Tag: étiquettes


Ça fait longtemps que je sais que je ne m’identifie ...

Ça fait longtemps que je sais que je ne m'identifie pas à un genre particulier. Quand j'étais plus jeune, j'étais en processus d'exploration de cette réalité. J'etudiais dans un domaine lié aux arts et je penses que la culture du milieu y jouait pour beaucoup. Je jouais avec les deux extrémités du spectre et je prenais du plaisir a brouiller la piste de mon genre. Je racontais avec joie a mes ami.e.s comment une personne m'avait confondu pour le "sexe" opposé. Mais "non-binaire", ça ne faisait pas partie de mon vocabulaire. J'exprimais plutôt ma position comme une absence d'appartenance mais un plaisir a jouer un rôle. C'est un peu encore comme ça que je le vois. En commençant l'université jai essentiellement rangé tout ça de côté. J'avais encore ma façon particulière de me présenter mais j'avais, a mon sens, fait "la paix avec mon genre". Je penses que je me suis convaincu qu'être une "femme" ne vient avec aucune exigence quant à ma façon d'être. J'ai aussi passé d'un milieu ou presque tout le monde me considérait gay (j'étais en relation avec une fille a l'époque), à un milieu où j'étais considérée hétéro (en relation avec un homme a ce moment). En réalité je n'étais ni l'un ni l'autre, mais la "conformité" était plus confortable. D'ailleurs, en couple, je n'utilise jamais le terme asexuel, même si j'explique a mes partenaires que je n'ai pas de satisfaction sexuel et que j'accepte de pratiquer l'acte pour leur satisfaction a eux. Je penses que si ça n'était pas si compliqué a trouver, j'aurais un.e partenaire également ace. Je ne fais plus de coming out "gay" ou "bi" ou quoi que ce soit aux gens que je rencontre, y compris mon copain de maintenant 4 ans. Je n'ai jamais fait de coming out a mes parents, même quand j'étais en relation avec une fille. Je n'aime pas étiquetter ces facettes de moi. Dans un monde idéal, je n'aurais même pas à y penser. Mon appartenance de genre, mon attirance sexuelle, pour moi ce sont des absences et non des identités. Me dire "ace" revient pour moi a me définir dans un cadre "sexuel" et ça ne me reviens pas. Je penses aussi qu'il y a une forme de vulnérabilité a m'identifier publiquement qui me fait peur. Depuis quelques mois par contre, et je penses que c'est parce que je vis plusieurs changements importants (carrière / vie amoureuse / famille) en même temps que plusieurs personnes autour de moi font des coming out et / ou entament des transitions, la question de mon genre ne me laisse pas tranquille. J'ai l'impression d'être sur le bord d'un coming out, et ça me terrifie autant que ça m'excite. Comment je fais pour gérer ces émotions? Il y a un sentiment profond de non retour si je verbalise ces choses, et des jours je suis convaincu que je me fais des idées, alors que d'autres j'ai envie de foncer la dedans et de le faire de façon très publique. En même temps, je regarde mes amis transitionner, autant je trouve ça beau, autant je ne me vois pas la dedans. Je me sens presque comme un imposteur et j'ai peur d'envahir un espace qui ne mappartien pas. D'un côté j'ai des convictions profondes sur ma personne, de l'autre j'écoute les témoignages des autres et je ne m'y reconnais pas. Alors je doute. Je doute tout le temps. J'ai le sentiment d'être pris entre deux mondes, et aucun des deux n'est réconfortant. Je ne sais pas ce que ça fait de moi. Quand je penses a des choses comme la possibilité d'altérer mon apparence par rapport a celle que j'ai actuellement, je me rend compte que j'aime mes seins, qui se cachent bien quand nécessaire, j'aime mon visage, juste assez androgyne. J'aime que ma coupe de cheveux me fait avoir "l'air d'un garçon" et que les gens sont toujours ébahis de me voir dans une robe. Je me rend compte aussi que j'aimerais ne pas avoir de hanches, ne pas avoir de fesses. J'aimerais pouvoir marcher dans la section pour homme sans crainte et sans honte et y acheter des vêtements aussi flatteurs que les vêtements dans la section pour femme. J'aimerais qu'on ne m'appelle jamais madame, mais je ne serait pas heureuse qu'on m'appelle monsieur. Puis-je explorer ces choses sans m'engager pleinement dans un "coming-out trans / non-binaire? Est ce que ça relève même du trans / non-binaire? Comment savoir si le risque professionnel / amoureux / familial en vaut la peine si je ne suis pas certaine de ma position? Il y a des risques a revenir en arrière après avoir pris un pas publique en avant. Comment savoir que je ne suis pas un imposteur? M.


Je ne veux pas être définie comme “butch” juste parce ...

Salut, je vous écris parce que je me pose beaucoup de questions sur mon apparence et mon corps. Je suis assez poilue (jambes, cuisses c'est très foncé, bras aussi, bas du dos, fesses, nombril, les aines ca dépasse, etc...) et je me sens mal à l aise avec ca, ma copine dit que ca la dérange pas mais personnellement je suis pas très à l'aise avec ca et je trouve que c'est pas beau sur une fille et je trouve ca dur de me déshabiller devant elle. L'été et quand je fais du sport je porte des pantalons longs par gêne et même si je me rase ou que je m'épile a la cire ca repousse toujours très vite ou ca fait des poils incarnés (petits boutons) et je me suis déjà faite niaiser pour ca. J'ai fait mon coming-out officiellement (à d'autres que mes amis proches) y un an et je veux pas être catégorisée comme la lesbienne masculine ("butch) avec beaucoup de pilosité mais malheureusement c'est un peu ca. Je me demande quoi faire et aussi pourquoi c'est mal vu dans la société?


Amoureuse d’une femme pour la première fois, je me demande ...

Bonjour, J'ai 24 ans et je suis célibataire. Je vous écris car depuis quelques mois , je suis en plein questionnement qui malheureusement me déprime plus qu'autre chose. Pour faire court, j'ai eu très peu de relation dans ma vie mais j'ai été amoureuse de garcons. Sauf que récemment j'ai rencontré dans le cadre professionnel une fille avec qui je me suis très bien entendue. Cette fille est lesbienne. J'ai commencé a me sentir perturbée par elle, à penser à elle,à etre triste quand je n'avais pas de nouvelles Cela m'a bien plombé et j'ai décidé de lui en parler. Elle m'a dit que c'etait le fait qu'elle soit la 1ere lesbienne que je rencontre qui me perturbe et que je ne devais pas m’inquiéter. Sauf qu'en fait je suis réellement tombée amoureuse d'elle. Elle est en couple, voit notre relation comme de l'amitié , ce que je ne veux pas. Je suis bi, gay ou est ce juste cette personne qui m'a fait craquée? Comment le savoir? A qui en parler? Je suis perdue et ca me mine le moral . Merci