Tag: orientation sexuelle


Je me persuade de trouver les hommes moches depuis ma ...

Bonjour, j’ai actuellement 16. Je suis plus avec mon copain depuis peu, qui était mon premier amour car je trouve que je ne l’aime plus comme, avant, et que je suis moins aveuglée par l’amour. Et depuis avant hier, je suis allée à une soirée ou il y avait des garçons et j’étais gênée de leur parler (par rapport à mon copain sûrement) et depuis, je me persuade de trouver tous les hommes moches. Je me suis donc posée la question, est-ce que j’aime les femmes car j’arrive à les trouver belles. Après, j’ai jamais été intéressé par les femmes et cela ne m’attire pas et ne m’as jamais attiré mais j’ai quand même peur d’être attiré. Dès que je vois une femme je me dis que j’ai peur qu’elle m’intéresse. J’ai l’impression d’être devenue « parano » à cause de pas vouloir trouver des hommes beau mais peut être que ce n’ait pas ça. Bref j’ai besoin de votre aide, merci.


J’ai beaucoup de questions entourant mon orientation sexuelle et je ...

Bonjour, Après avoir lu plusieurs de vos réponses sur les questionnements sur son orientation sexuelle, je me suis à mon tour lancée. Alors voilà, j'ai 15 ans, cela va bientôt faire un an que je me questionne sur mon orientation sexuelle, depuis qu'une amie m'a fait son coming out "bisexuelle". Il faut savoir, même si je ne sais si ça a joué dans cette démarche, que j'ai un enorme manque de confiance en moi, que je désire être comme ceux que j'aime pour me faire accepter d'une certaine manière. C'est donc à ce moment là que je me suis demandée si j'étais tout comme elle bisexuelle, sans pour autant que des bulles anecdotiques me reviennent. En somme, je m'étais simplement demandée si je l'étais, et si la réponse était concluante, ce serait cool, car je serai plus acceptée (c'est une mauvaise manière de raisonner, j'en ai pris conscience au bout de quelques temps). J'ai donc fait part de ce doute à cette amie, qui m'a dit qu'elle se doutait de qqch car à plusieurs reprises, elle s'était demandé si je n'avais pas le béguin pour une prof. Mes questionnements ont commencé mais ne partaient pas d'une bonne base. Lorsque j'entends : "Si tu te poses la question, c'est peut-etre le signe d'une hypothétique attirance", je me souviens de suite que les germes de ce questionnement prennent racines dans un désir de similarités comportementales, je ne sais pas si cela contre tout ce que j'ai pu ressentir pour le même sexe jusqu'à présent... Je ne sais ni quand ni comment, je me suis repasser le film de médiocre qualité de mon passé. Je vous en expose certains extraits : -J'allais pouvoir admirer de près mon premier concert dans le Sud de la France dès l'âge de 5 ans. Le groupe était composé de plusieurs hommes affectés à des postes musicaux différents et d'une femme. (J'éviterais de parler de coup de chaleur car je ne fais trop confiance à ses ressentis révolus) Dès le premier regard, je me suis laissée absorber par sa prestence, je la fixais profondément. Il s'avérait que mon oncle la connaissait, car un des membres du groupe était son cousin. Sûrement que j'ai dû lui demandé son nom ou autres questions de ce style, car on a fini par toquer à sa "loge". À partir de ce moment, les seuls fragments de souvenirs qu'il me reste sont un "je t'aime" que j'ai laissé échapper, ainsi que son don d'un cœur en peluche sur lequel était inscrit "I love You". -Plus tard, vers 8/9 ans, je me revoie regarder une fille de ma classe au bout de la salle, habillée d'un tee-shirt échancré sur les épaules. Je la fixais, sans jamais la lâcher du regard, évitant de croiser le sien. Je regardais ses épaules et il me semble que je souhaitais que son bras reste immobile, évitant ainsi que le haut remonte. Suite à ça, j'ai aussi regarder le pan du ventre qui dépassait du haut d'une autre fille ainsi que d'autre. Les bouts de son haut s'élevaient de plus en plus haut a mesure qu'elle sautait pour le spectacle de dooble jump. -Dans le même contexte, je me souviens avoir regardé les jambes d'une filles portant une minie-jupe. Il me semble que je souhaitais qu'elle se baisse ou autre. Je ne sais plus vraiment alors je ne sais quoi tirer de tous ces faits... ? *Je me demande aussi si j'aurais pu me comparer, si toutes hétéros auraient agit de la sorte ?* -Vers 10 ans, je me suis retrouvée seule, dans la chambre de mon grand-père, j'avais libre choix de choisir la chaîne, alors je zappais afin de découvrir si un programme m'intéresserait plus qu'un autre. Par tous les hasards, je me suis retrouvée nez à nez avec un programme présentant un shooting photo d'une femme nue. Je me suis arrêtée sur cette chaîne nette, sûrement que j'ai eu un coup de chaud je ne sais plus. Tout est assez confus, pas totalement précis, alors je me demande s'il est bon de les prendre en considération ??? Je me suis arrêtée sur cette chaîne, et je regardais la femme, bouche bée. Je me souviens par la suite avoir regarder certaines photos sur Internet de femmes nues, encore une fois il me semble, je ne suis plus la petite-fille d'autrefois pour voir si tous ces sentiments correspondent bel et bien avec les souvenirs qu'ils me reste. -Je lisais aussi la BD "Les Nombrils" en regardant les illustrations de ces 3 filles affriolantes. J'ai pu découvrir quelques pages d'une autre BD "Betty Boob". Et il me semble bien avoir ressenti un coup de chaud en voyant sa 1ère de couverture. -J'allais vers mes 12 ans lorsque j'étais assise sur la banquette d'un train. Rapidement j'ai tourné ma tête direction le quai, et je l'ai vu, une femme qui par mégarde avait coincé une partie de sa minie-jupe surélevée entre son sac à dos chargé et son dos. En conséquence, ses fesses étaient apparentes. J'affirme avoir eu un coup de chaud (causé par la surprise je ne sais pas ?). Je les regardais, les fixais sans jamais dévier mon regard de son postérieur. Je me suis même surprise à compter le temps qu'il restait avant le départ du train, compter le temps qu'il me restait pour observer ses fesses. -Enfin, j'avais 12 ans quand j'ai demandé à voir la vulve de ma meilleure amie. Pour faire court, mais ça n'a pas tellement d'importance, on se masturbait dans le CDI du collège, furtivement j'ai aperçu sa vulve, et j'ai remarqué qu'elle était, contrairement à la mienne, dépourvu de poils. C'est pour cette raison que je ne sais si ça m'a plus intrigué qu'autre chose. Si encore une fois une hétéro, velue également apercevait la vulve "imberbe" de son amie, aurait-elle réagit de la même manière ?? Ou suis-je bien attirée par les filles ? J'ai demandé à voir sa vulve, après hésitation elle a accepté, et je me souviens que je voulais la revoir, c'est assez vague... -J'oubliais ! Cette prof dont je parlais au début, je voulais toujours être avec elle, je lui parlais à chaque fin de cours, des que je la voyais, dès qu'elle passait près de moi j'avais des coups de chaud. Je parlais plus fort pour qu'elle m'entende. Il m'arrivait de regarder ses autres élèves qui lui parlait. J'ai fait 2 ateliers pour Qu'elle me remarque, je soignais ma tenue vestimentaire, par dessus tout, je voulais Qu'elle me regarde. Je pensais à elle souvent, m'imaginant comment elle aurait réagit si elle m'avais vu. En excursion dans sa ville, je regardais si elle y était, voulais tout savoir a son égard. Bref. Au final je me demande s'il s'agissait d'amour ou d'admiration, la frontière étant d'une subtilité incernable ? Qu'en pensez-vous ? Qu'elle est la différence entre les deux ? Je tenais à signaler que je désirais m'habiller comme ces filles, mini-short ( je fixais le bout des fesses dépassant des filles qui les portait, peut être en ressentent une certaine chaleur je ne sais plus), mini haut, mini jupe, bien que ça ne me correspondent pas. POURQUOI ? Des que je me suis dit qu'un probable amour pour ma prof était envisageable, j'ai remis en question ce que j'avais pu ressentir pour les mecs : Pas grand chose qui puisse rivaliser avec mes ressentis pour les filles. C'était totalement différent. Je crushais la plupart du temps sur des garçons intelligents, (l'intelligence est un de mes critères). Je ne sais plus trop comment ça c'est précisément passé, mais je sais que ct différent comparé aux filles. Je me rappelle même mettre demandé si j'étais vrm amoureuse d'eux. Comme déjà dit, j'en ai déjà parlé a plusieurs personnes proches. Elles m'ont souvent demandé avec qui je me voyais vivre plus tard, mais je n'ai pas su répondre, pour la simple raison que je n'arrive pas à me projeter, et quand bien même j'essaye, j'ai du mal à me dire si c'est représentatif. Puis-je être héteronormée ? Peut-etre mais cela n'excuse pas tout.. Autre chose, je me suis mis à regarder tout les corps, hommes (Ce que je n'avais jamais fait auparavant) comme femmes. sans ressentir la moindre petite chose.. En voyant un corps de femme, je me dis que ça m'a par le passé plu, mais pourquoi est ce que ça ne procure plus aucun effet ? Est-ce parce que je m'habitue a leur corps ? Regarder le corps des hommes en attente de sensations, je sais que ce n'est pas la meilleure des solutions mais je ne sais pas comment répondre à cette incessante question : qui aimes- tu ? Les hommes aussi ? Uniquement les femmes ? Tout ces signes sont-ils reliés à l'attirance ? Ne serait-ce pas simplement de la comparaison pour ces filles ? Ai-je été "influencée", ai-je voulu être comme mon amie ? Ces questionnements ont-ils lieu d'être ? Suis-je légitime malgré tout ? Est ce normal que je n'arrive pas à me projeter ? Qu'est ce que la comparaison ? *Est-il possible de passé de homo à hétéro ?* De ne plus jamais rien ressentir pour le même sexe ? Est ce possible ? Est ce de l'attirance que j'ai ressenti pour ses filles ? Suis je legitime ? Etait-ce de l'amour que j'ai ressenti pour cette prof ? Pensez vous que s'en soit ? Qui suis je ? Ça fait beaucoup de questions, je m'excuse d'avance ? Merci de m'avoir lu. En attendant votre réponse. Coralia


Est-ce qu’il y a une orientation sexuelle définissant le fait ...

Bonjour, je suis une fille cis et je me demander si vous pourriez mettre un nom sur ma sexualité. Tout d'abord je suis attiré physiquement et sentimentalement par tout les genre ( femme, non-bianire, trans...), mais je suis dégoûté sexuellement par les personne ayant un pénis , la vu d'un phallus me fait presque peur, me met mal à l'aise. J'aurais voulu s'il existe un therme pour définir une asexualité envers certaines personne en particulier. Et comment puis je tout de même entretenir une relation avec ces personnes? Merci <3



J’ai cette forte envie de dire à mes parents que ...

Heyy, j’ai déjà écrit ici auparavant et puisque vous m’aviez beaucoup aidé je me permet de réécrire. Quand je suis auprès de ma mère ou mon père j’ai cette forte envie de lui dire “Maman/Papa je suis lesbienne!” Mais je sais que ça ne ce passerai pas comme dans les films mon père je sais qu’il l’accepterai mais ma mère… Je veux tellement le dire que ça en devient insupportable, l’envie deviens envahissante. Ce n’est vraiment pas agréable de devoir le cacher. Avez vous des conseils pour le cacher sans que ce sois insupportable? Léa


Je ne suis pas certaine de m’identifier à la pansexualité…

Bonjour! J'ai lu un peu sur ce qu'est la pansexualité, et je pense que je m'identie à ce terme, mais en même temps, je ne suis pas sûre. Ça dit que les personnes pansexuelles sont en premier lieu attirées par la personnalité de la personne sans nécessairement tenir compte du sexe de la personne. Pour moi, la personnalité de quelqu'un, c'est important, mais l'apparence physique aussi un peu, de même que son sexe, et je ne me vois pas nécessairement tomber en amour avec une personne non-binaire. C'est un peu la partie d'être attirée par quelqu'un sans tenir compte de son sexe qui me bloque. Est-ce que je peux être pansexuelle, puisque la personnalité de quelqu'un est importante, mais le sexe aussi, un peu? Merci et bonne journée! A.


Quelle est mon orientation sexuelle si j’aime tout le monde ...

Bonjour,je m’appelle Raphaël j’ai 12 ans et je suis en questionnement mon orientation est gay mais je suis en questionnement car j’aime tout le monde mais j’ai une préférence.je sais que ce que ressent est l’omnisexualité mais des fille me font effet par fois mais je préfère les garçons mon copain est un garçon trans.



J’ai des questions entourant mon orientation sexuelle, mon anxiété de ...

Bonjour, J'ai un peu parcouru le forum et j'y ai trouvé pleins de réponses très intéressantes. Cependant, chaque situation étant différente, je préfère quand même poser une question concernant ma situation personnelle. Ma question concerne l'orientation sexuelle car je n'ai jamais réussi à me positionner vraiment. Aussi loin que je me rappelle j'ai commencé à fantasmer sur les femmes et le porno a guidé mes premières expériences de masturbation dans cette voie. Cependant, j'avais déjà des interrogations à l'adolescence car je pouvais avoir des fantasmes de domination et de pénétration anale avec des personnes de mon entourage (personne ayant autorité, amis...). Cependant, j'étais attiré par des femmes et c'est avec des femmes que j'ai eu mes premières expériences (qui n'ont pas duré pour d'autres raisons de difficulté dans les relations avec l'attachement, le rejet ...). Je n'ai jamais été attiré par des hommes de manière romantique mais uniquement par des femmes et je n'ai pas de doute que mon orientation romantique soit hétéro (j'adore donner/recevoir de l'affection et le contact physique ou verbal avec des femmes). Mes doutes concernent mon orientation sexuelle car j'ai connu des périodes dans ma vie ou des fantasmes homo arrivaient de nulle part et hors contexte dans mes envies. Et cela peut donner des périodes de forte libido sur des fantasmes de pénétration et soumission homo. Ces fantasmes arrivent pendant des moments de doute généralement comme si ma sexualité était reliée à mon estime de moi. Et c'est comme si ma vision intériorisée de l'homosexualité était mauvaise (consciemment je n'ai aucun problème avec les homos et le fait d'être homo). Ainsi quand je vais moyennement bien, mon cerveau "m'inflige" des fantasmes homo pour me faire comprendre qu'il faut que je change quelque chose dans ma vie (comme un déménagement, un changement de boulot ...). Je n'arrive donc pas à savoir si les fantasmes homo sont liés à des vrais désirs de tester cette facette et d'avoir une expérience ou non. D'autre part et c'est un autre problème, il m'arrive d'avoir des pannes quand je couche avec des femmes pour la première fois. J'ai peu d'expérience car je n'ai pas eu de relations longues ( dû à mon parcours et certaines difficultés relationnelles résolues en partie maintenant) donc je ne sais pas si les pannes sont dues à un manque d'excitation ou si c'est dû au stress de tomber sur des partenaires plus expérimentées et d'avoir l'impression de me sentir nul à côté et incapable de les satisfaire. C'est comme si le sexe avec des femmes était trop évident genre on sait comment ça va se terminer et qui va pénétrer l'autre, ce qui est surement très réducteur comme vision. Mais pour en avoir discuté avec des partenaires, elles avaient quand même une attente de recevoir une pénétration vaginale. Dans tous les cas il faut que je connaisse bien la personne pour que ça se passe bien, je ne suis pas fan des coups d'un soir et même si j'ai eu des relations sans lendemain ce n'était jamais avec des personnes que je connaissais du soir même. Dans mes fantasmes homo, c'est comme si le sexe avec des hommes semblait plus facile car il n'y a pas d'anxiété de performance et je suis plus à l'aise sur le corps masculin que je connais. Voilà c'est deux problèmes distincts mais qui se rejoignent ce qui donne un petit micmac. Ca ne m'empêche pas de dormir et je prend les choses telles qu'elles viennent mais je n'aime pas ne pas arriver à y voir clair dans tout ça. Pierre


Je suis dans le flou concernant mon orientation sexuelle et ...

Bonjour, J'ai 19 ans. Je suis puceau et n'ai jamais embrassé quiconque de ma vie. Je me suis toujours vu comme un hétérosexuel et senti comme tel. Mes premières excitations étaient pour des personnes du sexe opposé et leurs attributs particuliers (fesses féminines et seins). J'ai toujours été une personne très timide et solitaire. Mes rares amis sont des hommes, et le reste de mes camarades de classe le sont aussi. J'ai toujours eu du mal avec les relations sociales et encore plus lorsqu'il s agissait de filles. Si en ecole primaire leurs conversations et intérêts ne m'intéressaient pas, c'est bien l'incapacité à les voir comme autre chose que de potentielles copines ou partenaires sexuelles qui m'a réellement empêché de me lier à des filles. Seulement j'ai été longtemps amoureux de filles jusqu'à très récemment. Je m'imaginais un futur avec elles, un mariage ou des voyages voire des enfants...Je m'imaginais me blottir avec elle. Avec certaines le côté sexuelle était plus poussé parceque leurs attributs étaient plus "marqués". Seulement, récemment, après avoir eu cette année scolaire une attirance de la sorte envers deux filles de ma classe à des moments successifs ou superposés, l'idée que rien ne se produira entre nous dans le futur alors que nos chemins vont se séparer (nous allons aller dans différentes écoles etc) j'ai pris conscience d'une sensibilité sexuelle pour d'autres "points d'excitations" que ceux qui sont généralement la "norme" pour les adolescents hommes hétérosexuels. Cela s'est coordonné avec un désir moindre pour les attributs féminins bien que toujours présents. Cela s'est traduit par premièrement des doutes sur mon attirance pour les hommes et une potentielle découverte d'une homosexualité jusque là refoulée, chose qui me faisait peur (mélange de peur d'être homosexuel dans mon entourage dans le bouleversement que cela produirait et du bouleversement identitaire que cela produirait en moi). Puis, en en parlant avec ma mère et en y réfléchissant, cela s'est déplacé vers des fantasmes assez vrais (j'ai joui en continuant ces fantasmes) dans lesquels je prend la position du pénétré, en m'imaginant féminin. Ce qui me pénètre, je l'imagine assez peu mais assez pour imaginer un pénis mais pas réellement un homme, plus une sorte de spectre masculin qui me dominerait (plus viril, plus fort etc). Si je peux en parler avec calme, c est que l'anxiété produite par ces pensées est diminuée aujourd'hui même si elle est encore présente et gênante. Je ne pense pas être gay, donc je suis plus serein dans mon identité (conforme aux expériences ressenties et à mon comportement durant la moitié de mon existence soit la totalité de ma vie sexuelle): le porno gay ne m'excite que peu (pas assez pour me faire bander seul), je regarde principalement les femmes et leurs attributs (instinctivement dans la rue etc), je n'ai été amoureux que de femmes (et parfois amoureux à le vivre comme une malédiction tant il y avait un décalage entre mon aspiration d'être avec ces femmes et la réalité dans laquelle je suis seul). J'ai pris conscience avec ces pensées sur moi que ma sexualité est moins figée que je ne l'imaginais, mais l'angoisse de continuer à avoir ce genre de fantasmes où je suis pénétré et dans une position passive est grande, continuerai-je à aimer les femmes? Arriverai-je à prendre du plaisir avec elles? J'angoisse à l'idée de faire ma premiere fois avec une femme et de ne pas aimer ça, et alors j'angoisse sur le fait de faire l'amour à une femme. Même chose pour embrasser, je n'ai jamais embrassé quiconque et j'ai du mal à m'imaginer embrasser une femme, voire à y trouver de l'intérêt. Je manque aussi socialement beaucoup de confiance en moi et je me soupçonne d'être dans une position assez marquée sur le spectre autistique (ce qui se traduit par concrètement des difficultés à décoder les échanges sociaux etc). De cette manière je me sens assez impuissant vis a vis des autres et de comment notamment séduire des femmes jusqu'au bout (à "assurer" comme l'image qu'on se fait d'un hétéro viril). Je le vis assez mal. J'aimerais maintenant tenter de donner des explications que je pense avoir trouver sur ces pensées et de comment j'en suis venu à cela. Elles sont au nombre de 3 globalement. -Premièrement, la structure: JE suis, comme je l'ai déjà dit, assez anxieux, solitaire, timide, et limité socialement. Je ne l'ai pourtant jamais vécu comme quelque chose de condamnant mais je nourris néanmoins des complexes. C'est surtout dans cette optique que j'ai eu des relations à mon corps et à celui des autres hommes: je me sens maigre et trop petit (alors que je fais 1m90) et me sens éfféminé lorsque je suis à coté d'autres hommes "mieux" bâtis. J'ai conscience de ne pas etre du tout petit, je sais que je ne suis objectivement pas tres maigre (juste fin) mais je ne peux m'empêcher de me sentir mal à l'aise lorsque je suis à coté d'hommes plus costaud et plus grand. Cela s'est meme peut etre developpé en une déception : j'étais peu populaire, trop maigre et pas tres beau mais on me disait que je serais plus grand plus fort comme presque personne quand j'étais petit(plus grand par exemple que mon pere ce qui m aurait donné une taille de 2 m, symboliquement énorme). En constatant que la croissance s'est arretée et que j 'étais moins costaud que ce à quoi j'aspirais je me suis vu assez complexé et cela peut peut etre expliquer que j'ai des fantasmes de ce type (me sentir effeminé et pénétré, dominé). -Deuxiemement, la raison qui me semble la plus importante, mon comportement sexuel jusque-là : une consommation de pornographie d'une fréquence quasi quotidienne pour trouver du plaisir. De la pornographie exclusivement hétéro . J'ai l'impression que les gouts en matière de pornographie on évolué de telles sortes à ressentir toujours plus selon comment je l'imaginais à travers l'écran. Cela fait au moins 1 an alors que j'ai cette impression de m'identifier dans le plaisir aussi à la femme qui se fait pénétrer et qui semble à l'écran prendre le plus de désir. J'ai évolué vers des grossissements des attributs féminins etc et j'ai l impression d avoir au fur et à mesure de ma consommation de pornographie avoir rendu le sexe comme une drogue mécanique dans laquelle il en faut toujours plus pour que l excitation perdure à travers les jours etc. Comme si je m'étais habitué à toutes ses fesses de femmes et que la simple pénétration avait concentrée (en tant qu'acte le plus fort et ressenti à l'écran) tout le désir au point que je doive pour parvenir à un plaisir plus grand le ressentir dans la position à la fois du pénétré (essentiellement ressenti comme la pénétrée) et du pénétrant (le désir que j'éprouve toujours à l'idée de faire l'amour à un corps de femme). Ainsi, je pense que je me suis éloigné du "vrai" sexe pour ne plus vivre une sexualité que dans le fantasme mécanique composé d 'image pornographique. Le probleme est les blocages que cela entraine dans mon epanouissement personnel: je ne sais pas embrasser de femmes et ne sais pas ressentir de plaisir pour embrasser, je me sens sali de devenir comme "soumise" même si ce n'est que dans ma tete, je doute de pouvoir ressentir un plaisir réel hétérosexuel (avec une femme) , j'ai du mal à éprouver réellement du plaisir pour les formes des femmes dans la vraie vie (je ne ressens rien pour les hommes), je doute de pouvoir avoir une relation avec une fille que j aime ce qui finit par me faire douter de mon amour pour elle. Je ne suis jamais sorti avec une femme et ces doutes sur ma masculinité et mon heterosexualité me hantent beaucoup. -Pour finir, j'ai l'impression que la conjoncture actuelle de ma vie m'ammène à avoir ces pensées. La pandemie n a pas favorisé le rapprochement que j aurai pu esperer avec celles que j aime ou avec d autres filles, je n'ai pas pu aller nager (la natation me fait ressentir une plénitude jamais ressenti autre part et son manque me mine le mental), j avais des concours et j'ai encore des concours qui détermineront mon avenir professionnel en grande partie et j ai beaucoup d anxiété vis a vis de l incertitude de mon avenir (je ne sais pas ce que je ferai l année prochaine). Dans ce contexte, je me demande si je pourrais avoir des relations avec des filles, je suis moins sur de moi en tant qu'homme et le fait de douter sur ce genre de chose me fait me sentir encore moins homme (dans l image qu on se fait d un homme qui, bien qu infondée et démentie par mon entourage et moi meme, ne cesse de me tourmenter car j y ai fondé en réalité une partie de mon identité et de ma fierté). Voilà merci de m'avoir lu, pourriez-vous m'éclairer sur mes doutes ou au moins sur la plausibilité des explications que j'ai avancé? Je suis dans le flou et si j'ai compris que c est bien normal chez beaucoup d'humains sur ces questions là au moins, pourriez vous me dire si mon cas est rare ou non, si ce genre de fantasmes disparaissent une fois la premiere fois faites, si la pornographie à un rôle dans tout ça( qui a été pour moi l'entièreté de ma vie sexuelle...). Jack


Comment suis-je supposée savoir si je suis bi, homo ou ...

Bonjour, je m'appelle Amédée je suis cigenre mais ce n'ai pas le bus de ma question je voudrai savoir comment je suis suposer savoire si je suis bi homo ou hétero car depuis qelque temps je ne sais plus qui regardée j'ai commencer le secondaire cette année et quelque un de mes amis on apris qu'il étais homo et je voudrai savoire comment je fais pour savoir qui je suis.



Je pense que se questionner sur ses désirs et son ...

Bonjour, Depuis maintenant un an, je me demande souvent si je suis gay. Je m'appelle Luca et j'ai 23 ans depuis l'enfance, je ne ressent du désir sexuel et romantique que pour les femmes. J'aime le sentiment que j'éprouve en compagnie d'une femme que je désire et vice-versa. Mais comme je vous l'ai dit au début de mon message, depuis le premier confinement en France, la solitude m'a emmené à faire des introspections sur plusieurs domaines de ma vie, je me suis donc posé la question "est-ce que tu es gay ?", ma réponse était "non, j'aime les femmes et je ne ressent pas de désir pour les hommes". Malgré ça et le fait que j'étais convaincu d'être hétérosexuel, la question revenait régulièrement, j'ai fait des "tests" en regardant des photos d'hommes nus et je n'avais aucune réaction. Quelques semaines plus tard, j'étais occupé a vivre ma vie et mes pensées à ce sujet avaient complètement disparues. A la fin de l'été j'ai rencontré une femme avec qui j'ai eu une relation amoureuse pendant quelques mois, tout se passait bien d'un point de vue sexuel ou émotionnel de mon côté mais elle a rompu. Cette rupture a été difficile, car c'était la premiere "vraie" relation amoureuse que j'avais et que j'aimais vraiment être avec elle, faire l'amour avec, etc,... Au début de l'année 2021, mes amis m'ont demandé si j'étais homo ce qui m'a fait retomber dans l'obsession de "suis-je homosexuel ou bisexuel ?". Nous sommes aujourd'hui en avril et mes pensées deviennent de plus insistantes et angoissantes pour moi, j'ai refait des tests en regardant des photos d'hommes, aucune réaction. J'ai regardé du porno homosexuel, aucune réaction. Alors qu'en regardant des photos de femmes ou du porno hétéro, j'ai rapidement une érection et du désir. Maintenant, je commence a imaginer avoir des relations sexuelles avec des hommes et a surveiller une quelconque réaction physique (érection). Ces pensées me pourrissent la vie et m'empêche de vivre normalement. Je trouve certains hommes beau et cela me fait ressentir une angoisse légère. Au début de mes "tests" quand j'imaginais avoir une relation sexuelle avec un homme, je ressentais beaucoup de dégout, aujourd'hui je ne ressent plus de dégout mais ça me repousse quand même. De plus, je n'ose pas en parler avec mes amis, j'en ai discuté avec la psy qui me suivait en début d'année mais elle ne m'a pas aidé. J'ai imaginé être bisexuel mais puisque je ne ressent pas de désir ou d'attirance pour les hommes ça me parait difficile. Je pense que se questionner sur ses désirs et son orientation sexuelle et romantique est une introspection saine mais, je pense avoir déjà traité cette question et j'en suis venu a la conclusion que j'étais hétérosexuel. Donc s'il vous plait aidez-moi a faire disparaitre ces pensées. J'ai découvert votre site il y a peu et le fait de savoir que je n'étais pas seul dans ce problème m'a beaucoup aidé, votre bienveillance aussi.