Tag: questionnement



Ça fait longtemps que je sais que je ne m’identifie ...

Ça fait longtemps que je sais que je ne m'identifie pas à un genre particulier. Quand j'étais plus jeune, j'étais en processus d'exploration de cette réalité. J'etudiais dans un domaine lié aux arts et je penses que la culture du milieu y jouait pour beaucoup. Je jouais avec les deux extrémités du spectre et je prenais du plaisir a brouiller la piste de mon genre. Je racontais avec joie a mes ami.e.s comment une personne m'avait confondu pour le "sexe" opposé. Mais "non-binaire", ça ne faisait pas partie de mon vocabulaire. J'exprimais plutôt ma position comme une absence d'appartenance mais un plaisir a jouer un rôle. C'est un peu encore comme ça que je le vois. En commençant l'université jai essentiellement rangé tout ça de côté. J'avais encore ma façon particulière de me présenter mais j'avais, a mon sens, fait "la paix avec mon genre". Je penses que je me suis convaincu qu'être une "femme" ne vient avec aucune exigence quant à ma façon d'être. J'ai aussi passé d'un milieu ou presque tout le monde me considérait gay (j'étais en relation avec une fille a l'époque), à un milieu où j'étais considérée hétéro (en relation avec un homme a ce moment). En réalité je n'étais ni l'un ni l'autre, mais la "conformité" était plus confortable. D'ailleurs, en couple, je n'utilise jamais le terme asexuel, même si j'explique a mes partenaires que je n'ai pas de satisfaction sexuel et que j'accepte de pratiquer l'acte pour leur satisfaction a eux. Je penses que si ça n'était pas si compliqué a trouver, j'aurais un.e partenaire également ace. Je ne fais plus de coming out "gay" ou "bi" ou quoi que ce soit aux gens que je rencontre, y compris mon copain de maintenant 4 ans. Je n'ai jamais fait de coming out a mes parents, même quand j'étais en relation avec une fille. Je n'aime pas étiquetter ces facettes de moi. Dans un monde idéal, je n'aurais même pas à y penser. Mon appartenance de genre, mon attirance sexuelle, pour moi ce sont des absences et non des identités. Me dire "ace" revient pour moi a me définir dans un cadre "sexuel" et ça ne me reviens pas. Je penses aussi qu'il y a une forme de vulnérabilité a m'identifier publiquement qui me fait peur. Depuis quelques mois par contre, et je penses que c'est parce que je vis plusieurs changements importants (carrière / vie amoureuse / famille) en même temps que plusieurs personnes autour de moi font des coming out et / ou entament des transitions, la question de mon genre ne me laisse pas tranquille. J'ai l'impression d'être sur le bord d'un coming out, et ça me terrifie autant que ça m'excite. Comment je fais pour gérer ces émotions? Il y a un sentiment profond de non retour si je verbalise ces choses, et des jours je suis convaincu que je me fais des idées, alors que d'autres j'ai envie de foncer la dedans et de le faire de façon très publique. En même temps, je regarde mes amis transitionner, autant je trouve ça beau, autant je ne me vois pas la dedans. Je me sens presque comme un imposteur et j'ai peur d'envahir un espace qui ne mappartien pas. D'un côté j'ai des convictions profondes sur ma personne, de l'autre j'écoute les témoignages des autres et je ne m'y reconnais pas. Alors je doute. Je doute tout le temps. J'ai le sentiment d'être pris entre deux mondes, et aucun des deux n'est réconfortant. Je ne sais pas ce que ça fait de moi. Quand je penses a des choses comme la possibilité d'altérer mon apparence par rapport a celle que j'ai actuellement, je me rend compte que j'aime mes seins, qui se cachent bien quand nécessaire, j'aime mon visage, juste assez androgyne. J'aime que ma coupe de cheveux me fait avoir "l'air d'un garçon" et que les gens sont toujours ébahis de me voir dans une robe. Je me rend compte aussi que j'aimerais ne pas avoir de hanches, ne pas avoir de fesses. J'aimerais pouvoir marcher dans la section pour homme sans crainte et sans honte et y acheter des vêtements aussi flatteurs que les vêtements dans la section pour femme. J'aimerais qu'on ne m'appelle jamais madame, mais je ne serait pas heureuse qu'on m'appelle monsieur. Puis-je explorer ces choses sans m'engager pleinement dans un "coming-out trans / non-binaire? Est ce que ça relève même du trans / non-binaire? Comment savoir si le risque professionnel / amoureux / familial en vaut la peine si je ne suis pas certaine de ma position? Il y a des risques a revenir en arrière après avoir pris un pas publique en avant. Comment savoir que je ne suis pas un imposteur? M.




Être demitrans, est-ce que cela se limite à FTM ou ...

Allô! C'est Ash! Merci de m'avoir permis d'éclairer certains points chez moi. Vos réponses étaient plus que satisfaisantes, mais d'autres questions se sont imposées à moi. Être demitrans, est-ce que cela se limite à ftm ou mtf ou y-a-t-il d'autres possibilités? Est-ce que vous savez comment je pourrais être certain de qui je suis? Il n'y a probablement pas de bonnes ou mauvaises réponses, c'est juste que je n'ai pas l'impression de savoir ce qu'est de se sentir femme/ homme comme mentionné dans mes premiers écrits, j'ai simplement l'impression d'être moi et par conséquent, je n'arrive pas à mettre le doigt sur ce mot qui pourrait me convenir. Même si je dois avouer que j'ai une préférence pour les pronoms et accords masculins et que le terme demiboy ou demi non-binaire m'attirent. Cela peut sembler bête, car chacun à sa propre expression de genre ( je crois que c'est le terme), mais comment pourrais- je avoir un style plus garçon ou non- binaire ou encore demi trans? J'ai l'impression de me modeler à la société et de ne pas m'assumer pleinement. C'est étrange de se sentir comme ça. J'ai l'impression de me connaître, sans pour autant comprendre qui je suis. C'est plutôt ironique! Passé une bonne journée :) Asher


Je suis attirée par les hommes, mais certains rêves et ...

Je me questionne sur ma sexualité : Bonjour, Je m’appelle Laura , j’ai 23 ans et depuis maintenant plusieurs années maintenant, je doute de ma sexualité. Tout commence à l’enfance , précisément en 2002. Un groupe de chanteuses composé de deux jeune filles prénommées T.A.T.U passaient à la télévision . Il vient une scène où ces deux jeunes filles s’embrassent langoureuse. À cette âge là (4ans) je ne savais pas ce que cela signifiait, mais je sais que j’aimais voir ça . Je ressentais un sentiment intérieur de satisfaction. Plus tard durant la même période d’enfance vers 8-9 ans. Je matais les femmes vêtues de petites tenues dans la rubrique « lingerie » d’un magazine nommée « La Redoute » . Je m’imaginais dans ma tête avec elles lors de plusieurs scénarios inventés. En 2014-2015 , je suivais une page d’un groupe de danse composé uniquement de femmes latinos très sexy. Leurs physiques et leurs féminité m’attirais. Dans la vie de tout les jours lorsque je voyais une femme très agréable a regarder je ne pouvais pas détourner le regard , ou soit je baissais les yeux per honte . Honte de croisée son regard et honte de se sentiment d’être attiré par cette personne. Le quiproquo, est que je suis hétérosexuel. Je suis attiré par les hommes mais récemment, j’ai rêver d’avoir une relation intime avec une femme et…j’étais la partenaire active . Cela veut-il que je suis …?




Je ne suis pas une fille, ni un garçon, comment ...

Bonjour, Bonsoir. Je m'appelle Loy (ceci est le nom que je me suis attribué depuis quelques années, ce n'est pas mon vrai nom)Donc ça fait quelques années que je me suis questionné sur mon genre. Je me suis affirmé non binaire, j'en ai parlé à tout mon entourage tel que mes amies, mes parents et même aujourd'hui ma professeur principale. Mais je ne me sens pas accepté ou pas prit au sérieux (j'en ai parlé aussi)Je ne sais pas vraiment comment je me sens, je sais que je ne suis pas une fille (je suis de sexe féminin) et je n'arrive pas à me considérer comme un garçon, alors je me suis dit que je suis tout simplement moi, un être humain. Mais là société ne l'accepte pas et voir F sur ma carte d'identité me met extrêmement mal à l'aise.Je ne sais pas comment faire ni comment réfléchirJe ne sais plus quelles questions me poser et comment faire pour que ça aille mieux.Cela fait maintenant 3 ans que je m'interroge sur mon identité.Si vous avez des conseils à me donner ça serait sympa :( merci beaucoup !


J’ai beaucoup d’anxiété, je suis puceau, j’aime les femmes et ...

Bonjour, Je me pose des questions. Je suis un homme de 18 ans et j'ai toujours été attiré par les femmes. Néanmoins, depuis un mois, je vie dans un doute qui me rend extrêmement anxieux. En effet, pendant que je regardais un reportage sur l'homosexualité et l'homophobie, un passage m'a déclenché une crise de panique (sueurs et vertiges). Dans ce passage, le documentaire explique qu'une expérience a été réalisée dans laquelle des hommes homophobes et des hommes qui ne sont pas homophobes (tous hétéros) ont regardés du porno gay avec un anneau autour du pénis afin de capter si ce dernier grossit ou non devant la pornographie gay. Le résultat de l'expérience est que les homophobes ont une réaction pénienne tandis que les non-homophobes n'en ont pas. Ainsi, le documentaire émet l'hypothèse que certains homophobes seraient des gays refoulés. Et si je suis honnête avec moi même, je suis légèrement homophobe. Pas au point de vouloir du mal à ces derniers ou de refuser le mariage gay, mais je préfère qu'ils vivent de leur côté, moi du mien, sans qu'on se rencontre, je les tolère en gros, et ma famille est à peu près pareille. Et donc à ce moment du reportage j'ai eu une crise de panique car le doute s'est installé en moi : et si j'étais comme les gens de cette expérience, un homo refoulé ? 2 mois avant cet événement j'ai vécu le doute suite à des soucis de santé me donnant du mal à respirer. Je n'avais pas la réponse à la question : ai-je un grave problème de santé ou suis-je anxieux ? J'avais le doute, et ça me poussait à croire que j'étais en train de mourir. J'ai finis par comprendre que c'était de l'angoisse, et j'ai accepté les symptômes de cette dernière sans craindre pour ma vie. Cette peur qui m'est soudainement venue prend racine plus loin dans ma mémoire : tout d'abord en voyant le film Bohemian Rapsody, sur la vie de Freddie Mercury, qui était un hétéro en couple avant de découvrir qu'il était gay, quittant sa femme. Cela m'a effrayé, mais pas comme actuellement, je m'étais juste dit "ah ouais c'est chaud". Et puisque j'ai 18 ans mais que je n'ai jamais eu de copines et que je suis puceau, que je n'ai jamais embrassé etc... bah dans ma famille on commence à me demander "toujours pas de copine ? Peut-être que tu es gay" pas méchamment, c'est dis comme ça entre deux phrases et ils rajoutent souvent un truc du style "ça serait pas un problème du tout d'ailleurs" mais bon ça trotte dans mon esprit depuis l'épisode du reportage. En fait ça devient une obsession depuis le documentaire (alors qu'avant je me posais jamais la question) : j'ai commencé à lister les épisodes hétéros et homo de ma vie. Par exemple j'ai un jour eu des frissons quand un homme me caressait avec son stylo en classe. Est-ce la preuve que je suis gay ? Et quand j'étais jeune j'ai également pratiqué le plaisir anal, avec un crayon, et j'ai aimé ça. Est-ce gay ? Pourtant toute ma vie je me suis masturbé sur des femmes, j'ai découvert ma sexualité sur des corps féminin, j'ai fantasmé sur les femmes, je fais des rêves érotiques avec des femmes, et je me souviens avoir bandé les premières fois dans mon lit en m'imaginant déshabiller des filles de ma classe. Mais ces quelques points de doute m'effraient. Quand je suis dans la rue ou sur internet et que je vois un homme, je me pose la question "est-ce qu'il m'attire ? Qu'est-ce que je ressens ?" idem avec les filles, ça devient presque paranoïaque : à chaque visage, cette pensée me vient à l'esprit. Parfois j'ai une sensation dans mon ventre devant un visage d'homme, et je me demande "est-ce que c'est un sentiment d'attirance ?" Faut aussi avouer que depuis mars 2020 je vois presque personne, et encore moins de filles. Donc je suis seul et j'ai commencé à oublier les relations et les sentiments qu'on a, je suis surtout dans ma chambre. Et avant ça j'étais obèse, j'avais honte de moi et bien que je prenais du plaisir sexuel solo sur des filles je ne me suis jamais imaginé en couple (avec une fille, un homme ça m'avait jamais traversé l'esprit) à cause de mon poids, je me disais que personne voudrait de moi. Maintenant je suis maigre, j'ai fais du sport. Et ce doute que j'ai me fait penser à ce que j'ai vécu avec l'anxiété et le doute que j'avais sur les difficultés respiratoires : ça y ressemble beaucoup et la mécanique du doute est la même, mais d'un autre côté ça pourrait être une homosexualité refoulée, et puisque je suis puceau de tout je peux pas savoir. Donc voilà les questions que je me pose : - Est-ce qu'un gay qui découvre qu'il l'est à 18 ans pourrait avoir été excité sexuellement toute sa vie par des femmes jusqu'à ce qu'il découvre qu'il est gay, et il perdrait alors peu à peu l'excitement sur les femmes ? Un peu comme Freddie Mercuri - Est-ce qu'un individu peut découvrir qu'il est gay car il a découvert qu'il avait peur de l'être ? - Plus généralement, est-ce que quelqu'un qui est attiré par les femmes depuis toujours peut être gay et perdre l'attirance envers les femmes ? - Est-ce que l'angoisse et l'anxiété peut mener à douter de son orientation sexuelle ? J'ai entendu parler du TOC homosexuel mais j'ai bien conscience que j'ai envie de m'y attacher, mon jugement est biaisé. Ceci pourrait être une possibilité ou est-ce une "farce" ou un mensonge pour faire accepter aux gens leur homosexualité progressivement ? - Est-ce que quelqu'un qui a grandit dans un environnement hétérosexuel et légèrement homophobe pourrait développer une attirance factice envers les femmes avant de découvrir qu'il est en réalité homosexuel ? Je vous remercie pour votre temps et les réponses que vous donnez. J'en ai déjà lu plusieurs et elles m'ont apportées un peu d'éclaircissement, mais je me pose encore des questions. Je tiens également à dire que quoi que soit l'issue de mon doute actuel, ma vision des choses sur l'homosexualité a changé : la peur et l'anxiété que je ressens à l'idée de l'être va grandement et a déjà grandement changé l'attitude que je pourrais avoir et mes pensées envers d'autres homosexuels. Cela est d'autant plus troublant car j'ai l'impression d'avoir changé de personnalité suite à cela, "trahissant" mes convictions, mais c'est une autre discussion.


Je me sens totalement illégitime à être une femme ou ...

Bonjour, Depuis un certain temps je me pose des question a propos de mon genre. Mon sexe assignée a la naissance est fille. Je sais que depuis assez longtemps je n'ai pas toujours été à l'aise avec mon corps et cette impression s'est accentué pendant et depuis la puberté. Je n'aimais pas toujours, et je n'aime pas toujours comment est mon corps, j'ai l'impression que ce n'est pas toujours moi. J'ai du mal a accepté mon corps "fille" et a me sentir légitime dans celui-ci... Pour autant, je ne me sens pas comme un "garcon". Et j'ai énormément de mal a comprendre car je ne me sens pas "homme" mais pas totalement "femme" malgré tout... J'ai fait des recherches et je crois que le genre dont je me rapproche le plus est demi-girl mais je n'en suis pas sûr. J'ai énormément de mal a m'accepter car comme je l'ai dit je me sens totalement illégitime à être une femme ou à être non-binaire... Déjà que j'ai du mal à accepter mes orientations romantiques et sexuelles alors avec mon questionnement sur mon genre, je suis complétement perdu... Atone



Est-ce que je suis homoromantique ou biromantique? J’ai été en ...

Bonjour je suis Annabelle . Je suis une fille même si j'en suis pas trop ravi , j'aime bien me vertir comme les garçons et mes parents n'aime pas ça . j'ai déjà eu trois petit ami mais a bien y réfléchir je n'ai aimé aucun d'eux . Sexuellement les garçons m'attirent autant que les filles à cause de ça je suis très confuse et je ne sais pas trop si je suis homoromantique ou biromantique . ça fait six mois que je suis célibataire et pense toujours a ce que je suis vraiment et j'ai peur de décevoir ma mère . Je voudrais que vous m'aidiez à comprendre tout ça .