Tag: dysphorie de genre


Je n’arrive pas à savoir si je fais de la ...

Bonjour, moi c'est Sam et je me pose beaucoup de questions… A cause ou grâce à une rupture, j'ai découvert que je ne me sentais ni garçon ni fille et ça depuis la petite enfance mais je ne savais pas que c'étais possible donc je restait "fille ".Aussi je n'arrive pas à savoir si je fais de la dysphorie ou pas, puisque ça ne dure pas longtemps (30min voire maximum 1h) mais je ressent l'envie d'arracher ma poitrine et me couper les cheveux jusqu'à parfois frôler la crise de panique. J'ai aussi l'impression d'être plus penché vers le "masculin" donc je me sent perdu là dessus...De même pour mon pan romantique ,je penche plus vers les filles mais je ne suis pas totalement sur…J'aimerais en parler avec ma mère mais bien qu'elle dit accepter, elle à crier sur mon(ma) frère(sœur) quand iel a demandé à changer de prénom… merci de votre lecture et réponse


Je ne suis pas une lesbienne tomboy qui défait les ...

Bonjour ! Je suis déjà venu ici . Plusieurs fois . Je reviens pour vous déranger un petit peu . Bon . Cela fait maintenant 2 ans que je me pense trans ftm . Et je me suis même rendu compte que mon enfance comporte ce qu'on pourrait appeler des signes de transidentité . (je ne sais pas si ça ce dit comme ça ...) par exemple , cacher mes cheveux dans un bonnet , reufs de brassière , de protection hygiènique , style "tomboy" , crises de nerf à cause de ma poirtine/future poitrine .... Mais , malgrès cela , je doute encore . ça me rends malade , parce que d'un côté , je suis quasimment sur d'être un garçon , mais d'un autre ... Encore une fois , j'ai tellement entendu "et si ce n'étais qu'une phase" que cette phrase me hante et m'empêche d'avancer . Dans le futur , je ne m'imagine qu'en homme . Je me sens garçon . J'essaye au maximum de parler de moi au neutre pour éviter les mots féminins (car je ne suis pas out) . Et , j'ai également remarqué qu'avant , je ne me bindais qu'en dehors du collège , et à présent que je suis au lycée , je le fais tout les jours , sans pouvoirs m'en empêcher . Même chez moi , avant je pouvais m'en empêcher car il n' y avait que ma famille , mai à présent , cela m'est devenu impossible . De plus , je fais ces rêves à répétitions : Dans l'un , mes cheveux repoussent et c'est la panique . Dans l'autre , je reviens d'une mammcetomie et je me sens bien , vraiment très bien . Aussi , j'ai de plus en plus de mal avec mon corps . Les douches deviennent inssuportables , me savonner aux endroits que je ne voudraient pas avoir suffit à me créer un malaise terrible . Et , alors qu'avant je pouvais me voir en garçon et être heureux , à présent , je vois de plus en plus une fille dans le miroir , et je mets du temps à me rendre compte que c'est moi . Parce que ce n'est pas ce que je veux être . Ce n'est pas ce que je suis . Je ne trouve pas que je suis "une fille laide" . Je ne veux juste pas que les autres me voient comme une fille . Je ressent presque de la honte d'en être une , ou plutôt , d'être reconnu comme tel . Je ne me sens pas à ma place dans cette case . Pas à cause des stéréotypes, du sexisme , ou autres . Non . être une lesbienne tomboy qui défait les stéréotypes ne me convient pas . Parce que ce n'est pas moi . Bref . Tout cela pour vous demander : Qu'en pensez vous ? Que devrais-je faire ? En parler à mes parents ? Arrêter d'y penser ? J'ai besoin d'être fixé .... Voilà . J'espère que vous pourrez m'aider et que je ne vous embête pas avec mes questions farfelues . -Gabriel .




J’ai l’impression de ne pas vivre une vraie dysphorie de ...

Bonjour, Alors, depuis quelques temps, je m'identifie plus comme un garçon. Ça doit faire un an minimum que je me pose des questions sur moi-même, mais depuis un mois, j'ai décidé de me faire parler au masculin. J'ai parlé de mon sentiment intérieur à mes deux meilleures amies et elles l'ont très bien pris. Elles ont commencé à m'appeler Alex et à utiliser le masculin en me désignant. Je me suis toujours posé comme question si j'étais juste un garçon manqué ou trans. Même non-binaire. En fait, mes questionnement avait commencé quand j'avais treize ans, mais j'ai un mon premier copain et j'ai arrêté de me poser des questions sur mon genre parce que "un gars peut pas sortir avec un autre gars". Après notre rupture, un an plus tard, j'avais donc quatorze ans, ça recommencer par passe. Je vivais dans le déni complet. Finalement, j'ai quinze ans et j'essaye de commencer à savoir si je suis un gars ou juste en manque d'attention. C'est ça ma question.







Je souhaite faire la paix avec mon corps, sans hormones ...

Bonjour. Jeune femme de 17 ans révolus et bisexuelle, je suis confrontée depuis quelques années à une sévère dysphorie de genre que j'ai choisi d'apprivoiser d'une manière différente de la majorité des personnes trans'. J'ai longtemps souhaité, maladivement, être un garçon au point de mutiler mon corps. Suivie par un psychiatre pendant quelques années, j'ai fini par choisir ma propre solution. J'ai choisi de considérer que mon sexe n'a aucune influence sur mes comportements à adopter. Refusant hormones et chirurgie, j'ai préféré me lancer dans un parcours d'appropriation simultanée de mon corps physique et de mon genre psychologique. Considérée comme illégitime au sein de la communauté trans' (car me considérant comme femme) et dans le reste de la société, je ne suis pas non plus qu'"un garçon manqué". Il y a là dessous une identité réelle. Conseils pour accepter son corps et son physique ? J'aimerais "faire la paix" avec ce corps sans hormones et sans changement de pronoms...