que lesbienne mais capable de développer des sentiments romantiques avec les deux sexes? (Je me vois très bien être en amour autant avec une fille qu’un gars) Merci beaucoup de votre attention et de votre merveilleux travail  C’est difficile de vivre avec la culpabilité d’avoir ses sentiments alors que tu aimes d’amour fou ton copain. Heureusement, il est très compréhensif et un soutien important  Bibitte