Tag: asexuelle


Je suis une femme trans asexuelle et je ne trouve ...

Cela fait près de 30 ans que j'ai transitionné et que je vis pleinement ma vie de femme bien que sexuellement non réassignée. Depuis mon adolescence je n'ai jamais eu de véritable attirance pour la sexualité. Partiellement en cause un phimosis suivi d'une circoncision à 18 ans. Ma longue hormonothérapie n'a fait qu'amplifier mon asexualité. Aujourd'hui je me retrouve à aimer un homme qui est mon compagnon de vie. Malheureusement le constat est évident: je parviens difficilement à le satisfaire sexuellement. Lui prodiguer des caresses ainsi que des bisous intimes ne m'effraie pas et je le fais volontiers. Comme il en demande plus je m'offre occasionnellement pour le satisfaire pleinement. Et ca marche puisqu'il explose le plus souvent en moi. C'est devenu véritablement une corvée en ce qui me concerne. Je n'y trouve que déplaisir, voire même de la souffrance. Je parviens néanmoins jusqu'à maintenant à m'y astreindre mais cela devient de plus en plus mon chemin de croix. SVP, que pourriez-vous me conseiller? Claire


Je suis de plus en plus dégoûtée par tout ce ...

Bonjour, je suis une fille, encore jeune, et je me suis considérée d’abord bisexuelle, puis lesbienne. Mais cela fait quelques semaines que tout ce qui touche aux « relations sexuelles » que ce soit des conversations ou même juste un mot commence à me mettre de plus en plus mal à l’aise, comme si ça me dégoûtait. Je ne sais pas si j’ai le droit de rentrer autant dans les détails mais on pourrait se dire que c’est dû à mon jeune âge mais cela fait déjà très longtemps que je regarde des vidéos pornographiques etc... (j’ai arrêté depuis des mois) et je ne ressens quasiment plus aucune envie. J’ai toujours aimé les gens pour ce qu’ils étaient, et non pour leur corps, on a toujours trouvé mes goûts étranges. En clair je pourrais avoir des sentiments amoureux pour tout les genres mais je ne sais pas si je pourrais me considérer comme étant asexuelle, je suis vraiment perdue. Merci. Chiinwo


Avez-vous des recommandations de sites de rencontre pour personnes asexuelles?

Bonjour, Je suis intéressé à trouver l'amour un jour. Étant donné que l'amour ne s'est jamais spontanément présenté à moi, je commence à chercher d'autres alternatives pour le trouver. J'ai cherché sur Internet des sites de rencontres asexuels sous les conseils d'une amie. À ma grande surprise, j'en ai trouvé. En plus d'en trouver, il y en a plus d'un. Il n'y en a pas des centaines, mais quand même. En voici la liste : -Rencontre asexuels -Betolerant -Acitizen -Kelove. Ma question est donc la suivante : lequel de ses sites choisir ? Lequel me conseilleriez-vous ? Évidemment, je préférerais discuter avec des personnes qui habitent près de ma région parce qu'une relation amoureuse dans laquelle les deux personnes sont séparés par un océan et deux continents différents... Cela ne m'intéresse pas. De ce que j'ai pu voir en explorant les sites, « Rencontre asexuels » semble être plus un site européen, mais les autres je ne sais pas du tout... Merci d'avance pour votre temps et bonne fin de journée.



Ça ne pourrait pas être plus simple, savoir si on ...

Bonjour! J'ai 16 ans et je me questionne beaucoup par rapport à mon orientation sexuelle. 1- Je suis allée marcher avec ma meilleure amie, l'hiver passé, main dans la main et depuis je me questionne. 2- J'ai eu un début de relation avec un gars au début de l'année. Le garçon en question était vraiment gentil et beau, et quand on se textait, j'aimais ça, et quand ma mère me demandait avec qui je parlais, je rougissais (belle caractéristique qui signifie que je suis gênée parce que j'apprécie bien la personne en question), sauf que j'ai décidé d'arrêter avant que ça devienne sérieux, sans que j'en comprenne vraiment la raison. 3- À cause de la COVID, et des groupes toujours ensemble à l'école, je me suis fait de nouvelles amies, et quand j'en parle à mes parents, je rougis aussi, et je ne comprends pas. 4- Quand je marche dans la rue, je regarde plus les gars, s'ils sont beaux, s'ils ont l'ait gentil, etc. J'ai déjà eu des kicks sur des gars, (jamais sur une fille), mais il arrive que je me fasse des commentaires quand je trouve une fille jolie. Malgré tout, je ne me vois pas nécessairement habiter avec un gars. Ni une fille d'ailleurs. En fait, je pense que je me vois encore moins habiter avec une fille. Pourtant, lorsque mon amie a accoté sa tête sur mon épaule en classe l'autre jour, j'ai quand même aimé ça. 5-J'aime voir des couples gays (deux gars ensemble), mais je trouve ça un peu étrange de voir deux filles ensemble. Je ne sais pas si j'aime ça ou non. 6- Quand il y a des gars que je trouve de mon goût, j'ai le goût de devenir leur amie, mais je ne sais pas si c'est pour éventuellement sortir avec cette personne, ou juste rester au niveau de l'amitié. Il arrive la même chose avec les filles : il y a des filles avec qui je veux être amie, mais est-ce pour qu'elle devienne ma blonde? Aucune idée. Bref, je suis un peu (beaucoup) mêlée... Ça ne pourrait pas être plus simple, savoir si on est hétéro, gays, bi, asexuel? Merci, A.


Je suis pas sure si je suis vraiment lesbienne ou ...

Bonjour/ bonsoir, Je sais pas vraiment par où commencer. En fait je sais pas si vous allez trouver ça bizarre ou un truc du genre. Mais bon... Je m'appelle Sam je suis une adolescente de sexe féminin de 15 ans(16 ans l'année prochain). Lorsque j'avais 12-13 ans, je voyais mes ami(e)s et mon entourage avoir des petit(e)s ami(e)s ou faire leur coming out. Dans ma tête, c'était genre une "mode" à cause des films et séries qui mettent en vedette des perso LGBT mais y en a que c'est "vrai". Au départ, j'étais genre "ouais c'est cool" ou "nice bravo". Mais moi, j'ai avais pas d'intérêt pour les gars sexuellement ou émotionnelle (à part les trouver beaux d'un point esthétique). Même si je leur parlent ou fait des projets avec eux(même avec le plus beau gars de la classe), ça m'affecte pas. J'en avais parlé à mon ami (qui est un gars trans qu'on va appeller Tom pour la suite) de mon désintérêt pour le sexe opposé et il m'a dit que peut-être que j'étais lesbienne, aromantique ou asexuelle ou bi-curieuse(je crois ça s'écrit comme ça) ou encore que c'est un peu trop tôt(retenez le mot "trop tôt" pour la suite). Le plus drôle, mon entourage me dit souvent que j'étais lesbienne à cause que je m'habille en garçon manqué voir carrément en gars(cliché) ou que je montre un désintérêt pour les gars. Alors, il m'a expliqué l'univers LGBT+(j'étais une novice dans ce monde) et d'aller voir des forums d'aide pour comprendre mieux. Puis, c'est peut-être là que je me suis dit que j'étais aromantique et asexuelle(à cet époque je me suis pas posé la question sur le même sexe) dans ma tête c'était un genre de mini coming-out entre ami. J'en ai parlé à ma cousine, puis elle me dit que c'était trop tôt et que j'étais trop jeune et, que j'ai pas trouvé le "bon"(je parle d'un gars cisgenre)... Un jour en cours de science, Tom, mon ami m'a confessé son amour pour moi(en chuchotant). Lui étant un gars à mes yeux, je lui dis que je l'aime comme ami mais pas pour ce genre de relation. À 14 ans, je me suis imaginer embrassé mon amie bi que je trouve bizard vu, que c'est ma meilleur amie. Alors, j'ai nier tout sentiment à son égard. Puis, un jour, j'ai écouté un film LGBT où l'héroine était lesbienne et, que étrangement j'ai pu m'identifier à elle. Là, je me questionnais sur ma sexualité: peut-être je suis hétéro, c'est juste que je n'ai pas encore trouvé le "bon" et que c'est teop tôt ou peut-être que je suis bi ou lesbienne. Déjà, que ma ma famille est religieuse donc ça m'aide pas et que j'étais trop timide de demander conseils aux intervenants de l'école. Et c'est par la même année, que j'ai abandonné le faite que j'étais aromantique et asexuelle. J'avais plutôt commencé à avoir un étrangement un peu plus d'intérêt sur les filles. Dans mes ami(e)s m'harcelaient sur le fait que je suis lesbienne alors j'ai tout dis que je suis lesbienne et j'en ai même parlé à des camarades de classe les plus proches d'on j'avais confiance. Puis, une de mes ami m'a dis: "Sam t'es que c'est juste par un coup de tête. Prend ton temps. Parce que tu sais il y a beaucoup de filles que j'ai connu qui se prétend bi(ou lesbienne) et après elles sortent juste avec des mecs. Genre c'est devenu une "mode". " Honnêtement, j'ai réfléchi à ces mots(pendant le confinement) je sais que je ne suis pas attiré par le sexe opposé mais pour les filles ça reste vague. Au départ j'ai repris les paroles de ma cousine peut-être que j'ai pas trouvé le "bon" ou la "bonne". C'est un peu vrai, la seule personne avec qui j'ai "sortit" c'était un gars(on va l'appeler Josh) en 6ème année du primaire. En fait, je sortais pas avec lui c'est à cause que tout le monde me "ship" avec lui. Pour simple et bonne raison, qu'il est beau (et je l'avoue) et que le tolère dû fait, qu'il est très bête et assez impulsif (c'est les raisons pourquoi les filles ou gars sortent pas avec lui. En plus, Josh démontre des signes d'amour/affection: câlins, qu'il essaie de me tenir la main, il dîne avec moi, il s'assoit à côté de moi en classe, faire des projets scolaires ensemble, on joue au basket. Des trucs comme ça que pour moi c'était de la pure amitié. Puis, un jour j'en ai assez que mes camarades de classe et des élèves du même cycle ainisi que mon propre prof me fassent des clins d'œil ou des sourire alors je lui ai parlé qu'on peu plus se fréquenter. Donc c'est quoi notre amitié c'est détruite. Puis, y avait un nouveau (qu'on va appeler Gabriel)qui est venu et on c'est lié d'amitié avec Tom(qui était une fille autrefois) et une autre fille(qu'on va appelker Jess). Et ça recommence, Tom et Jess me font des clins d'œil (ou sourit) et me disent directement si je l'aime car le fait que je traine plus souvent Gabrielle même mon prof de 6ème. Et cet fois, je me suis mis en colère, l'amitié homme-femme ça n'exsite pas dans leur mentalité. Même Gabrielle était sur le même avis que moi. L'avantage, on est resté ami jusqu'en secondaire 2 mais on se fréquente de temps en temps. Mais, j'ai jamais eu d'expériences avec une fille. Dire comme ça c'est bête. Mais comme dit mon amie bi: "On ne fait pas d'"expériences" pour savoir notre orientation sexuelle. Alors comment les hétéro on fait pour savoir qu'ils sont hétéro". Encore aujourd'hui, je suis pas sure si je suis vraiment lesbienne. En plus, je sais pas si faire un deuxième coming-out se fait genre j'ai dit à mon entourage le plus proche que je suis lesbienne mais on peut en faire un deuxième. Non? Alors si vous avez des conseils à me fournir je serai très heureuse car je trouve que ma situation étrange et compliqué. Et j'espère que ma situation vous gênerait pas ou que que vous trouviez pas trop étrange. Sinon désolé Sur ce passez une bon journée/ soirée -Sam Ps.: Désolé pour la longue du texte, qu'il soit incompréhensible et les fautes d'orthographe.


J’ai vraiment de la difficulté à vivre avec mon asexualité. ...

Salut Ca fait 1 an ou deux que j'ai réussi à mettre les mots sur ma situation. Je suis homoromantique et asexuelle. J'ai vraiment de la difficulté a vivre avec mon asexualité. J'ai l'impression de pas fitter dans cette société ultra sexualisée. J'ai aussi peur de ne jamais avoir de relation stable avec quelqu'un dû a mon manque de désir sexuel et ce même pour des filles que j'aime de tout mon coeur. Ça me fait mal et je me demande qu'elles sont mes ressources face à ce mal être. Le sexologue est-il le spécialiste le plus adéquat pour ma situation? Merci, Dominique



Est-ce que l’on peut aimer plus qu’une personne à la ...

-Est-ce que c'est vrai qu'on ne peut pas aimer plus d'une personne à la fois ? -On ne pourrait pas aimer deux ou trois personnes avec la même intensité ? -C'est juste pour confirmer parce que je ne suis pas certaine à 100 % : -Est-ce qu'on peut dire qu'on a une relation amoureuse si l'autre personne n'est pas au courant ? -Ou cela ne compte pas ? -Ou on doit être les deux au courant (duo) pour qu'il y ait une relation amoureuse ? -Qu'est-ce que je réponds à une personne qui me demande si je suis aux hommes ou aux femmes, si moi, je suis amoureuse de l'amitié ? Réponse : Autres ?? -On m'a souvent dit que je suis bizarre, pas normal, que je vais changer d'idée un jour, que je ne me suis peut-être pas encore découverte, que je n'ai peut-être jamais été amoureuse, que c'est rare ou que ça n'existe pas d'être amoureux de l'amitié... Comme si je n'ai pas trouvé la bonne réponse à un examen, comme si ce n'est pas la réponse attendue par rapport à la moyenne des gens, comme si ce n'est pas bien ou pas correct, comme si ce n'est pas normal ou pas rationnel, etc.





Pouvons-nous être cisgenre et queer à la fois?

Bonjour, Depuis quelque temps, je ressens un questionnement sur mon identité sexuelle/romantique. Je n'ai jamais douter le fais d'être une femme cis. Par contre, je croyais être demisexuelle et panromantique, mais je commence à peut-être envisager être Queer... Je me demandais ce que signifiais être Queer, si nous pouvons être cisgenre et queer à la fois, mais refuser le modèle de binarité sans tout fois être soi-même non-binaire. Merci beaucoup! A-lx Salut! Merci d’avoir pris le temps de nous écrire afin de nous partager tes questionnements. Je constate que cela fait un certain temps que tu te questionnes sur ton orientation sexuelle. Tu t’identifiais comme étant demisexuelle et panromantique, mais tu commences à te demander si l’identité queer te représenterait bien. Tu voudrais donc avoir une définition du terme queer afin de t’orienter un peu dans ton processus. Bien, en fait, queer est un terme qui comporte plusieurs définitions. Je vais donc prendre le temps de les décrire au meilleur de ma connaissance, car il se pourrait que tu croises des personnes adoptant l’une ou l’autre d’entre-elles. D’abord, «queer» est un mot signifiant, en anglais, étrange. C’était, pendant une certaine période, un mot utilisé comme une insulte envers les minorités sexuelles, de genre ou les personnes ayant une sexualité marginalisée (BDSM, fétichisme, travail du sexe, polyamour, etc.). Encore aujourd’hui, dans les communautés LGBTQ, on peut croiser des personnes qui vont considérer que ce mot est violent, surtout dans les pays majoritairement anglophones, au même titre que ‘’fif’’ ou ‘’brouteuse’’. Il est, par contre, plus probable que tu croises des individus s’étant réapproprié cette même définition. Dans de nombreuses communautés anglophones, le mot «queer» est devenu un mot rassembleur synonyme de membre d’une communauté sexuelle ou de genre. C’est un peu comme un doigt en l’air aux gens qui l’ont utilisé  ou qui l’utilisent encore comme une insulte. En gros, pour certaines personnes «être queer» peut n’être qu’un synonyme d’être, par exemple, «homosexuel» ou «simplement pas entièrement hétéro». C’est un mot valise qui commence à faire de plus en plus sa place dans les communautés francophones. Le terme queer peut aussi être revendiqué par des personnes qui ne se retrouvent pas dans la vision dominante de l'hétérosexualité et qui définissent leur orientation sexuelle de façon beaucoup plus flexible! Tu pourrais, par exemple, te définir comme étant une personne sur le spectre de l’asexualité, demisexuelle, comme tu le faisais et utiliser le terme queer dans le sens du mot valise «queer». Panromantique, être attiré(e) de manière romantique soit envers des personnes de tous les genres confondus ou, selon la définition, avoir une préférence romantique d’abord et avant tout pour la personnalité d’un individu, peut à la fois entrer dans cette définition de queer, mais cela comporte également des similarités avec certaines composantes de la théorie queer. Donc, finalement, j’arrive à la définition qui, je crois, t’intéresse le plus. «Queer» est aussi une théorie selon laquelle le genre et, par le fait même, l’orientation sexuelle comme nous l’entrevoyons sont des concepts entièrement construits par la société dans laquelle nous vivons. Cela se base sur l’idée que le genre est un concept qui, au fil du temps et selon la société dans laquelle tu vis, va changer. En gros, le genre est une idée abstraite. Petite analogie, c’est un peu comme un standard de beauté. Tu as des endroits où plus tu as un long cou, plus tu es sexy. Il y en a où plus tu as des petits pieds, plus tu es physiquement avantagé. Il y en a où être beau c’est d’avoir le nez percé et d’autres où c’est de ne jamais s’être fait tatouer. Puis, il y en a d’autres où tout le monde se contrebalance un peu de ce que tu as l’air. Selon la théorie queer, le genre, c’est un peu pareil, mais, dans la société où nous vivons, il n’y en a que deux genres qui sont historiquement représentés et ce de manière assez restrictive. Disons que si tu n’as pas le nez percé, on va te le faire remarquer pas rien qu’à peu près. C’est donc un modèle binaire, mais ce modèle n’est pas universel et donc, selon cette théorie,  gagnerait à être déconstruit. Ok, mais qu’en est-il de l’orientation sexuelle? Bien, si tu fais complètement exploser le concept de genre, BANG, l’orientation sexuelle explose aussi parce que celle-ci dépend du genre. Si le genre est entièrement construit, l’orientation sexuelle l’est toute aussi. Encore une fois, selon cette même théorie, l’orientation sexuelle est aussi un concept qui prend une définition différente selon la société et la période historique dans laquelle nous nous trouvons. Par exemple, dans notre société, être un homme homosexuel, signifie le plus souvent «être attiré par une personne du même genre». Dans certaines cultures et d’ailleurs, historiquement, cela a également été le cas à certains endroits en Amérique du Nord, être un homme homosexuel signifie être une personne qui aime se faire pénétrer par un autre homme. Bref, la conceptualisation que nous nous faisons de l’orientation sexuelle est très récente et particulière à la société dans laquelle nous vivons. C’est un aperçu très bref de la théorie queer, mais certaines personnes vont utiliser ce terme afin d’exprimer le fait qu’elles s’identifient à celle-ci. Ensuite, il est possible d’observer diverses variantes. Certaines personnes vont s’identifier uniquement à une ou l’autre des composantes de la théorie. Les gens vont, par exemple, se définir comme queer, mais ils ne vont l’utiliser que pour dire qu’ils ne croient pas que leur orientation sexuelle peut rentrer dans une catégorie basée sur un modèle binaire. Parfois les gens l’utilisent pour signifier qu’ils vont à l’encontre des normes ou des stéréotypes de genre. C’est un terme qui a tendance à être plutôt politisé et qui est utilisé à plusieurs sauces.  Oui, tu pourrais donc utiliser le terme queer tout en t’identifiant au genre qui t’as été assigné à la naissance. Tu peux également le rejeter si tu trouves que cela ne te correspond pas non plus. Tu peux l’adopter et changer d’idée en cours de route. Ce n’est pas quelque chose qui se doit d’être fixe! Je te propose au passage l'article de mon collègue Guillaume au sujet du queer : Que signifie être queer? Cet article fait notamment un portrait de l'usage historique de ce terme! J’espère que cela t’a aidé et je te souhaite bonne chance dans la suite de ton questionnement, Marie-Claire Jones