Pourquoi n’ai-je pas pu choisir mon orientation sexuelle ?


Bonjour Luc,
Je vous remercie d’avoir fait confiance à AlterHéros. Je vais tenter de vous répondre au meilleur de mes capacités.
Si je vous comprends bien, vous avait énormément de difficultés à accepter votre orientation sexuelle. Pour vous, être homosexuel est une fatalité. Vous soutenez cette angoisse en supposant que l’homosexualité va à l’encontre des principes religieux en lesquels vous croyez et vous enlève la possibilité de vivre les joies liées à la parenté. Laissez-moi-vous donner quelques suggestions pour voir plus clair dans cette situation.
Vous devez comprendre que l’homosexualité n’est pas une fatalité. Être homosexuel, c’est faire partie d’une minorité sexuelle. Comme la majorité des membres d’une minorité, autant religieuse qu’ethnique, il est normal que vous vous sentiez ostracisé et dévalorisé. Pourtant, l’Histoire nous a démontré à plus d’une reprise que la présence de minorités s’avérait être très positive pour la collectivité. La diversité provenant des minorités enrichit le paysage comme des nuances particulières de couleur. Vous pourrez méditer sur cette idée alors que vous dégustez un savoureux chow mein ou encore, que vous vous laissez bercer aux airs d’une bossa nova. Pourtant, cette richesse peut seulement se propager lorsqu’elle est affirmée! Il est donc préférable de considérer que chaque être humain est différent. Il faut savoir accepter nos différences et pouvoir les affirmer pour progresser en tant d’individu. C’est le seul moyen de transformer l’ombrage de la fatalité en la lumière de l’espoir.
Malheureusement, vous semblez vivre certaines réserves face à l’homosexualité. Ceci peut rendre l’acceptation de soi très difficile. D’une part, un souci religieux vous accable. Cependant, les arguments soulignant la contradiction entre l’homosexualité et la religion s’atténuent par le nombre de plus en plus élevé de pratiquants qui se confessent homosexuels. La toile regorge de blogs ou de sites internet qui ne voient pas d’objections à recouvrir sous la même bannière leur foi et leur orientation homosexuelle. En plus, le discours historique de Gene Robinson, un évêque homosexuel, donnant coup d’envoi de la cérémonie d’investiture du président Barack Obama démontre que les homosexuels pratiquants ne sont pas qu’une exception. Au contraire, cet exemple démontre qu’ils doivent être considérés comme une partie intégrante de chaque communauté religieuse.
Aussi, vous vivez un certain ressentiment face à votre orientation parce qu’elle semble vous dérober des joies liées à la paternité. Cependant, quelques solutions s’offrent à vous. La plus évidente est l’adoption. Plusieurs milliers d’enfants à travers le monde n’ont jamais pu connaître les joies de vivre en famille parce qu’ils ont été abandonnés, parce qu’ils sont orphelins, etc. Ces jeunes sont souvent dépendants de la bonté bienveillante de certains individus. Mais cette aide est souvent mitigée parce que ces jeunes sont complètement délaissées par la majorité. Je suppose que pourvoir venir en aider à ces enfants en les adoptant peut être une expérience extrêmement valorisante. En plus de vous permettre de créer une famille, de vivre les allégresses associés à être un père, vous aller contribuer à sortir un jeune de la détresse.
Finalement, je vous recommande de discuter de votre situation avec des personnes de confiance. Si vous ne vous sentez pas prêt à en discuter avec quelqu’un de votre entourage, plusieurs options s’offrent à vous. Par exemple, l’organisme gai-écoute vous offre une oreille où vous pouvez vous confier d’une manière totalement anonyme.
J’espère que mes suggestions ont su répondre à vos questions. Je vous souhaite beaucoup de chance dans votre démarche. N’hésitez pas à réécrire à AlterHéros, cela nous fera plaisir de vous répondre.
M&M


About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.

Leave a comment