Tag: Travail


Je ne me sens ni homme, ni femme, ni non-binaire ...

Bonsoir ! Je préviens d'avance, ça va être un peu long~ J'ai besoin de mettre ce qui me passe par la tête à l'écrit et si il y a une réponse en retour c'est encore mieux ;) Je suis né garçon, j'ai grandis en tant que garçon, j'ai eu des relations amoureuses en tant que garçon, et c'est "tout naturellement" (la bonne blague) que je suis entré dans la vie active en tant que garçon, étant aux yeux de mes parents (quand j'étais enfant) et aux yeux de la société maintenant ce qui est "attendu" de moi vis à vis de ma carte d’identité. (Mis à part le côté sexuel mais après tout, ça reste quelque chose d'intime/privé et que j'ai accepté depuis longtemps donc ce n'est pas un soucis, là n'est pas la question.) J'ajouterai à ça que je n'ai pas spécialement de soucis avec mon corps, je suis même plutôt mignon (allez je me jette des fleurs ça fait plaisir) et aujourd'hui "tout va bien"(/mieux) dans ma vie (après une vingtaine d'années de malheurs extrême à la chaîne sans jamais voir le bout du tunnel, j'ai enfin une vie stable, en liberté et je peux enfin être heureux malgré un isolement total, pour les relations sociales ça va attendre encore un peu.) Donc globalement on pourrait dire que ça va, on continue comme ça en espérant que tout les traumas de l'enfance finissent par guérir avec le temps et puis voila ? Sauf que non. Comme si j'avais pas déjà assez eu mon quota de soucis, en voilà un nouveau qui pointe le bout de son nez alors que ma situation est enfin stable, la question de l’identité. Cela fait quelques semaines que la question d'engager une transition ou non me tourmente sérieusement. Au départ j'étais dans le déni, reproduisant ce qu'on m'a toujours inculqué: "tu es un garçon, agis en homme, cheveux court, pas être sensible, pas de manières, etc etc." (j'ai enjolivé le propos et je vous passe d'autres pépites qu'il ne vaut mieux pas lire, entendre, ou vivre mais vous voyez l'idée.) Puis le déni n'ayant pas l'air fonctionner (tiens donc ? haha), je me suis mis à me renseigner, partant du principe que les personnes trans détestaient leurs corps depuis longtemps/toujours ou non (visiblement j'avais tord là dessus après avoir fait quelques recherches), mais aussi & surtout la question de l'identité. Et c'est sur ce dernier point que je bloque. Je ne me "sens" ni homme, ni femme, ni non binaire ou quoi que ce soit d'autre. Comme je l'ai légèrement expliqué, on m'a conditionné depuis tout petit à être un mec, mais d'aussi loin que je me souvienne, il y a eu de nombreux moments dans ma vie où j'ai voulu m'orienter vers plus de féminité mais où à chaque fois, ces envies furent de très courte durée, fortement réprimandé par mon père (physiquement) et toxiquement rabaissé par ma mère (mentalement). Malgré tout ça, cette envie revenait au bout de quelque temps, puis se refaisait couper. Lorsque j'ai enfin pu me libérer de cet environnement nocif, c'était pour m'engager à l'armée (seul moyen que j'avais trouvé pour avoir un peu de liberté à 18 ans en allant vivre sur base, mais au final j'ai juste changé de "propriétaire", ce n'était pas une liberté non plus, mais c'est un autre sujet.) Le fait est qu'une fois encore, je n'avais pas le droit de construire ma propre personnalité, de me construire, de me chercher, d'être qui je veux, donc là encore je me suis comporté comme on attendait de moi, mais malgré la vie sur base, j'avais de quoi m'acheter des vêtements et une perruque (que je ne pouvais pas mettre hors de ma chambre sur base, vous vous doutez bien de pourquoi haha) donc c'est resté quelque chose de très intime pendant encore plusieurs années (jusqu'à ce que je démissionne) mais à cette période là que j'ai réalisé que je me sentais bien en fille, vraiment bien. Pas au point de me dire que je me "sens" femme, probablement parce qu'on m'a martelé toute ma vie que j'étais un mec ? mais suffisamment bien pour me dire que j'aurai aimé avoir cette liberté plus tôt. Les quelques années qui ont suivis (donc ces derniers temps) j'ai de plus en plus fait une place à ce côté féminin dans ma vie privé, allant même jusqu'à avoir 2 gardes robes, une masculin pour le quotidien, le travail, le monde extérieur, et une féminine pour chez moi. On en arrive donc à aujourd'hui où ce côté féminin a pris de plus en plus d'ampleur dans ma vie (refoulé après tant d'années) et où au delà de se contenter des vêtements, est venu l'envie d'aller plus loin (j'entends par là les hormones dans un premier temps). Le truc, c'est que maintenant que ma vie est devenu plus stable et que cette part de moi revient en force, la question est de savoir si je dois continuer, si je peux continuer, si c'est effectivement être trans ? ou est-ce qu'il s'agit juste d'un doux rêve qu'il faudrait étouffer avant d'aller trop loin, mon coeur penchant pour continuer et ma raison me disant que c'est trop risqué... D'autres détails en vrac: - Si vous vous demandez ce qu'en pensent ma famille c'est très simple: mon père a refait sa vie de son côté et est devenu un étranger pour moi, j'ai coupé les ponts avec ma mère vu le poison qu'elle était pour moi et mon seul frère qui aurait pu être un soutien est mort, donc pas de famille = pas de problèmes ? ça m'enlève une grosse épine du pied. - La simple idée de devoir justifier/expliquer ça à mon travail me terrifie, j'ai donc l'intention de garder mon identitée masculine dans le cadre du travail (n'étant pas inquiet par les changements corporels vu que j'ai déjà un corps très fin et des vêtements amples pour travailler) - Pas sûr que ce soit pertinent, à vous de me dire, mais j'ai toujours strictement détesté mon prénom et me suis toujours arrangé pour avoir des pseudo ou des surnoms. Voilà, le mettre à l'écrit m'a fait réalisé deux trois choses et m'a permis de vider mon sac, en soit ça me suffit, mais j'apprécierai toute réponse évidemment :) Merci à ceux qui auront pris le temps de lire !


Je suis amoureux de ma superviseure au travail, comment puis-je ...

Bonjour alterheros, je suis dans une situation compliqué Je travaille actuellement dans la vente et tout se passe bien Mais le problème c'est que je suis amoureux de ma cheffe.. Elle a 45ans et moi j'en ai 20 et comme c'est ma cheffe ça me bloque un peu car quand je la vois je commence à rougir et à stresser et je sais pas quoi faire J'ai pas envie de quitter le boulot car il est super et que je prend du plaisir à y travailler, je m'entend bien avec tout le monde et en plus c'est difficile aussi de trouver un travail Mais je sais pas si je devrais lui en parler ou pas.. Le truc c'est que je sais pas si elle est attiré par les garçons plus jeunes et je sais pas comment aborder le sujet sans trop éveiller les soupçons dans le sens que je peux pas aller vers elle et lui dire " vous aimez les jeunes ?" C'est très suspect et très irrespectueux.. J'aimerais trouver un moyen plus correct de lui en parler mais je sais absolument pas comment m'y prendre


Je suis une femme trans et j’aimerais faire ma transition, ...

Bonjour, je m'appelle Léa et j'ai 22 ans et on m'a assigné homme à la naissance. J'ai commencé à me poser des questions sur mon identité de genre vers l'âge de 15 ans. Le chemin pour accepter mon identité telle qu'elle est aujourd’hui fut très long. Je suis d'abords passée par une très très longue phase de questionnement ( environ 4 ans ) et puis par une phase d'acceptation ( environ 2 ans ). Depuis 1 an environ maintenant je suis sûr au plus profond de moi que je suis une femme et que je l'ai toujours été. Mais le problème c'est que je n'arrive pas à faire le premier pas et à m'ouvrir au monde. Je me sens rongée de l'intérieur petit à petit. La plupart du temps, j’enfuis toutes ces émotions au fond de moi et j'essaie de ne pas penser à qui je suis réellement ( pour ne pas devenir folle ). Mais la vie me rattrape souvent très vite et chaque jour je ne peux m'empêcher de penser que je vis dans le mauvais corps. Je passe alors par de très grosses périodes de dysphorie, des semaines où je n'arrive plus à dormir et où à chaque seconde je pense à me détruire... J’aimerais faire ma transition, je pense que c'est ce que je souhaite le plus au monde. Mais je sais bien que la vie n'est pas une utopie. J'ai 2 problèmes majeurs qui s'opposent à moi. Le premier est ma timidité. Je suis absolument terrorisée à l'idée de voir un psy. Et même si je me persuade que c'est un acte tout à fait normal, rien que d'en appeler un pour prendre rendez-vous me terrifie. Et l'idée que je tombe sur un mauvais psy ( il y en a beaucoup dans la profession ) me bloque car je sais que ça détruirait toute ma confiance en moi que j'ai gagné si durement et que je rebrousserait chemin à jamais. Ma deuxième grande peur, si j'arrive à passer la première étape, est tout simplement de trouver du travail. En effet, je suis étudiante Bio-ingénieur depuis 4 ans maintenant et je compte encore faire de longues études pour m'assurer un avenir. J'en ai conscience depuis mon plus jeune âge et je sais qu'il faut travailler dure pour atteindre ses objectifs. Je sais que c'est un peu triste de dire ça mais je trouve que dans notre société actuelle, pour bien vivre et être heureux, il faut de l'argent. Je viens d'une famille de revenu assez modeste et je sais quelle importance à l'argent. Je veux tout simplement qu'en allant faire les courses plus tard, je ne me pose pas de questions à propos de mon revenu et que je m'achète ce qui me plaît. Tout ça pour dire que je sais que notre monde n'est pas un monde de bisounours et que lorsque j'aurai transitionné de nombreux employeurs ne voudront plus m'embaucher même si j'ai le plus beau des diplômes. Donc toutes mes années d'études et d’acharnement n’auront servies à rien. Je suis donc divisée entre 2 côtés. Soit j'arrête de me mentir à moi même et à tout mon entourage comme je le fais depuis des années mais je prends alors le risque de ne jamais atteindre mes objectifs et mon métier de rêve. Soit je continue de vivre comme je le fais depuis 22 ans et je ne subirai aucune discriminations. Mais est ce que j’arriverai à tenir le coup ? De plus en plus souvent, je regarde par la fenêtre et je pense l’impensable. Je suis dans une impasse, je ne sais plus quoi faire. Auriez-vous des solutions à mes problèmes ? Juste des petites astuces pour le premier ça serait déjà cool ;) Merci, Léa.



Comment amener ma patronne à me faire confiance tout doucement ...

Il arrive à ma patronne de me tutoyer par inadvertance, je sais qu'elle a souffert, mais nous n'avons pour l'instant que des simples relations professionnelles, malgré qu'elle m'a protégée et défendue, je ne veux pas la brusquer ou profiter d'elle et la considérer comme un trophé, elle mérite mieux que ça. Je veux l'amener à me faire confiance tout doucement, quitte à me sacrifier, la protéger et à l'épauler mais comment réagir, je suis très timide avec elle.


J’ai l’impression de devoir cacher ma bisexualité à mes collègues ...

Bonjour, Voilà je suis une femme âgée de 24 ans, j’ai fais mon coming out il y a presque 1 an sur ma bi-sexualité (même si je me pose encore des questions sur ma bu-sexualité ou non) et je suis en couple avec une femme. Concernant mon boulot je fais attention à ce que je dis concernant ma relation car dans la société actuelle il n’est pas toujours facile d’être « accepté » sachant que je travaille avec des enfants. Mais en même temps le « cacher » à mes collègues n’est pas une solution non plus pour que je puisse m’épanouir entièrement dans ma profession sans devoir toujours faire attention à ce que je dis. Que me conseillez-vous pour mon travail? Et comment me poser les bonnes questions sur ma bi-sexualité ou non ? Deuxième question: Je m’intéresse- m’interroge de plus en plus sur la transidentité- transgenre et je souhaiterais rencontrer des personnes avec qui je pourrais parler librement, lui poser des questions sur tout cela. Comment est-ce possible ? Bien à vous. Meggy




J’ai envie de coucher avec ma patronne.

hey tout le monde. Je suis Thomas, j'ai 25ans et je travaille et dans mon travail, j'ai une patronne. Elle a 35ans et, elle s'habille en jupe noir/talon noir, et elle a ce côté sexy et strict. Enfin, j'vous fait pas un dessin. Vous voyez ce dont j'veux parler. Elle hesite pas à se pencher bien comme il faut et tout. Elle est chaude. Disons les mots. Enfin bon, bref. ( ca peut paraitre cliché, ou meme digne d'un porno, mais c'est vrai ). Mais à force, j'ai envie de coucher avec. Elle m'attire vraiment. Mais je sais pas quoi faire? Je lui dit ou pas ? En plus, elle est fière de mon travaille. Je pense que ça peut être un plus. Mais je sais pas si doit tenter. Ça peut paraître ridicule, mais bon.


J’ai une collègue mariée et musulmane qui m’intéresse. Comment l’aborder?

Bonjour je me présent Frédéric depuis que je suis arrivé dans l entreprise il y a une chef de service femme mariée musulmane quand elle me parle elle fixe mon torse elle m attire beaucoup on échange souvent regards elle a toujours envie de me parle elle arrête pas de me sourire et de me touche le bras ma question est de savoir si je lui plais et comment faire pour lui dire quand on est ensemble seul on dialoguer mais quand il y a du monde elle me dialogue cour et elle m ignore que je dois faire et que je dois comprend Frédéric Salut Frédéric!  Merci pour la confiance que tu portes envers AlterHéros. Il n'est pas toujours évident d'aborder la question de nos attirances, je tiens donc à te féliciter pour nous avoir écrit.  Si je comprends bien ta situation, tu ressens un intérêt particulier pour une femme musulmane qui est mariée et avec qui tu travailles. Tu notes plusieurs signes, comme les sourires et certains rapprochements physiques, qui te font penser que cette femme a peut-être un intérêt pour toi. Tu te demandes donc si cette femme s'intéresse à toi et comment lui communiquer ton propre intérêt. C'est bien cela?  D'abord, être intéressé.e envers une personne peut emmener son lot d'émotions, parfois du stress, parfois du bonheur. Dans tous les cas, c'est à toi de déterminer ce que tu souhaites faire de cette attirance. Il y a en effet plusieurs éléments qui peuvent être pris en compte pour prendre une décision éclairée. Cette femme est présentement dans une relation amoureuse : comment est-ce que tu te sens par rapport à cet élément? Tu affirmes que cette femme est musulmane : de ton côté, est-ce que tu as un bagage culturel ou spirituel particulier? Est-ce que tu crois que cette distinction culturelle puisse influencer ta perception sur ces marques de proximité que cette femme te partagent? En effet, les marques de proximité peuvent avoir des significations différentes d'une culture à l'autre. Par exemple, les hommes en France se font davantage la bise qu'au Québec. La perception de la proximité physique est donc également influencée par notre bagage culturel et d'éducation. Finalement, cette femme est également une collègue de travail : est-ce que tu as réfléchi sur la suite des choses au travail si tu lui partageais tes sentiments à son égard? Tu es bien sûr la seule et unique personne qui peut déterminer si tu souhaites tenter d’approfondir cette relation ou non et, surtout, de déterminer le rythme avec lequel tu souhaites explorer ceci. Si tu souhaites approfondir cette relation, il est possible d'essayer de voir la personne plus souvent, d'apprendre à la connaître davantage, de possiblement lui parler de ton intérêt à la voir plus souvent et, pourquoi pas, l'inviter à passer du temps à l'extérieur du milieu de travail? Selon ses réactions, tu pourras déterminer la suite de tes actions, le cas échéant. Peu importe ce que tu décides, donne-toi le temps dont tu as de besoin. Reste à l’écoute de tes intuitions et, surtout, fais-toi confiance.  Il m'est impossible de répondre à la place de cette personne sur sa possible attirance envers toi. Elle est effectivement la seule et unique personne qui peut répondre à cette question. Il est possible que vous puissiez développer une nouvelle forme de dynamique, il est aussi possible de se tromper. L'erreur est humaine! Si tu vis une grande déception, ne reste pas seule avec ta peine. Parles-en avec tes proches, ou écris à AlterHéros! Tu peux aussi jeter un coup d'oeil à cette réponse que j’ai composée récemment : Je n’ose pas encore avouer que j’ai des sentiments pour cette serveuse, pensez-vous je plais aussi à cette fille? Je te souhaite de belles découvertes dans cette exploration de ton attirance envers cette fille! N’hésite pas à nous écrire de nouveau si tu en ressens le besoin. Guillaume, pour AlterHéros


Comment faire pour partager mes sentiments à ma collègue?

je n'ai jamais eu de relations ni avec une femme ni avec un homme mais il y'a quelques mois je viens de découvrir que je ressens des sentiments très forts pour ma collègue que je connais a peine et a part les relations de travail on ne partage rien d'autre je suis tombée amoureuse d'elle au point ou je suis toujours pressée d'aller travailler et je suis même prête à faire des heures supplémentaire et quand elles et absente elle me manque terriblement quand elle s'approche de moi et elle me parle je me déconcentre et je deviens toute bizarre et je trouve toujours des prétextes pour aller la voir et quand elle me regarde je détourne souvent le regard de crainte qu'elle se doute de quelque chose j'ai peur de lui avoué mes sentiments directement peur du rejet et peur qu'elle en parle au boulots je le supporterai pas alors j'ai décidée de lui écrire une lettre anonyme en lui expliquant la situation comment faire pour le lui dire?



Est-ce que les entreprises françaises discriminent les homosexuels?

Comment se fait-il qu'il soit impossible de reconnaitre un gay? Je sais que dans les entreprises, ils utilisent la méthode de la sonnerie de telephone a répétition, si la personne part en avant, c'est qu'elle est gay. il existe aussi le test de sourire en coin, bouche fermée, qui signe l'homosexuel. J'aimerai savoir ce que vous pensez de ces méthodes utilisées dans les entreprises françaises pour discriminer les gens. Merci de votre réponse. Patrick