Tag: féminité


J’ai beaucoup de craintes à faire vivre mon côté féminin, ...

Bonjour j'ai écris quelque paragraphe dans le but de vous mettre dans mon contexte de vie. J'espère que vous vous perdrez pas. Merci. J'ai beaucoup de plaisir sexuel seul quand je me masturbe en portant certain vetement de femme la plupart du temps des bas de nylon et des souliers de femmes. Pour le moment je m'identifie pas comme une femme mais plutot comme un homme qui aime faire vivre son alter égo féminin. Le cadre de normalité sociales me pousse a me mettre de la pressions sur moi même car je me sens pas ''normal'' et je n'assume pas ce que je suis etant moi même remplis a pleine capacité de préjugé forgé sur le courant social même si on dit qu'on est en 2020 et que tout est accepté, Je n'arrive pas a assumer ma sexuallité de facon saine. J'ai souvens voulu repartir a zéro et refaire ma vie sexuelle ''plus saine'' en jettant mes vetement de femme. C'est un méchanisme de defense qui me revenais souvent et qui commencais a me couter cher et m'apportais beaucoup de découragement dans ma vie personelle. J'ai peur, j'ai beaucoup de crainte de devenir moi... de faire vivre mon moi féminin autan sexuellement que socialement, j'ai envie de le faire vivre graduellement sans foncer la tete baisser. Je veux expérimenter mais j'ai peur. Je cherche des ressources. Je ne sais pas quelle étiquette me coller encore la ca me donne encore de la pression. Dans la vie de tout les jours c'est pas toujours facile d'etre un homme car encore la j'ai des préjuger sur ce que devrait etre un homme et son role... de même pour la femme. Je veux me retrouver et faire une meilleur route que ce que j'ai parcouru jusqu'a maintenant. J'ai eu du support étant jeune mais j'ai toujours cru qu'on pouvais avoir l'espoir d'en guérir et même une sexologue de l'époque qui n'en était pas une au finale mais pluto une psychologue m'a dit que lorsque que je vais avoir une copine et que vais me sentir à l'aise avec elle, tout ces pulsions que tu as prendront moins d'importance dans ma vie sexuel. Donc j'ai vécu longtemps avec cette idée la qu'on pouvais en guérir mais les pulsions revenais...Je sentais alors beaucoup de desaroi et de solitude face a cette situation. Je me suis énormément jugé au point que je démonisais les bas de nylons... lorsque j'en voyais sur les femme qui en portait et je perdais mes moyen je devenais paralysé, je me sens comme si tout le monde voyait que j'aime ca et que ca m'excite sexuellement et c'est souvent le cas aujourd'hui. j'ai l'impression qu'une persone ayant sur elle un objet de mon désir sexuel causait en moi la peur de me faire manipuler de me faire révéler par mon intéret pour les bas de nylons. J'ai des problème de discrétion avec ma situation: soit je la refoule en dedans de moi et je reste seul soit que lorsque je décide d'en parler je devient comme un robinet qui fuit et qui ne peu plus se controler sur la gêne. Je veux arriver a gérer une certain discrétion dans ma vie privé afin de me protéger de certaines cas de discrimination inutie. ( par exemplle en parler a ma famille sur ma vie sexuelle) j'ai tendance a soit rien dire ou tout dire. Je veux apprendre a dévellopper ma zone grise. Je veux apprendre faire la différence entre quelqu'un qui me pose une question sur ma vie pour m'aider et quelqu'un qui me questionne en m'attaquant, je veux savoir a quelle moment c'est une attaque .... a quelle moment on veux simpllement m'aider. Car je suis une personne qui est toujours sur la défensive. Merci de me lire.


J’ai du mal à affirmer ma féminité mais je déteste ...

Bonjour, J'ai 17 ans et je suis née assignée femme et cela ne m'a jamais posé de problème. Mais depuis quelque temps, avec la visibilité donnée à la transidentité je commence à me poser pas mal de question. Je trouve le corps des hommes très beau esthétiquement et j ai du mal à affirmer ma féminité mais paradoxalement je déteste qu'on me dise que je ressemble à un garçon à cause de mes cheveux courts. Je suis assez perdue. Je me demandais si il était possible que je fasse une sorte de déni. Merci beaucoup de votre temps. Lisa


Ma fille adolescente dit qu’elle serait mieux en garçon

Ma fille adolescente dit qu'elle serait mieux en garçon. Comment l'aider à assumer sa féminité et lui faire comprendre qu'elle n'est pas obligée d'être pareille comme les modèles d'Hollywood pour être une femme à part entière ? Lui dire qu'elle peut aimer les filles de son âge sans être un garçon pour autant, qu'être lesbienne ça peut arriver à n'importe qui ? Maman











Le fait d’être transgenre résonne en moi, je ne vais ...

Question : Bonsoir, je me présente, je suis une jeune fille de 19 ans. J'ai, depuis cet été, un dégout de moi-même, si je peux dire comme ça, et ça ne part pas. J'ai toujours eu le sentiment d'avoir quelque chose qui cloche depuis l'adolescence et c'est pour cela que j'en suis venue à m'identifier à des personnes trans. Il faut préciser que j'ai toujours été très angoissée, perdue etc, et il y a aussi depuis 2-3 que ça ne va pas du tout chez moi, bon là ça s'est "apaisé" mais il y a énormément de conflits chez moi, entre mes parents, entre mon père et moi, mon père et mes soeurs puis moi et ma mère (oui c'était le chaos), pour tout dire mon père est violent et l'a été avec moi, et c'est à la suite de ses différentes crises que ça a explosé chez moi. J'ai eu à nombreuses reprises le sentiment de voir mon monde se détruire, me plongeant je pense dans la dépression. Je parle de la relation avec mes parents car ce sont des pistes que j'ai entreprises pour comprendre ce questionnement de genre que je traverse aujourd'hui. Dans mon enfance j'étais une vraie "fille à papa", c'était lui qui s'occupait tout le temps de moi etc, c'était vraiment l'homme de ma vie, vient ensuite l'adolescence, les mini rebellions qui finissent en scène de violence ou encore moi qui défend toujours ma mère des sa violence etc, et je pense qu'à partir de là, il y a eu une rupture entre lui et moi. J'ai également grandi dans une petite école de campagne principalement composée de garçons, pour ne pas dire totalement. Tout mes camarades étaient des garçons. De tout ce dont je me souvienne, il y a quand même eu une distance entre eux et moi, je préférai aller jouer à l'intérieur, lire etc pendant qu'ils jouaient au tracteur à l'extérieur bref... Donc est-ce que je suis réellement une fille de par ce comportement, ou alors est-ce un cliché du genre, suis-je juste différente ou encore est ce que je répondais juste au cliché qu'on attend de mon genre? Vous l'aurez compris, je suis extrêmement perdue. De plus que ce questionnement est devenu un obsession depuis novembre je dirai, avant je n'y avait jamais vraiment pensé... avant j'aimais mettre du vernis, depuis quelques mois je n'en porte plus, même me maquiller n'est plus un plaisir, et pourtant ces trucs "féminins" étaient un plaisir justement, enfin je crois? et si je m'étais faite à cette idée d'être une jeune fille? le déni? Est-ce que c'est une passade ou alors j'ai toujours été dans le déni? Je sais que je suis la seule à pouvoir répondre, mais j'ai vraiment du mal à cerner ce que je veux, ou alors ce que je voudrai mais que je pourrai renier etc Le fait d'être transgenre résonne en moi, et ça m'en rend malade, car j'aimerai juste correspondre, être tranquille si vous voyez ce que je veux dire... Ou alors c'est une phase d'acceptation? Je suis perdue... j'ai aussi essayé de me masculiniser dans ma tenue, toute seule bien évidemment et dans ma chambre, pour essayer d'avoir un déclic, et ce que j'ai ressenti était très flou, pas de déclic ou quoi... donc je me trompe? il y a une phase d'acceptation? je ne suis un genre ni l'autre ? En même temps ça répondrait à beaucoup de ce sentiment de mal-être que j'ai constamment et de ne pas être moi... Autre élément qui me semble important : cela fait plusieurs années que cette phrase résonne dans ma tête : "je ne sais pas qui je suis, j'arrive pas à savoir qui je suis" j'ai envie d'hurler tellement c'est pesant de traverser tout ça, de ne pas savoir qui l'on est... c'est pire que tout. Autre chose pour que vous arriviez à me "cerner" : j'ai toujours été féminine du moins je pense, mais toujours avec un attrait je dois dire pour le comportement de mec, j'ai également beaucoup de compliments ou de regards d'homme, ce qui avant me plaisait, aujourd'hui me met mal à l'aise... je correspond aux critères de beauté de notre société (et dieu sait ce que j'en pense de leur critères) et voilà il n'est pas rare que l'on me dise "mais qu'est ce qu'elle est belle, qu'est-ce qu'elle est grande nanana" Je vous écris pour avoir quelques pistes en plus, même si je sais que la plupart des questions posées ici sont des questions auxquelles je suis la seule/le seul à pouvoir répondre... et je m'excuse par avance du brouillon qu'est mon message, mais j'ai préféré écrire la trace écrite de mon questionnement qui me vient naturellement quand j'y pense, j'espère que ça ne sera pas trop pénible à déchiffrer... merci