Pourquoi pas la greffe de pénis pour les hommes transsexuels ?


Bonjour

Je te remercie pour ta question, qui doit bien trotter dans la tête de bien des hommes transsexuels. Malheureusement, malgré l’histoire que tu mentionnes sur le patient chinois, la greffe de pénis reste une chirurgie extrêmement rare dans le monde… et totalement absente en occident. En effet, après l’épisode chinois, plusieurs médecins on critiqué cette chirurgie tant aux points de vue des risques pour la santé que de l’éthique. Le fait qu’il ait fallu revenir en arrière dans le cas de cet homme démontre à quel point il ne faut pas prendre la chose à la légère. Une greffe est une opération qui comporte des dangers réels d’infection et de rejet (à court ou même long terme). Le risque est grand de voir l’organe tout simplement mourrir ou être incapable de transmettre des sensations. N’oublions pas qu’il sera nécessaire de prendre des médicaments anti-rejet pour la vie, médicaments qui ont bien des effets secondaires dont celui d’affaiblir le système immunitaire. De plus, on ne saurait ignorer l’impact psychologique que peut avoir l’arrivée sur soi d’un organe ayant appartenu à un autre être humain.

Pour ces raisons, les médecins préfère utiliser les propres tissus du patient afin de créer le pénis. On évite ainsi une grosse partie des risque et le résultat, bien que tu en doutes, est de bonne qualité. De plus, anatomiquement, la situation est bien différente entre toi et l’homme chinois dont tu parles. Celui-ci avait tout de même un moignon de pénis sur lequel pouvaient venir s’accrocher les tissus bien particuliers qui composent le corps caverneux du phallus. Pour toi, il faudra tout reconstruire de zéro, ce qui rend probablement la possibilité d’une greffe encore plus mince. Il est possible que la médecine évolue dans les prochaines années. On parles entre autres de la recherche sur la création d’organes à partir de cellules souches. Rien n’est impossible, mais il faudra t’armer de patience et préparer tes sous, car les technologies nouvelles sont également les plus dispendieuses.

Oui, la phalloplastie est une opération majeure qui laisse des cicatrices prononcées et qui fait peur. Mais c’est actuellement le seul moyen pour les hommes transsexuels d’avoir un pénis. Certains vont le faire malgré tout, d’autre vont apprendre à vivre avec quoi ils sont nés. Tu sais, la majeure partie des hommes qui ont eu une phalloplastie sont heureux du résultat. Je t’invite à parler avec des hommes qui ont eu la chirurgie… peut-être te donneront-ils une vision plus nuancée de la chose. Tu pourras alors prendre une décision éclairée sur ce que tu désire.

Merci encore pour ta confiance,

Élyse


About Élyse Vander

Élyse est enseignante au secondaire depuis 2005, ce qui l’a amené à développer sa capacité d’intervention auprès des jeunes. De plus, elle a une expertise dans le domaine de la transsexualité, ayant œuvré dans le milieu dans divers organismes depuis 2007.

Mon implication à AlterHéros me donne confiance que dans les prochaines années, les jeunes pourront de plus en plus assumer et vivre harmonieusement leur homosexualité, bisexualité ou transsexualité, particulièrement à l’école secondaire.

Leave a comment