Category: Agression sexuelle


Puis-je me qualifier de gay même si je n’ai pas ...

Je ne pensais pas qu'un jour que j'allais découvrir que je préfèrerai les garçons, même si je ne m'intéressais jamais aux filles auparavant, je n'avais pas une seule idée de ce que veut dire être homosexuel car cette différence n'a jamais eu de place dans la société à laquelle j'ai grandi. Je vais donc citer tous les points possibles qui ont un lien avec mon orientation sexuelle: 1- La révélation: J'ai découvert donc mon homosexualité il n'y a pas très longtemps à l'âge de 18 ans et cela à travers une vidéo pornographique, même si moi personnellement je ne regarde pas ce genre de vidéos mais c'est ce qui m'a permis de connaître ma « vraie » orientation sexuelle. Comme si que l'univers me disait: "tu ne veux pas prendre conscience que tu es gay ?". Je n'ai pas été choqué mais je me suis senti par contre un peu bizarre. Jusqu'à ce jour, je n'ai jamais rencontré un garçon et je n'ai jamais évoqué ce sujet à quelqu'un d'autre. 2- la société à laquelle je vis: Je vis dans un pays ou être gay est passible d'une peine de prison ferme, la société rejette radicalement l'homosexualité, un thème très difficile donc à aborder même avec les plus proches (surtout s'ils sont homophobes, comme la plupart des cas) parce que même un gay est forcé de se soumettre au modèle traditionnel, et plus on prend de l'âge plus la pression se fait ressentir surtout quand on dépasse un certain âge. C'est donc une véritable impasse, je ne sais pas comment vivre ma vie en toute discrétion tout en dissimulant les doutes et les soupçons de mon entourage et de la société, même si j'ai l'intention de quitter un jour ce pays et partir loin de là quand j'aurai assez de moyens, cette pression continuera tout de même de se faire ressentir, c'est difficile de cacher toujours cette partie de soi. Personnellement je ne pourrai jamais avoir le soutien de qui que ce soit, même de la part des spécialistes, car j'ai déjà eu des expériences avec eux pour d'autres thématiques (comme la dépression, la douance) mais ils ne m'ont jamais compris, je suis obligé donc de cacher mon orientation sexuelle au risque de subir des moqueries, des violences verbales voir même physiques, une fois, Je vis donc continuellement dans la peur. Je porte un poids très lourd, non seulement je suis différent des autres mais aussi je me sens constamment menacé, ça fait vraiment très mal de ressentir ça au quotidien. Cette société qui prétend être conservatrice et attachée à ses traditions, seulement des sentiments amoureux entre des personnes du même sexe est considéré comme contre nature, comme si la haine est tout à fait naturel et normal, une société aveuglée par beaucoup de maux malheureusement. 3- ma vision des choses: Je peux me permettre de dire que je suis moi-même une personne conservatrice même si j'ai plein de défauts et je dois toujours m'améliorer. Contrairement au milieu auquel je vis, je suis quelqu'un de très tolérant et ouvert d'esprit et je ne porte aucune haine dans mon cœur pour quelqu'un d'autre, quelque soit sa différence. J'admets que les textes religieux condamnent sans aucun doute la pratique de l'homosexualité (la sodomie), mais à la limite de mes connaissances je n'ai jamais vu un texte qui condamne deux êtres humains du même sexe qui s'aiment, mais l'hypocrisie c'est d'instrumentaliser les valeurs religieuses afin quelles soient compatibles avec l'attitude et la vision de la société vis-à-vis de l'homosexualité. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi aimer une personne du même sexe est considéré comme un crime et que tuer un être humain ou de faire une guerre est beaucoup moins grave qu'un bel amour authentique. Pourquoi dois-je me battre à cause de quelque chose qui fait partie de ma personnalité au nom des convictions religieuses alors que je n'ai même pas choisi d'être comme ça ? pourquoi on nous fait sentir qu'on est toujours inférieur, qu'on est exclu de la communauté jusqu'à ce qu'on "se soigne" ? Un hétérosexuel n'est pas en droit d'imposer son orientation sexuelle à d'autres personnes différentes juste parce que cette différence peut être répugnante de son côté et/ou parce que la majorité des gens le sont. J'aime le thé pourquoi m'imposes-tu le café? je suis végétarien pourquoi dois-je manger de la viande? J'aime le vert pourquoi dois-je aimer le jaune? N'ai-je pas donc le droit d'aimer et d'être aimé par une autre personne juste parce qu'elle est du même sexe ? 4- je me sens toujours enfant: je me sens toujours enfant et je n'apprécie pas l'idée de grandir ou de quitter l'enfance et plus mon âge avance plus je me sens encore plus mal dans ma peau car mon âge chronologique ne correspond pas à « mon âge psychologique ». D'ailleurs, j'ai difficilement accepté les changements physiologiques survenus à l'adolescence même si je me sens toujours un garçon, je cite: la modification de la voix, la pilosité en particulier la pilosité faciale, l'élargissement du thorax et des épaules, la pomme d'Adam ou même les premières éjaculations. Aussi, à l'heure où je suis entrain d'écrire ces mots, je garde toujours à mes côtés mon doudou depuis mon enfance et je ne peux pas m'en séparer de lui. J'admets, avec une certaine gêne évidemment, que je suis fétichiste de couches depuis plusieurs années déjà (j'achète que très rarement des paquets mais discrètement). Le paradoxe c'est qu'on me qualifie de personne mature par rapport à mon âge chronologique. Je précise également que je préfère avoir des amis plus jeunes que moi (disons 15/16 ans et plus), à l'opposé, je ne préfère pas côtoyer des gens plus âgés que moi bien que je le fait, surtout quand j'étais petit je préférais rester avec des adultes. Même si à la base je n'ai pas de vrais amitiés et je suis isolé depuis mon enfance et mes interactions sociales sont très limitées, ou que peut-être ma définition de l'amitié est bien plus profonde par rapport aux autres. Je ne sais pas si cette préférence est liée à mon orientation sexuelle ou à autre chose. Maintenant je suis au début de ma vingtaine, mais dans quelques années je ne pourrai plus nouer des liens amicaux avec des personnes beaucoup plus jeunes que moi. J'ajoute également qu'il m'est parfois difficile d'endosser certaines responsabilités « d'adultes » et qu'en aucun cas j'ai l'intention de devenir un père même si je n'étais pas gay et quand quelqu'un m'imagine même le devenir je deviens très en colère. 5- les agressions/ harcèlement que j'ai subi: Bien qu'il existe certaines causes de l'homosexualité, les différentes agressions que j'ai subi ont probablement influé sur mon orientation sexuelle, la première fois que j'ai subi ces abus date depuis mon adolescence. J'avais 16 ans, j'étais dans une librairie quand un homme a commencé à me dire des mots comme: « mon amour je t'aime » et il m'a embrassé de force, j'étais tellement sous le choc que quand je suis parti à la maison je me suis enfermé dans ma chambre et j'ai commencé à pleurer. J'ai aussi subi de cette même personne mais aussi d'un autre homme des attouchements 2 ans après. J'ai également été dragué par plusieurs autres personnes, tous sont des inconnus et à chaque fois je me sentais si dégoûté. Quand je me retrouve en tête à tête avec une personne même si je la connais déjà, j'ai peur de subir des harcèlements. 6- la personne que je veux rencontrer: Quand je suis dans la rue ou même sur les réseaux sociaux, je suis souvent attiré physiquement par des garçons (souvent des adolescents de 15 ans et plus mais qui ne dépassent pas mon âge) mais je ne ressens pas une certaine "connexion spirituelle", donc c'est juste une attirance physique rien de plus, même si le physique a potentiellement sa place. En quelques sortes je suis très inquiet de moi-même car j'ai très peur de vouloir harceler à l'avenir de jeunes personnes et de reproduire les mêmes scénarios que j'ai subi. Personnellement, je veux me connecter spirituellement et émotionnellement avec un garçon et me fusionner avec lui et former un seul être, je me dis souvent qu'il y a bien une personne compatible mais que nos chemins ne se sont pas encore croisés, ça sera donc beaucoup plus une retrouvaille qu'une rencontre. Je suis très anxieux de ne pas être avec l'autre partie manquante de moi-même, je ne veux pas d'une relation basée exclusivement sur la sexualité, même si je peux ressentir une certaine attirance sexuelle. je veux rencontrer un autre esprit qui ressemble au miens, un autre moi avec une meilleure version, mais aussi une version qui ne possède pas tous mes défauts et qui me complète en même temps, qui possède plusieurs points communs à la fois et partage les mêmes valeurs et passions que les miennes, qui veut bien entreprendre plusieurs choses avec moi, une personne qui me pousse encore plus à me développer, un guide, un soutien, un refuge, une personne qui m'accepte comme je suis, qui m'écoute et me comprend, me fait sentir en paix et en sécurité, qui m'apporte aussi plein d'amour, un amour inconditionnel et qui "prend soin de moi et me protège". Comme j'aimerai bien que cette personne soit présente dans ma vie car je me sens tellement seul et je suis si anxieux, souvent je n'arrive pas à me concentrer sur certaines choses tellement j'en souffre. Je n'ai pas réussi à faire de la solitude un moyen d'épanouissement personnel. 7- Un grand besoin de tendresse: je ressens toujours un très grand besoin d'avoir des câlins, des bisous, un simple mot comme : "je t'aime", qu'une personne me caresse ou me touche. Cette soif me pousse parfois à prendre mon oreiller et de le serrer dans mes bras. Le soir, avant de fermer les yeux, j'imagine toujours qu'un garçon à côté de moi me prend dans ses bras, de ressentir la chaleur de son corps et de plonger dans un sommeil profond et passer une paisible nuit. Je suis souvent si anxieux tellement il y a ce grand vide à combler et ça fait très mal de vivre ce manque au quotidien. Il m'arrive même de faire des rêves la nuit où une personne me donne de l'affection. Après avoir lu tous ces points, ce que j'aimerai bien avoir/savoir: 1- obtenir une analyse de ma situation et avoir un point de vu. 2- mon attirance pour les plus jeunes personne est-elle normale? Cette attirance peut-elle disparaître avec le temps ? 3- mon envie d'avoir des amis plus jeunes a-t-elle un lien avec mon orientation sexuelle ? cette envie peut-elle disparaître aussi ? 4- puis-je me qualifier de gay même si je n'ai pas l'intention de pratiquer la sodomie ? Ou bien existe t-il un terme plus approprié pour mon cas ? 5- puis-je rencontrer cette personne idéale ? Si oui, ai-je la possibilité de la retrouver sur des sites de rencontres spécifiques avec des tests de personnalités ? Ou bien existe-il un autre moyen plus sûr ? 6- mes attentes et mes exigences sont-elles trop hautes ? 7- Pourquoi j’ai cette soif d’affection ? 8- avoir quelques conseils. Je vous remercie du fond du cœur d'avoir lu mes mots, je me réjouis à l'avance de vos réponses. Je m'excuse si j'ai été un peu long.


Est-ce que le fait de subir des attouchements sexuels à ...

Bonjour,j'ai une experience avec une ex copine avec que je parle souvent au telephone car elle est habite loin une fois on a partagé une discussion intime genre sexoral au tel ,au moment de partager du plaisir avec des paroles ,du coup ma dit baise moi mon pd ,j'ai senti une sensation bizzare genre je me suis exciter et j'ai senti une sensation du plaisir dans l anus puis je me suis ejaculer,depuis ce jour la j'avais une obsession et des doutes sur ma.sexualité ,je dit ah jai senti sa ,l'anus qui veut dire pd .et je voulais vous parler aussi dans mon cas quand j'avais 13 ou 14 ans je me souviens pas trop ,yavait quelqu'un qui ma toucher ma embrasser et me caresser et apres quelques jours je me suis masturber et jai mis mon doigt dans lanus et j'avais que 13 ans je crois,depuis j'ai jamais refait sa ,je me senti pas bien culpabilité ,j'avais honte de parler .a mon age adult actuelle je reçoit des flashback dans mon inconscient et j'ai confondu la situation avec mon ex copine a mon passée d'adolescence , je suis souvent anxieux car on a pas cette culturelle chez nous et c'est toujours un tabou de parler a quelqu'un ,et mon obsession phobodhomosexualité liée a le trauma de mon adolescence ,et jai peur quand qulequn subit des attouchements a lage ado peut devenir homo ,et je vis dans ce cercle vicieux . Re bonjour ,suite a mon message j'ai oublié de vous dire que je suis hetero et j'avais des experience avec des femmes ,parfois mon souvenir et mon trauma me géne dans mes relation sexuelle quand je fait penser a sa.je voulais vraiment avoir une réponse si quelqu'un subit des attouchements a lage ado ou enfant peut lui changer son orientation sexuelle suite a ceux que j'ai vecu .actuellement j'ai des angoisse et des phobie car j'ai des obsession quand je parle avec mes amis ,jai toujours peur d'avoir une attirance envers les hommes ou de sentir un truc .je vous remercier énormément,et j'attends votre réponse impatiemment


Suis-je encore vierge si je me suis faite violer sans ...

Bonjour, je suis française, j’ai 12 ans et je voulais savoir si je suis encore vierge si j’ai été victime d’un viol mais qu’il n’y a pas eu de pénétration ? De plus, comment je peux annoncer que j’ai été violée par mon petit cousin de 10 ans à mes parents ? Merci



Ma soeur a vécu une agression sexuelle et je veux ...

[Avertissement / Trigger Warning : Cette question/réponse traite d’un sujet pouvant déclencher des émotions fortes. Celle-ci aborde le sujet d’agression sexuelle et de risque suicidaire. Si vous ressentez le besoin de parler, n’hésitez pas à nous écrire.] Bonjour , je trouve le concept de votre site super , et c’est pour cela que j’ai décidé de vous écrire . Désolé si il y a des fautes d’orthographe, j’espère que ce sera clair . Bon je me lance . Ma sœur s’est fait agresser sexuel ment l’année dernière , mais je l’ai appris seulement il y a quelques mois , et je suis toujours autant bouleversé ! C’est elle qui me l’a dit , et j’ai fondu en larme . Aujourd’hui , elle s’est confiée à moi et elle a éclaté en larme , elle m’a dit que mon père lui faisais peur parfois lorsqu’il était énervé , et que lorsqu’il lui prenait le poigner ( ce qui est très rare , mon père ne nous a jamais frappé et ne le fera jamais ) ça lui rappelait son agression sexuelle , et tout ce qui c’était passer l’année dernière . Elle dit ne plus se souvenir exactement de son agression , elle ne sait pas qui le lui a fait , un inconnu d’après elle … Ce n’est évidement pas mon père qui l’a agresser sexuellement , j’en suis sûr , elle l’aime de tout son cœur mais en ce moment ils s’entendent très mal et se disputent beaucoup , mais mon père ne ferai jamais une chose pareil , et je ne dit pas ça parceque c’est mon père ! J’ai beaucoup pleuré car je suis très empathique , mais je ne crois pas que ça l’ai dérangé , je n’espère pas en tout cas . Elle m’a dit que c’était très rare que quelqu’un la voix pleurer autant , pourtant , elle n’a pleurer que quelques seconde , alors que moi je suis encore en l’arme . Je m’en veux énormément , j’ai l’impression de ne pas faire les bonnes choses , pourtant , elle m’a fait comprendre que j’ai été parfaite . Mais je ne cesse de culpabiliser, je l’aime tellement et je n’en peut plus des disputes contantes qu’elle a avec mes parents , ça devient très dur . Elle m’a même dit que à un moment elle avait voulu prendre des cachets , mais que elle les avait confondu avec un médicament pour la gorge , et que ducoup ça n’avait rien fait . Je n’ai pas vraiment réagi , j’ai réalisé plus tard ce que elle m’avait dit . Je suis abasourdi , et ma culpabilité m’empêche de dormir ou de penser à autres choses . J’ai peur qu’il lui arrive quelque chose , mais je sais que malgré tout elle aime la vie , et que elle veut un avenir . De plus , mes parents sont de très bon parents qui nous ont toujours soutenu , mais je pense qu’il n’en peuvent plus de ma sœur ( qui est en seconde et horrible avec nous tous ) , et que donc il ne réfléchisse pas à ce qu’ils lui font ou disent . J’aimerai arranger ça , mais je suis impuissante . Je suis terriblement malheureuse . J’ai besoins d’aide , mais pas pour moi , pour ma sœur . Elle refuse de voir un psy , et ne peut plus voir mon père depuis 1 semaines car ce dernier aurai fait un geste brusque ( rien de grave bien sûr ) qui l’aurai terroriser . Depuis , il essaye d’être gentil mais elle ne lui pardonne pas , ce que je comprend . Je veux faire réaliser à mes parents que ma sœur n’as pas seulement besoins de se faire prendre en charge par une psy , elle a besoins de eux et de leur soutien , même si c’est difficile il faut tenir et ce pour sa survie . Et une dernière chose , j’ai l’impression d’avoir son traumatisme . Maintenant, dès que on me parle de viole , j’ai envie de pleurer , et je pense à elle . En plus je suis très féministe et engagée contre l’homophobie, le racisme … tout comment mes parents ; donc ce genre de chose me porte très à cœur . Et certains de mes amis me disent que je leur soule avec mes discours de féminisme , mais ils ne savent même pas ce qui est arrivé à ma sœur , ils ne savent rien . D’autre , au contraire , me soutiennent . Je ressent le terrible besoins de dire tout ça à quelqu’un, mais je ne sais pas qui . Un psy serait peut être une solution , mais j’ai envie d’en parler à quelqu’un qui m’est chaire … Pourtant , je ne trouve personne pour le faire Donc voilà ma question : « que dois-je faire , je tombe en dépression , et c’est horrible . Je suis très triste pour ma sœur et mes parents , et je ne sais pas quoi dire . Que dois-je faire ? Ps: ma sœur a 16ans , c’est l’aînée


J’ai plusieurs questions concernant l’ouverture dans un couple, l’identité de ...

Bonjour! Je vous écris pour éclairer plusieurs questionnements que j'ai ces temps-ci. Cela fait 2 ans que je suis en couple avec un homme, donc en relation hétérosexuelle. Nous habitons ensemble depuis 8 mois et notre relation s'est majoritairement formée en pleine pandémie. Nous étions donc toujours ensemble pour éviter de propager le virus à nos proches. Jusqu'à maintenant, tout se déroule bien, mais je ne peux pas m'empêcher de ressentir le besoin de former de nouvelles connections intimes avec plus de gens. Avant cette relation-ci, j'ai été deux ans célibataire et avant cela j'étais en couple ouvert. C'est la formation amoureuse qui m'a le plus fait grandir et dans laquelle je me sentais le plus libre, car il y avait beaucoup de communication et de place à la créativité. Malheureusement, mon partenaire actuel, bien que je l'aime de tout mon coeur, est disons très straight (blanc,cis,aisé). Il vient d'un milieu très conservateur où tout le monde a un parcours de vie qui ressemble au jeu "Life". Mon parcours de vie ressemble plutôt à un épisode de Degrassi. J'aimerais avoir des conseils sur comment ouvrir une discussion avec lui sur l'ouverture dans un couple, afin de reconnecter avec la partie de moi qui est plus aventureuse. Mon deuxième questionnement vient de mon identité de genre. J'ai lu beaucoup d'ouvrages sur la question, dont le classique "Trouble dans le genre" de Butler et ait une solide base en théorie féministe. Je suis donc, je crois, bien informée sur la question. Je ne suis cependant pas certaine de savoir comment m'identifier. J'ai un style plutôt féminin, mais j'aime aussi avoir l'air plus androgyne. Je ne me suis jamais sentie 100% femme et ni 100% homme. Pour moi, ce ne sont que des constructions sociales. Je perçois également mon corps de femme comme une sorte de prison, car il me rend sujette à plus de discrimination en société. Mes amis de gars me perçoivent comme l'un des leur, car j'emprunte leurs codes d'expression depuis longtemps. Je me rappelle d'avoir pensé à un très jeune âge: "c'est plus facile d'être un garçon, agit comme eux". J'aimais les activités qu'on associait aux hommes, alors c'était plus facile de me joindre au "boys club". Si tu veux jouer aux jeux vidéos, kicker des ballons ou prendre une bière, appelle ton bon chum Mel. Mes interactions avec les femmes, elles, étaient plus difficiles. J'ai toujours eu de la difficulté à exprimer mes émotions. L'émotivité c'est pour les femmes. Et j'étais mieux que ça. C'est ce que je pensais avant. Maintenant, j'ai déconstruit mon antiféminisme internalisé et mon rapport avec les hommes et avec les femmes est sain. La seule chose malsaine, c'est que je ne sais pas comment vivre mon identité (agenre peut-être ?) en dehors du cadre sociétal actuel. Je ne ressens pas le besoin de me faire appeler iel, mais j'aimerais ne pas être automatiquement associé à "femme". Je ne sais pas si vous pouvez m'aider à démystifier tout ça. Plusieurs personnes de mon entourage me demandent:"Ça change quoi?". Et sincèrement, je ne sais pas quoi leur répondre, hormis que je me sentirais plus moi-même si je savais comment exprimer mon genre. Dernière question. J'ai subi 3 agressions sexuelles dans ma vie. Dont deux cette année. Depuis celles de cette année, je n'aime plus mes seins. Ils sont le symbole de ma vulnérabilité. Je rejette ma culpabilité sur eux. Sans eux, mon corps n'aurait pas été touché par des inconnus. Ils ne sont même pas proéminents (j'ai un corps mince et petit), mais ils me dégoûtent quand même. Je ne sais pas quoi faire pour les trouver beaux à nouveau. Merci.


Est-ce que mes questionnements sur mon identité de genre sont ...

Bonjour, j'ai découvert récemment en thérapie (que j'ai du arrêter à cause de manque de fonds), que je fais de la dissociation à cause de traumas sexuels vécus à l'enfance. Donc pour ce qui est de la partie génitale, la dissociation est parfois beaucoup plus grande que celle que je vie en général psychologiquement. C'est tellement intense, que souvent j'ai le gout d'avoir un pénis. Juste comme fuck le vagin. Comment faire pour comprendre psychologiquement si ce que je vie est plutôt relié aux traumas ou bien à un questionnement d'identité de genre? Si j'ai pas envie d'être un homme non plus. Et aussi, il y a des jours ou je suis ben correcte d'avoir un vagin, mais que j'ai pas le gout d'être perçue comme une femme. Mais des fois j'ai le goût d'être ultra féminine aussi...C'est des vagues d'émotions ben contradictoire en constance, et ce des fois plusieurs fois dans la même journée. Giny



Est-ce que je préfère le porno homo en raison d’un ...

Bonjour je suis mère de 2 enfants je me suis mise à lire des manga hétéro mais aussi gay uniquement avec les hommes mais je n'ai pas l'habitude de regarder du porno hétéro je me suis mise mais cela a juste un peu d'effet sur moi mais quand je regarde du porno gay sa me fais plus d'effets et sa tourmente un peu sur ma sexualité car je ne suis pas attirer par les femmes même si parfois mais yeux tombée dessus mais c'est plus pour les hommes que je suis attirée je ne c'est pas si c'est du a un blocage en étant enfant car j'ai été abuser mais cela me marque jusqu'à présent mais comme je suis une femme qui acceptent qu'un partenaire je suppose que c'est juste un fantasme mercredi de bien vouloir me conseiller svp Mayou


Comment vivre avec les mauvais souvenirs liés à des attouchements ...

Bonjour, je vous contact car premièrement je ne sais pas vers qui me tourner pour en parler et deuxièmment en parler me libererais déjà d'un poids. Cette année j'ai eu 30 ans, comme beaucoup d'entre nous ont s'est tous remis en question avec le confinement. Il m'est revenu un mauvais souvenir d'enfance, mon père posait la main sur mes fesses lors du coucher, (je ne me souviens pas trop de l'âge 8-10ans) je me sentais gêné donc je me retournais pour éviter qu'il le fasse il a donc finit par arrêter de le faire. Je lui en ai parlé récemment mais nie les faits, et je ne veux pas lui en reparler, pour ne pas empirer la situation de la famille. Tout cette histoire m'a fait rappeler un autre souvenir d'enfance ou j'ai moi même toucher les fesses d'une fille (la soeur d'un ami encore aujourd'hui) sans son consentement, de ce que je me souviens ce souvenir était après l'épisode avec mon père. Aujourd'hui j'ai un poids très lourd de culpabilité. Dès qu'il y a le sujet atouchement sur quelquonque media ses mauvais souvenir refont surface et me prennent une bonne partie de mes pensées. (Pour l'annedocte il y avait a la TV le film Polisse, au bout de 3min j'ai pas pu continuer j'ai changé de chaîne.) Ma question est la suivante: Comment puis-je vivre avec ces mauvais souvenir ? Thomas




Quel est le meilleur site de rencontre pour hommes homosexuels ...

Bonjour, Je m'appelle Léni et j'ai 18 ans, m'ayant déjà aidé par deux fois dans mes questionnements, je souhaitais vous faire part d'un autre des mes problèmes qui me travaille de plus en plus. Voila j'aimerais beaucoup rencontrer un autre homme pour avoir ma première relation sexuelles mais étant assez isolé je pensais passer par un site de rencontre qui me permettrait de rencontrer d'autres homosexuelles plus facilement. Cependant je suis un peu perdu car d'abord je ne sais pas trop par lequel je peux passer et qui est le plus sécurisé et adapté à ma situation ? Ensuite et comme je l'avais dis lors d'un précédent message, j'ai subis un inceste durant une grande partie de mon enfance sous forme d'attouchement par mon grand frère et je ne sais pas trop comment en parler à mon future partenaire d'autant que je ne cherche pas à avoir une relation romantique avec un autre homme mais juste une relation sexuelle librement consentie. En résumé je ne sais ni par quelle plateforme passer pour un me sentir en sécurité ni comment aborder un sujet qui est encore très douloureux pour moi et qui m'empêche d'aller plus en avant de mes désires d'autant que je suis d'un naturel plutôt timide malheureusement... Pouvez vous me donner des conseils ? En tout les cas je voulais quand même vous remercier pour les nombreuses réponse que vous m'avez déjà fournis et vous féliciter pour le travail que vous faites qui permet à des personnes comme moi de se sentir écouter, merci ! LLD