Tag: BDSM



J’ai peur de faire l’amour à ma copine à cause ...

Bonjour je vous explique mon soucis ... depuis tte ma vie jai été en couple avec des filles .. eut des relations sexuelles avec que des femmes ... et depuis 2015 je me suis séparé de ma compagne .. qui me.denigrait bcp .. et qui était très autoritaire et me faisait culpabilisait sur tout ... cela ma détruit intérieurement.. Je me suis retrouve seul sans ami bcp moin de plan cul a partir de 2017 alors que de 2015 a 2017 je nai jamais eu de soucis ...bcp de plans cul femmes j'adorais ça.. je nai jamais eu de vue sur des hommes ... ni avant ni pendant mon enfance ni maintenant et je pense pas plus tard non plus ... Depuis 2017 je culpabilisais bcp en me répétant sans cesse que javais rate ma vie et javais besoin constamment de mauto punir ...comment ? Je ne savais pas vraiment .. Jai découvert les dominatrices et les transsexuels... et javais ce besoin de me faire punir... ce besoin de soumission .. malheureusement jai eu recours à une 15ene de trans en étant que passif .. or je répète que je ne sortirais jamais avec une personne trans ni un hommes et ne ressent aucunement le besoin ni le désir de les embrasser les câliner ni même de coucher avec des trans ou hommes ..ils ne me dégoûtent pas mais ce nest pas mon truc ..or jai eu recourt a ces transexuelles devenu femme avec leur ..truc en plus pour pouvoir entre guillemet me punir et dans ma tête ça sonnait comme ... "tu as la vie que tu mérites bien fait pour toi .." mais une fois que la séance était fini je me degoutais ... malheureusement jy ai pris du plaisir car comme on sait le point G de lhomme est par-derrière.. Et pendant un certain temps cela ne me posait plus de soucis et jai voulu le refaire une fois en étant dominant aveccun transexuelle de manière à me dire..j'inverse les rôles cest a moi de reprendre ce qui est a moi .. Mais malheureusement comme je ne trouvais pas de copine je retombais dans les travers ... moin qu'avant car je me contrôlais mais javais besoin de me faire punir ou quil m'arrive quelque chose de mauvais . Depuis 1 mois je suis en couple avec la personne que jai tjr rêvée être attentionnée.. gentille belle ..jai coucher 2 3 fois avec elle ce qui était très bien ..mais depuis 2 semaines jai eu comme une dépression comme si javais du dégoût de tt ce que javais fait avec ces transexuelles ... le fait davoir perdu ma virilité ou mon étiquette d'hétéros..quelle ne me voit plus comme son homme a elle et que lon m'avait volé quelque chose en allant voir ses trans ... Je sais que par malheur si je dois me retrouver seul je ne retournerais plus pour me faire punir ... cela me manque aucunement ce jetais pas mon fantasme mais jy ai pris du plaisir malheureusement car le point g était stimulé .. alors que je ne trouvais pas de plaisir a voir un pénis... ou des traits masculins .. Je comprends pas ce qui m'arrive je vois une psy mais depuis 2 semaines seulement j'aimerais avoir votre avis .. je ne me vois pas comme un bi ni un homo malgres que jai kkun de ma famille qui est homo mais je ne ressent aucun désir a voir un homme nu ni den embrasser un et je nai ni l'envie ni le besoin dun homme je suis attiré par ma compagne et je me suis tjr retourné sur les filles ..enfin voila si javais eu ds vus ou de l'attirance plus tôt ou même depuis ces 5 derniers années jaurais avoue avoir eu de l'attirance mais ce nest pas le cas je ressens rien en voyant un homme ou un transexuelle .. Et depuis 1 mois sexuellement jai peur de faire l'amour ave ma copine comme si je me refusais ce plaisir que je ne le méritais pas .. Et jai mme du mal a avoir es érections seul ou avec elle ..quest ce quil m'arrive pk ces flash reviennent et me hantent alors quils me dégoûtent...? Alors que je désire ma copine plus que tout ...jai envie de lui faire lamour mais il y a ce blocage ces images et ce degout de tt ce que jai fait avant ..Aidez moi comment retrouver mon apetir sexuel avec ma copine d'autant plus que 2 mois auparavant javais des plans culs femmes et javais aucun soucis a avoir des érections mais jai remarqué que jai besoin de toucher la fille .. sentir quelle aime.ce que je lui fait .. toucher ses organes sa peau pour avoir une érection alors que 5 ans auparavant avant tt ces expériences je bandais plus facilement pour rien .. aidez moi svp ..


J’ai peur d’aimer ma première relation homosexuelle et de n’aimer ...

Bonjour, J'ai 19 ans et je veux parler d'un problème que j'ai, j'ai peur de faire une bêtise... Depuis que j'ai 8 ans, je ressens une véritable excitation dès que je vois un homme ligoté dans un film, je me mets à sa place, et j'adorais ca. Petit à petit, la puberté se faisant, j'ai commencé à "sexualiser" ce fantasme, notamment avec la pornographie. Le truc, c'est que quand on cherche sur internet du porno dans lequel des hommes sont dominés... on ne tombe que sur du porno homosexuel. J'ai donc commencé à regarder ce genre de contenue assez régulièrement (peut-être deux fois par semaine) et, alors que ca n'était pas du tout le cas avant, je ne fantasme plus que sur le fait d'être dominé par un homme. Avant, homme ou femme, peu m'importait, même je préférais légèrement les femmes. Aujourd'hui, je suis encore puceau, je n'ai jamais pratiqué quelconque activité à caractère sexuel avec un ami non plus, pour la simple et bonne raison que jusqu'à très tard, je n'ai pas eu de relation même amicale avec un garçon. Ceci je le regrette, et il y a deux ans, j'ai rencontrer un garçon [profondément hétérosexuel] vraiment très gentil avec lequel justement je parlais pas mal sexualité. J'ai cru l'aimer, je crois même l'avoir désiré, mais aujourd'hui, on s'est perdu de vue (à cause des études) et je me dis que peut-être c'était une sorte d'émerveillement de trouver enfin quelqu'un de mon sexe à qui parler, bien que c'était peut-être vraiment plus fort qu'une grande amitié... Ce qui m'a le plus surpris est que pendant cette période, eh bien... je n'avais presque plus de libido : chez moi, je ne me masturbais plus, alors qu'en principe, c'est presque une fois par jour, et puis quand j'étais avec lui, tout le désir que j'imaginais se volatilisait. Je me sentais juste bien comme on est bien avec un ami très proche, avec lequel on rit et passe de bons moments. L'année dernière, je me suis rapproché d'une fille que je connais en fait depuis trois ans, et à laquelle je m'étais confié quand à cette histoire avec ce garçon. Mon ressenti avec elle était très différent : je ne ressentais pas vraiment du désir, mais en revanche, sa personnalité me fascinait : une fille très forte, motivée, qui a des projets. J'aimais beaucoup parler avec elle d'un tas de sujets, et elle est très expansive, ce qui me fait beaucoup rire. J'ai alors essayé de me rapprocher vraiment d'elle, toujours avec le doute que finalement, si je n'ai aucun désir, difficile de construire une relation amoureuse. Je m'étais arrêté de regarder du porno gay, mais j'entretenais encore mon fantasme à travers des vidéos sur youtube qui présentait des hommes attachés, sans connotation sexuelle (scène de films d'action...) Mais finalement, tout s'est évanoui, lorsqu'un jour, elle m'a dit qu'elle me pensait homosexuel à cause de ce qu'il s'était passé l'année précédente avec ce garçon. Coup dur monstrueux pour moi, et c'est à partir de ce moment (il y a trois mois environ) maintenant que les choses ont commencé à aller mal. En effet, depuis ce jour, je n'arrête pas à me questionner sur mon orientation sexuelle, d'autant que j'ai toujours voulu avoir des enfants, et le fait qu'ils ne soient pas biologiques m'embêtent beaucoup. Ce que je ne comprends pas, c'est qu'avant, je me disais, il arrivera ce qu'il arrivera, homme ou femme, tant que je suis heureux, alors tant mieux ! Et je sais que c'est la seule bonne réponse, d'autant que mon homosexualité serait très bien acceptée dans le cadre familial et amical ! Pour autant, je n'arrive pas à contrôler mes questionnements. Quand je suis dans la rue, je regarde tous les hommes et toutes les femmes, en me demandant : "est-ce qu'il/elle m'excite ?". Et je me remets à réfléchir. Tout ceci est vraiment tout à fait épuisant et usant, surtout que je fais des études scientifiques, qui demandent toute mon attention ! C'est alors qu'il y a une semaine, je me suis dit que la seule façon efficace de savoir si on est gay ou hétéro, c'est de tester. Je me suis alors inscrit sur un site de rencontre gay, curieux de relations de domination et de soumission, donc tout à fait mon fantasme. Hier, quelqu'un m'a répondu, un garçon qui dit avoir 22 ans, et qui semble très respectueux. On a pris rendez-vous dans un lieu public la semaine prochaine pour parler un peu de ce que je voulais faire avec lui (et pour être sûr qu'il n'y a pas d'entourloupe au niveau du profil!) Mais cette nuit, je n'ai pas dormi de la nuit : je suis très angoissé, et ce pour plusieurs raisons : d'abord, commencer par réaliser un fantasme avec un plan cul alors que je suis encore puceau est bien loin de mon idéal de mon premier acte sexuel. D'autre part, je crois que j'ai peur d'aimer ça, et de n'aimer plus que ça : à la fois les relations sexuelles violentes, et aussi le fait que ce soit avec un homme, et alors, adieu mon voeu ardent d'avoir des enfants...! Dois-je le faire ou annuler ...? Merci beaucoup de l'attention que vous porterez à ce message. Romain_c



J’aimerais avoir des pratiques BDSM, mais je ne sais pas ...

Coucou, Un jour, lors d'un rapport sexuel avec mon ex, elle a sorti des menottes pour m'attacher et à commencer à me fouetter. Bien que ça m'a surpris, je dois dire que cela m'a beaucoup excité. À l'heure actuelle, j'aimerais avoir des pratiques BDSM, mais je ne sais pas pas ou me renseigner et ou trouver des endroits ou il y a des pratiques SM. J'aime énormément être soumis, être l'objet d'une femme. J'aime beaucoup l'autorité féminine sur un homme. Merci à la personne qui m'aidera Clément



J’aimerais que ma copine m’urine dessus. Comment en parler avec ...

Coucou les membres d'Alterhéros. Je savais pas trop à qui en parler. Et un ami à moi m'a conseillé ce site, car c'était sans jugement, avec des réponses utiles. Tout d'abord, je m'appelle Mark. J'ai 24ans et je suis actuellement en couple, avec ma copine, depuis 5 moi maintenant. Tout se passe bien. On s'aime. Mais.. mais voilà, j'ai un fantasme. Enfin, je sais pas si on peut appeller ça un fantasme.. mais voilà, j'aimerais qu'un jour, ma copine m'urine dessus. Je trouve ça excitant, vraiment. Je sais, c'est asser crade, mais c'est plus fort que moi. Mais si je suis ici, c'est que ce fantasme n'a toujours pas eu lieu. Je sais pas trop comment l'aborder avec ma copine. Je flippe à mort de sa réaction. En plus, je suis quelqu'un de timide, qui ose pas trop aborder les sujets qui sortent de l'ordinaire. ( sexuellement je parle ). J'aimerais vraiment de l'aide pour en parler à ma copine. À la prochaine, et merci ! Mark



Pourquoi la culture gaie encourage-t-elle des dynamiques toxiques de flirt? ...

Allô Guillaume et Marie-Édth vous allez bien j'espère. C'est correcte de mettre le messages sur votre site. Je me demande encore des choses par contre que je ne comprend pas. Je ne suis pas sur de la différrence entre vous qui disez une sous-culture vs les hommes trop vieux de montréal qu'eux disaient "culture gay" et de "get used to it" que c'est normal d'etre dans des habitudes différente de séduire / traiter le physique. Je ne veut pas dire qqch homophobic. j'essaye de garder des bonnes valeurs mais sa fait aussi que je me sens judgy par rapport à des "préférances" des fois. Si n'importes qui d'autre de n'importe quelle contexte mettrait ses 1st critères de "préférance" de rencontre d'être épilé/aucun poils + avoir de l'air jeune + pas gros ou pure et naïf... automatiquement on trouverait ca vain, douche, macho, superficielle ou "mononque"... Pk entre gars ca serait correcte d'encourager? je voudrais que mon bro soye traité correcte par des gars correctes. Pas comme de la viande neuve pas encore touché. qu'il aille des personnes meaningful qu'il s'entend bien avec et qu'ils veulent le connaître pour vrai et pas juste son allure. C'est sure que c'est une partie importante la connection physique mais c'est pas tout. Il me semble que presque 2020 c'est assez tard pour qu'on se demande des questions sur comment on approche les gens? je trouve sa comme vieux comme façon de pensé. On dirait comme des vieilles idées sexistes mais tourné vers de gars donc on trouve ca acceptable? je ne sais pas si il y a un mot pour ca mais de l'extérieure ca ressemble pas mal à du sexisme /des filles-objets, mais pas de fille... donc des gars-objets. je ne comprends pas ce ue je ne comprends pas... pourquoi ca serais une culture ou sous culture qui est défendu au point que ca devient normal et courant de focusser pis d'approcher juste avec le physique. c'est creep de faire ca a des filles. Encore plus pour des pas mal plus jeunes? pourquoi c'est pas creep de le faire à des gars. Ou votre exemple, je ne vois pas comment ca pourrais etre pas raciste, un blanc qui veut pas un chum asiatique juste parce qu'il est asiatique. il me semble que c'est vraiment plus des préjugés que une préférance innoffensif? est ce que je pense homopobic? Je trouve que ca a l'air mauvais pcq ca me fait penser aux gars qui commentent l'allure des filles qui ont rien demandé? ou est ce que c'est ca le problème? de comparer mon ami gars qui recoit bcp de commentaires a des filles qui ont beaucoup de commentaires? je me demande aussi sur un autre sujet: c'est 16 ans minimum pour le consentement sexuel... je me demande 1. ca veut dire quoi pour des gens qui ont du sexe ensemble avec quelqu'un qui a pas encore 16 ans? 2. si 15-24 ans c'est automatiquement sans consentement sexuel, à partir de quoi c'est interdit? c'est acceptable du gars s'il fait de la séduction subtillement? ouvertement? si ils s'embrassent? qu'est ce que c'est le seuil pour dire "à partir d'ici c'est sexuel donc c'est clairement pas correcte"? Enfin je me demande si il y a des exceptions que des fois ca serait correcte de dire que quelqu'un est gay? je pense entre autre au fait que je trouve ca weird par rapport à ma copine de pas lui dire aux complets la vérité. Les raisons pourquoi je passe plus de temps avec mon ami qui vivait un bout plus fragile et que j'ai laisser passer des bouts qu'il était plus plate sans vraiment lui en vouloir. Anton


Pouvons-nous être cisgenre et queer à la fois?

Bonjour, Depuis quelque temps, je ressens un questionnement sur mon identité sexuelle/romantique. Je n'ai jamais douter le fais d'être une femme cis. Par contre, je croyais être demisexuelle et panromantique, mais je commence à peut-être envisager être Queer... Je me demandais ce que signifiais être Queer, si nous pouvons être cisgenre et queer à la fois, mais refuser le modèle de binarité sans tout fois être soi-même non-binaire. Merci beaucoup! A-lx Salut! Merci d’avoir pris le temps de nous écrire afin de nous partager tes questionnements. Je constate que cela fait un certain temps que tu te questionnes sur ton orientation sexuelle. Tu t’identifiais comme étant demisexuelle et panromantique, mais tu commences à te demander si l’identité queer te représenterait bien. Tu voudrais donc avoir une définition du terme queer afin de t’orienter un peu dans ton processus. Bien, en fait, queer est un terme qui comporte plusieurs définitions. Je vais donc prendre le temps de les décrire au meilleur de ma connaissance, car il se pourrait que tu croises des personnes adoptant l’une ou l’autre d’entre-elles. D’abord, «queer» est un mot signifiant, en anglais, étrange. C’était, pendant une certaine période, un mot utilisé comme une insulte envers les minorités sexuelles, de genre ou les personnes ayant une sexualité marginalisée (BDSM, fétichisme, travail du sexe, polyamour, etc.). Encore aujourd’hui, dans les communautés LGBTQ, on peut croiser des personnes qui vont considérer que ce mot est violent, surtout dans les pays majoritairement anglophones, au même titre que ‘’fif’’ ou ‘’brouteuse’’. Il est, par contre, plus probable que tu croises des individus s’étant réapproprié cette même définition. Dans de nombreuses communautés anglophones, le mot «queer» est devenu un mot rassembleur synonyme de membre d’une communauté sexuelle ou de genre. C’est un peu comme un doigt en l’air aux gens qui l’ont utilisé  ou qui l’utilisent encore comme une insulte. En gros, pour certaines personnes «être queer» peut n’être qu’un synonyme d’être, par exemple, «homosexuel» ou «simplement pas entièrement hétéro». C’est un mot valise qui commence à faire de plus en plus sa place dans les communautés francophones. Le terme queer peut aussi être revendiqué par des personnes qui ne se retrouvent pas dans la vision dominante de l'hétérosexualité et qui définissent leur orientation sexuelle de façon beaucoup plus flexible! Tu pourrais, par exemple, te définir comme étant une personne sur le spectre de l’asexualité, demisexuelle, comme tu le faisais et utiliser le terme queer dans le sens du mot valise «queer». Panromantique, être attiré(e) de manière romantique soit envers des personnes de tous les genres confondus ou, selon la définition, avoir une préférence romantique d’abord et avant tout pour la personnalité d’un individu, peut à la fois entrer dans cette définition de queer, mais cela comporte également des similarités avec certaines composantes de la théorie queer. Donc, finalement, j’arrive à la définition qui, je crois, t’intéresse le plus. «Queer» est aussi une théorie selon laquelle le genre et, par le fait même, l’orientation sexuelle comme nous l’entrevoyons sont des concepts entièrement construits par la société dans laquelle nous vivons. Cela se base sur l’idée que le genre est un concept qui, au fil du temps et selon la société dans laquelle tu vis, va changer. En gros, le genre est une idée abstraite. Petite analogie, c’est un peu comme un standard de beauté. Tu as des endroits où plus tu as un long cou, plus tu es sexy. Il y en a où plus tu as des petits pieds, plus tu es physiquement avantagé. Il y en a où être beau c’est d’avoir le nez percé et d’autres où c’est de ne jamais s’être fait tatouer. Puis, il y en a d’autres où tout le monde se contrebalance un peu de ce que tu as l’air. Selon la théorie queer, le genre, c’est un peu pareil, mais, dans la société où nous vivons, il n’y en a que deux genres qui sont historiquement représentés et ce de manière assez restrictive. Disons que si tu n’as pas le nez percé, on va te le faire remarquer pas rien qu’à peu près. C’est donc un modèle binaire, mais ce modèle n’est pas universel et donc, selon cette théorie,  gagnerait à être déconstruit. Ok, mais qu’en est-il de l’orientation sexuelle? Bien, si tu fais complètement exploser le concept de genre, BANG, l’orientation sexuelle explose aussi parce que celle-ci dépend du genre. Si le genre est entièrement construit, l’orientation sexuelle l’est toute aussi. Encore une fois, selon cette même théorie, l’orientation sexuelle est aussi un concept qui prend une définition différente selon la société et la période historique dans laquelle nous nous trouvons. Par exemple, dans notre société, être un homme homosexuel, signifie le plus souvent «être attiré par une personne du même genre». Dans certaines cultures et d’ailleurs, historiquement, cela a également été le cas à certains endroits en Amérique du Nord, être un homme homosexuel signifie être une personne qui aime se faire pénétrer par un autre homme. Bref, la conceptualisation que nous nous faisons de l’orientation sexuelle est très récente et particulière à la société dans laquelle nous vivons. C’est un aperçu très bref de la théorie queer, mais certaines personnes vont utiliser ce terme afin d’exprimer le fait qu’elles s’identifient à celle-ci. Ensuite, il est possible d’observer diverses variantes. Certaines personnes vont s’identifier uniquement à une ou l’autre des composantes de la théorie. Les gens vont, par exemple, se définir comme queer, mais ils ne vont l’utiliser que pour dire qu’ils ne croient pas que leur orientation sexuelle peut rentrer dans une catégorie basée sur un modèle binaire. Parfois les gens l’utilisent pour signifier qu’ils vont à l’encontre des normes ou des stéréotypes de genre. C’est un terme qui a tendance à être plutôt politisé et qui est utilisé à plusieurs sauces.  Oui, tu pourrais donc utiliser le terme queer tout en t’identifiant au genre qui t’as été assigné à la naissance. Tu peux également le rejeter si tu trouves que cela ne te correspond pas non plus. Tu peux l’adopter et changer d’idée en cours de route. Ce n’est pas quelque chose qui se doit d’être fixe! Je te propose au passage l'article de mon collègue Guillaume au sujet du queer : Que signifie être queer? Cet article fait notamment un portrait de l'usage historique de ce terme! J’espère que cela t’a aidé et je te souhaite bonne chance dans la suite de ton questionnement, Marie-Claire Jones


J’ai le fantasme d’être soumis, mais je n’ose pas en ...

Bonjour tout le monde. Je viens ici pour de l'aide. Je suis actuellement en couple, et franchement tout se passe bien. Mais j'ai un fantasme.. Celui d'être soumis, frappé ( dans le cadre sexuel ), être mal traité ( dans le cadre sexuel toujours ). Par exemple, être attaché en laisse, lécher les pieds à ma copine, me faire cracher dessus, me faire frapper. Vraiment être traité comme un chien, durant toute une journée. Ne pas avoir le droit à la parole sans qu'on me le dise. Enfin bon bref, vous voyez le genre. Mais j'ose pas en parler à ma copine. J'ai peur qu'elle me voit d'une autre manière, qu'elle prenne peur et qu'elle parte. Je sais pas comment faire. Help me please !!.. Bradley



Où pratiquer le BDSM en France?

Bonjour. Je me présente, Frank, 20ans. Aujourd'hui, je vous écris, pour quelque chose de spécial. Voilà, j'ai eu des copines, j'ai eu des relations sexuels. Certains de mes fantasmes se sont faits. Mais, y en a un que je n'ai jamais fait. Aucune n'a voulu. Actuellement, je suis célibataire. Mais, en vrai, peu importe, ma situation amoureuse. Moi, je veux pratiquer le BDSM. Carrément être un homme soumis. C'est quelque chose qui m'attire et m'excite. Je voulais donc savoir, ou il était possible de trouver des endroits, qui pratique ça ? Autant aller dans des endroits spécialisés. voilà. Je vous remercie.