Que dire lorsqu’un enfant nous avoue provenir d’une famille homoparentale ?


Bonjour Mme l'éducatrice,

Merci d'avoir écrit à AlterHéros. Je vois que vous vous questionnez sur la façon d'intervenir et d'aborder le sujet de l'homosexualité / l'homoparentalité avec de jeunes enfants dans un contexte où un des élèves de la classe a des parents homosexuels.

Comme vous l'exprimez dans vos propos, il peut être délicat et ardu de discuter d'homosexualité avec des enfants d'un certain âge. Leur développement cognitif et psychique est encore en mouvement et de ce fait, leur niveau de compréhension peut en être affecté. Dans le contexte que vous avez décrit, il est toutefois plus bénéfique pour les enfants d'avoir accès à des informations sur le sujet étant donné que le silence absolu devant leurs interrogations peut démontrer à ces derniers qu'il ne faut pas parler d'homosexualité ou que l'homosexualité est quelque chose de « caché», d'affreux. En ce sens, l'emploi de termes simples, élémentaires peut d'une part, faciliter la compréhension des enfants à l'égard d'un sujet parfois méconnu et d'autre part, instaurer une aisance chez l'adulte à gouverner une discussion sur le sujet. Bien évidemment, il est plutôt inutile et même proscrit d'entamer l'échange sur les grands débats encore présents dans la société concernant l'homosexualité (les origines, etc.) puisqu'en soi, les enfants s'y perdront probablement et que jusqu'à ce jour, personne ne détient encore les réponses exactes. En outre, ceux-ci préféreront s'en tenir précisément à leur question et à des notions de base en raison de leur degré d'intellectualisation.

Vous affirmez que l'enfant qui vous a fait part de sa dynamique familiale a fréquenté plusieurs écoles différentes suite à des taquineries entretenues par d'autres écoliers. Dans cette optique, il serait d'autant plus salutaire de sensibiliser et de conscientiser les enfants qui fréquentent de près l'enfant qui a des parents homosexuels. Cette sensibilisation peut être exécutée lorsque d'autres interrogations poindront ou lorsque que l'enfant en question sera positionné dans une situation problématique (comme être victime de railleries). Cette dernière peut inclure, par exemple, la notion de différences et de l'importance du respect des dissemblances qui résident entre les individus.

Il est important de savoir que pour parler de tel sujet avec des jeunes enfants, il est d'abord et avant tout essentiel d'être relativement à l'aise et confiant dans le discours que l'on partage avec ces derniers. Les enfants malgré leur jeune âge ne sont pas dupes et sont en mesure de ressentir le niveau d'inconfort des autres. Par conséquent, cela peut, encore une fois, leur envoyer un double message et détériorer l'intention de les instruire sur une réalité inoffensive. Ainsi, il serait intéressant que vous cibliez votre niveau d'aisance et si ce dernier est plutôt vacillant, vous pouvez peut-être profiter des ressources professionnelles disponibles à l'intérieur de votre milieu de travail pour vous guider dans vos interventions éventuelles sur le sujet de l'homosexualité.

Pour de plus amples renseignements, vous pouvez également faire intervenir le GRIS (Montréal : http://www.gris.ca/2009/index.php, Québec : http://www.grisquebec.org/), il s’agit d’organisations qui vont dans les écoles pour parler aux enfants de diversité et d’acceptation, de tolérance. Ils valorisent la venue de modèles positifs en classe, ce sont donc des ateliers très intéressants !

Il existe également la Coalition des familles homoparentales (http://www.familleshomoparentales.org/html/fr/mels.html) qui offrent des ateliers intéressants et qui peuvent être de bons conseils. N’hésitez pas à aller chercher de l’aide !

Bonne chance et je vous félicite de vouloir intervenir auprès de jeunes enfants sur la thématique complexe qu'est l'homosexualité.

Hélène

AlterHéros


About Hélène Carrier

Hélène a complété des études collégiales en sciences humaines avec le profil intervention, des études au baccalauréat en sexologie et des études à la maîtrise en sexologie avec mémoire profil recherche et intervention. Elle a été assistante de recherche durant cinq années consécutives pour le département de sexologie de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) en plus de réaliser des contrats comme auxiliaire d'enseignement. Durant quelques années, elle a également accompagné un adolescent ayant un trouble du spectre de l'autisme (TSA). Durant son baccalauréat elle a complété un stage d’une durée de 8 mois dans un maison d’aide et d’hébergement pour femmes et enfants victimes de violence conjugale et familiale.

Je suis fière et heureuse de contribuer à l’épanouissement des personnes au niveau de leur orientation sexuelle, leur identité et leur sexualité. Je considère qu’il est important et essentiel de venir en aide à ceux qui se questionnent, à ceux qui se sentent égarés et à ceux qui éprouvent de l’incompréhension ou de la solitude en raison de leur problématique. Je suis persuadée que, malgré mon implication à distance, je peux prodiguer à des gens dans le besoin des outils utiles à la compréhension et à la résolution éventuelle de divers problèmes personnels.

Leave a comment