Tag: dysphorie


Il m’arrive de ressentir de la dysphorie de genre en ...

Salut ,c’est encore moi Leo,je suis trans et ça fait presque 1an que je le sais.Sauf que parfois quand je me regarde dans un glace je me déteste car je ressemble à une femme et parfois je suis heureux de moi.Parfois je me trompe sur mes propres pronon(c’est assez rare mais bon…) et du coup je me dis que ma mère a raison,que je fais ça juste pour attirer l’attention sauf que dans l’avenir je me vois homme ,je je suis perdu .J’ai besoins de conseil s’il vous plaît .


Je suis maman d’un jeune genderfluid. Iel est diagnostiqué.e avec ...

Bonjour, Je ne sais pas si je peux m'adresser à vous. Je suis une maman, d'un jeune de bientôt 19 ans, qui vient récemment de m'annoncer qu'il aimerait s'identifier "gender-fluid" et utiliser le pronom "iel". Son père et moi sommes ouverts et en plein apprentissage... Nous n'avons pas eu l'occasion encore d'avoir une discussion plus approfondie avec notre ado qui vit beaucoup de souffrance depuis ses 14 ans... Anxiété, dépression, et depuis peu, automutilation probable et idées suicidaires envahissantes (il a été hospitalisé récemment en lien avec cela). iel a été suivi en pédopsychiatrie, puis en psychiatrie depuis bientôt 1 an et vient d'être diagnostiqué avec un trouble de la personnalité et iel aurait accès à une psychothérapie de groupe (approche comportementale) qui ne tente pas vraiment notre enfant mais qui, en même temps, est son seul recours à des soins actuellement... Je vis un malaise avec cette situation... Et si tous ces "symptômes" étaient issus d'une dysphorie de genre qui le/la fait souffrir (que notre enfant n'a jamais exprimé auparavant) et non un trouble de la personnalité ? Est-ce que des jeunes trans ont souvent ce type de "diagnostic" ? comment agir avec notre enfant pour son bien-être, en plus d'une écoute accueillante ? L'accès à un suivi en thérapie avec des soignants et thérapeutes qui connaissent cette situation est très limité (beaucoup d'attentes)... Je me sens impuissante à l'aider. Avez-vous des conseils pour nous ? des références ? Merci d'avance. Désolée si vous n'êtes pas la bonne ressource à laquelle m'adresser. Emma


J’ai plusieurs questions entourant la dysphorie, le coming out trans ...

Bonjour, Je me présente, je m'appelle Léo et je suis en tout début de transition. J'ai toujours été catégorisé en tant que "garçon manqué", et il m'a fallu presque 25 ans pour comprendre que c'était plus que ça. Quand je me regarde dans le miroir je vois un corps, qui ne m'a jamais réellement appartenu... J'ai un style très masculin et j'aime voir quand les gens ont du mal à savoir si je suis homme ou femme (le petit plus, c'est quand ils m'appellent monsieur!) Après plusieurs mois/années à me questionner, j'ai enfin décidé d'entamer une transition pour que je devienne mon vrai moi. Mais j'ai maintenant des nouvelles questions qui sont sans réponse, et j'espère que vous pourrez m'aider un peu. Tout d'abord, je me demandais si c'était "normal" que je n'ai pas de dysphorie par rapport à mes parties génitales (elles ne me dérangent pas plus que ça, alors que ma poitrine c'est toute une histoire pour la cacher...). Je me pose également des questions sur les coming-out à venir. En faite, pour le moment, j'ai juste un premier rendez-vous chez le médécin (qui me connaît depuis longtemps, et en qui j'ai confiance ++, avec qui je pourrais discuter du parcours de transition qui va se faire). En faite j'ai essayer de faire une lettre (pour mes parents nottament), mais je ne vois pas trop par où commencer et je me vois mal lacher une bombe en disant dès la première phrase que je suis trangenre. Pareil pour en parler à ma meilleure amie, je ne sais pas trop quels mots utilisés... Dernière question, je vais passer le concours pour devenir prof des écoles, et je suis donc inscrite en tant que femme, et en commençant ma transition j'ai un peu peur des retours des jurys...Pensez-vous qu'il faille que j'explique avant ma "situation" ou pas?! Juste le fait d'écrire ces lignes et d'oser poser ces questions me fait du bien! Merci d'avance pour votre réponse! Léo



Mon style androgyne est-il lié à mon identité lesbienne ou ...

Bonjour! je tiens tous d abord a precisé que l adresse mail que g mis n est pas valide, afin que mes parents ne puisse pas lire la reponse que vous m auriez envoyé via ma boite mail. berf, je me questionne sur mon genre et je pense que c possible que se soit lié avec le fait que je suis lesbienne. g tjrs aimé le style androgyne, ainsi que d etre comparee a un homme. pourtant j aime aussi porter des vetements feminin( je pense que les vetement n ont pas de genre mais c plus simple de dire ça) il y a des jours ou je me sens tellement mal avec mon corps, et j aurai tt fais pour avoir une poitrine plate agin d eressembler a un gars. et g lu des temoignage sur internet de personne snon cisgenre. mais tt le monde disais qu iels ne se sentais pas homme/femme. mais concretement c quoi se sentir homme ou femme? c un ressenti, mais lequel? ou quelque chose plus en lien avec l apparence?apres j espere vrmt etre cisgenre. je prie pour que je me rende compte que c juste la maniere dont je m habille et pas comme je ressent. car mes parent ne sont pas du tt supportifs la dessus. et sion derniere question. savez vous si il y a un moyen de se procurer un binder dans des magasin pas en ligne si possible a Sion? ou bien si c possible d en fabriquer un/d utiliser une autre chose qu un binder pour avoir une poitrine plate? voila merci d avoir tt lu et dsl si c un peu long ^^ bonne journee!!


Je n’ai pas envie de me catégoriser, mais ma poitrine ...

Bonjour, Je recherche un avis, des conseils, ou une écoute pour mes interrogations car je me sens parfois seule et je me demande si je réfléchis trop, si je m’invente des problèmes ou si j’ai juste un problème d’acceptation de mon corps. Je vais commencer par un petit historique, histoire de poser le contexte. Quand j’étais petite, il était clair pour moi que j’étais une fille « normale ». Le rose comme couleur préférée, admirant les princesses et trouvant ça étrange qu’une fille puisse choisir un personnage masculin dans un jeu vidéo, majoritairement des amies filles, les cheveux plutôt longs, etc … (Je sais maintenant que les goûts et les couleurs n’ont pas de genre mais en tant qu’enfant j’avais plutôt bien absorbé les codes sociaux du genre, si je peux dire ça ainsi.) Bref, je ne me posais pas spécialement de questions à ce sujet. À la puberté, par contre, ça avait été assez compliqué. D’abord ma poitrine, que je trouvais gênante et plutôt moche esthétiquement parlant … J’ai détesté porter des brassières, puis les soutiens-gorge que je ne supportais pas de voir rembourrés (surtout à l’âge que j’avais) par exemple, et qui sont désagréables à porter. Les poils aussi, je n’en avais pas demandé ! Puis les règles, qui ont toujours été un cauchemar (je souffre énormément les premiers jours malgré les médicaments). J’étais plutôt mal dans ma peau mais jusque-là, je pense que c’est commun à beaucoup d’ados. Je me posais parfois aussi des questions vis-à-vis de ma sexualité, je pensais être hétéro (sans en être sûre à 100%), mais je me disais que je verrais bien et je me sentais bien sans copain/copine de toute façon. Je ne voyais pas l’intérêt d’être en couple « juste pour être en couple ». Des années plus tard, j’ai fini par accepter les poils et les menstruations comme quelque chose de normal. Je me suis un peu réconciliée avec les jupes/robes que j’ai juste refusé de porter pendant un moment car je ne m’y identifiais pas/plus (maintenant, j’en porte rarement mais bon). Pour la poitrine, je me souviens juste avoir appris l’existence des binders un beau jour, et avoir trouvé ça génial au point de me demander si je n’étais pas trans, mais n’étant pas certaine, je n’en ai parlé à personne. Seulement voilà, mon malaise vis-à-vis de cette partie de mon corps ne s’est jamais évaporé. En fait, j’oscille entre des périodes d’indifférence, et d’autres où je la déteste au point d’en pleurer et de me sentir vraiment très mal psychologiquement et physiquement à la vue/au toucher, et des situations d’entre-deux. J’ai beaucoup réfléchi et je n’ai pas l’impression de pouvoir m’identifier comme trans (en tout cas transmasculin qui ne me correspond pas, non-binaire je ne sais pas), le fait d’être genrée au féminin ne me dérange pas, je n’aime juste pas qu’on me dise « X est un truc pour les filles » ou « c’est parce que tu es une fille que (insérer explication sexiste) » parce que c’est ranger les gens dans des cases et ça ne me plaît pas, j’imagine. En même temps, je ne sais pas si c’est par habitude car je n’ai jamais essayé autre chose … Je ne déteste pas mon prénom mais pour moi c’est plus quelque chose de pratico-pratique (identification en classe, à l’aéroport, etc). D’un autre côté, ça ne me dérange pas au point d’en parler à des amis pour faire des tests. Je suis aussi pudique (pour mon corps ET pour le partage de mes ressentis/émotions/pensées) et peut-être neuroatypique, et je me demande si ça joue un rôle dans ma perception de moi-même et de mes relations … En résumé, je me pose toujours beaucoup de questions sur mon identité depuis longtemps, j’ai également lu des témoignages qui ne peuvent jamais tout à fait coller avec comment je me sens (assez logique puisqu’on est tous différents. Mais par exemple, pour la poitrine, je trouve des témoignages de filles qui ne l’aiment pas car elle est trop petite, d’autres car elle est trop grosse, de garçons car ils se sentent dysphoriques, mais pas de filles qui objectivement ont une assez petite poitrine pas spécialement moche au niveau des standards mais que ça gêne malgré tout!) J’ai du mal à identifier mes sentiments, j’ai depuis un certain temps, car ça s’est fait comme ça, une copine (à priori trans mais pas out donc c’est une relation hétéro aux yeux des autres. Je précise quand même que ça m’est égal et que ça n’a pas vraiment changé grand-chose à notre relation depuis que je le sais.) mais je me demande souvent si je l’Aime .. Je tiens à elle, je veux qu’elle soit heureuse, j’aime passer du temps avec elle, et en même temps je ne sais pas, ça ressemble à ma définition de l’amitié sauf qu’on se fait des câlins beaucoup plus souvent.. Parfois je me dis que c’est plus confortable d’être seule et de faire juste ce que je veux, je ne sais même pas si je serais triste si elle me disait qu’elle veut arrêter la relation, du moment qu’elle ne me dit pas ça n’importe quand et qu’on reste amies … Comme c’est une personne très compréhensive, j’ai fini par lui faire part de mes doutes (en partie du moins car c’est vraiment difficile pour moi) et elle l’a bien pris et m’a rassurée en disant que l’amour était difficile à définir, mais bon, j’ai toujours peur de lui faire du mal à cause de mes doutes constants. Je n’aime pas toujours quand on s’embrasse et je sais qu’elle n’essaiera pas de me culpabiliser/forcer si je lui dis d’arrêter quelque chose mais je me culpabilise toute seule … Je ne sais pas non plus si je veux des relations sexuelles. Bref, je suis assez paumée, d’un côté, j’ai envie de savoir quelles petites cases me conviennent le mieux, de l’autre, j’ai juste envie de porter les vêtements et la coiffure qui me plaisent et faire ce que je veux sans me coller d’étiquettes. Le gros problème qu’il me reste est ma poitrine, je ne sais pas vraiment quoi faire à ce sujet, en ce moment je ne porte rien car c’est plus confortable et je respire mieux ainsi, mais des fois, comme je l’ai mentionné, je me sens mal. J’ai pensé à m’acheter une brassière de sport en espérant que cela suffise car ma famille n’est pas spécialement éduquée au sujet de l’expression de genre et je n’ai vraiment pas envie qu’ils prennent peur à la mention d’un potentiel binder (j’ai aussi peur d’en essayer un et que ça m’oppresse …) ou me posent des questions auxquelles je n’ai pas du tout les réponses. Désolée si ma requête est un peu brouillon. J’ai parlé de plusieurs choses et/ou répété d’autres car je me suis dit que c’était l’occasion (en général, j’ai trop peur d’expliquer les choses, même de façon anonyme). Je ressentais le besoin d’en parler à quelqu’un qui ne me connaît pas mais qui pourra faire preuve de bienveillance envers moi. Merci d’avance, Louise


J’ai une obsession avec mon passing en y apportant trop ...

Bonjour, depuis plusieurs semaines j’ai une obsession avec mon passing en y apportant trop d’importance, et ça commence à me détruire et je vois que physiquement c’est encore plus dur, je me compare aux autres mecs trans et ne me trouve pas légitime du tout, j’ai besoin d’être rassurer en permanence pour savoir si je le suis et je demande à mes amis, je me dis que pour "passer" je vais devoir m’habiller comme je n’aime pas où alors faire des opérations, comment se sentir légitime dans notre société, avec ces codes de genre, je suis très sensible et ça me rend malade et me donne parfois envie de plus exister.. comment puis-je faire pour aller mieux? merci beaucoup aaron



Je ne sais pas si je suis une fille ou ...

Bonjour :) Je ne sais pas si je suis une fille ou un garçon Je suis né fille. Depuis très jeune je refusais que l'on m'appelle "princesse" comme les autres filles, je détestais les robes et les jupes et j'avais un style tellement masculin que les inconnus pensaient que j'étais un garçon. Seulement, depuis quelques temps je suis en réel questionnement sur mon genre. J'ai toujours eu des tendances masculines (habits, jeux, etc..) mais jamais rien de plus (bien que parfois j'essayais de faire pipi debout) En ce moment, quand je vois des garçons je les envies, je veux vraiment leur corps.. Je déteste mon corps de fille, j'en veux un de garçon.. Toute à l'heure, j'ai fait une crise d'angoisse à cause du fait que mon corps n'était pas suffisamment masculin, et je me disais que je n'aurais jamais de sexe masculin, que j'aurais toujours des seins, jamais la voix grave, je ne me raserais jamais la barbe..) Je me suis calmée et je me suis demandé "est ce que je suis une fille ?" Et la réponse était non. Pourtant, en ce moment même où j'écris ça, je n'arrive plus à rien savoir : je me sens normal, si on me genre au féminin j'ai l'impression que ça ne me pose pas de réel problème (bien que ma mère m'a appelé par mon prénom en disant "elle" et je me suis fait une légère réflexion en me disant "non, il" mais ça n'étais ni blessant ni vraiment dérangeant) Pourtant il n'y a que quelques heures j'étais sûr d'être un garçon, et il y a quelques minutes aussi (j'ai lu un post ou vous parliez de baguette magique, ma réponse était oui, je souhaitais devenir cet homme. Je m'imagine être genré au masculin, ne plus être fille mais fils, ne plus être sœur mais frère, ne plus aller aux toilettes des filles... Et ça me rends heureux. Mais j'ai l'étrange impression que la réponse ne me convient pas) Je suis contradictoire avec moi même et n'arrive pas à comprendre mon genre. Pourriez vous m'éclairer ? Merci d'avance :D Glainn


Le fait de montrer aux gens que je suis un ...

Bonjour, Je m’appelle Jean et je suis un homme de 54 ans. Depuis mon adolescence j’aime porter des vêtements féminins, jupes, robes, collants…Depuis quelques mois, je fais des sorties en jupe dans les rues, cela me procure une sensation de bien-être, le fait de montrer aux gens de l’extérieur qui je suis réellement (un homme qui s’habille de façon féminine) me soulage intérieurement, comme quand on arrête de mentir, et qu’on révèle enfin une vérité, sa vérité. Depuis peu je me suis donné un prénom féminin, Rose, et je me parle à moi-même au féminin. Mon souhait serait que l’on s’adresse à moi comme à une femme en permanence. Mes pensées sont de plus en plus tournées vers ce désir de sortir à l’extérieur en jupe, au point que cela devient une obsession. Tout cela me ravit et m’effraie à la fois, je suis un peu perdue et je me demande jusqu’où cela pourrait aller. Je précise que je suis hétérosexuel et que je vis en couple avec une femme depuis une dizaine d’années. Pourriez vous me dire ce que vous en pensez ? Jean/Rose.


Suis-je non-binaire, ou une lesbienne butch, ou bien transgenre non-binaire ...

Désorienté sur mon genre... Bonjour, Aujourd’hui, à un âge avancé (35ans), je ne sais pas à qui m’adresser alors je me permets de vous écrire. Récemment j’ai lu un article sur Elliot Page, sur sa transition, et j’ai eu l’impression qu’une bombe à retardement venait de m’exploser au visage. Certaines choses de mon passé sont revenues d’un coup, même si je n’avais pas tout oublié. Toute ces tentatives pour essayer d’être un peu plus féminine, sans y parvenir...Comme me faire percer les oreilles, en classe de 3ième, pour paraitre plus “fille”, afin que les moqueries cessent. Toutes ces années, où petite je m’habillais au rayon garçon, car je ne supportais pas les vêtements de filles...tous cela, arrêté au collège, à cause des moqueries et du harcèlement. Aujourd’hui, je suis perdu, perdu dans mon identité, dans mon genre, pas complètement femme, mais pas homme non plus. Il y a une quinzaine de jours, je suis allée en boutique, acheter un jean homme. Je voulais me souvenir du pourquoi, j’aimais cela petite. Depuis, je ne supporte plus de mettre mes pantalons femme. Mon corps me déplait encore plus qu’avant, mon bassin trop large...j’aurai tellement aimé avoir la morpho d’un homme. Cela m’a rappelé certains comportements de mon enfance. Bref, aujourd’hui, plein de questions se bousculent dans ma tête. Suis-je non-binaire, ou une lesbienne butch, ou bien transgenre non-binaire ou bi-genre ? Je ne souhaite pas prendre de testostérone afin de modifier mon corps pour diverses raisons. En revanche, ma poitrine ne me convient pas. Je souhaiterai la modifier, avoir un torse à mi-chemin entre celui d’une femme et celui d’un homme, donc pas tout à fait une mammectomie. Je ne sais même pas si cela est possible ! Socialement seule, sans amis avec lesquels discuter de ce sujet, pas de petite amie, (je n’ai jamais eu la chance d’être aimé en retour, donc jamais eu de relations) Ma famille oublions , mon homosexualité n’a jamais été accepté, et à leurs yeux ça n’existe pas. Il n’y a pas d’association par chez moi (je vis en ruralité). Milieu professionnel, j’évolue dans un milieu masculin, je travaille dans le bâtiment, sur des chantiers, et j’entends des choses plutôt désagréables sur les homos et trans. Pour résumer, je suis très seule avec mes interrogations, ma solitude et ma psy. Je ne sais pas qui je suis, ce que je suis, comment faire si je veux modifier ma poitrine...comment être accompagner dans ces interrogations ? Ne souhaitant pas une modification masculine complète. Suivant, ce que je ferais, quoiqu'il arrive, ce sera fais sans soutien familiale, ni amicale. Je ne sais pas si je suis claire, car cela ne l’est pas complètement dans ma tête. Amicalement, Lou



Que puis-je faire avec mon pénis pour réduire mes envies ...

Hello, Je vais vous raconter une histoire ... J'avais pris l'habitude de regarder un peu de porno (orienté masturbation) et avant d'aller dormir un peu de masturbation edging. Arrive le week--end pascal (easter) et décide par tradition ou par principe de faire jeune de porno et de masturbation. C'est une idée que j'aimais bien. Sauf que j'ai quasiment regardé du porno tout les jours, ce qui est dommage. -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Imaginez-vous un samedi, vous écoutez une musique, cela vous donne envie de faire un petit script bash (je suis informaticien) pour une sauvegarde et vous commencez à faire le programme, mais vous avez une pensée sur un truc (lié au boulot, ...), vous avez un petit stress et la seul solution que vous avez, c'est d'aller voir du porn. -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Une soirée à écouter de la musique, à faire un peu de développement... "gâché" par ce besoin constant de porn.. Donc, remise en question. => je repart sur mon questionnements "suis-je asexuel ?"... Etant donné que ma relation avec mon pénis est tellement compliquée qu'a force de lecture, je suis arrivé sur l'idée d'être agenre... puis, j'ai glissé sur neutrois qui à réveillé ma "dysphorie de genre" . Donc la question que je me pose depuis un moment : que puis-je faire avec mon pénis, comment l'utilisez ou à contrario que faire pour qu'il ne soit pas aussi présent en terme de préoccupation ou je vais dire l'oublier, mais l'oublier dans le sens, le considérer comme une partie de mon corps au même titre que le reste. Merci d'avance pour votre aide.