Tag: toc homo


Je doute sur mon orientation sexuelle, car les pénis m’excitent.

Bonjour je suis un garçon actuellement adolescent j'ai 16 ans et je doute de mon orientation sexuelle car les pénis m'excitent mais celà fait 2 mois que j'ai le toc homo j'ai la phobie d'impulsion gay et l'angoisse me crée de fausses idées mais quand je vois un long pénis j'ai une érection mais uniquement quand je vois mais le fait de voir un homme sucer un autre homme ne m'excite pas au contraire ça me dégoûte et durant toute ma vie je n'ai été excité que par les femmes mais comme par hasard au moment où j'ai eu le toc homo je sens cette érection mais avant ça voir un pénis ne m'excitait pas et pour mieux préciser je ne sens pas le besoin de me masturber je sens juste que mon pénis veut bander mais sans vouloir me toucher celà veut-il dire que je suis attiré par les hommes et que je suis bisexuel ou je me suis créé une fausse idée à cause de mon TOC? Eren Jeager


Dois-je faire un coming-out pour taire ces pensées intrusives liées ...

Bonjour Je reviens vers vous après plusieurs mois en essayant de suivre votre dernier conseil d’être plus honnête avec moi même ce qui plutôt bien fonctionné j’ai arrête de tromper ma copine mais par contre je suis toujours au même stade je me sens toujours aussi étrange aussi gêner je me force à y pense c’est une sensation indescriptible. Je me dis que je suis gay et que il y’a pas de problème que je vais être heureux donc que maintenant faut avancer mais impossible mes pensé sont toujours là c’est impossible à calmer je passe des heures à lire des truc a m’analyser sur tout ce que je ressens à comment je pourrais vivre tel situations en me demande si ça m’exciterais , je regarde même du porno gay pour voir si je bande ou pas et plus récemment J’ai regardé une vidéo ne voyant aucune réaction je me suis forcé à l’avoir depuis je me dis que c’est bon je suis gay mais c’est pensé sont toujours là c’est super fatiguant j’aimerais être tranquille apaiser. Il faut que je fasse quoi ? Couche avec un mec ? Je me dis que si je fais ça je vais le regretté parce que sa m’aura traumatisé j’ai l’impression de devenir un peu fou et de plus en plus gênant dans les situations normal avec d’autre gens . Mais je baisse pas les brats je me force à sortir à discuté et pas resté dans mon coin et quand je me fais confiance ça va j’y pense presque pas et c’est à ce moment là que j’me dis : c’était agréable t’y pense plus. et donc j’y repense de plus belle . Quand je dis repense c’est à la possibilité de ressentir un désir envers un homme . Parce que mes pensé sont que sexuel j’ai l’impression de trop pensé au sexe je sexualise tout ... j’ai besoins de vous j’en peux plus si je dois faire un coming out c’est maintenant ! Je reste pas 1 mois de plus comme ça


Que savez-vous des toc homo?

Bonjour depuis la dernière fois ça va bcp mieux mais là je replonge dans mes vérifications, mais la je suis sûr que je ne suis pas homo ! J’ai réussis à dépassé mon anxiété et mes rapports avec les hommes sont redevenus normal . Je viens de finir mon contrats au boulot est bisard le fait de ne plus rien avoir à faire et d’être seul je repense à ca. Mais je constate une évolution de mes pensés et de mon comportement que j’arrive à gérer moins de panique et moins de pensées dérangeantes. Le sexe avec ma copine est redevenu agréable ça fait du bien , cependant je constate que quand je suis fatigué ou stressé ses pensés reviennent et cherche à me rassuré et donc le processus reprends son cours comme aujourd’hui ! Je voulais savoir deux choses que savez vous des toc homo et une autre plus personnel est il possible que le faites que ma relations avec ma copine ne fonctionne pas vraiment soit une choses qui me fasse douter ? Parce que quand je la trompe je me sens bien en accords avec moi même je me sens aimé et en. Plus je sens que mon attraction en vers les filles est là alors que quand je fais rien je me sens délaissé et sa me fait douter de mon attraction



Mon copain est persuadé qu’il refoule une homosexualité

Je vous envoie un message au nom de mon copain, ensemble depuis 1 an et demi, c'est un homme séduisant de 21 ans. Il a eu beaucoup de relations avec des femmes mais ce n'était pas du sérieux (des plan cul qui n'ont mené à rien). Je suis sa première copine avec qui c'est du sérieux, malgrès des débuts compliqués (il n'arrivait pas à savoir s'il était amoureux de moi) nous nous aimons follement. Cependant depuis Septembre, il n'a plus de boulot, et il déprime beaucoup. Et il se demande tout un tas de choses. Il n'a jamais douté d'être Hétéro. Et depuis Novembre il a commencé à avoir des sensations physique dans la régions anales, les analyses médicales ne révelant rien on en a déduit que c'était psychosomatique. Il voit une Hypnotérapeute depuis février et une Psychologue depuis janvier. Il est persuadé d'avoir un toc homo (il pense chaque jour être homosexuel alors qu'il n'a aucune attirance ni sentiment vers les hommes. Il me trouve très attirante et m'aime beaucoup). Je lui ais expliqué que le toc homo n'existait pas, et il répète qu'il aune peur bleu de se retrouver un 50 ans avec une révélation du type : en fait il aime les hommes et d'abandonner sa famille et de me perdre. Il en a beaucoup discuté et le fait de savoir que ses sensations annales ne pouvait pas être "un appel de l'homosexualité" l'ont rassuré un peu mais je ne comprend pas il est persuadé qu'il "refoule quelque chose". Ses parents se sont séparés quand il avait 9 ans et je sais que c'est un énorme chamboulement dont il ne se remet pas... Je reste attentive à ce qu'il me dit mais ça comment à être dur moralement pour moi, je ne sais plus quoi lui dire pour qu'il comprenne que s'il m'aime il n'a pas de raison d'être homosexuel. Et le fait que ça le dégoute d'imaginer qu'il puisse avoir des rapports avec des hommes prouve qu'il n'est pas homo. Mais ça ne lui suffit pas.. Il pense qu'il y a autre chose. Il a regardé bcp de porno pendant très longtemps et il fait une obsession sur la taille de son pénis. Et il m'a expliqué qu'il avait souvent eu des troubles de l'érection et il pense que c'est une preuve supplémentaire qu'il est homo. Je lui dis dit que non, la psy également.. Mais la psy ne sait lus quoi lui dire, et il pleure tous les jours en disant qu'il ne veut pas me perdre et qu'il a pas envie d'être homo parce qu'il aime trop mon corps qu'il ne pourrait pas avoir de rapport sexuel avec quelqu'un d'autres. Il a peur de tomber amoureux d'un homme un jour m'a t il avoué, il m'a dit que ça l'angoissé parce que ce serait un cauchemar.. Nous nous sommes beaucoup disputé et séparé pendant ces 9 mois. Nous nous aimons beaucoup mais sa peur d'être homo commence à être pesante et je ne sais plus quoi lui dire. Il a trouvé un emploi récemment et ça l'occupe un peu mais dès qu'il n'est plus actif ses pensées lui reprennent la tête, et ses sensations physiques annales aussi (décrites comme de petite brulures qui lui font mal) Pouvez vous l'aider ? Accadiadesbois






J’ai des genres de fantasmes homos qui apparaissent, qui reposent ...

Question : Bonjour, Alors voilà je suis un mec de 21 ans, je me pose des questions sur mon orientation sexuelle et ça me déprime complètement. J'ai toujours été très attiré par les filles, sentimentalement et physiquement, elles m'ont toujours fait rêver et fantasmer. C'est toujours le cas aujourd'hui, je le sais, je le sens, je l'observe. Je n'ai jamais aimé aucun homme, ils peuvent être pour moi des amis, des modèles sur lesquels prendre exemple, mais pas plus. De plus, je ne suis pas "capable" d'être ami avec une fille, je fini toujours par tomber amoureux et la désirer à un moment donné. En ce moment, d'ailleurs, j'ai un soucis de ce genre avec une fille en particulier, ça me perturbe beaucoup et me rend triste. Cependant, et bien, je me pose des questions sur mon orientation sexuelle parce que il se passe des choses dans ma tête que j'ai du mal à comprendre et qui me mettent mal à l'aise. En effet, depuis mes 18 ans à peu près, il m'arrive d'être stressé à l'idée d'être homosexuel (ou bisexuel), de temps à autres. Souvent, ça arrive quand je sors peu et que je rencontre peu de personne, hommes ou femmes. J'ai également constaté que ça m'arrivait quand ma consommation de porno augmentait. En fait, j'ai des genres de fantasmes homos qui apparaissent, qui reposent tous sur le fait que je sois une femme (moi mais en femme), et qu'un homme me fasse l'amour, ou de vivre quelque chose d'érotique avec un homme en tant que femme. Je ne sais pas si c'est le fait d'être féminisé ou de faire l'amour avec un homme qui m'excite. Par contre je suis sûr de ne pas désirer les hommes que je rencontre dans la vraie vie (amis ou inconnus), ça me dégoûte et ne m'excite pas du tout. Et du coup, je ne sais pas s'il s'agit d'une forme d'homosexualité, ou de travestisme peut être. Quoiqu'il en soit, quand ces fantasmes apparaissent, je perds confiance en moi (je suis de base très peu confiant), et ça me fait me poser des questions sur mon orientation sexuelle. C'est très épuisant et déprimant. Voilà, donc suis-je homo ? Suis-je bi ? Suis-je hétéro ? Un hétéro peut-il avoir des fantasmes gay quelquefois sans que se ne soient de réels désirs ? D'autant plus que pendant mon adolescence (jusqu'à mes 18 ans) ça ne m'arrivait jamais ! Je comprends plus rien. Je ne sais plus qui je suis, et en plus ça m'empêche de séduire les filles qui me plaisent parce que ça me paralyse complètement. J'ai peur de ne pas être à la hauteur. Je remet en cause mon attirance pour les filles et ça m'est très douloureux. Et une chose que je n'ai pas précisé, je suis puceau, car je suis assez solitaire et timide. Le porno gay et les contenus érotiques gay ne me font rien du tout. Je pense avoir tout dis, et je m'excuse d'avance si mon message est un peu désorganisé ou difficile à lire.. Merci. Paul


Je désire oublier mon côté gay et, si j’ai un ...

Bonsoir, Tout d'abord merci pour votre reponse. Pour le momrnt, je sors avec une fille. J'ai des relations sexuel avec elle et la seul deception qud j'ai est due a ce probleme penien. Mon addiction au porno qui etait majoriterement gay a commencer quand des potes de classes ont voulu comparer les tailles des penis J'ai eu une seul experirnce homo, en tant que passif. Non seulement je n'est pas aimer l'effet que cela donnais dans mon ventre Comme si on fonnait des coups a l'interieur, mais en plus, le lendemain, j'ai preferer regarder les filles dans la rue et aussi au point de vue porno.Actuellement et depuis septembre 2017,  j'ai fortement reduis mon attrait pour le porno. Je dedire oublier mon cote gay, si j'ai un vote gay. Si, c'est le toc homo, me guerir. Je pense au toc car je suid hypocondriaque et pendznt au mpins quatre je ornsais etre seropo. Merci d'avance pour votre aide. Stéphane



Je doute de mon orientation sexuelle pour la deuxième fois ...

Bonjour, J'ai bientôt 24 ans, et je me retrouve dans une période trouble et relativement difficile pour moi car je me retrouve a douter pour la deuxième fois de mon orientation sexuelle en un an. Je n'avais jamais eu de doute avant, et m'étais toujours considéré sans même y penser comme hétérosexuelle. Jusqu'à il y a six mois et depuis mon enfance, j'ai toujours été attiré par les filles. Durant la période collège, les tentatives de séductions que j’entreprenais se soldaient par des échecs plutôt violent ou rabaissant, puis au lycée, en fin de seconde à 15 ans, j'ai eu ma première copine et ma première fois avec elle. Cette relation n'a pas duré et m'a beaucoup fait souffrir car par la suite, je suis fortement resté attaché à elle, et lorsqu'une nouvelle fille me plaisait, j'avais tendance à m'attacher trop rapidement, et avec ma timidité envers les filles et l'efficacité de ma séduction, je ne réussissais jamais à être de nouveau en couple (chose que je cherchais à cet époque où j'étais très sentimental), et me retrouvais de nouveaux attaché à ma première copine, avec laquelle j'ai recouché deux ou trois fois. Par la suite en classe préparatoire, j'ai radicalement changé. J'ai arrêté de m'attacher aussi facilement et ai plus cherché des relations d'un soir ou de sex friend avec les filles. Mais de même, pas beaucoup de succès car je manquais terriblement de confiance en moi, et les opportunités de rencontre en prépa ainsi que mon profil Tinder peu avantageux ne me permettant pas de nombreuses rencontres, je suis resté sur ma fin au niveau sexuel sur la quasi totalité de la prépa. J'ai donc visité souvent les sites pornographiques hétéros (comme durant la période lycée). C'est durant cette période que ce situe des événements qui alimentent mon questionnement. Le premier et que je me suis vite lassé du plaisir solitaire simple, et étant curieux, j'ai voulu essayer le plaisir anal et l'ai testé en solo avec un sextoy. Les sensations ne m'ont pas particulièrement plu, je n'ai donc pas continué, mais ai tout de même réessayé quelques fois jusqu'à maintenant sans plus de satisfaction. Je pense que j'ai de temps en temps un fantasme à ce niveau, mais que ce n'ai pas une pratique que j'aime. Avec ce fantasme, je me suis aussi retrouvé intéressé par des vidéos bisexuelles avec deux hommes et une femmes, mais je me suis rendu rapidement compte que le fait de voir un homme en sucer un autre ainsi qu'un homme pénétré par un autre ne m’excitait pas, et suis donc passé au vidéo de femmes dominatrice avec strapon qui elles me conviennent lorsque j'ai ce fantasme. Enfin, dernier événement de cette période: durant une soirée avec un ami homosexuel et ses amies hétérosexuelles, je suis allé avec eu, relativement alcoolisé en boite gay, et j'y ai embrassé mon ami pendant plusieurs galoches, avant de finir par aller danser, embrasser et presque finir la soirée avec l'une de ses amies. Après la prépa, vient l'école d'ingénieur. Première année similaire à celles de prépa. En deuxième année, je passe mon premier semestre en Chine, ou je gagne énormément en confiance en moi, m'aimant plus, physiquement et mentalement, et ou je deviens moins timide avec les filles, mais aucune relation durant ce semestre. Le deuxième semestre est à l'image des autres semestres passés en France. Arrive l'été dernier, où j'effectue mon stage de deuxième année dans le sud ouest de la France avec un camarade de classe, donc tous les weekends c'est férias et festivals et notre but est de s'amuser si possible avec des filles. Lors de la première féria, celle de Pampelune, mon ami le dernier soir ramène une fille, et je me retrouve seul dans la ville à essayer de mon coté sans sucés, et afin de ne pas passer la fin de soirée seul, je me met à discuter dans un bar avec un inconnu qui ressemble au type d'homme auquel je veux ressembler, et avec qui je blague sur le fait que si j'avais été homosexuel, j'aurais eu plus de relations sexuelles dans ma que maintenant, m'étant fait dragué plus souvent par ceux si que moi ayant réussi à séduire une fille. Et là, le lendemain, sur le chemin du retour, en repensant à la soirée, une peur panique d'être homosexuel me prend, alimentée par les détails cités précédemment et le fait que j'ai trouvé l'homme de la veille classe. Du coup je me met à regarder les mecs pour savoir si ils me plaisent, je n'arrive pas à savoir, du coup ma peur se durcie car pour moi je devrait être sûr de moi à ce sujet. Je vais donc me renseigner, et une phrase toute simple lue sur plusieurs site calme directement ma peur au bout d'environ une semaine "ont ne deviens pas homosexuel". Du coup la peur passe, l'été continue et j'arrive à mes objectifs avec mon ami. En septembre, je suis parti pour un double diplôme en Russie pour deux ans. A ce moment, j'ai eu envie de me retrouvé une copine, chose que j'ai relativement fait rapidement. Sexuellement tout allait bien, si l'on met de côté le fait que j'ai souvent du mal à éjaculer lors d'un rapport avec une fille (jamais lorsque je me masturbe), problème qui n'a pas du être amélioré par le fait que l'on faisait l'amour sans protections d'aucune sorte. Sur le plan sentimentale, c'était plus compliqué. J'avais du mal à me décroter de mes habitudes de solitaire, et le fait qu'elle ne soit pas énormément disponible du fait de ses travails et de ses études n'a pas beacoup aidé, ce qui fait que la relation c'est détériorée et que j'y ai mi fin il y a trois semaines. Problème, cette rupture m'a fait me remettre en question et la peur d'être homosexuel est revenue au galop avec ces questionnements: -si je n'arrive pas à être en couple avec une fille, c'est peut être que je suis homo -d'ailleurs tu n'as aucun problème pour discuter et lier une relation d'amitié avec des mecs, et tout le contraire pour lier une relation avec une fille (depuis toujours, énorme sociabilité avec tout le monde, mais plus forte avec les mecs jusqu'à présent car il n'y avait pas de mal entendu possible avec mes intentions) -et puis il y a des types que tu trouve beau et classe, peut être qu'ils t'attirent (en effet, je trouve certains hommes beaux) -tu as aussi eu des expériences pas très hétéro précédemment aussi -et puis va tchecker en regardant des vidéos homo si ça ne t'excite pas ( résultat, ça ne m'excite pas, ne me dégoutte pas, mais je ne peux pas regarder une vidéo entière) Bref, la petite voie à te questionner tout le temps et à te rendre malade d'angoisse. Faisant assez souvent des crises de paniques, et ayant des TOC qui apparaissent, disparaissent puis réapparaissent comme des peurs obsessionnelles d'avoir un cancer de la gorge parce que j'ai fumé trois ans, de faire un AVC, ou bien de faire une crise cardiaque, au point de me donner des douleurs fictives, j'ai des pilules me permettant de calmer drastiquement le stress en cas de besoin. J'en ai donc pris une journée, ce qui m'a calmé et permis de réfléchir. La peur de d'être homosexuel est passé, car au final si je le suis rien de grave, mais le doute quand à mon orientation persiste. Cela me déboussole énormément car bien que j'éprouve toujours du plaisir à regarder les filles et à essayer de les séduire, je ne peut pas m'empécher de me demander si c'est sincère ou tout simplement par jeux. De plus, cela me fait me poser beaucoup de questions sur ma relation avec les garçons, car j'ai été particulièrement heureux de voir arriver des français dans ma ville de Russie et j'apprécie énormément passer du temps avec eux ayant été relativement seul au cours de ce semestre. Enfin, je ne crains pas le fait de pouvoir être homosexuel, car j'ai parlé de mon questionnement avec ma mère et mes amis qui ne l'ont pas mal pris, mais si je le suis, cela voudrait dire que je me suis menti pendant de nombreuses années, et que je devrai aussi adopter des pratiques sexuelles qui ne m'attirent pas. Je vous remercie de la patiente pour avoir lu ceci, et vous demande donc votre avis sur mon orientation ainsi que des conseils afin de vraiment réussir à éclaircir !