Tag: ouverture


Malgré toute mon ouverture envers les communautés LGBT, j’en viens ...

Bonjour, Je vous envoie ce message avec toute la détresse que je peux ressenti à cet instant. Je suis une fille de 19 ans et je ne suis pas sûre de subir un TOC "homo" ou de me voiler la face. J'ai toujours été super ouverte d'esprit, défenseuse de la communauté LGBT avec une majorité d'amis LGBT (je déteste dire ça, on dirait les racistes qui disent avoir un ami racisé mais je pense que c'est bien de préciser). J'ai toujours été attirée par les hommes, aussi longtemps que je puisse me le souvenir. J'ai cherché leur regard, j'ai été amoureuse (sans être en couple), mais j'ai toujours été angoissée à l'idée de m'engager. Je suis très très proche de ma famille, j'éprouve beaucoup d'affection pour mon enfance et j'ai toujours angoissé à l'idée de grandir et ce, encore aujourd'hui. Étant ouverte d'esprit, je me suis toujours dit "bon on ne sait pas de quoi la vie est faite, peut-être un jour, tu seras avec une fille", malgré le fait que mes expériences ont toujours été liées à des garçons. Cependant, quand on me posait la question de mon orientation romantique/sexuelle, j'éprouvais toujours un certain malaise. Je ne sais pas ce qui a pu se passer au cours de ces derniers mois, mais en regardant des séries, alors que je me disais que certaines actrices étaient belles et j'ai commencé à me dire si c'était de l'attirance ou bien seulement une réalisation objective. En prenant en compte mon expérience, j'ai commencé à stresser énormément jusqu'à que cela en devienne une obsession. Je ne pense qu'à ça, je fais que de me tester (je regarde tout le monde, toutes les femmes en me demandant si je les trouve belles, attirantes) jusqu'à le faire sur des personnes complètement inappropriées alors que ça n'a pas lieu d'être (je me dégoûte à avoir même pensé à ça en regardant ma propre tante, ma propre soeur). J'essaye d'imaginer tous les scénarios possibles dans mon esprit, que ça soit avec des hommes ou des femmes et je finis par me dire que si je me pose toutes ces questions, c'est que je ne suis pas hétéro. J'ai peur de parler à mes propres amies de peur d'être attirées par elles, je me referme sur moi-même et me sens sombrer sans que je ne puisse sortir de ce cercle vicieux qui est tout simplement sans fin. Je ne me comprends plus. L'idée d'être lesbienne me fait terrible et j'ai vraiment l'impression qu'il serait impossible que je m'accepte. Mes parents ont beau avoir m'exprimé un certain soutien, je ne sais pas, c'est pas possible, je ne pourrais pas être heureuse. Je viens à avoir des crises de panique qui font que je me blesse (je me griffe la peau si fort que j'ai les marques pendant des jours entiers), je n'arrive plus à dormir la nuit, je me réveille en pensant à ça... J'éprouve beaucoup de culpabilité en me disant que le fait d'éprouver de telles sensations fait de moi quelqu'un d'homophobe mais je viens vraiment à avoir des pensées suicidaires tellement je me dis que ce n'est pas possible. J'ai appris l'existence du TOC "homo", dont les symptômes ressemblent beaucoup à ce que je traverse mais des fois, je me dis que ça se trouve, je me voile la face, je me trouve des excuses pour ne pas accepter cela. Je me demande comment j'ai pu me mentir pendant des années. L'obsession est telle que je viens à me dire que je ne trouve pas les hommes beaux (des acteurs par exemple que j'ai trouvés vraiment beaux par exemple il y a de cela même pas un mois) et dès que je vois une femme que je trouve belle, je me dis que c'est forcément de l'attirance. Mes parents ne savent plus quoi me dire et je ne sais plus quoi me dire aussi. J'ai l'impression de me résigner à l'être et j'angoisse à l'idée de me résigner à l'être. Je remets toutes les expériences que j'ai eues dans ma vie en question et j'ai l'impression que je vais sombrer dans le dépression. Je me suis déjà masturbée sur des relations hétérosexuelles et homosexuelles et je me dis que cela doit répondre à ma question et ça m'angoisse encore plus. Mais d'un autre côté, je ne comprends pas vu que je n'ai jamais éprouvé autant d'attirance pour une fille que pour un garçon. Je ne peux même pas me dire que je veux tenter avec une personne d'un quelconque genre vu que j'ai à la fois peur de l'engagement et que je suis totalement angoissée à l'idée d'éprouver quelque chose. Ma vie est un pur enfer et je ne sais vraiment pas comment je vais m'en sortir. Parfois, je me dis que non, je suis bel et bien attirée par les hommes et que je trouve juste les femmes belles, de manière complètement objective. 20 minutes après je vais me convaincre que je suis lesbienne car je suis tellement obsédée par ça que je viens à me dire que je n'éprouve pas d'attirance pour les hommes (cocasse, quand je repense au fait que je n'ai fait que de regarder un mec de ma promo toute l'année). Je ne sais pas si je veux des réponses à mes questions, peut-être que si. J'ai l'impression que je veux m'enfermer dans ma cage de résonance et qu'on me dise les choses que j'ai envie d'entendre et d'autres fois, ce n'est pas le cas. J'ai regardé des solutions par rapport au TOC comme l'exposition qui fait qu'on doit accepter ces pensées dans notre esprit, de ne pas les rejeter pour qu'elles s'estompent toutes seules. Mais j'ai l'impression que si je fais ça, je m'enferme dans une réalité qui m'angoisse, que je ne peux accepter. Et d'un autre côté, j'ai peur de refouler une possible homosexualité et ça m'angoisse. Cela m'angoisse énormément et je ne sais pas si je vais m'en sortir un jour. Encore merci et bonne journée. Carla


Auriez-vous des références pour un enfant transsexuel ?

Je suis la mère d'un garçon de 6 ans 1/2 et il me dit qu'il n'aime pas son apparence et qu'il voudrait être une fille. Il se déguise souvent ainsi (fausse boucles d'oreilles bracelets, coiffure, etc.), il pleure le soir et demande au petit Jésus de le transformer durant la nuit. Bien que ma question ressemble à celle du garçon de 13 ans; je me demandais de quelle façon je pouvais aider mon fils en consultant les bons intervenants étant donné son âge. En tant que parent, mon mari et moi acceptons cette différence et l'aimons beaucoup. Nous sommes prêts à l'aider...mais par où commencer étant donné qu'il est si jeune et que les ressources semblent être offertes aux plus vieux? Nous le comprenons et savons qu'il a une agressivité et une frustration constante à ce sujet. Comment l'aider...nous voulons seulement son bonheur et sa paix intérieure. Avez-vous des références de personnes aptes à aider un si jeune garçon? Merci de votre attention.




Mon frère est très déprimé, je crois qu’il est bisexuel, ...

Mon frère nous a annoncé il y a 1 an qu'il était homosexuel. Avant de nous annoncer cette nouvelle il était avec une fille depuis 3 ans. Par la suite, il a rencontré un gars qu'il a aimé mais ça ne fonctionne plus aujourd'hui et il regrette d'avoir avoué son homosexualité. Il est constamment déprimé depuis sa rupture avec ce gars(il y a plus de 6 mois). Je ne sais pas quoi lui dire ou quoi faire pour qu'il soit moins déprimé et qu'il me parle de ce qu'il vit. Il me dit souvent qu'il se sent seul parce que tous les homosexuels qu'il a rencontré veulent juste "baiser". Je pense qu'il est bisexuel mais je ne trouve pas les mots juste pour lui dire que moi et ma famille accepteront toujours ses choix malgré qu'il soit bisexuel ou non. Que dois-je faire? merci à l'avance


J’ai plusieurs questions sur le VIH…

J'ai lu les deux derniers articles portant sur le VIH, et j'ai maintenant des questions. Une goutte de sang infecté par le VIH peut-il débouché sur une contamination? Le sang dilué avec d'autre substance, comme par exemple de l'eau, du jus ou du vin, peut-il neutraliser le virus? Pour ce qui est de la personne qui dit avoir bu du vin contenant une goute de VIH, peut on dire que ces risques de contamination sont quasiment nul? merci Frank




Je suis une intervenante. Comment aider une étudiante en ...

Bonjour! Votre site est vraiment génial... enfin il m'explique ce que moi en tant qu'hétéro ne saisit pas toujours! Je travaille auprès d'une jeune fille de 15 ans qui se questionne beaucoup concernant son orientation. Elle pense de plus en plus être lesbienne, mais à longtemps pensé être bisexuelle. Quand elle me parle, elle me dit qu'il est important pour elle de s'affirmer, mais elle le fait de façon à faire réagir les gens. Par exemple, en pleine cour d'école, elle embrasse sa copine et lui lèche les doigts... Pour moi s'affirmer, c'est être bien avec soi et ne pas avoir honte de ce que nous sommes, mais pas nécessairement de crier haut et fort qui nous sommes. Je veux l'aider du mieux que je peux par rapport à son affirmation. Cette jeune a souvent tendance à créer le rejet dans pleins de sphères de sa vie, alors il faut être prudent. Comment l'amener à s'affirmer positivement? Merci si vous pouvez m'éclairer car je souhaite l'aider du mieux que je peux! Merci.


Comment faire ma sortie du placard mon père et mes ...

Je suis gai, je le sais et je m'accepte comme je suis (j'ai 17 ans). Mais j'ai peur de le dire aux autres et de voir leurs réactions. Mes amis ont souvent des propos, je dirais pas homophobes, mais ce qui m'a fait plus peur c'est d'entendre mon père dire "tapette". J'écoutais un spectacle de David Bowie à la télévision (personellement c'est mon idole), c'était durant sa période Glam rock où il portait du maquillage et des costumes anfrogynes, quand mon père m'a demandé pourquoi j'écoute le spectacle de cette tapette là. J'ai figé! Jamais j'avais entendu de propos comme ça venant de mon père, et ça m'a vraiment fait peur. Comment je peux leur annoncer ma réalité quand j'ai déja entendu leur réactions face aux homosexuels? - Anthony