Tag: école


Croyez-vous que la société québécoise investit insuffisamment dans les programmes ...

Bonjour, Cela fait maintenant deux années que j'ai découvert mon homosexualité et sans mentir, cela a été plutôt difficile. En particulier durant ma tranche 15-16ans. J'avais peur de m'ouvrir au monde, effrayé des réactions et de faire face aux jugements des autres. Cette période a été très lourde pour moi. Je me suis renfermé sur moi-même, isolé du reste du monde et j'ai, pour la plupart du temps, enduré mes douleurs intérieurs seul. Honnêtement, je n'avais pas recherché de l'aide et, bien que je regrette beaucoup cette période, elle m'a néanmoins été un tremplin pour mon implication dans l'apprentissage et dans l'éducation suivant les sujets portant sur les LGBTQ+. Depuis un an, je ne cesse d'essayer de me renseigner en prenant connaissance de statistiques, d'études ou en considérant les différentes expériences personnelles de personnes de la communauté qui décide d'en parler. C'est quelque chose qui me tient à cœur parce que je veux vraiment, à mon tour, montré à des personnes qu'il n'y a rien à craindre. Que toutes ces idées qu'on se fait se retrouvent en majorité dans notre tête. En majorité… Parce que voilà, le vrai problème dans notre société, je dirai que c'est le manque de prévention. Les programmes de sexualités disponibles dans les écoles en sont le meilleur exemple. Il y a un vrai manque d'éducation vis-à-vis de tout ce qui entoure les questions autour de l'identité, l'orientation, l'expression, etc... Les stéréotypes de genres sont encore et malheureusement un problème très présent dans les institutions publiques. En bref, le changement est nécessaire. Je suis convaincu qu'il faut amplifier la prévention en augmentant leurs présences et en améliorant ceux déjà existant qui pourrait avoir un impact massif sur les mentalités de ceux ignorant tout ce qui entoure tous ces enjeux (comme les cours de sexualité disponibles dans les écoles : augmenter les heures allouées dessus, améliore l'inclusivité des discussions , élargir les champs de sujets, ect.) Pensez-vous que mes pistes d'idées vis-à-vis de la prévention sont juste ? Ou bien que je me trompe. Parce que j'ai conscience qu'il y a des programmes et que, par rapport à il y a 10ans, il y a eu une vrai avancé en matière de services sociaux pour lutter contre les enjeux et les problèmes qu'endurent des milliers et des milliers de jeunes face à ces questions, en ce moment même peut-être. Mais j'ai du les chercher par moi-même et très tard. Je n'ai jamais appris à l'école, qui devrait pourtant puisque j'y suis depuis mon plus jeune âge. Certaines personnes ignorent même tout cela! De qu'elles manière l'idée de la prévention devrait-elle être abordée? Ai-je raison de croire que l'investissement qu'on porte à la prévention dans notre société pourrait être plus importante (sans sous-entendre qu'elle ne l'est pas du tout) pour permettre une évolution des mentalités, qu'on soit membre ou non de la communauté. J'espère que ma réponse était appropriée et claire pour vous. J'ai hâte d'avoir votre réponse. Bien à vous, - David



Comment rencontrer d’autres jeunes LGBTQ au Québec?

Bonjour, je suis lesbienne et sa fait déjà 3 ans que je le sais (mais je n’es pas fait mon coming out encore). Je n’ai jamais été en couple avec une fille et sa commence vraiment à me stressé car je ne connais aucune fille lesbienne ou bisexuelle a l’école alors j’ai peur de ne pas rencontrer personne jusqu’à la fin de mon secondaire et d’être encore vierge mais j’aimerais beaucoup vivre une relation avec une fille. A t’il des moyens de rencontrer d’autres jeunes lgbtq ?







Chaque année, je tombe amoureuse d’une professeure, et cela me ...

Bonjour, j'aimerai avoir votre avis sur un sujet, qui certes, a déjà été traité, mais qui n'a pas répondu à 1 question. en effet, depuis la séparation de mes parents il y a 6 ans, je ne cesse de m'attacher à une professeure chaque année, et cette situation me fait beaucoup souffrir, car je sais bien que je ne suis pas différente, pas importante pour ces personnes, alors que de mon côté, je ne cesse de penser à elles... de plus, cette année je me suis beaucoup attachée à ma professeure de français, et je sais pertinemment que dans trois mois, ce sera la fin de l'année, et donc je ne pourrais plus lui parler, plus lui décrocher un sourire, cette pensée me fait mal, vraiment. je me demande, que puis-je faire? je n'arrive pas à me détacher d'elle, je ne sais pas si je suis en droit de lui avouer tous ces sentiments à son égard, j'ai très peur de sa réaction aussi, alors dois-je tout lui dire à la fin de l'année? dois-je tout garder pour moi et en contrepartie souffrir de son absence? Merci


Pourquoi ne puis-je pas accepter que ma meilleure amie ait ...

Bonjour, je suis tombée sur ce site il y a peu de temps et je me suis dit que je pouvais toujours tenter et avoir une réponse à ma question... J'ai connu ma meilleure amie il y a 3 ans et demi (nous nous sommes connues par les réseaux sociaux). Elle a 18 ans et j'en ai 16. Nous sommes très proches, de telle sorte que l'été dernier, nous nous sommes laissées aller à nos fantasmes; nous sommes à l'aise l'une avec l'autre alors il n'y a eu aucun problème, c'était notre première "expérience sexuelle". En septembre, elle est rentrée à la fac et elle a maintenant un copain; lorsqu'elle me l'a annoncé, j'avais la boule au ventre, j'ai pleuré, bref, je ne voulais pas la partager. Son copain est sujet à nombreuses de nos disputes. Alors voilà ma question : suis-je amoureuse de ma meilleure amie? Je n'ai aucune connaissance de l'amour... Pourquoi ne puis-je pas accepter qu'elle ait un copain? Pouvez-vous m'aider? Merci.


À qui puis-je dire que je subis de l’intimidation?

Je vis des temps dur à l'école. J'ai des gens dans ma classe qui me harcèlent souvent et me cris des noms. Je ne suis pas très grand et très costaud. On me dit que j'ai des manières. On me traite de fif et de tapette. Mais je ne crois pas que je sois gay. Enfin je me questionne, mais j'ai bien l'impression que je ne soi pas gai. Mais ce que je trouve dur c'est que je ne sais pas a qui en parler. Je ne suis pas très confo à en parler à mes parents car j'ai peur qu'ils pensent que je sois gai. Et à l'école je ne sais pas à qui en parler. On parle beaucoup d'intimidation à la télé. Est-ce que ça en est? Aidez-moi, je ne sais plus quoi faire pour que tout ça cesse...