Category: Identité de genre



Je ne sais pas trop si le terme trans serait ...

Bonjour, J'ai été assigné fille à la naissance, mais je ne crois pas trop que ça me définit. Récemment, j'ai coupé mes cheveux longs. Ils sont maintenant très courts et je les adore, malgré le fait que ma mère n'arrête pas de me dire que je suis laid avec cette coupe... J'ai toujours été insécure et je me détestais en tant que fille, mais je n'ai jamais eu de passé pouvant indiquer des signes de transidentité, donc je ne sais pas trop si le terme trans serait approprié pour mon cas, même si je rêve d'être un garçon et que je priais pour me réincarner en garçon dans ma prochaine vie (je ne sais pas si la réincarnation existe, mais bon ahah.) Quand on prononce mon prénom de naissance, il me semble très lointain et j'ai l'impression qu'il ne m'appartient pas. J'adore me faire passer pour un garçon sur internet et dans la vraie vie (sauf que c'est un peu compliqué en vrai car ma mère m'appelle par mon prénom de naissance très féminin en public, donc les gens pensent directement que je suis une fille et ça m'énerve car j'ai envie que les gens me voient comme un garçon.) Après je doute beaucoup, car les garçons ont toujours été dans une catégorie différente de la mienne... Je n'agis pas vraiment comme les garçons de ma classe. Je ne sais pas si j'éprouve de la dysphorie. Quand les gens de mon école me prennent pour une fille, je m'en fiche, mais quand les gens d'endroits différents me prennent pour une fille, ça m'énerve. Puis, pour mon corps je n'ai pas tout le temps de problème... J'ai l'impression que mon corps n'est pas celui que je devrais avoir, mais il ne me dérange pas autant. J'ai déjà eu une période pendant laquelle j'avais envie de m'arracher la poitrine et j'essayais de la bander et à ce jour elle me dérange pas. J'aimerais juste que les courbes ne paraissent pas. Je sais que moi seul pourra déterminer mon identité de genre, mais j'aimerais juste me faire guider. Sinon, j'avais une question à propos des binders. J'ai une grannnndee envie de m'en procurer un, mais je ne veux pas que mes parents sachent et j'ai pas vraiment d'argent pour m'en procurer un. Je fais quoi...? Aussi, à propos des prénoms, j'ai demandé à mes amis de m'appeler Damien, mais je ne sais pas...Ça fait bizarre et je me demande si c'est normal. Merci. Arlo


Est-ce que c’est légitime, médicalement parlant, de ne pas devoir ...

Bonjour, J'aimerais entamer une transition. Je ne sais pas comment même débuter. J'ai énormément d'appréhension à devoir l'expliquer à un médecin, mais aussi, je n'arrive pas non plus à trouver le vocabulaire approprié à mon identité. Est-ce que c'est légitime, médicalement parlant, de ne pas devoir avoir à me justifier pour entamer une hormonothérapie? Merci Alex



Je suis juste vraiment impatient.e de savoir mon identité de ...

Bonjour, Je vous ai déjà envoyé une question il y a quelques temps, mais certaines choses ont un peu changées depuis. Donc je me pose des questions sur mon identité de genre depuis maintenant 1 mois, mais je suis toujours aussi perdu.e, je sais ça prend beaucoup de temps à trouver notre identité de genre, mais je suis juste vraiment impatient.e de savoir, c’est chiant ne pas savoir qui on est. Je suis né.e fille et j’ai commencé à me sentir déconnecté.e de mon corps, comme si il ne m’appartenait pas. J’ai commencé à me sentir mal à l’aise quand on m’appelle Mélodie (mon nom de naissance) et quand on me référait à une fille. Mes amis m’ont proposé d’utiliser des pronoms masculins quand ils parlent de moi et j’ai un peu genre un sentiment d’appartenance quand ils le font. Mais avant, quand on me considérait comme une fille, je n’avais aucun problème. Je ne comprends vraiment pas. Et puis, je ne veux pas être trans. Je veux juste me réveiller le lendemain en étant garçon avec un vrai penis. Je sais pas si ce que je dis fais du sens...J’en ai un peu parlé à mon père et il a dit que tout le monde passe par là et que c’est normal, c’est l’adolescence et que suis juste mélangé.e et que ça va passer et plus tard je vais me sentir comme une fille, mais le problème c’est que je m’imagine en garçon plus tard hum.. Melo


Comment annoncer à ma famille que je suis genderfluide?

Alors salut je viens sur ce site en quête d'aide à mon problème, Je vous explique, j'ai 14 ans et depuis 5 moins je m'identifie et je m'assume genderfluide j'ai même changer de coupe depuis pour me sentir mieux, et j'ai pris un nouveau prénom donc mon entourage (amis) m'appelle maëlle et j'aimerais faire mon coming out. Je l'ai déjà fais a mes amis... J'étais très gêné.e mais au final iels ont tous accepté et rien n'a changer et j'aimerais faire de même à mes parents et ne plus me cacher et vue qu'ils sont au courant de rien m'appelle par mon date name ce qui me fais mal pour être honnête. J'ai déjà abordé le sujet à mes parents sans dire que je l'étais et leurs réaction me faisais repoussé sans arrêt mon coming out... Iels disaient que c'était un trouble mentale être genderfluide et que c'était (désolé du vocabulaire mais je dit ce qu'ils m'ont dit) une connerie et que les lgbtq+ c devenue une connerie et ils disais sa tout le temps j'en ai parlé 2 fois et je me sentais très mal donc je ne sais pas comment leur annoncé que leur '' trouble mentale et leur connerie'' et bah c'était moi je suis vraiment désemparé.e donc je demande de l'aide des conseil pour savoir comment le faire. En tout cas je vous remercie d'avance <3 Maëlle


Je me pose pas mal de questions sur mon identité ...

Bonjour, Depuis quelques temps, je me pose pas mal de questions sur mon identité de genre. Je suis née fille, mais je me sens pas vraiment comme une fille. J’ai commencé à me poser ces questions depuis que j’ai commencé à jalouser les garçons à la place de tomber amoureuse d’eux. Quand j’étais jeune, je n’avais pas vraiment de comportement masculin, donc j’ai des doutes. J’ai aussi commencé à me sentir mal à l’aise quand on m’appelle par mon prénom de naissance et quand on réfère à moi avec des pronoms féminins. Je suis vraiment perdue. Melo



Est-ce que je jalouse les garçons ou bien suis-je un ...

Je n'arrive pas à savoir si c'est parce que j'ai trop lu de choses sur le sujet que je me suis mise dans la tête que je suis une personne transgenre alors qu'en vrai je suis cis. J'ai demandé à mère si je pourrais avoir une coupe courte à la garçonne (je rêve d'en avoir une depuis 4 ans, je sais pas si c'est un signe ou je sais pas bref), mais elle refuse. Elle me dit que je vais avoir l'air lesbienne et de chercher une coupe de cheveux pour les filles.


Je pensais être un garçon transgenre et bi mais après ...

Bonjour, je m'appelle Salomé, j'ai 13 ans. Mon genre assignée à la naissance est femme. Je suis complètement perdu, je me sens en même temps femme, homme et les deux à la fois. Pendant plus de 6 mois je pensais etre un garçon transgenre et bi mais après je pensais etre une femme cisgenre et lesbienne. Maintenant je ne sais plus trop, j'ai en même temps envie que mes prénoms soit il, lui, eux et avoir un prénom plus masculin (se qui me faisait pensais que j'étais transgenre) mais en même temps je ne me sens pas vraiment garçon je me sens plus entre les deux. Ce qui me fait pensais être non-binaire. On m'a déjà dit d'essayer de m'imaginer plus tard et de voir qu'elle genre j'ai mais je vois qu'une personne entre les deux ou perdu. Et après il y a mon orientation qui me pose aussi beaucoup problème. Il y a des moments où juste les filles m'attire, des moments où les garçon m'attire seulement et il y a des moments où les deux m'attire. Ce qui correspondrait à bi, mais quand 1 genre m'attire l'autre me dégoute comme si je le renier. Enuite, il y a le fait que en ce moment un garçon me plait (On va l'appeler Christian) mais une autre fille le plait aussi (Et elle Lila) je ne comprends pas comment c'est possible, ce n'est pas du polyamour car ca alterne entre les deux. Je n'y comprends vraiment plus rien, alors est ce que vous partiez m'aider ? Merci d'avance, très bonne journée.


Comment demander à mes parents de commencer la testostérone? J’ai ...

Bonjour Alors voilà, jai déjà écrit ici, et d'ailleurs je vous suis très reconnaissant pour vos réponses. Si je vous écris aujourd'hui, cest parce que jai un problème, au niveau de mon genre, ma sexualité, ma vie. Ca fait faire depuis la 4ème, donc environ mes 13 ans que je connais le mot transgenre et me considère comme un garçon, malgré quelques doutes, cette affirmation est toujours restée en moi, et alors que je vais fêter mes 17 ans dans quelques mois, elle ne part toujours pas. Quand jetait enfant je ne voulais pas être associé à une fille sans savoir que jetais trans ou pouvoir dire que jetais un garçon, et jai fréquemment piqué des crises lorsque l'on me parlait de poitrine et règles. J'ai mal quand on parle de moi au feminin, je souffre d'être entouré d'hommes que je ne pourrais jamais être, de ma voix, de mon corps, de tout. Malgré tout, je ne parviens pas à avancer. Je cherche désespérément à ne pas être trans. Je veux me convaincre que tout ça est faux, que je peux vivre ma vie sans ça, me dire comme avant que je devais subir cette vie en attendant de me réincarner en garçon... Je ne sais pas quoi faire. Je narrive pas a être une fille, mais je narrive pas a affirmer haut et fort que je suis un homme, je ne me sens pas légitime de le dire alors que mon seul élément de passing est un binder et des cheveux courts. Rajoutons à cela un énorme problème de confiance en moi et des coming out dans lesquel on ne me prends pas au sérieux... Que devrais je faire ? Je voulais commencer par demander d'utiliser des pronoms masculins chez moi, mais jai peur des moqueries, des malaises , des moments de gênes... je ne veux pas être encore plus un fardeau, un animal de cirque, ou un monstre... Depuis quelques mois je suis très fixé quand a l'idée de commencer la testostérone et malgré mes tentative de répression de tout ça, je ne pense pas pouvoir continuer très longtemps sans... comment demander à mes parents ? Je leur ai parlé d'un psychiatre trans friendly mais ils refusent en m'expliquant qu'ils ne veulent pas que jai accès à ça facilement et quil va falloir que je souffre avant. ... Et (désolé pour cette longue question), jai également des problèmes au niveau de mon expression de genre et orientation... Pour ce qui est de mon expression, je m'interdis de faire bien des choses pour passer, pour prouver mon identité à mes parents et a moi-même, et pour m'éviter des mal êtres... jaime beaucoup le vernis a ongle, mais je ne peux pas en mettre.. j'aimerais avoir les cheveux un peu plus longs mais... Et si mes parents pensaient que "ma phase est finie "? Et si je ne passais plus ? Et si ça me mettais plus mal encore ? Je ne supporterai pas de ne pas passer, et jai déjà fais des cauchemar dans lesquels mes cheveux repoussaient ... Je ne sais vraiment pas quoi faire non plus de ce niveau là... je suis perdu, devrais je faire ce qui me plaît et assumer les conséquences ou me terrer dans une masculinité stéréotypée qui ne me représente absolument pas pour vivre dans le confort ? Et pour finir , ma sexualité... Cest compliqué. Je ne sais pas.. Pour le moment, je nai été attiré que par des garçons et ça me complexe, parce que ... jai déjà du mal à accepter que je sois un homme, mais un homme qui aime les homme en plus ...? Cest beaucoup d'un coup. Pour me sentir plus légitime dans mon identité, jai tente de me mettre à aimer les filles, mais comme prévu, ça ne marche pas. Ca me stresse énormément de ne pas avoir de mot à poser la dessus, jai besoin d'établir ça, de pouvoir nommer ce que je suis, remplir une des cases vide... Et je ne me sens pas légitime de me dire gay, car jai la sensation pesante que je ne seras jamais un vrai homme, et donc non gay. Voila , jai enfin fini d'écrire tout ça. Desole pour le long paragraphe , jai l'impression quil fallait que ça sorte ... Merci d'avance, Stuart (ho, d'ailleurs, je réfléchis beaucoup à un nom et je narrive pas a me fixer ... des conseils la dessus ? (Desolé, une question de plus...))



J’ai plusieurs questions entourant mon parcours trans, le coming-out genderfluid ...

Bonjour, Alors voilà, j'ai, en fait, trois questions/demandes de conseil. 1. Mon/ma partenaire m'a fait son coming out genderfluid aujourd'hui. Je n'étais pas surpris étant donné que ça fait un long bout qu'iel me parle de son questionnement. (D'ailleurs, mon/ma partenaire n'a pas de pronoms fixes, alors c'est pour ça que j'utilise le "iel". Pour tout englober ses identités de genre même si, en ce moment, il se sent garçon et qu'iel utilise principalement les pronoms féminins). Or, justement, je ne sais pas comment agir?? C'est-à-dire, je suis un gars transgenre binaire et j'ai de la misère à comprendre cette identité. Je ne comprends pas vraiment comment notre cerveau peut changer de genre au jour/semaine, etc. J'aimerais comprendre ce sentiment même si j'imagine que je ne pourrai pas le vivre. Mais, je ne l'invalide pas et je fais de mon mieux pour le/la respecter. De ce fait, j'aimerais savoir si vous aviez des trucs pour améliorer mon langage neutre. Je suis assez limité dans mon vocabulaire ^^" Je ne sais pas comment l'appeler niveau couple (a part mon/ma partenaire) ou en essayant de bien "conjuguer" tous les mots neutres. De plus, est-ce normal que je me sens mitigé face à son coming-out? D'un côté, je suis content de pouvoir dire que j'ai un chum/une blonde/un.e partenaire tout dans une personne que j'aime, mais d'un autre côté, ça me serre le coeur comme si je perdais ma blonde (est-ce que j'ai le droit de dire ça?). J'aime pas me sentir comme ça parce que je sais que je ne perd personne dans notre situation et qu'iel va être pleinement la personne qu'iel est destiné(e) à être. J'ai juste une sorte de tristesse/nostalgie intérieur que je ne sais pas d'où elle provient. 2. Justement, niveau intimité... Comme je l'ai dit, je suis trans et j'ai relativement beaucoup de dysphorie. J'essaye toujours de trouver ma limite, mais disons qu'enlever mes vêtements, ça me stresse déjà. En effet, on y va tranquillement, alors on est pas rendu super loin dans notre découverte de chacun, mais ça me stresse juste à l'idée. Notre communication est assez bonne, ce n'est pas ça le problème. C'est vraiment moi qui a un blocage. Je ne veux pas qu'iel me voit sans vêtements. Je ne veux pas enlever mon binder. Je ne veux pas me faire toucher. Je stresse même à l'idée de seulement dormir avec puisqu'il va falloir que j'enlève mon binder (on a pas le droit à cause du covid, etc.) De plus, souvent pendant nos moments, je ne peux pas m'empêcher d'avoir des pensées intrusives du genre que je n'ai pas d'érection, alors que je sais que j'en aurais une, le fait que je ne peux pas sentir les sensations comme si j'avais un pénis ou un torse plat... Ça me donne envie de pleurer juste à y penser... Ma dysphorie m'empêche d'apprécier les moments et j'ai tout le temps peur de ne jamais réussir à satisfaire mon/ma partenaire. Auriez-vous des conseils ou des trucs pour essayer de by-pass tout ça ou de rendre le tout moins intrusif? D'ailleurs, je sais qu'il existe des jouets sexuels faits pour les personnes trans et, bien que je ne peux pas en acheté pour le moment (j'ai 17 ans, j'habite chez mes parents qui ont l'habitude d'ouvrir mes colis avant moi, etc), est-ce qu'ils fonctionnent vraiment? C'est-à-dire, est-ce qu'il soulage, un peu, la dysphorie? Est-ce que, plus tard, ça pourrait être une bonne alternative? Y en-a-t-il plus reconnu que d'autre? 3. C'est beaucoup moins "deep" que mes deux autres questions, mais comment on socialise avec des gars? XD J'ai toujours été entouré de filles, mais j'aimerais vraiment avoir des amis gars. Or, je ne sais pas comment. Je me sens intimidé. Direct quand il y en a un qui me parle, je me renferme. Je ne sais, soudainement, plus comment parler. J'ai l'impression d'être un moins que rien, invalide, moins gars quand je suis à côté d'un gars cis. Je sais qu'il n'y a pas vraiment de réponses, mais peut-être des conseils? Des expériences vécus? J'aimerais vraiment avoir un groupe d'amis gars pour jaser de choses qui m'intéresse plus et, peut-être, me sentir plus valide dans mon identité. Désolé pour ces longues questions... Je n'ai juste personne à qui parler de ces affaires-là. Merci beaucoup, Mark-Olivier