Peut-on être gay et ne pas aimer embrasser un homme pour le moment?


Coucou,
Peut on etre gay et ne pas aimer embrasser un homme pour le moment ? J’ai découvert que j’aime le sexe avec les mecs au cours d’une soirée cet été, meme si je le savais avant depuis plusieurs années, avec un gars que je ne connaissais pas avant ça et que j’ai commencé à masturbé quand on sest retrouvé seul chez lui après qu’il m’ai invité de boire un dernier verre chez lui. Il m’a embrasser mais jaimais pas ça sur le moment, je lui ai fini par dire d’arrêter et ça sest arrêté la alors que javais envie de plus au début.
Quand il m’embrassait, je ne me sentai pas bien et je perdai mon excitation de plus en plus, ces baisers m’ont beaucoup stressé, en me disant “m… je suis gay” dans ma tête. Cet homme m’a dit que je ne m’assumai pas. Je ne l’ai pas revu depuis, cétait juste un coup du soir pour lui quand je l’ai rappelé.
C vrai je me sens pas prêt à embrasser, pour moi embrasser c très romantique et depuis cette première expérience avec un homme que j’avai attendu depuis longtemps et que j’avai peut etre trop idéalisé, je ne sais plus trop ou j’en suis.Qu’en pensez vous ? Est ce que je manque de maturité emotionnelle pour avoir des relations avec quelqu’un ? Comment aimer embrasser un homme ?
Eric.

Bonjour Eric !

Merci grandement pour la confiance que tu accordes envers l’équipe d’AlterHéros! Il n’est pas toujours évident de discuter de sexualité, d’attirances et d’orientation, alors je tiens à te féliciter d’avoir pris le temps de nous rédiger ta question. Si je comprends bien ta situation, tu te demandes si tu peux t’identifier comme gay sans toutefois apprécier embrasser un autre garçon pour l’instant. Tu précises que tu apprécies sans aucun doute la sexualité avec un autre homme, mais que l’idée d’embrasser un autre homme te rend anxieux, notamment en symbolisant un sens particulier à ton orientation sexuelle. Tu précises que pour toi le fait d’embrasser une personne est quelque chose de très romantique dont tu ne te sens pas nécessairement à l’aise de faire auprès de personnes que tu rencontres uniquement à des fins sexuelles. Tu te demandes donc, d’une part, si tu manques de maturité émotionnelle pour développer une relation avec une personne, et d’autre part, comment faire pour apprécier le fait d’embrasser un homme.

 

En premier lieu, c’est vraiment vraiment vraiment correct de ne pas apprécier le geste d’embrasser une autre personne. Ce n’est pas tout le monde qui accorde la même importance au fait d’embrasser une personne. Et ce n’est pas tout le monde qui aime embrasser – point final! Et ce n’est pas tout le monde qui embrasse bien non plus… ça peut arriver que le contact ou la chimie des lèvres avec une personne ne fonctionne tout simplement pas! De plus, certaines personnes sont confortables d’embrasser différentes personnes sans que cela ne comporte un sens symbolique en particulier pour elleux (contraction elles et eux). D’autres personnes vont réserver le geste d’embrasser à des personnes très significatives. Par exemple, certaines personnes peuvent apprécier la sexualité anonyme avec autrui, un coup de soir pour reprendre ton expression, mais être clair.e sur le fait de ne pas vouloir embrasser cette personne… que les bisous seraient réservés pour leur partenaire romantique! C’est vraiment correct! L’important, c’est d’écouter tes limites, tes besoins ainsi que de respecter ton propre rythme dans ce processus.

 

En deuxième lieu, le fait d’aimer ou non certaines activités intimes ou sexuelles n’est pas non plus lié à une orientation sexuelle précise. La façon que l’on définit notre orientation sexuelle ne concorde pas nécessairement avec les activités sexuelles que l’on apprécie ou que l’on souhaite pratiquer. Par exemple, tu peux apprécier jouer avec d’autres pénis de temps en temps sans pour autant que cela influence concrètement ton orientation sexuelle. Pour citer ma collègue Marion : «l’orientation sexuelle se décline en trois aspects : les désirs, les comportements et l’identité. Les désirs, ce sont nos attirances et envers qui elles se déclarent (est-ce qu’on est plutôt attiré par tel ou tel type de corps, tel ou tel type de personne, qui on aurait envie d’embrasser, etc.). Les comportements, ce sont les actions que l’on pose réellement, à l’inverse des désirs qui renvoient à l’imaginaire (ex : avoir embrassé notre amie, avoir eu une relation sexuelle avec un homme, avoir regardé les fesses d’une personne dans la rue). Finalement, l’identité, c’est l’appropriation et le choix de mots pour se décrire par rapport à notre identité sexuelle (hétéro, gai, pansexuel.le, etc.). Certains hommes, par exemple, qui auraient des désirs invariablement de l’identité de genre des personnes qui l’intéressent, mais n’avoir eu des expériences sexuelles qu’avec d’autres hommes, pourraient se définir comme gais (se basant plutôt sur leurs comportements) ou comme pansexuels (se basant davantage sur leurs désirs) ou même d’autres termes s’ils lui conviennent mieux! L’identité, c’est vraiment propre à chaque personne, sa façon de se percevoir et son sentiment d’appartenance à une orientation sexuelle plutôt qu’une autre. Du coup, si tu te sens plus à l’aise de te considérer homosexuel parce que c’est ce qui te semble le plus juste par rapport à ce que tu ressens, c’est la seule chose qui compte. C’est ton identité à toi, après tout!» Ainsi, pour répondre à l’une de tes questions, tu as entièrement la légitimité de te définir comme gay si c’est le terme qui te fait sentir toi-même, qui te fait sentir bien et dont tu es confortable avec. Et cela peut certainement être d’autres termes! À toi de voir! Il n’y a pas de mauvaises réponses, car la façon que tu te définies t’appartient entièrement.

 

Après, chaque personne grandit dans l’exploration de son orientation sexuelle à un rythme différent. Peut-être que cela a été confrontant pour toi d’être de te dire dans ta tête que «tu es gay». Peut-être est-il possible que tu aies encore certaines idées négatives entourant l’homosexualité et la bisexualité. Après tout, c’est tout un défi de se départir de toutes ces idées négatives que l’on intériorise inconsciemment pendant notre jeunesse! Nos sociétés tendent toujours à valoriser l’hétérosexualité au détriment de toutes les autres orientations sexuelles. Cela peut être déboussolant d’être confronté au fait que nous n’appartenons pas nécessairement à ce modèle hétéronormatif. D’ailleurs, pour citer ma collègue Marion une fois de plus : «Cette peur et ce dégoût peuvent s’ancrer dans ce qu’on appelle de l’homophobie intériorisée. C’est lorsque l’on intègre les préjugés et la peur qui sont transmis par la société par rapport à l’homosexualité, sans nécessairement en être conscient.e. Ça peut se traduire par la peur de “ne pas être normal.e”, l’impression de ne pas être “un vrai gay” si on ne s’adonne pas à telle ou telle pratique sexuelle, des émotions négatives envers soi, etc. C’est insidieux parce que c’est lié à nos émotions. Du coup, il est tout à fait possible que, rationnellement, on comprenne que toutes les orientations sexuelles sont aussi acceptables ou “normales”, que l’on sache que nos fantasmes ne reflètent pas toujours nos désirs dans la vie réelle et que l’on souhaite que tout le monde ait le droit au mariage, quelle que soit leur orientation sexuelle, par exemple. Pourtant, il est possible d’en même temps ressentir toutes ces émotions négatives et d’entretenir des craintes face à l’idée de ne pas être hétéro. Certaines craintes, malheureusement, peuvent être fondées, comme la peur de vivre de l’incompréhension ou de l’hostilité de la part de notre entourage. Par contre, le fait d’avoir une orientation sexuelle qui n’est pas celle de la majorité n’a rien de mal en soi et ne devrait pas nous faire sentir mal. Évidemment, c’est plus facile à dire qu’à faire, mais ça vaut la peine de faire une introspection. S’interroger sur les préjugés et les fausses croyances que l’on peut entretenir afin de les démystifier et un bon moyen d’avancer sur le chemin de l’acceptation de soi et, par conséquent, d’un plus grand sentiment de paix et de bien-être.»

 

Finalement… comment embrasser un homme? Et bien, avec les lèvres c’est déjà un bon départ! 😉 Je rigole! Sans blague, il n’y a pas de recettes miracles sur comment apprécier embrasser un homme. Il est important de respecter ton propre rythme et tes propres critères. Si c’est un acte que tu souhaites réservé pour une personne dont tu as de l’attirance romantique, c’est très bien! Il se peut aussi qu’avec le temps, à force de t’informer sur les réalités des personnes LGBTQ+, à force de discuter et flirter avec d’autres garçons, que tu puisses entrevoir ce comportement d’une façon plus positive et moins confrontante. Il se peut aussi que ce n’est pas quelque chose que tu apprécies, simplement, et ce serait très correct aussi. 

Je t’offre ces hyperliens d’autres réponses à des questions similaires à la tienne. N’hésite pas à t’y référer au besoin! Je suis certain que tu y trouveras des pistes de réponses complémentaires à mes mots.

Finalement, n’hésite pas à nous écrire de nouveau si tu en ressens le besoin! Il nous fera plaisir de pouvoir te répondre. 🙂

Cordialement, Guillaume pour AlterHéros


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment