Tag: honte


Je suis attirée par les hommes, mais certains rêves et ...

Je me questionne sur ma sexualité : Bonjour, Je m’appelle Laura , j’ai 23 ans et depuis maintenant plusieurs années maintenant, je doute de ma sexualité. Tout commence à l’enfance , précisément en 2002. Un groupe de chanteuses composé de deux jeune filles prénommées T.A.T.U passaient à la télévision . Il vient une scène où ces deux jeunes filles s’embrassent langoureuse. À cette âge là (4ans) je ne savais pas ce que cela signifiait, mais je sais que j’aimais voir ça . Je ressentais un sentiment intérieur de satisfaction. Plus tard durant la même période d’enfance vers 8-9 ans. Je matais les femmes vêtues de petites tenues dans la rubrique « lingerie » d’un magazine nommée « La Redoute » . Je m’imaginais dans ma tête avec elles lors de plusieurs scénarios inventés. En 2014-2015 , je suivais une page d’un groupe de danse composé uniquement de femmes latinos très sexy. Leurs physiques et leurs féminité m’attirais. Dans la vie de tout les jours lorsque je voyais une femme très agréable a regarder je ne pouvais pas détourner le regard , ou soit je baissais les yeux per honte . Honte de croisée son regard et honte de se sentiment d’être attiré par cette personne. Le quiproquo, est que je suis hétérosexuel. Je suis attiré par les hommes mais récemment, j’ai rêver d’avoir une relation intime avec une femme et…j’étais la partenaire active . Cela veut-il que je suis …?


Serais-je lesbienne plutôt que bisexuelle?

Bonjour, Je m'appelle Elena et j'ai 28 ans depuis toute petite je me suis toujours senti, attirée par les femmes et les hommes. Certes j'ai eu beaucoup plus de relations amoureuses avec des garçons car je vivais dans une région ou le mot lesbienne, gay, bi, trans, tous ça était tabou. Aujourd'hui j'ai rencontré une fille avec qui je me sens bien en total osmose, c'est comme si le destin nous avait réunit et c'est pareil pour elle et je me rend compte, que je me sens plus l'aise dans une relation avec une femme dans tout les niveaux. Avec les hommes, je peux tomber amoureuse mais je ne vais pas éprouvé d'attirance sexuel, je n'arrive pas à prendre du pLaisir c'est plus une torture pour moi qu'autre chose et intellectuellement parlant c'est pas ça. Dans ma famille on ma toujours dit quand j'étais ado et que je venais à parler de mon orientation: d'homosexualité de bisexualité , que tout simplement je me cherchais, alors que au fond de moi je savais que j'avais de l'attirance et du désir pour les filles. Après par la suite quand j'ai fait mon coming out à ma mère elle à du mal à le digéré au debut et maintenant ça va beaucoup mieux elle m'accepter telle que je suis. Mais la j'en viens à me questionner donc sur le fait d'être non pas bisexuelle mais totalement Lesbienne ? Peut-être parce que la peur de s'avouer qu'au fond je n'aime que les femmes et que les hommes étaient un substitue. Je suis un peu perdu. MERCI de bien vouloir m'éclairé sur ce sujet. Elena


Est-ce normal que je ressente une forme de honte d’être ...

Bonjour, je vous avez déjà envoyée un message auparavant mais ma situation a un peu changée. J'ai commencée à me poser des questions sur mon orientation sexuelle il y a 2 ans et maintenant je m'identifie comme étant lesbienne même si j'ai encore des doutes. Mon problème est que je pense que j'ai honte d'être lesbienne. L'autre jour, ma grand-mère m'a demandée si j'étais lesbienne parce que c'est vrai que je fais souvent des sous-entendus. Elle m'a ensuite dis que si je l'était, elle ne m'aimerait pas moins pour autant. Ça m'a fait vraiment plaisir qu'elle dise ça mais malgrés tout je lui ai quand même répondu que non je n'était pas lesbienne. De plus, j'ai un ami qui est gay et je sais qu'il aura une réaction positive si je lui dis mais je n'arrive quand même pas. Je ressens une sorte de honte à l'idée que les gens me perçoivent comme une lesbienne mais d'un autre côté j'ai envie de l'assumer. Pourtant j'essaye de me dire que je n'ai pas à avoir honte, que c'est normal mais je n'arrives pas. J'ai l'impression que je n'arriverais jamais à en parler et ça me rend vraiment mal, je sais que tant que je n'en parlerais pas, je n'arriverais pas à me sentir épanouie. Enfin voilà, j'aimerais juste réussir à en parler, à ne pas avoir honte et à l'assumer car ça me rend vraiment mal de garder ça pour moi. Kinvea



Je n’arrive pas du tout à m’identifier comme hétéro, mais ...

Bonjour, je suis une fille, j'ai 15 ans, j'ai commencée à me poser des questions sur mon orientation sexuelle il y a 2 ans et depuis je ne suis plus du tout attirée par les garçons. Malgré le fait que je me poses encore des questions, je n'arrive pas du tout à m'identifier comme étant hétéro. J'aimerais vraiment parler de mes questionnements à des personnes de mon entourage mais je n'arrive pas. C'est plus fort que moi, il y a une partie de moi qui me dit d'en parler et une autre qui me dit que c'est juste mon imagination et que je ne dois pas en parler. J'ai déjà essayée à plusieurs reprises d'en parler avec des amis mais à chaque fois c'est la même chose, j'ai une horrible sensation de honte et je ne veux pas qu'on me voit comme une lesbienne. Pourtant, je le suis surement, plus tard je m'imagine vivre avec une fille, embrasser une fille et même dans les séries ou les films, je regarde des séries en entières seulement pour un couple de lesbienne. Je pense que je n'arrive pas à l'accepter avec moi même car depuis que je suis petite on m'a toujours dis que c'était quelque chose de mal et malgré le fait que ma vision des choses à beaucoup changée, j'ai l'impression que une partie de moi ne peut pas l'accepter. J'ai peur de ne jamais réussir à en parler, ne pas pouvoir être moi même et ça m'énerve car je sais que je rate sûrement pleins de choses. J'ai un ami qui est gay et mes amis l'acceptent totalement, je ressens de la jalousie envers lui car j'aimerais avoir son courage mais ce n'est pas le cas. J'ai d'ailleurs essayée de lui parler de mes questionnement et même si il l'acceptera surement, je n'arrive pas à lui en dire. De plus, je n'ai pas du tout confiance en moi, je complexe sur mon corps, je stresse pour rien, mes notes baissent et je n'arrive plus du tout à suivre les cours... Toutes ces petites choses réunies font que je me sens vraiment mal à l'aise avec moi même et je le ressens au quotidien. Bref, je sais plus quoi faire, je me sens faible face à tout ça et je sais plus comment agir.


Je ne sais plus quoi faire pour assumer mon homosexualité ...

Bonjour, Je vous remercie tout d'abord pour toutes vos réponses pertinentes que vous apportez aux questions des gens sur différents sujets (orientation, transgenre, coming out, etc.). Je vous lis depuis 2 semaines. Je suis tombé sur vous en faisant des recherches sur l'homosexualité, c'est un sujet qui me préoccupe, et vous et d'autres sites lgbt, vous êtes les seuls à avoir répondu correctement à beaucoup de mes questions qui m'ont permis d'identifier mon orientation. Malheureusement, j'ai toujours un problème, je flashe souvent sur des hommes depuis l'âge de 12 ans. Quand je dis flasher, les personnes flashées éveillent en moi un très fort désir et une forte pulsion sexuelle que je ne connais pas avec les femmes. Socialement, je me sens incapable d'assumer un jour cette orientation, même en étant dans le secret, ce qui m'oblige à la vivre par procuration. Je me sens lâche par rapport à tous ceux qui assument leur orientation non hétéronormée et je me réfugie dans l'hétéronormativité. Actuellement, pour tenir moralement, je vis mon orientation par procuration avec du porno gay. Après avoir dépassé mon dégoût initial lié à ma honte d'aimer voir 2 hommes faire l'amour, maintenant je flashe aussi sur des acteurs gays, et quand je flashe j'ai besoin de voir et revoir toutes leurs vidéos. Mais j'en peux plus de vivre mon homosexualité par procuration, je suis dans une solitude romantique la plus totale. Je ne sais pas quoi faire pour assumer ma différence avec les autres et face à ma famille. Est ce qu'il y a d'autres gens dans la même situation que moi ? Billy


Peut-on être gay et ne pas aimer embrasser un homme ...

Coucou, Peut on etre gay et ne pas aimer embrasser un homme pour le moment ? J'ai découvert que j'aime le sexe avec les mecs au cours d'une soirée cet été, meme si je le savais avant depuis plusieurs années, avec un gars que je ne connaissais pas avant ça et que j'ai commencé à masturbé quand on sest retrouvé seul chez lui après qu'il m'ai invité de boire un dernier verre chez lui. Il m'a embrasser mais jaimais pas ça sur le moment, je lui ai fini par dire d'arrêter et ça sest arrêté la alors que javais envie de plus au début. Quand il m'embrassait, je ne me sentai pas bien et je perdai mon excitation de plus en plus, ces baisers m'ont beaucoup stressé, en me disant "m... je suis gay" dans ma tête. Cet homme m'a dit que je ne m'assumai pas. Je ne l'ai pas revu depuis, cétait juste un coup du soir pour lui quand je l'ai rappelé. C vrai je me sens pas prêt à embrasser, pour moi embrasser c très romantique et depuis cette première expérience avec un homme que j'avai attendu depuis longtemps et que j'avai peut etre trop idéalisé, je ne sais plus trop ou j'en suis.Qu'en pensez vous ? Est ce que je manque de maturité emotionnelle pour avoir des relations avec quelqu'un ? Comment aimer embrasser un homme ? Eric.



Pouvez-vous me dire des choses positives sur l’homosexualité pour me ...

Bonjour, vous avez du connaitre ça. J'essaie de résister en me disant, allez la prochaine fois François, ton prochain crush c'est une fille, ça loupe pas mon crush c'est un mec la fois suivante. J'essaie de me forcer à regarder du porno straight durant cette période, mais je craque très vite (au bout d'une minute même pas) et je regarde du gay. Il y a comme une excitation chez moi d'être gay pour visualiser des personnes de même sexe s'embrasser (femme ou homme) ou faire du sexe. J'essaie actuellement de rendre positif ce que ej vois (couple de 2 femmes ou de 2 hommes) en me disant qu'il ne faut pas se faire une montagne avec mes parents si je suis gay, ils sont ouverts sur ce sujet, j'ai de la chance par rapport à d'autres. Y-a-t-il un moyen de ne plus craquer ? Si pas possible, pour m'aider et pour me rassurer, dites moi des choses positives sur l'homosexualité, que c'est cool d'être gay et qu'il n'y a pas de honte à aimer les pénis, je crois que je ne résiste plus du tout, avec tout ce confinement et je me sens explosé à essayer de résister, je voudrais craquer une fois pour toute et avoir des rapports homosexuels un de ces 4. Ca fait du bien de vous parler en ce moment, vous êtes les premiers avec qui je fais un coming out. J'espère ne aps avoir été trop long, mais je suis très anxieux et très ansiogène actuellement, j'ai arrêté de regarder totalement la télé qui m'angoisse trop et je lis des bouquins pour rester serein.


Est-il possible d’être gay juste le temps d’un rapport sexuel?

Salut, Je vous ai écrit il y a 3 jours et j'ai des trucs à vous demander après un mauvais week-end de questionnement sur moi. J'ai trop envie de coucher avec un homme, de sauter le pas, je ne sais pas encore comment pour le moment comme j'habite à la campagne et j'ai très honte d'aller sur des applis de rencontre quand l'excitation sexuelle est passée, pour arriver à rencontrer qui que ce soit. Il y a certains physiques masculins qui me CHAMBOULENT complétement à chaque fois que j'en vois, alors que les physiques féminins ne m'ont jamais fait ça, en toute vérité et franchise. Je ne peux plus l'ignorer et y résister. Quand tous mes potes fantasment tous sur des stars féminines de porno, moi je fantasme totalement sur des mecs de porno gay depuis des années, mon corps me réclame des rapports sexuels gays dans la vraie vie, et ça ne veut pas passer. Je voulais donc savoir s'il est possible d'être gay le temps d'un rapport sexuel ? Le mec pourra m'embrasser ou me caresser s'il le veut durant le rapport sexuel, mais une fois l'excitation sexuelle passée, je ne supporterai pas que le mec me tienne la main ou m'embrasse ou continue à me toucher, je crois que je pourrai être violent avec moi même ou avec lui, j'aurai trop la honte par ce qui vient de se passer. Comment faire comprendre à un mec que je veux seulement du sexe lors d'une rencontre et de me laisser tranquille après ce rapport sexuel ? J'ai trop envie de coucher avec pleins de mecs, et faire plein de trucs sexuels avec eux mais je ne veux pas m'impliquer dans une relation, cette envie extrême de faire du porno gay vient de là, les choses sont explicites et la relation avec les mecs durent seulement le temps d'un film, si au moins il était possible de garder l'anonymat quand on fait du X. J'ai déjà très honte que sexuellement, je suis totalement un foutu gay, alors être en couple avec un mec, ce n'est pas possible pour moi pour le moment. Je bois beaucoup d'alcool, je me suis pris une cuite ce week-end, pour oublier que je suis un foutu gay sexuellement et que je vais être en couple avec un mec un de ces jours, ça va pas louper, il faut pas que je me voile la face, j'ai déjà ressenti des trucs amoureux malgré moi pour un mec par le passé et j'avais aimé les ressentir. Je voudrais finir en couple avec une femme, je suis déjà tombé amoureux de femmes, même si je ne suis jamais sorti avec elle, mais j'aime plus les mecs que les femmes malgré moi et je serai toujours attiré sexuellement par des hommes, quand ils correspondent à un certain physique qui me CHAMBOULE totalement LA VIE ET MON COEUR. Je me sens totalement maudit et impur à être gay et être forcé par mon corps à être gay, malgré moi. Comment vous faîtes pour accepter d'être gay ? Comment vous faîtes si vos parents et tout votre environnement sont homophobes ? Est-il possible que je redevienne hétéro par magie quand mon corps aura eu ses foutus rapports sexuels gays ? Mathieu.


Comment avancer dans la découverte de mes attirances homosexuelles et ...

Bonjour, Je vous avais écrit en juillet, pour savoir quelle est mon orientation, en étant toujours vierge à 23 ans et vivant à la campagne. Votre réponse m'a apporté du soutien mais c'est toujours dur ma situation. Pour être sûr de moi, je me suis testé. J'ai essayé de ne plus avoir de pensées homosexuelles, ne plus regarder du porno gay et penser uniquement aux femmes, pour savoir si je pouvais être hétéro-flexible, mais ça n'a pas marché, au moins ça m'a permis de comprendre que j'avais malgré moi des attirances qui ne passaient pas avec le temps. Je me rends compte que maintenant je tombe aussi parfois attiré par des mecs à la télé quand il me plaît. J'ai honte. Le porno gay me dégoute profondément de moi car une fois masturbée, j'ai très honte d'avoir eu envie de sexe avec un mec. Récemment, je ne sais pas ce qui m'a pris, j'ai été sur des applis de rencontre pour rencontrer des mecs et j'ai brusquement arrêté une fois l'excitation passée car j'avais très honte de ce que je faisais. J'ai pris contact avec un photographe qui fait de l'érotique gay. Tant que je me sentais excité sexuellement, je voulais en faire (car j'ai toujours ce fort fantasme fou de vouloir faire du x gay) et quand c'est passé je n'ai pas répondu à sa dernière relance. J'ai très honte, mes excitations sexuelles pourraient me faire franchir le pas avec un mec si j'en connaissais un de gay, ou faire n'importe quoi (photos érotiques), mais une fois passé l'excitation, j'ai envie de me taper dessus par honte si je le faisais car je vis à la campagne dans un environnement très homophobe avec des parents trop homophobes. Je pense que l'homophobie ambiante me met trop de pression à être hétéro et me pousse à vouloir faire n'importe quoi d'extrême comme réaliser mes fantasmes sexuels extrêmes (vouloir faire du porno gay ou érotique gay, j'entends) pour en sortir, comme une sorte de coming out violent pour dire aux gens de me laisser tranquille si j'aime aussi les hommes en plus des femmes, car j'ai tout essayé, je ne peux rien faire contre mes attirances pour les garçons depuis mes 12 ans. Mais bon, ce n'est pas la bonne solution. Voila comment avancer dans la découverte de mes attirances en douceur sans tomber dans l'extrême et effacer cette honte que j'ai de moi quand j'essaie un truc considéré comme non naturel par mon entourage ? Mathieu



Suis-je homosexuel parce que je ne suis pas doué pour ...

Hi l'équipe d'Alter. Voilà, je ne pensais pas avoir besoin de vous écrire un jour avec toutes vos réponses sur certains sujets qui répondaient à toutes mes questions jusqu’à maintenant dans une phase difficile de ma vie pour mes orientations romantiques et sexuelles. Et je vous en remercie pour tout ce travail. Tout d’abord, j’étais principalement hétéro romantique et hétéro sexuel (avec présence de fantasmes homosexuels conscients depuis mes 10 ans), il y a encore 1 ans. Récemment, et grâce à votre aide, j’ai découvert qu’émotionnellement je me ressens davantage homoromantique et homosexuel principalement (et occasionnellement hétéroromantique et hétérosexuel), je suis dans cette phase à cet instant de ma vie et j’ai donc conscience que tout cette orientation pourrait être encore flexible et variante au cours du temps pour moi. Mais je ne vous écris pas pour ça. Je vous écris parce que j’ai eu une discussion récente et anodine sur l’homosexualité avec un ami qui fait de la psychologie à l’université et qui m’a affirmé avec certitude qu’une partie des hommes devenait homosexuel par défaut pour assouvir leur besoin sexuel quand ces derniers n’avaient aucune possibilité d’avoir des relations intimes avec des femmes, pour diverses raisons (comme l’exemple des gens en prison qu’il m’a cité). Il n’y avait aucune malveillance de sa part, mais je suis blessé et déstabilisé par ces propos, parce que j’ai l’impression que cela peut s’appliquer à moi (je n’ai jamais été doué pour draguer les filles quand je me sens hétéro et aussi la conscience de mon orientation actuelle est arrivée tardivement dans ma vie), et ce que m’a dit cet ami je l’ai déjà lu sur des sites web ou magazines se prétendant psychologiques et je ne sais plus quoi penser. Est-ce possible ce qu’a dit cet ami en psychologie ou est-ce un mauvais mythe hétéro (avec l’histoire de la prison), parce que ce n’est pas ce que j’ai pu lire sur votre site jusqu’à maintenant ? Peut-être pourrez-vous me rassurer en me confirmant que ce sont des bêtises d’hétéro qui viennent d’être mises dans ma tête ou si ces affirmations étaient vraies en psychologie, elles ne s’appliquent pas à moi, en parlant plus de mon vécu ? J’ai eu mes premiers fantasmes homosexuels à l’âge de 10 ans, sur 2 copains que je fréquente toujours. Ces 2 amis qui sont malheureusement hétéro m’attirent toujours physiquement et ont toujours provoqué chez moi des fantasmes homosexuels (comme faire l’amour) quand je les rencontre. Depuis 1 an, j’ai beaucoup plus de fantasmes homosexuels que hétérosexuels et j’ai maintenant tout le temps des fantasmes homosexuels qui me submergent spontanément quand je rencontre un mec que je trouve mignon physiquement. Aujourd’hui, cette idée de faire ma première fois avec un garçon me procure plus de plaisirs sexuels qu’avec une fille (avec l'excitation d'un tabou sexuel à briser pour moi) mais m’angoisse terriblement, parce que dans ma tête je ne trouve pas encore naturel d’être en contact physique et nu avec un garçon pour faire l’amour, à cause du poids de mon éducation hétéronormée et parce que tous mes amis ne parlent que d’expériences sexuelles avec les filles. Aujourd’hui, je ressens beaucoup plus de frustration à ne jamais avoir fait l’amour avec un garçon qu’avec une fille. Ma prise de conscience de mon changement d’orientation amoureuse et sexuelle est intervenue au cours de l’été 2019, où je suis allé chez un pote hétéro en vacances pendant 1 mois, ce dernier m’a fait rencontrer un de ses amis, un peu plus jeune que moi de 2 ans, qui s’appelait Mathieu et qui était venu aussi chez ce pote en vacances pour 1 mois. J’ai eu dès le premier jour un coup de foudre physique et amoureux pour ce nouvel ami, alors qu’il est probablement hétéro. J’aurais sauté le pas pour avoir des relations sexuelles avec ce Mathieu, s’il avait été gay. Mais avec la présence de ce pote hétéro, cela n’a pas été pas possible de vraiment connaître ses orientations sans craindre la honte ou révéler mon homosexualité naissante devenue réelle pour moi. J’ai donc dragué les filles pendant toutes les vacances pour faire diversion et pour essayer d'oublier ce coup de foudre gay, alors que mes envies gays se portaient constamment sur ce Mathieu pendant tout le mois de vacances et ne voulaient plus me lâcher. Actuellement, je corresponds régulièrement avec cette personne à distance, il vit temporairement à l‘étranger pour ses études depuis 2019. Je ne lui ai jamais fait part de mes sentiments amoureux de peur qu’il dévoile ma possible homosexualité à mon entourage et je ne sais toujours pas s’il est possiblement gay ou bi. Adolescent, j’ai toujours eu des coups de foudre amoureux pour des filles et là, à l'âge adulte, c'est tout nouveau, c’est la première fois que j’éprouve des sentiments amoureux intenses pour une personne de même sexe. Actuellement, je l'aime toujours et je pense souvent à lui et j’ai toujours cette envie folle de lui faire l’amour du plus profond de mes entrailles. Cette histoire d'amour non partagée pour un homme est très frustrante pour moi. Après ces vacances, pour essayer d'oublier ce Mathieu, j’ai ensuite correspondu en secret sur les réseaux sociaux pendant 3 mois avec un garçon, parce que je ressentis le fort besoin d’actualiser mes désirs actuels dans la vie réelle, en toute sécurité, avec quelqu’un qui, avec sureté, était enfin attiré aussi par les garçons. Nous avions fini par échanger des photos de nous pour savoir si l’on se plaisait physiquement, nous avions échangé sur beaucoup de sujets divers, et aussi sur nos fantasmes homosexuels respectifs et sur ce que l’on attendait d’une relation entre nous 2, parce que ce garçon se cherchait aussi sur son orientation. Malheureusement, ça n’a pas abouti alors que l’on se plaisait physiquement, que nous commencions mutuellement à être amoureux et que nous avions prévu surtout de faire l’amour ensemble, dès notre première rencontre, si elle se passait bien (pour lui aussi, ça aurait été sa première fois). Il n’est jamais hélas venu à notre rendez-vous dans la vie réelle et ne répond plus à mes messages depuis ce rendez-vous raté qui a été pour moi une véritable frustration sexuelle dans l'actualisation de mes désirs. Même si j’ai toujours très envie d’actualiser mes désirs (cette crise covid n’arrangeant rien néanmoins pour des rencontres gays), une pause de plusieurs mois me paraissant nécessaire psychologiquement, je ne recherche plus pour le moment sur les réseaux de nouvelles relations avec des hommes, à cause de ma dernière déconvenue amoureuse et à cause de l’énergie à investir à chaque fois pour dépasser cette honte d’entrer en relation avec un garçon. Pour tout vous avouer, j’ai trembloté un max de tout mon corps quand je suis allé à ce rendez-vous raté, donc c’est encore difficile à gérer émotionnellement pour moi des rencontres gays. Peut être, faire enfin l'amour avec un garçon me permettrait de dépasser ce stade. Aujourd'hui, je voudrais donc toujours actualiser en priorité mes désirs homo par rapport à mes désirs hétéro. Jusqu’à maintenant, je pensais que cette priorité dans ma vie pouvait changer à la condition unique de ressentir à nouveau des coups de foudre amoureux pour des filles. Mais avec cette discussion récente avec cet ami étudiant psy, tout a été remis en cause et a contrarié mes croyances, je me sens obligé de passer mes désirs hétéros avant mes désirs homos pour ne plus ressentir cette honte de gay. Avec vos différentes réponses à d’autres personnes, j’ai conscience que l’orientation est quelque chose de flexible et changeante au cours du temps et il est normal de douter, de difficilement l’assumer au début et de ressentir de la honte par moment quand on n’est pas hétéronormé. Le dire est une chose, mais l’assimiler réellement dans son esprit est autre chose. D’où mes questions persistantes qui sont apparues dans ma tête depuis des jours et qui ne partent plus : Mon homosexualité est-elle un refuge et une orientation émotionnelle faute de mieux parce que je l'ai découverte tardivement ? Est-ce que cet ami en psychologie et ces sites web ont-ils raison ? Est-ce qu’ils ne confondent pas les liens cause à effet dans l’origine de l’homosexualité ? Et dans le cas contraire, est-ce que ça s’applique à moi, et si oui comment vivre avec ça ? Comment retirer toutes ces questions de ma tête ? Merci pour votre aide. Frédéric.