Suis-je trans? Comment en être sûr? Je ne me suis jamais travesti.


Bonjour, j’ai 17ans, je suis un gars (enfin j’en étais à peu près sûr jusqu’à entendre parler des trans) jalousant grandement à peu près tout ce que je connais de la gente féminine (hormis les règles et les difficultés sociales toujours de rigueur ce qui, j’estime, est compréhensible). Je n’ai aucune expérience en terme de travestisme (que ce soit avec les vêtements, ne pouvant accéder à des vêtements féminins à ma taille, ou en terme de maquillage, puisque je ne suis jamais seul chez moi et que je me suis créé une carapace sociale pour éviter d’ébruiter mon secret), mais je me demande s’il est possible que je sois trans (avec introspections en continu pour me découvrir complètement, et une tendance à m’identifier plutôt aux héroïnes qu’aux héros dans les films, dessins animés, séries, etc…, et ayant créé une 2nde identité, féminine dans une petite communauté dans laquelle je suis connue sous le prénom de Julia), si oui, comment en être sûr ?
Merci beaucoup par avance pour la réponse
Floju

Bonjour Floju et merci de faire confiance à AlterHéros.
Si tu le permets, je vais m’adresser à toi au masculin, considérant que c’est le genre que tu utilises dans ta question. Âgé de 17 ans, tu te demandes s’il est possible que tu sois trans, et comment en être certain.  Tu te poses régulièrement la question, a tendance à t’identifier aux héroïnes dans les films et séries que tu regardes, et t’es créé une identité féminine dans une petite communauté (virtuelle j’imagine, étant donné le secret entourant ta situation?).

Tu mentionnes n’avoir aucune expérience de travestisme.
Commençons, si tu le veux bien, par différencier se travestir et être trans. Se travestir, c’est l’action d’arborer l’apparence (en se maquillant, par exemple) et les vêtements traditionnellement associés à un autre genre, sans nécessairement avoir envie d’appartenir à ce genre. Cela peut être fait parfois en public, souvent en privé, de façon sporadique ou régulière. Certaines personnes qui se travestissent le font pour pimenter leur vie sexuelle. Elles n’observent toutefois pas de différence entre le sexe qui leur a été attribué à la naissance et le genre auquel elles s’identifient au quotidien.  À ce sujet, si tu veux, tu peux jeter un coup d’œil à cette réponse rédigée par ma collègue :
Je me travestis depuis longtemps mais mes parents sont transphobes

Ensuite, tu l’auras sans doute compris, être trans, c’est différent de se travestir. Une femme trans, par exemple, est une femme assignée garçon à la naissance. Elle désire être reconnue comme femme, son genre réel. Elle peut décider de prendre des hormones et d’avoir des chirurgie d’affirmation de genre pour modifier sa poitrine et ses organes génitaux si elle le désire. Elle peut aussi les garder tels quels. Ça lui appartient!
Maintenant, comment savoir si tu es trans? Est-ce que la définition énoncée ci-dessus te convient? Je ne pourrai malheureusement pas te dire si tu es trans ou non. C’est une identification personnelle que tu es le seul à connaître véritablement, au fond de toi.

Pour t’aider à y voir plus clair, je t’invite à réfléchir à cette analogie, que j’ai empruntée à ma collègue Élyse (tu peux lire son texte ici, d’ailleurs: Que faire pour savoir si je suis trans ?  ) :

 si tu avais une baguette magique qui, d’un seul coup, pourrait faire de toi une femme de façon permanente et irréversible, tout en changeant les souvenirs des gens autour de toi de telle façon qu’ils  t’auraient toujours connue ainsi, l’utiliserais-tu?

En abordant la question de cette manière, ça te permet de te libérer de toutes les peurs, désagréments et appréhensions que tu pourrais ressentir face à la perspective de la transition. Il ne reste que toi, ton identité et ton sentiment face à celle-ci.
J’ignore dans quelle région tu te trouves, mais si tu es au Québec, tu pourrais contacter ASTT(e)Q pour recevoir du support. Iels sont rejoignables au 514-847-0067 poste 207 ou par courriel au info@astteq.org .
Si tu ne sens pas que la définition d’être trans te rejoint, peut-être que la réponse est ailleurs. Que jalouses-tu dans l’identité de genre féminin? Quelles sont les caractéristiques qui te plaisent et te font envie? Certains comportements, certains attributs? Pourrais-tu intégrer ces derniers à ton identité, les explorer?

Il est possible de se sentir homme et être à l’aise avec cette identité, tout en ayant certains comportements traditionnellement associés aux femmes, et vice-versa. Tu pourrais décider d’essayer de porter du maquillage par exemple, sans t’identifier comme étant une personne trans. Il est aussi possible de se situer en dehors de la binarité homme-femme, d’être un peu des deux à la fois ou de se considérer comme ne faisant partie d’aucune de ces deux catégories. C’est vaste, n’est-ce pas?

Ça peut sembler complexe mais au final, l’important, c’est que tu trouves une façon d’être bien dans ta peau, peu importe l’étiquette associée à ce que tu décideras d’être et de projeter aux autres. Qu’en penses-tu?
En terminant, je te suggèrerais de lire ces autres réponses et articles du site AlterHéros, rédigées par mes collègues Alessia et Marie-Édith. Elles contiennent des infos qui pourraient t’intéresser :

Suis-je trans? J’ai besoin de votre avis…
Je crois être trans, mais les chirurgies me font peur, tout comme le côté « irréversible » de la chose!

Une autre chose que tu peux faire, si ce n’est pas déjà fait, c’est d’aller explorer le dossier sur l’identité de genre : toutes les questions reliées de près ou de loin à la transitude y sont réunies.
J’espère que ma réponse t’aura été utile. Je te souhaite une bonne démarche. Continue ton introspection! Il est normal (et sain!) de se poser ces questions, d’explorer un peu. Je crois que tu en ressortiras grandi.
N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.
Jessica, pour AlterHéros


About Jessica

Jessica est présentement étudiante au doctorat en psychologie à l’Université de Sherbrooke. Elle détient un DEC en sciences humaines, profil action sociale et médias (2011) et un baccalauréat en psychologie de l'UQÀM (2014). Elle a travaillé dans le domaine de l'intervention à temps plein pendant un an et demi avant d’intégrer le doctorat. Son grand intérêt pour la communauté LGBTQ+ l'a amenée à s'impliquer en tant qu'intervenante bénévole au sein de l'équipe Parles-en aux Experts en mai 2015. Lorsqu'elle n'est pas en train d'étudier ou de travailler, elle aime bien aller nager ou marcher, faire du camping, jouer de la musique et flatter ses deux adorables chats. :-)

Leave a comment