Tag: isolement


Quelles sont les ressources au Québec pour les jeunes LGBTQ+ ...

Bonjour! Quelles sont les ressources au Québec pour les jeunes LGBTQ+ présentement accessibles en ces temps de distanciation physique causée par la COVID-19? Je m'ennuie d'être et de discuter avec d'autres personnes LGBTQ+.  C.


Est-ce que le fait de définir de plus en plus ...

Bonjour,  Merci infiniment pour la réponse que vous m'avez envoyé. :-) Je commence a y voir un peu plus clair sur ce sujet grâce a vos réponses et aux recherches que je mène sur internet.  Une dernière question que je me demandais : est ce que le fait de définir de plus en plus de genre n'a pas un effet contraire au fait de vouloir reunir les gens ? Ne faudrait-il pas réunir les gens ensemble et apprendre aux gens que tout le monde est différent et que cela est normal comme vous le dite ? Est ce une vision un peu trop utopiste ? Je vous remercie infiniment pour votre patience et votre compréhension.  Benjamin. :-)


J’ai 15 ans, je suis gay et en manque affectif. ...

Bonjour, alterhéros je vous ai déjà poser une question et vous m'aviez beaucoup aider en voici une autre. J'ai 15 ans, je suis gay et je me sens en manque affectif. J'aimerais vraiment être en couple, je me sens seul et j'ai pas d'amis. Depuis quelques jours, j'ai envie de rien faire et je me sens seul. J'ai une grosse crainte en ce moment, rester seul toute ma vie. Je me trouve laid et pas assez bien pour intéresser un gars un jour. Je ne sais pas quoi faire pouvez-vous m'aider svp? Je me sens seul et j'ai peur de passer ma vie tout seul, je fais plein de rencontres avec d'autres gays sur internet, sans résultat. Sam



Où rencontrer des personnes homosexuelles en dehors d’internet ?

Bonjour, J'ai 33 ans et j'ai toujours été attiré par les personnes du même sexe; cependant après avoir expérimenté les relations homosexuelles, je n'y crois tout simplement plus...Je me sens un peu perdu quant à la façon de rencontrer une personne car mon expérience personnelle m'a dégouté d'internet pour les rencontres et je ne comprends pas pourquoi c'est devenenu apparemment le moyen n°1 pour faire des rencontres. Comment faisait on avant? Franchement, j'aimerais trouver un moyen de trouver une personne avec qui je puisse être sur la même longueur d'onde et ne pas me bercer d'illusions avec des personnes plus ou moins frustrées derrière un écran d'ordinateur qui ne font que fantasmer et mentir sur leurs vrais motivations...Je ne sais pas si quelqu'un partage mon point de vue mais je souhaiterais trouvé une solution à mon problème.


Je cherche à m’impliquer dans certains organismes jeunesse LGBT à ...

Bonjour, Je viens de lire plusieurs commentaires sur ce site et sur quelques organismes. J'ai pu observée que plusieurs organismes offres des services aux plus jeunes, aux moins de 25 ans entre autres. Ma question s'intitule comme suis: Existe t-il des organismes pour les plus de 25 ans? Je sais, nous sommes en 2013, et il semble que l'homosexualité soit plus accepter qu'auparavant. Il semble plutot rare de ne pas vivre sa sexualité homosexuelle avant 25 ans, aujourd'hui. Mais y a t-il un age pour assumer son homosexualité? Pour ma part, j'aimerais rencontrer des gens comme moi, qui n'ont jamais expérimenté ou qui rencontrent des difficultés parce qu'ils ne vivent pas comme ils le souhaiteraient. Pour l'ensemble, vous avez toute mon admiration pour ce site. Il est beau. Ce que je ressent, c'est que je suis probablement la seule au monde à ne pas avoir eu de relation sexuelle avec une femme, et je suis une femme de 26 ans. Mais je ne sais pas comment vivre mon coté homosexuelle, comment vivre ma sexualité, comment l'exprimer. Je ressent de la honte, de la culpabilité, une certaine coupure. Je me vois plutôt comme une féministe. Je n'aime la manière dont certaines personne manque de delicatesse dans leurs approches sexuelle, ou dans les simple rapport de séduction. Hypersexualisation et la pornographie, la vision qu'on les hommes des femmes, comme femmes objets. Je crois que la sexualité peu être belle, et qu'elle est douce et poétique. Mais je ne l'ai jamais vécue. Je crois que c'est aussi de ma faute, car je ne me suis pas respecter moi même dans certaine relation (sexuelle ou pas), soi pour plaire à l'autre ou...pour m'effacer. En ce moment, on pourrait dire que je ne vie aucunement ma sexualité. Même mes meilleures amie ne pourraient sans doute pas dire si je suis hétéro ou homosexuelle. Je crois qu'elles croient que je suis aux hommes. Dans la vie commune, je ne parlerais jamais publiquement de mes attirances sexuelles. JAMAIS. Je me taie, lorsque que les femmes parle de `` Dont beau pompier!! (presque hystériquement)``, je trouve aussi ses propos vulgaires, laid. Et je suis un peu mal à l'aise, des fois je ment, disant que j'aimerais bien rencontrer un homme, tanner d'être célibataire, puisque je le suis depuis plus d'un an. Je suis attiré par les gars qui ont une personnalité théâtrale qu'on retrouve plus souvent chez les homosexuels, je trouve ca curieux. Je suis une fille féminine, très sensible, délicate, et j'ai les cheveux très court, et il n'y a rien sur moi qui puisse dire que je serais attiré par les femmes. Que faire? J'ai déjà essayer de rencontrer des femmes, mais j'étais hyper mal à l'aise, et même si j'avais de bons commentaires après la ``date``, je ne donnais pas de suite. Même si j'ai rencontrer cette fille interressée féminine superbe qui étudiait le droit et dont la mère était psychologue, qui chantait comme un ange, épanouïe et heureuse. J'étais glacée, intimidé, car elle semblait telment bien, équilibré, assumé, bien entouré. Mais moi je n'étais rien sous mes apparences de fille ricaneuse. Je me dénigre souvent. Je viens d'un milieu pauvre, et je suis plutot solitaire, j'avais abandonné les études parce que j,avais peur des présentations oraux, telment timide, et j'ai consulter, participé à des ateliers sur la communication et j'ai eu envie de devenir psychosociologue, je suis alors retourner au cegep à mon age tardif. J'ai aussi souffert d'hypothyroïdie, dérèglement de la glande thyroide qui apporte des symptomes ressemblant à un dépression. Je me suis rendu chez le médecin, j'étais convaincue que j'avais une dépression, on m'a fait une prise de sang et voila, diagnostic fait, maintenant sa va mieux, je dois prendre un médicament pour le reste de ma vie. J'étais très irritable à l'époque et probablement difficile à vivre pour mes proches. Aujourd'hui ca va mieux, mais il me semble que quand je me sent fatiguer, je suis plus fatiguer que les autres, donc j'ai un rythme de vie différent sous quelques aspects. Je fais attention pour garder un bon rythme de vie et je ne bois pas vraiment, je ne couche pas vraiment tard, en fait, je ne sort pas beaucoup, point. Puis d'un autre coté je vie seule en appartement, et j'assume une indépendance complète, ma mère ne va pas vraiment vers les autres, et ne recois pas vraiment d'amie, je ne l'est jamais vue recevoir des amies. Elle m'a toujours dit, je tes offert ce que j'ai pu avec les moyens que j'avais, je ne connais pas ca moi les émotions et la psychologie, vous n'avez jamais manqué de nourriture à la maison. Ma mère ne veut pas écouter les nouvelles car c'est trop difficile. Elle a été adopté a une orphelinat, elle n'a pas eu la vie facile, mon père l'a tromppé, et ne s'en est jamais remis je crois. Mes parents sont revenu ensemble plus tard. Ensuite, mon père est décédé. Il faut dire que pour moi aussi c'était difficile, personne n'avais vraiment l'idée de me demandé comment j'allais vraiment, car tout le monde vivaient des choses difficiles. J'ai alors été consulter par moi même en secondaire 4 à mon école, sans n'en parler à personne. Aujourd'hui donc, je n'est pas beaucoup d'intérêt à échanger avec ma mère, donc on se voit pas souvent, elle n'a toujours pas lu le livre sur l'intelligence émotionnelle que je lui est offert. Bref, je suis peu etre plus heureuse quand je suis sans elle, ma mère ne me rassure pas émotionnellement, mais c'est long à accepter dans une vie aussi, pour moi. Ensuite, il y a ma soeur qui m'a renier il y a 1 an, violamment, pour des raisons plutot flou, il semble que j'ai fait des choses inacceptable il y a 10 ans, alors que j'avais 15 ans et elle 20 ans. J'ai vécue ca très difficilement. Elle m'a écrit: Tu ne peux pas me forcer à t'aimer dans une lettre que je lui avais envoyé, revue par ma psy...Alors j'ai laisser tomber. Ma soeur non plus n'étais pas forte de la gestion de problème. J'ai perdu du même coup ma nièce et mon beau frère qui m'adorait et que j'adorais. J'ai donner des journées entière à jouer avec la petite, j'adoooore les enfants, et ils m'aiment toujours, j'aime leur imaginaire et inventer des histoires, les faire rire, etc.. J'ai aussi 2 frères, je m'entend bien avec eux, le plus vieux pas très sorteux, mais il est drole et intelligent, il aime lire et on partage des idées, il ne démontre pas vraiment d'affection, mais j'aime le voir, on se voit rarement. Et j'ai un autre demi frère qui est dans la drogue, d'une mère différente. Tout ca semble lourd, mais je me porte vraiment bien, et je suis devenu une personne très sociable, un peu théâtrale, interessé par la politique, les sciences sociales et les relations humaines. J'aime beaucoup les gens, et les gens sont attiré vers moi, j'aimerais m'intégrer dans des organismes communautaires, mes intérêts sont variés. Je compte déménager à Montréal en Juillet, et je me cherche un emploi dans un organisme qui se rapproche de mes valeurs. Mais aussi, j'aimerais régler mon problème à propos de ma sexualité, j'aimerais m'exprimer et échanger... J'apprécierais de me rendre à des conférences, des ateliers de groupes, des discussions ou je pourrais rencontrer des gens qui vivent des choses semblables aux miennes, auriez vous quelque chose à me proposer? Merci, ca m'a fait du bien d'exprimer tout ca en écris.


Unique et rejeté; je commence à perdre mes amis, que ...

bonsoir, depuis des années je ressens toujours cette impression que je suis le garçon bizarre de la famille. je me dis être unique, mais ça fait mal quand on vous compare à vos frères qui sont quasi normaux, pour ce qui est de chez nous africains, moi j'ai certes pris acquis de la virilité et du muscle et une voix d'homme. mais j'ai toujours l'impression d'être le vilain petit canard, celui qui écoute des musiques bizarres comme du rock ou du punk, pour les congolais c'est bizarre, de la pop, du r&b aussi. Et je n'ai jamais eu de copine parce que je n'avais pas envie de faire l'hypocrite, hors à cause de ça je n'arrive plus à garder mes amis hétéros et ça me manque de ne plus en avoir autant des amis hétéros, et à ce moment je hais mon coté gay parfois parce que mes amis hétéros que je connais depuis des années je ne peux pas les garder car si ils apprenaient mon secret ça briserait nos relations. Et je sais que ça ne pourra pas changer alors je ne sais plus quoi faire? aidez moi.



Je me sens seule, isolée, que faire ?

Bonjour, je suis une femme d'orientation bisexuelle, et je ne sais pas comment briser ma coquille d'isolement. Seulement quelques unes de mes amies le savent, mais pas mes parents. J'habite la région de Montréal et désirerais rencontrer d'autres personnes, mais je ne sais pas comment m'y faire puisque je suis de nature timide et m'accepte mal. Aidez-moi! -Ema





Je n’ai pas d’amies et je trouve ça très plate ...

Bonjour, je suis lesbienne, je n'ai pas d'amies et je trouve ça très plate de vivre seule, avec tout le monde sur dos. Je ne sors pas, je reste chez-nous et je pleure. Je ne parle pas de ce que je vis et personne ne m'accepte comme je suis. J'aimerais vivre heureuse et bien, mais je n'y arrive pas. J'aimerais mieux mourir que vivre avec ça, je suis tanné de la vie et je suis découragée. Je ne sais pas comment dire ça. J'aimerais appeler Gai Écoute, mais je sais que je vais pleurer au téléphone. J'ai beaucoup de problèmes et j'aimerais que quelqu'un puisse m'aider. - Mélanie