Tag: Masturbation



Peut-on perdre l’hymen en se masturbant le clitoris?

bonjour, c’est très important svp , voilà je me masturbe le clitoris depuis longtemps soit avec le dry-humping,soit avec le doigt en dormant sur le ventre, quelques minutes après j’ai remarqué une très petite goutte de sang puis plus rien. Je me pose énormément de questions concernant ma virginité on peut perdre l’hymen en se masturbant le clitoris ou en se frottant à quelque chose sans rien pénétrer ? merci l’équipe


Comment jeter de façon écologique et propre les capotes que ...

Bonjour, Je suis assez embêté par la situation suivante : Pour me masturber, j'utilise un préservatif, une fois celui-ci utilisé, je prend un petit sachet (ex : sac congélation), et place le condom à l'intérieur et puis l'ensemble v à la poubelle. Mais, vus la fréquence, je pense que cette méthode, bien que très propres, ne soit pas très écologique. Donc, n'y a t-il un autre moyen plus écologique et tout aussi propre de jeter la capote usagée ? Merci



Est-ce normal que du sperme sorte de mon pénis lorsque ...

J’ai une question qui peut paraître étrange mais ça me turlupine un peu. L’autre matin, je suis allé aux toilette pour faire un numéro 2. J’ai uriné et par la suite j’ai forcé un peu pour faire mon numéro 2. Question; est-ce normal que du sperme sorte de mon penis lorsque que je force pour faire caca? Ok, côté sexualité, c’est aux points mort depuis plusieurs mois, érection molle et presque pu de masturbation. J’ai 46ans et je n’ai pu d’envie sexuel. De plu, lorsque je me masturbe, même si ça fait longtemps entre chaque masturbation, je n’ai presque pas de sperme qui vient (d’eux ou trois gouttes) contrairement à avant. Donc peu de sperme lors de masturbation mais perte de sperme lors de défécation, trouver l’erreur??? Merci


Je suis dans le flou concernant mon orientation sexuelle et ...

Bonjour, J'ai 19 ans. Je suis puceau et n'ai jamais embrassé quiconque de ma vie. Je me suis toujours vu comme un hétérosexuel et senti comme tel. Mes premières excitations étaient pour des personnes du sexe opposé et leurs attributs particuliers (fesses féminines et seins). J'ai toujours été une personne très timide et solitaire. Mes rares amis sont des hommes, et le reste de mes camarades de classe le sont aussi. J'ai toujours eu du mal avec les relations sociales et encore plus lorsqu'il s agissait de filles. Si en ecole primaire leurs conversations et intérêts ne m'intéressaient pas, c'est bien l'incapacité à les voir comme autre chose que de potentielles copines ou partenaires sexuelles qui m'a réellement empêché de me lier à des filles. Seulement j'ai été longtemps amoureux de filles jusqu'à très récemment. Je m'imaginais un futur avec elles, un mariage ou des voyages voire des enfants...Je m'imaginais me blottir avec elle. Avec certaines le côté sexuelle était plus poussé parceque leurs attributs étaient plus "marqués". Seulement, récemment, après avoir eu cette année scolaire une attirance de la sorte envers deux filles de ma classe à des moments successifs ou superposés, l'idée que rien ne se produira entre nous dans le futur alors que nos chemins vont se séparer (nous allons aller dans différentes écoles etc) j'ai pris conscience d'une sensibilité sexuelle pour d'autres "points d'excitations" que ceux qui sont généralement la "norme" pour les adolescents hommes hétérosexuels. Cela s'est coordonné avec un désir moindre pour les attributs féminins bien que toujours présents. Cela s'est traduit par premièrement des doutes sur mon attirance pour les hommes et une potentielle découverte d'une homosexualité jusque là refoulée, chose qui me faisait peur (mélange de peur d'être homosexuel dans mon entourage dans le bouleversement que cela produirait et du bouleversement identitaire que cela produirait en moi). Puis, en en parlant avec ma mère et en y réfléchissant, cela s'est déplacé vers des fantasmes assez vrais (j'ai joui en continuant ces fantasmes) dans lesquels je prend la position du pénétré, en m'imaginant féminin. Ce qui me pénètre, je l'imagine assez peu mais assez pour imaginer un pénis mais pas réellement un homme, plus une sorte de spectre masculin qui me dominerait (plus viril, plus fort etc). Si je peux en parler avec calme, c est que l'anxiété produite par ces pensées est diminuée aujourd'hui même si elle est encore présente et gênante. Je ne pense pas être gay, donc je suis plus serein dans mon identité (conforme aux expériences ressenties et à mon comportement durant la moitié de mon existence soit la totalité de ma vie sexuelle): le porno gay ne m'excite que peu (pas assez pour me faire bander seul), je regarde principalement les femmes et leurs attributs (instinctivement dans la rue etc), je n'ai été amoureux que de femmes (et parfois amoureux à le vivre comme une malédiction tant il y avait un décalage entre mon aspiration d'être avec ces femmes et la réalité dans laquelle je suis seul). J'ai pris conscience avec ces pensées sur moi que ma sexualité est moins figée que je ne l'imaginais, mais l'angoisse de continuer à avoir ce genre de fantasmes où je suis pénétré et dans une position passive est grande, continuerai-je à aimer les femmes? Arriverai-je à prendre du plaisir avec elles? J'angoisse à l'idée de faire ma premiere fois avec une femme et de ne pas aimer ça, et alors j'angoisse sur le fait de faire l'amour à une femme. Même chose pour embrasser, je n'ai jamais embrassé quiconque et j'ai du mal à m'imaginer embrasser une femme, voire à y trouver de l'intérêt. Je manque aussi socialement beaucoup de confiance en moi et je me soupçonne d'être dans une position assez marquée sur le spectre autistique (ce qui se traduit par concrètement des difficultés à décoder les échanges sociaux etc). De cette manière je me sens assez impuissant vis a vis des autres et de comment notamment séduire des femmes jusqu'au bout (à "assurer" comme l'image qu'on se fait d'un hétéro viril). Je le vis assez mal. J'aimerais maintenant tenter de donner des explications que je pense avoir trouver sur ces pensées et de comment j'en suis venu à cela. Elles sont au nombre de 3 globalement. -Premièrement, la structure: JE suis, comme je l'ai déjà dit, assez anxieux, solitaire, timide, et limité socialement. Je ne l'ai pourtant jamais vécu comme quelque chose de condamnant mais je nourris néanmoins des complexes. C'est surtout dans cette optique que j'ai eu des relations à mon corps et à celui des autres hommes: je me sens maigre et trop petit (alors que je fais 1m90) et me sens éfféminé lorsque je suis à coté d'autres hommes "mieux" bâtis. J'ai conscience de ne pas etre du tout petit, je sais que je ne suis objectivement pas tres maigre (juste fin) mais je ne peux m'empêcher de me sentir mal à l'aise lorsque je suis à coté d'hommes plus costaud et plus grand. Cela s'est meme peut etre developpé en une déception : j'étais peu populaire, trop maigre et pas tres beau mais on me disait que je serais plus grand plus fort comme presque personne quand j'étais petit(plus grand par exemple que mon pere ce qui m aurait donné une taille de 2 m, symboliquement énorme). En constatant que la croissance s'est arretée et que j 'étais moins costaud que ce à quoi j'aspirais je me suis vu assez complexé et cela peut peut etre expliquer que j'ai des fantasmes de ce type (me sentir effeminé et pénétré, dominé). -Deuxiemement, la raison qui me semble la plus importante, mon comportement sexuel jusque-là : une consommation de pornographie d'une fréquence quasi quotidienne pour trouver du plaisir. De la pornographie exclusivement hétéro . J'ai l'impression que les gouts en matière de pornographie on évolué de telles sortes à ressentir toujours plus selon comment je l'imaginais à travers l'écran. Cela fait au moins 1 an alors que j'ai cette impression de m'identifier dans le plaisir aussi à la femme qui se fait pénétrer et qui semble à l'écran prendre le plus de désir. J'ai évolué vers des grossissements des attributs féminins etc et j'ai l impression d avoir au fur et à mesure de ma consommation de pornographie avoir rendu le sexe comme une drogue mécanique dans laquelle il en faut toujours plus pour que l excitation perdure à travers les jours etc. Comme si je m'étais habitué à toutes ses fesses de femmes et que la simple pénétration avait concentrée (en tant qu'acte le plus fort et ressenti à l'écran) tout le désir au point que je doive pour parvenir à un plaisir plus grand le ressentir dans la position à la fois du pénétré (essentiellement ressenti comme la pénétrée) et du pénétrant (le désir que j'éprouve toujours à l'idée de faire l'amour à un corps de femme). Ainsi, je pense que je me suis éloigné du "vrai" sexe pour ne plus vivre une sexualité que dans le fantasme mécanique composé d 'image pornographique. Le probleme est les blocages que cela entraine dans mon epanouissement personnel: je ne sais pas embrasser de femmes et ne sais pas ressentir de plaisir pour embrasser, je me sens sali de devenir comme "soumise" même si ce n'est que dans ma tete, je doute de pouvoir ressentir un plaisir réel hétérosexuel (avec une femme) , j'ai du mal à éprouver réellement du plaisir pour les formes des femmes dans la vraie vie (je ne ressens rien pour les hommes), je doute de pouvoir avoir une relation avec une fille que j aime ce qui finit par me faire douter de mon amour pour elle. Je ne suis jamais sorti avec une femme et ces doutes sur ma masculinité et mon heterosexualité me hantent beaucoup. -Pour finir, j'ai l'impression que la conjoncture actuelle de ma vie m'ammène à avoir ces pensées. La pandemie n a pas favorisé le rapprochement que j aurai pu esperer avec celles que j aime ou avec d autres filles, je n'ai pas pu aller nager (la natation me fait ressentir une plénitude jamais ressenti autre part et son manque me mine le mental), j avais des concours et j'ai encore des concours qui détermineront mon avenir professionnel en grande partie et j ai beaucoup d anxiété vis a vis de l incertitude de mon avenir (je ne sais pas ce que je ferai l année prochaine). Dans ce contexte, je me demande si je pourrais avoir des relations avec des filles, je suis moins sur de moi en tant qu'homme et le fait de douter sur ce genre de chose me fait me sentir encore moins homme (dans l image qu on se fait d un homme qui, bien qu infondée et démentie par mon entourage et moi meme, ne cesse de me tourmenter car j y ai fondé en réalité une partie de mon identité et de ma fierté). Voilà merci de m'avoir lu, pourriez-vous m'éclairer sur mes doutes ou au moins sur la plausibilité des explications que j'ai avancé? Je suis dans le flou et si j'ai compris que c est bien normal chez beaucoup d'humains sur ces questions là au moins, pourriez vous me dire si mon cas est rare ou non, si ce genre de fantasmes disparaissent une fois la premiere fois faites, si la pornographie à un rôle dans tout ça( qui a été pour moi l'entièreté de ma vie sexuelle...). Jack


Est-ce que la pratique masturbatoire du dry-humping est sans risque ...

Bonjour, Je me suis pris de passion pour le humping (disons que c'est ce qui - a priori - m'excite le plus). Je ne parle de pas de Dry-humping, je parle de la technique d'utiliser un objet (lit, ...), de se coucher sur le ventre et faire des vas et viens (en utilisant le bassin) avec le pénis sous le ventre. Clemity-Jane en fait référence ici : https://youtu.be/9hVc-bjmGpQ Je peux donner des liens plus XXX si nécessaire (mais une recherche sur internet et vous comprendrez)... Mais en cherchant des informations (pour mon blog..), je suis tomber sur des sites (https://www.steadyhealth.com/topics/can-my-masturbation-technique-cause-damage-to-my-penis) qui sont assez perturbant, mais je suis aussi sur que ce ne sont pas des experts (comme vous) qui y répondent. Donc, rassurez-moi, cette technique masturbatoire, elle est sans risque ? Stéphane




Que puis-je faire avec mon pénis pour réduire mes envies ...

Hello, Je vais vous raconter une histoire ... J'avais pris l'habitude de regarder un peu de porno (orienté masturbation) et avant d'aller dormir un peu de masturbation edging. Arrive le week--end pascal (easter) et décide par tradition ou par principe de faire jeune de porno et de masturbation. C'est une idée que j'aimais bien. Sauf que j'ai quasiment regardé du porno tout les jours, ce qui est dommage. -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Imaginez-vous un samedi, vous écoutez une musique, cela vous donne envie de faire un petit script bash (je suis informaticien) pour une sauvegarde et vous commencez à faire le programme, mais vous avez une pensée sur un truc (lié au boulot, ...), vous avez un petit stress et la seul solution que vous avez, c'est d'aller voir du porn. -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Une soirée à écouter de la musique, à faire un peu de développement... "gâché" par ce besoin constant de porn.. Donc, remise en question. => je repart sur mon questionnements "suis-je asexuel ?"... Etant donné que ma relation avec mon pénis est tellement compliquée qu'a force de lecture, je suis arrivé sur l'idée d'être agenre... puis, j'ai glissé sur neutrois qui à réveillé ma "dysphorie de genre" . Donc la question que je me pose depuis un moment : que puis-je faire avec mon pénis, comment l'utilisez ou à contrario que faire pour qu'il ne soit pas aussi présent en terme de préoccupation ou je vais dire l'oublier, mais l'oublier dans le sens, le considérer comme une partie de mon corps au même titre que le reste. Merci d'avance pour votre aide.


Un bouton sur l’anus, c’est inquiétant? Est-ce que la masturbation ...

bonjour, un ami à une complication, après avoir fait les selles, il remarque qu'il a un bouton. il est inquièté, car lors du toucher ça fait mal. et j'ai vu qu'il se masturbait. ma 2e question est de savoir, est ce que tous les genres de masturbations ou la masturbations est bonne pour un jeune de 19-20 ans ?