Tag: orientation sexuelle


Est-ce normal d’être romantiquement attirée envers tous les genres, mais ...

Bonjour, Je voulais poser une question concernant mon attirance sexuelle et romantique. Tout d'abord, je pense être romantiquement pan même si je n'en suis pas sûre à 100%. Mais ma vraie question est sur le plan sexuelle, car pour contextualiser, il n'y a pas longtemps j'ai fait un rêve érotique avec une personne du sexe opposé et le simple fait d'y penser peut me donner des nausées, ça ne m'attire pas du tout. Pourtant, ayant eu ce même genre de rêve avec une personne du même sexe cette fois ci, je ne me sentais pas mal à l'aise après. Pour résumer, je suis attirée romantiquement par les personnes de tout genre, mais seulement par des personnes du même sexe du point de vu sexuelle. Est-ce normal et comment appelle-t-on mon cas? Merci beaucoup d'avance pour la réponse. Anonyme


Je me pose des questions sur mon orientation sexuelle car ...

Bonjour, je suis actuellement en classe préparatoire. Je me pose pas mal de questions par rapport à mon orientation sexuelle et romantiqute. Depuis toujours, je suis attiré par les femmes sexuellement et romantiquement(je suis plutôt beau selon la plupart des gens) et je laisse les femmes venir vers moi en leur jetant juste un regard, sauf que sortir j'ai toujours manqué de confiance en moi et je n'ai jamais dit à une fille que je voulais sortir avec elle. J'ai d'ailleurs toujours rêvé un jour de la drague de rue. De plus, je suis beaucoup attiré par les femmes mûres, plus âgées (24-26 ans), j'aime les femmes de caractère et un peu dominatrice. J'ai beaucoup de fantasmes par rapport à des femmes dominatrices mais je ne suis pas non plus complètement maso. En revanche, depuis pas mal de temps ça m'arrive de trouver que des hommes sont beaux et de regarder les fesses de certains, mais sans avoir envie d'aller plus loin, ça m'est jamais arrivé de vouloir faire l'amour ou sortir avec homme. Et même mes copains masculins je les trouvent juste beaux et j'aime bien passer du temps avec eux, rigoler etc... Mais je ne suis pas attiré par eux. Cependant, la question subsiste si je suis gay ou pas même si je pense que je ne le suis pas et que je trouve juste les gens beaux, sympas, je les aiment bien quoi, alors suis-je gay ? De plus les gens pensent que je suis gay, comment prouver le contraire, faire de la drague de rue pour enfin sortir avec une fille et prendre confiance en moi du même coup? Merci d'avance de répondre à ma question si je suis gay ou pas, cordialement, Fox




J’ai une peur presque maladive qu’on découvre que je puisse ...

Bonjour, J’ai 19 ans et cela fait quelques années que je n’arrête pas de me poser des questions sur mon orientation sexuelle. Au début, je ne me posais pas de question bien que je ne me retrouvais pas dans le schéma de l’hétérosexualité alors j’évitais d’y penser. J’ai toujours vu l’amour tel que les gens le concevait comme quelque chose d’abstrait : le désir physique et émotionnel étant à mes yeux presque deux opposés. Avec le temps, j’avais finis par me dire que ce n’étais pas pour moi, que c’était malsain et dérangeant et qu’il fallait que je m’élève au-delà. Cela à fonctionner pendant un temps mais j’avais l’impression d’avoir comme verrouiller une porte en moi-même et que je n’étais pas vraiment qui j’étais, seulement le fragment d’un ensemble. Cependant, la vérité m’a rattrapé lors du confinement quand je me suis rendu compte que j’étais tombé inconsciemment amoureux émotionnellement d’un de mes amis de lycée et que je me rendais compte que je me levais chaque matin en pensant à lui, à ce que j’allais lui dire, de ce dont nous allions discuter. J’étais triste quand nous nous quittions le soir et heureux de le retrouver le matin d’après. Quand il était triste, le monde devenait gris et fade, sans valeur. Mais quand il était là, toute les couleurs brillaient et dansaient à l’unisson… Bref, je me suis voilé la face jusqu’à ce qu’il soit trop tard et que nos chemins se sépare après le lycée (j’étais en terminale l’époque). Ce choc à sembler ouvrir cette porte dont je parlais plus tôt à la façon d’un tremblement de terre qui s’est répandue dans tout mon être tandis que tout mes questionnements à propos de moi-même ressortissaient à la surface. J’étais comme submergé, je ne pouvais pas y faire face alors j’ai commencé à me renseigner afin de comprendre ce qui m’arrivait. Cependant, la pression accumulée était telle que je me suis senti presque obligé de l’annoncer à mes parents (qui heureusement ont bien réagi). Cependant, la douleur était là. J’étais perdu, j’avais vraiment peur, je ne savais même plus ce que j’étais ni même où j’allais. Ce sentiment de malaise extrême à durer longtemps (environ un an) où je n’arrivais même plus à communiquer avec les autres. Je disais quelque chose puis son contraire, je m’énervais à propos de choses stupides et dont je n’avais que faire, je me sentais horrible et détesté pour mes maladresses. De plus, j’avais une peur presque maladive qu’on découvre que je puisse être attiré par les hommes et qu’on me fasse du mal. Je me méfiait donc de tout et de tout le monde y compris de moi-même. Puis, les choses se sont calmées mais les questions sont restés. J’ai toujours été attiré par les femmes mais bizarrement je ne me suis jamais vu être que ce soit de manière physique ou émotionnelle avec elles (ce qui est étrange, non?). Pour les hommes, ça à toujours été plus floue. Je suis sincèrement désolé si je me suis étalé plus que nécessaire sur le sujet mais cela avait vraiment besoin de sortir.


Je sors avec des femmes mais j’aime le sex cam ...

Alors voilà, comme pas mal de gens ici je me pose des questions sur mon orientation, je sors avec des femmes depuis que je suis au lycée, mais j'ai souvent le fantasme homosexuel, bien que le porno gay ne m'ait jamais attiré, je réessaie ponctuellement. En revanche j'aime bien la cam avec d'autres hommes, surtout quand ça fait longtemps que je n'ai rien fait (masturbation et rapports), j'ai essayé de voir des hommes plus âgés (un gros fantasme) mais ça n'a rien donné de super concluant, j'arrive pas à être assez excité pour me prendre au jeu, j'aime pas embrasser sucer etc. Même si ça m'attire en fantasme, quelque chose se déconnecte quand ça arrive. Malheureusement pour moi (éthiquement)j'aime bien voir des escorts et les salons de massages, c'est souvent à cette occasion que j'ai le plus de plaisir. J'aime bien les trucs un peu chelou comme me masturber avec des gants, ou regarder des vidéo joi avec des femmes qui miment le geste masculin pour se masturber. Sinon j'aime bien la pornographie hétéro et les dessins érotiques homo. Cette indécision permanent me rend un peu triste, je ne sais pas où me situer, j'ai rompu avec ma dernière compagne à cause de ce problème, donc je suis perdu. Help ! Arthur


Être gay serait contre ma nature. Comment arrêter d’y penser?

Bonjour je m’appelle Paul j’ai 17 ans Tout à commencer il y’a 3 semaine quand un collègue m’a montré une vidéo de 2 gay qui s’embrasser et comme d’habitude j’aurai exprimé du dégoût mais pas cette fois et sa a commencer là depuis il y’a des penser qui me vienne et une petite voix dans ma tête me dit que je suis gay alors que je suis certain que non et je n’ai vraiment pas envie c’est contre ma nature c’est tout je ne changerai pas d’avis sur sa. Et ce qu’il me fait peur c’est que je fantasme sur du porno gay j’ai dès image de moi et un collègue qui me vienne en tête pendant qu’on a des relations et ça m’excite je ne sais pas pourquoi et voilà depuis 3 semaine sa ne veux pas partir je regarde pas mal de porno et le porno hétérosexuel/lesbien m’a masser donc un jour je suis tomber sur un vidéo gay et je me suis masturbe dessus et depuis j’y suis aller 2-3 fois sur cette vidéo et pareil mais je sais pas je sais que au fond de moi je le suis pas mais ma tête me dit autre chose en tous cas j’espère vraiment que c’est période va passer car j’en peu plus



Parfois je me sens bisexuelle, parfois lesbienne. Pouvez-vous m’aider?

Bonjour Alterhero, Je vous écrit aujourd'hui parce que je ressens énormément d'anxiété envers mon orientation sexuelle. J'ai lu plusieurs de vos réponses qui m'ont énormément aidé dans le passé. Voilà déjà plusieurs mois que je m'identifie comme bisexuelle, un label que j'apprécie pour la flexibilité qu'il permet. Par contre, il m'arrive souvent de douter de moi, notamment lorsque j'entends ou lis des témoignages de personnes se considérant femmes de la communauté LGBTQ+. J'en viens à tout analyser, jusqu'à ce que ça en devienne très lourd. Je vous explique les deux points de vues qui me mélangent. J'entends beaucoup de femmes bisexuelles qui disent qu'elles ont eu de la difficulté à accepter leur label car la société demande aux gens de choisir entre homme ou femme, et les gens pensent souvent que c'est 50/50 alors que pas du tout (j'ai déjà lu une de vos réponses à ce sujet et ça m'avait grandement aidé!) Ça m'aide donc en me disant que tous mes doutes sur mon orientation sont liés à cette biphobie intériorisée et incompréhension de la bisexualité. Je vois aussi plusieurs vidéos de femmes hétérosexuelles qui parlent de leur anxiété lorsqu'elles rencontrent des garçons, et je me dis que ma propre anxiété dans ces situations ne veut donc rien dire. Le problème est que je tombe aussi parfois sur des vidéos de femmes lesbiennes qui disent qu'elles se sont longtemps pensées bisexuelles ou hétéro, mais que finalement elles se forçaient à aimer les garçons. Elles disent que malgré leurs fantasmes sur les hommes ou qu'elles puissent les trouver attirants, elles sont tout de même lesbiennes, car elles ne se verraient jamais sortir avec un garçon. Elles disent que si un garçon attirant les approchait dans la vraie vie, elles se verraient mal à l'aise d'accepter. Elles disent aussi qu'elles avaient envie de plaire aux garçons, plus que de réellement apprendre à connaitre la personne, et confondaient cela avec un crush. Ou je veux en venir avec tout ça? Et bien, ces deux points de vue me causent une grande confusion, car je penche parfois vers l'un, puis l'autre. Il y a des moments où je me dis que je suis clairement lesbienne, car même si je peux avoir des fantasmes sur des garçons, l'idée de sortir avec un me rend inconfortable, alors qu'être avec une fille me semble magique. J'ai aussi une grande envie de plaire aux hommes, et je me demande si je confonds cela avec des crushs moi aussi. Les moments où je me sens lesbienne sont par contre, les plus difficiles, car j'ai l'impression d'avoir à faire une croix définitive sur les garçons, et je sais que cela va décevoir/choquer plusieurs personnes de mon entourage. C'est aussi totalement différent de la vie que j'ai toujours imaginé pour moi... C'est d'ailleurs comme ça que je me sens en ce moment, je me sens incapable de me concentrer sur mes études ou sur autre chose, je perds l'appétit, j'ai envie de pleurer tout le temps... Ça dure généralement entre quelques jours et 2 semaines max, jusqu'à ce que je revienne au label de je-ne-sais-pas/bisexuelle. Les moments où je me considère bisexuelle sont les plus constants et ceux où je me sens le plus en confiance, car je me laisse la porte à l'exploration. Je me dis que mon inconfort avec les garçons est lié à l'anxiété, car je suis très anxieuse et n'ayant jamais eu de relation, je me mets de la pression à trouver le bon, tout de suite, du premier coup. Je me dis aussi qu'étant sexuellement attirée par les garçons (chose qui ne change jamais) et que voulant une relation hétérosexuelle, mais étant ouverte aux filles, je suis bisexuelle. Il y a même des moments où je me demande pourquoi il m'arrive parfois de douter autant, car je trouve clairement les garçons attirants, et je constate que mes réactions envers les personnes des deux sexes sont très similaires. Puis, une vidéo, un témoignage, une pensée, vient raviver mes doutes, et je suis à nouveau à la case départ, comme dans un cercle vicieux. J'ai l'impression de devenir folle à analyser mes pensées de la sorte, à essayer de démystifier ce que mon anxiété envers les garçons veut dire, à sans cesse remettre en question mes expériences passées, à me demander si je suis dans le déni... Qu'en dites-vous? Comment mieux vivre avec le fait de ne pas savoir? Avec cette insécurité? À savoir aussi que je ne « date » pas vraiment, puisque les garçons me rendent anxieuse, et j'ai trop peur de ce que mon entourage en penserait si je fréquentais des filles. Je ressens une réelle détresse lorsque ces doutes s'emparent de moi et je ne sais pas quoi faire pour que ça aille mieux, à part les ignorer et me dire que j'y reviendrais plus tard. Est-ce que ça veut dire que je vis dans le déni? Merci de votre écoute, Fleur


Je suis attirée par les hommes, mais certains rêves et ...

Je me questionne sur ma sexualité : Bonjour, Je m’appelle Laura , j’ai 23 ans et depuis maintenant plusieurs années maintenant, je doute de ma sexualité. Tout commence à l’enfance , précisément en 2002. Un groupe de chanteuses composé de deux jeune filles prénommées T.A.T.U passaient à la télévision . Il vient une scène où ces deux jeunes filles s’embrassent langoureuse. À cette âge là (4ans) je ne savais pas ce que cela signifiait, mais je sais que j’aimais voir ça . Je ressentais un sentiment intérieur de satisfaction. Plus tard durant la même période d’enfance vers 8-9 ans. Je matais les femmes vêtues de petites tenues dans la rubrique « lingerie » d’un magazine nommée « La Redoute » . Je m’imaginais dans ma tête avec elles lors de plusieurs scénarios inventés. En 2014-2015 , je suivais une page d’un groupe de danse composé uniquement de femmes latinos très sexy. Leurs physiques et leurs féminité m’attirais. Dans la vie de tout les jours lorsque je voyais une femme très agréable a regarder je ne pouvais pas détourner le regard , ou soit je baissais les yeux per honte . Honte de croisée son regard et honte de se sentiment d’être attiré par cette personne. Le quiproquo, est que je suis hétérosexuel. Je suis attiré par les hommes mais récemment, j’ai rêver d’avoir une relation intime avec une femme et…j’étais la partenaire active . Cela veut-il que je suis …?


J’ai beaucoup d’anxiété, je suis puceau, j’aime les femmes et ...

Bonjour, Je me pose des questions. Je suis un homme de 18 ans et j'ai toujours été attiré par les femmes. Néanmoins, depuis un mois, je vie dans un doute qui me rend extrêmement anxieux. En effet, pendant que je regardais un reportage sur l'homosexualité et l'homophobie, un passage m'a déclenché une crise de panique (sueurs et vertiges). Dans ce passage, le documentaire explique qu'une expérience a été réalisée dans laquelle des hommes homophobes et des hommes qui ne sont pas homophobes (tous hétéros) ont regardés du porno gay avec un anneau autour du pénis afin de capter si ce dernier grossit ou non devant la pornographie gay. Le résultat de l'expérience est que les homophobes ont une réaction pénienne tandis que les non-homophobes n'en ont pas. Ainsi, le documentaire émet l'hypothèse que certains homophobes seraient des gays refoulés. Et si je suis honnête avec moi même, je suis légèrement homophobe. Pas au point de vouloir du mal à ces derniers ou de refuser le mariage gay, mais je préfère qu'ils vivent de leur côté, moi du mien, sans qu'on se rencontre, je les tolère en gros, et ma famille est à peu près pareille. Et donc à ce moment du reportage j'ai eu une crise de panique car le doute s'est installé en moi : et si j'étais comme les gens de cette expérience, un homo refoulé ? 2 mois avant cet événement j'ai vécu le doute suite à des soucis de santé me donnant du mal à respirer. Je n'avais pas la réponse à la question : ai-je un grave problème de santé ou suis-je anxieux ? J'avais le doute, et ça me poussait à croire que j'étais en train de mourir. J'ai finis par comprendre que c'était de l'angoisse, et j'ai accepté les symptômes de cette dernière sans craindre pour ma vie. Cette peur qui m'est soudainement venue prend racine plus loin dans ma mémoire : tout d'abord en voyant le film Bohemian Rapsody, sur la vie de Freddie Mercury, qui était un hétéro en couple avant de découvrir qu'il était gay, quittant sa femme. Cela m'a effrayé, mais pas comme actuellement, je m'étais juste dit "ah ouais c'est chaud". Et puisque j'ai 18 ans mais que je n'ai jamais eu de copines et que je suis puceau, que je n'ai jamais embrassé etc... bah dans ma famille on commence à me demander "toujours pas de copine ? Peut-être que tu es gay" pas méchamment, c'est dis comme ça entre deux phrases et ils rajoutent souvent un truc du style "ça serait pas un problème du tout d'ailleurs" mais bon ça trotte dans mon esprit depuis l'épisode du reportage. En fait ça devient une obsession depuis le documentaire (alors qu'avant je me posais jamais la question) : j'ai commencé à lister les épisodes hétéros et homo de ma vie. Par exemple j'ai un jour eu des frissons quand un homme me caressait avec son stylo en classe. Est-ce la preuve que je suis gay ? Et quand j'étais jeune j'ai également pratiqué le plaisir anal, avec un crayon, et j'ai aimé ça. Est-ce gay ? Pourtant toute ma vie je me suis masturbé sur des femmes, j'ai découvert ma sexualité sur des corps féminin, j'ai fantasmé sur les femmes, je fais des rêves érotiques avec des femmes, et je me souviens avoir bandé les premières fois dans mon lit en m'imaginant déshabiller des filles de ma classe. Mais ces quelques points de doute m'effraient. Quand je suis dans la rue ou sur internet et que je vois un homme, je me pose la question "est-ce qu'il m'attire ? Qu'est-ce que je ressens ?" idem avec les filles, ça devient presque paranoïaque : à chaque visage, cette pensée me vient à l'esprit. Parfois j'ai une sensation dans mon ventre devant un visage d'homme, et je me demande "est-ce que c'est un sentiment d'attirance ?" Faut aussi avouer que depuis mars 2020 je vois presque personne, et encore moins de filles. Donc je suis seul et j'ai commencé à oublier les relations et les sentiments qu'on a, je suis surtout dans ma chambre. Et avant ça j'étais obèse, j'avais honte de moi et bien que je prenais du plaisir sexuel solo sur des filles je ne me suis jamais imaginé en couple (avec une fille, un homme ça m'avait jamais traversé l'esprit) à cause de mon poids, je me disais que personne voudrait de moi. Maintenant je suis maigre, j'ai fais du sport. Et ce doute que j'ai me fait penser à ce que j'ai vécu avec l'anxiété et le doute que j'avais sur les difficultés respiratoires : ça y ressemble beaucoup et la mécanique du doute est la même, mais d'un autre côté ça pourrait être une homosexualité refoulée, et puisque je suis puceau de tout je peux pas savoir. Donc voilà les questions que je me pose : - Est-ce qu'un gay qui découvre qu'il l'est à 18 ans pourrait avoir été excité sexuellement toute sa vie par des femmes jusqu'à ce qu'il découvre qu'il est gay, et il perdrait alors peu à peu l'excitement sur les femmes ? Un peu comme Freddie Mercuri - Est-ce qu'un individu peut découvrir qu'il est gay car il a découvert qu'il avait peur de l'être ? - Plus généralement, est-ce que quelqu'un qui est attiré par les femmes depuis toujours peut être gay et perdre l'attirance envers les femmes ? - Est-ce que l'angoisse et l'anxiété peut mener à douter de son orientation sexuelle ? J'ai entendu parler du TOC homosexuel mais j'ai bien conscience que j'ai envie de m'y attacher, mon jugement est biaisé. Ceci pourrait être une possibilité ou est-ce une "farce" ou un mensonge pour faire accepter aux gens leur homosexualité progressivement ? - Est-ce que quelqu'un qui a grandit dans un environnement hétérosexuel et légèrement homophobe pourrait développer une attirance factice envers les femmes avant de découvrir qu'il est en réalité homosexuel ? Je vous remercie pour votre temps et les réponses que vous donnez. J'en ai déjà lu plusieurs et elles m'ont apportées un peu d'éclaircissement, mais je me pose encore des questions. Je tiens également à dire que quoi que soit l'issue de mon doute actuel, ma vision des choses sur l'homosexualité a changé : la peur et l'anxiété que je ressens à l'idée de l'être va grandement et a déjà grandement changé l'attitude que je pourrais avoir et mes pensées envers d'autres homosexuels. Cela est d'autant plus troublant car j'ai l'impression d'avoir changé de personnalité suite à cela, "trahissant" mes convictions, mais c'est une autre discussion.



Quels liens y a-t-il entre la maltraitance à l’enfance et ...

Bonjour Désolé pour mon très long texte. Je voudrais savoir si les maltraitances psychologique et physique subits durant mon enfance et mon adolescence peuvent avoir une influence sur mon orientation sexuelle et romantique et sur mes comportements amoureux et mes attirances et mon incapacité à arriver à séduire les femmes... Y a t il des études à ce propos ? Parce que des filles m'ont déjà dit qu'elles me trouvais mignon et donc c'est pas un problème de physique pour moi, même si je doute tt le temps de mon physique. J'ai 25 ans et j'ai du mal à me reconstruire Et je suis jamais sorti avec une personne j'ai jamais eu de relations sentimentales et encore moins sexuel. Je me sens incapable de séduire une femme et je crois que c'est très lié à mon enfance. Je suis tiraillé entre une recherche permanente d'affection de la part des femmes et mes fantasmes homosexuels qui sont apparus des le début de ma puberté et qui sont devenus très forts et omniprésents en moi. A 100% on va dire pour mes fantasmes homosexuels. Mais m'imaginer dans une relation amoureuse avec un autre homme me fait souffrir, je sais pas si c'est en lien avec mon enfance, mais pas une relation amoureuse avec une femme. En fait je voudrais des relations sexuelles avec des hommes et sans plus et des relations affectives, amoureuses et sentimentales avec des femmes. Et puis je crois que je suis à la recherche d'une validation sociale par les femmes et donc je suis pas sûr si ma recherche d'affection auprès des femmes est bien honnête parce que j'ai lu que c'était pas bien de sortir avec une femme si on se sais gay mais bon je suis pas sûr pour moi. Puis j'arrive pas à tisser des liens avec les autres et j'ai l'impression que je vais rester toute ma vie comme ca seul et sans personne pour m'aimer. donc c pas grave si je sais pas pour mon orientation. Déjà je ne vis plus aucune maltraitance et je n'aurai jamais cru que ça allait s'arrêter un jour quand j'étais ado. La je recherche des partenaires sexuel gays mais je me sens très mal de le faire, ça fait résonance avec mon adolescence et je sais pas pourquoi. Enfin voilà est ce que des maltraitances peuvent faire devenir gay ou empêcher d'être hétéro ou elles ont juste un impact sur ses relations avec les autres enfin c très compliqué dans ma tête et je suis perdu depuis que je vis seul et je commence enfin envisager des relations sentimentales avec d'autres personnes. Enfin y a t il des moyens à ne plus être refermé sur soi même, je suis très timide et très maladroit dans mes relations et j'ai tendance à ne pas vouloir sortir avec les autres à cause de mon malaise et mon anxiété sociale avec les autres. Je n'ai pas les codes sociaux des autres c'est l'impression que j'ai, être toujours à côté de la plaque avec les autres sauf avec 2 ou 3 potes masculins. J'ai juste trouver comme truc ppur sortir de mon isolement avoir des relations virtuelles avec des mecs gays en recherche de relations sexuelles. Mais parfois je voudrais savoir ce que ça fait d'aimer une femme et que cette t'aime, ça à l'air vraiment très beau quand je vois certains films ou des couples autour de moi. Je suis parfois aussi tenté par les femmes prostituées pour ne plus avoir honte d'être vierge à mon âge , mais comme je suis en recherche affectif avant tout avec 7ne femme je sais pas si c'est une bonne chose pour moi. Enfin voilà si vous pouviez partager des études sur la maltraitance et son influence sur l'orientation, la sexualité et l'anxiété sociale des personnes qui en sont victimes . peut être ça pourrait m'aider. Enfin penser vous qu'une psychologue pourrait m'aider et c possible de parler d'orientation sexuelle et romantique avec une psychologue quand elle n'est pas vraiment hétérosexuelle.