Tag: asexualité


Je me suis imaginé tenir la main d’un homme. Est-ce ...

Bonjour, Durant ces deux dernieres semaines, j'ai vécu de drôle de situation. En fait, j'ai dus faire appel à des technicien externe à ma boite pour m'aider à résoudre un problème informatique. Ce technicien, j'avais déjà travaillé avec lui dans le passé et c'est vrai que j'ai toujours apprécié son travail. Ici, il arrive et pantalon slim ou moulant comme beaucoup de gens en porte et chaussure de sécurité, cheveux jusqu'au épaule et piercing oreille. Mais je ne sais pas pourquoi, lorsque je le regardais taper à son clavier, j'avais des images de lui prendre la main, ... C'est comme si je me faisais un film... Mais, cela rentre en contradiction avec mon idée d'être plutôt asexuelle (plus précisement egosexualité (également connue sous le nom d'autochorissexualité) avec la masturbation comme source de plaisir et le porn pour alimenter ma boite à fantasme. Je ne pense pas être amoureux de lui et si j'essaie d'imaginer une relation sexuel, ben, cela ne m’excite pas. Je sais qu'il existe une sexualité où on peut ressentir une attirance avec quelqu'un qui à la même intelligence (sapiosexuel ?) . Bref, je ne sais pas comment faire la part des choses.


Je suis intersexe, mon partenaire est asexuel et je souffre ...

Bien le bonjour à vous, Je viens vers vous afin de pouvoir mettre à l'écrit la situation de mon couple ainsi que ma situation personnelle sur le sujet des relations sexuelles, devenu difficile à supporter pour nous deux. Peut-être pourriez-vous nous éclaircir d'un point de vue extérieur, car en interne, la situation semble complètement bloquée. Premièrement, présentation du sujet principal. Je suis en couple avec un homme trans asexuel depuis 3 ans, sans aucun rapport sexuel, ni préliminaires, et avec de très rares baisers effarouchés. La sensation de ne pas être désiré par son aimé et le manque d'estime de soi par l'absence de ce sujet naturel pour tout autre personne de mon entourage me pèse atrocement. Mais c'est encore pire pour mon aimé: celui-ci a une véritable phobie du sexe, et il se met dans un état dépressif profond de ne pas apporter cette dernière partie à notre couple, parfait sur tous les autres points. Au point de faire des cauchemars où je le force, ou de vouloir se mutiler au niveau génital pour "avoir une bonne excuse". Pourtant, je tiens à préciser qu'il n'a connu aucun traumatisme ( de type viol ou autre ), et que sa dysphorie est très légère ( aucune transition physique en vue, masturbation personnelle sans problème avec son sexe, et sa poitrine ne le gêne pas au point de se balader sans soucis en t-shirt large sans soutien-gorge ), alors même que son corps est superbe d'un point de vue féminin. Pour ma part, la pression psychologique vient de l'accumulation. Je suis né avec une déformation génitale, avec opération à la naissance pour pouvoir disposer d'un pénis capable d'uriner, au moins. A l'adolescence, j'ai développé des caractères sexuels féminins, et cumulés avec des soucis au niveau dentaires, les médecins ont commencé à soupçonner un syndrome de Klinefelter, sans se louper. J'ai donc suivit un traitement hormonal, et ce fut tout. Si des questionnements sur mon genre se posaient déjà avant, je n'ai eu aucun soucis associés: je suis de base intersexe, je me suis développé en tant qu'homme, et j'ai une attirance pour les corps féminins, malgré de l'expérience dans le sexe entre homme, point. Malheureusement, mes opérations ne suffirent pas; en développant ma vie sexuelle à l'adolescence, j'ai vite remarqué que je ne pouvais pas avoir d'érection sans douleur, ce qui m'empêchait d'avoir la moindre relation sexuelle. J'ai pourtant eu à cet époque une grande variété d'expériences, mais frustrantes dans leur non-accomplissement. Une fois majeur, j'ai entreprit toutes les démarches pour obtenir une dernière opération: un grand succès! Même si je me retrouve avec un petit engin couturé de partout ( affectueusement appelée ma "zombite" ), il n'en reste pas moins parfaitement fonctionnel et sans douleur. Voilà que ma malédiction continue: mon premier couple après cette opération est avec un trans extrêmement dysphorique. S'il propose de lui-même quelques gâteries, il n'y a aucune possibilité d'aller au-delà, même en anal. Malheureusement, il n'y a également presque aucun sentiment, et un fort sentiment de stagnation sur tous les sujets de notre vie, ce qui sera fatal à notre couple après 2 ans de vie commune. Comme de fait exprès, je tombe follement amoureux peu de temps après d'une véritable pépite; mon aimé actuel. Même si apprendre qu'il s'agissait encore d'un trans m'a grandement repoussé, ce n'était rien face à la superbe histoire que nous vivions, et que nous vivons toujours. Mais me voilà à 26 ans, toujours puceau après 10 ans en couple quasiment sans interruption, grandement frustré par l'accumulation de malchance sur ce sujet. Enfin, je tiens à préciser ce dont nous avons déjà discuté, à peu près tous les 6-9 mois, quand le sujet reviens à la charge. Avoir une amante, par exemple, ne règlerait pas la question; premièrement, j'ai beaucoup de mal avec le principe, et ensuite, c'est le fait que je sois sexuellement attiré par mon aimé qui le perturbe, ce qui ne changera pas, même si je n'en fait aucune mention et que mon corps a apprit depuis longtemps à ne pas réagir du tout. Briser notre couple n'est également pas vraiment une option que l'on prend en compte. L'amour est toujours aussi fort, notre vie se combine parfaiteme nt, et même si ce sujet nous perturbe, il reste secondaire face au reste. Sans oublier de mentionner que j'ai une peur bleue que le problème vienne de moi, avec mon passé, et que le futur amant de mon aimé n'ai aucun effort à faire; ça serait dommage de finir avec un double meurtre sur les bras. Tenter de se "désensibiliser", dédramatiser, y aller pas à pas, tout ce qui a rapport avec le fait de "lui devoir faire les efforts" l'énerve. Même des préliminaires, des câlins un peu poussés, ou encore un massage, tout lui fait peur, tout est un risque que ça aille plus loin. Il aurait l'impression de "perdre quelque chose qu'il ne veut pas donner, de se briser, de ne pas être la même personne". Et en parallèle, il se dit à lui-même qu'il aurait pu dès le début s'y mettre de temps en temps ( surtout que j'ai une très faible libido, sans quoi je n'aurai jamais tenu ) , il se sent comme un putain d'égoïste de ne pas faire les efforts alors que je fais tout pour préserver notre couple, il considère qu'il mériterait à la place que je le trompe et/ou le quitte, dans une espèce d'autoflagellation. Je ne sais maintenant ni comment aborder le sujet, ni quoi proposer pour éliminer ce dernier grain de sable entre nous. Je serai particulièrement reconnaissant si vous aviez des idées et solutions à partager. Merci à vous pour votre patience!


Je suis une femme trans asexuelle et je ne trouve ...

Cela fait près de 30 ans que j'ai transitionné et que je vis pleinement ma vie de femme bien que sexuellement non réassignée. Depuis mon adolescence je n'ai jamais eu de véritable attirance pour la sexualité. Partiellement en cause un phimosis suivi d'une circoncision à 18 ans. Ma longue hormonothérapie n'a fait qu'amplifier mon asexualité. Aujourd'hui je me retrouve à aimer un homme qui est mon compagnon de vie. Malheureusement le constat est évident: je parviens difficilement à le satisfaire sexuellement. Lui prodiguer des caresses ainsi que des bisous intimes ne m'effraie pas et je le fais volontiers. Comme il en demande plus je m'offre occasionnellement pour le satisfaire pleinement. Et ca marche puisqu'il explose le plus souvent en moi. C'est devenu véritablement une corvée en ce qui me concerne. Je n'y trouve que déplaisir, voire même de la souffrance. Je parviens néanmoins jusqu'à maintenant à m'y astreindre mais cela devient de plus en plus mon chemin de croix. SVP, que pourriez-vous me conseiller? Claire



Est-ce qu’il y a une orientation sexuelle définissant le fait ...

Bonjour, je suis une fille cis et je me demander si vous pourriez mettre un nom sur ma sexualité. Tout d'abord je suis attiré physiquement et sentimentalement par tout les genre ( femme, non-bianire, trans...), mais je suis dégoûté sexuellement par les personne ayant un pénis , la vu d'un phallus me fait presque peur, me met mal à l'aise. J'aurais voulu s'il existe un therme pour définir une asexualité envers certaines personne en particulier. Et comment puis je tout de même entretenir une relation avec ces personnes? Merci <3


Je suis intrigué.e par le BDSM… Je n’arrive pas à ...

Hey petit coucou, Je suis en questionnement sur ma sexualité...Je ne l'ai jamais fait, je n'ai même pas eu envie de me faire du bien en 18ans de vie mais en même temps j'ai eu ma première relation en IRL et j'avoue avoir aimé lui donner envie mais toujours en me stoppant avant…Avec ma copine on a parler de BDSM et mon frère de cœur m'a dit que l'on n'était pas obligé de le faire quand on fait du BDSM… Enfin bref, je n'arrive pas à savoir si je suis agrisexuel.le ou asexuel.le du coup… Merci de votre réponse !


Je suis de plus en plus dégoûtée par tout ce ...

Bonjour, je suis une fille, encore jeune, et je me suis considérée d’abord bisexuelle, puis lesbienne. Mais cela fait quelques semaines que tout ce qui touche aux « relations sexuelles » que ce soit des conversations ou même juste un mot commence à me mettre de plus en plus mal à l’aise, comme si ça me dégoûtait. Je ne sais pas si j’ai le droit de rentrer autant dans les détails mais on pourrait se dire que c’est dû à mon jeune âge mais cela fait déjà très longtemps que je regarde des vidéos pornographiques etc... (j’ai arrêté depuis des mois) et je ne ressens quasiment plus aucune envie. J’ai toujours aimé les gens pour ce qu’ils étaient, et non pour leur corps, on a toujours trouvé mes goûts étranges. En clair je pourrais avoir des sentiments amoureux pour tout les genres mais je ne sais pas si je pourrais me considérer comme étant asexuelle, je suis vraiment perdue. Merci. Chiinwo



Je ne me comprends plus au niveau de mon genre ...

Je ne sais pas qui je suis, je ne me comprends plus... au niveau de mon genre, ma sexualité Je ne sais pas trop quoi dire, ou comment expliquer ce que je ressens, je suis totalement perdu...je me sens homme et femme mais à la fois rien du tout et au niveau sexualité, je ne ressens rien mais en même temps je ressens l'envie...je ne sais pas si cela est compréhensible et cela affecte mes relations en général. Je ne sais pas quoi faire ou si je dois en parler à mon entourage et à vrai dire c'est la première fois que je m'exprime vraiment sur le sujet.


J’ai des gros doutes sur mon orientation romantique et sexuelle.

Je m’identifiais comme lesbienne depuis l’âge de 15 ans jusqu’à tout récemment. (J’ai maintenant 22 ans) L’année dernière, j’ai commencé à re questionner mon orientation romantique et sexuelle car j’ai réalisé que mes sentiments (romantiques et sexuels) n’étaient pas tout à fait comme ce que les autres ressentent. Par exemple, Je n'ai eu qu'un « crush » (et maintenant je ne suis même plus sûre que ç'en était vraiment un) dans toute ma vie et c'était sur une de mes amies au secondaire. Depuis 2-3 mois, je commence à penser de plus en plus que je suis « aromantique » et « asexuelle » (mais j’ai quand même une préférence pour les femmes au niveau platonique, esthéthique et sensuel - enfin je crois...) Je trouve que je peux beaucoup « relater » à ces 2 étiquettes. De plus, ça expliquerait pourquoi je me suis toujours sentie inconfortable d’utiliser l’étiquette de « lesbienne ». J’ai rejoint des groupes de communauté «aroace» sur Reddit et ça m’arrive souvent ces jours çi de tomber sur des gens qui post un truc du genre « Je quitte la communauté, j’ai réalisé que je n’était pas Aro (et, ou) Ace , mais que je suis juste homosexuel(lle). » et ça m’a fait pensé : Mais si je m’étais mentie à moi même pendant toutes ces années et que dans le fond je suis juste hétéro?! Honnêtement je ne me suis jamais sentie à l’aise avec les gars (autre que les membres de ma famille). Je ne sais pas d’où ça vient exactement, mais c’est vraiment intense au point où j’ai vraiment de la misère à être amie avec un gars. Je ne les déteste pas du tout, mais je trouve que c’est tellement plus facile de « connecter » avec une fille qu’un gars sous toutes les facettes. Et puis je me dit si j’arrivais à changer comment je vois les gars et donc changer mes pensées, est-ce que ça débloquerait quelque chose dans mon cerveau et que je réaliserais que je suis hétéro??! Aussi, depuis quelques temps, je remarque qu’il m’arrive de trouver des gars beaux et presque attirants, ce qui ne m’arrivait jamais avant? Le truc c’est que je ne trouve pas de filles «attirante» de la même façon, même si je pense que je serais plus à l’aise d’être en relation avec une fille. Je ne sais pas... Peut-être que je m’inquiète pour rien ou que je pense trop... Merci! Une fille bien confuse.


Avez-vous des recommandations de sites de rencontre pour personnes asexuelles?

Bonjour, Je suis intéressé à trouver l'amour un jour. Étant donné que l'amour ne s'est jamais spontanément présenté à moi, je commence à chercher d'autres alternatives pour le trouver. J'ai cherché sur Internet des sites de rencontres asexuels sous les conseils d'une amie. À ma grande surprise, j'en ai trouvé. En plus d'en trouver, il y en a plus d'un. Il n'y en a pas des centaines, mais quand même. En voici la liste : -Rencontre asexuels -Betolerant -Acitizen -Kelove. Ma question est donc la suivante : lequel de ses sites choisir ? Lequel me conseilleriez-vous ? Évidemment, je préférerais discuter avec des personnes qui habitent près de ma région parce qu'une relation amoureuse dans laquelle les deux personnes sont séparés par un océan et deux continents différents... Cela ne m'intéresse pas. De ce que j'ai pu voir en explorant les sites, « Rencontre asexuels » semble être plus un site européen, mais les autres je ne sais pas du tout... Merci d'avance pour votre temps et bonne fin de journée.



Puis-je me considérer homoromantique et asexuel même si je ressens ...

Bonjour, j'ai 19 ans et je me considère homosexuel. (Désolé ça va être très long) Mais depuis longtemps je me demande si en fait je ne serais pas asexuel et homoromantique...Je ne me suis jamais masturbé et cela n'a rien changé à ma vie, je n'ai jamais eu besoin de sexe, j'ai eu l'erreur de le dire à quelqu'un au secondaire qui me l'a demandé et tout le monde a rit de moi parce que ce n'est pas normal, bla bla bla. J'ai déjà fait part de mon questionnement sur la nécessité des relations sexuelles dans un couple à ma famille, ça ne m'attirait pas et ils me trouvaient bizarre. Donc, moi étant une personne anxieuse de nature, j'ai commencé à me dire que je n'étais pas normal. Je me sentais vraiment mal dans ma peau. Mais avec Amino LGBT+ France, j'ai découvert l'asexualité et à partir de ce moment je ne me sentais plus anormal, peut-être que j'étais asexuel. Mais j'ai découvert depuis le temps des fêtes de 2019 mon attirance pour les hommes, à cause de l'amour inconditionnel que je portais pour mon meilleur ami. Et depuis, je ne suis plus certain d'être asexuel car je me suis mis à ressentir des pulsions tellement fortes envers les hommes, surtout ceux qui sont musclés leur torse m'excite beaucoup, j'avais envie d'embrasser passionnément. Juste la pensée de nos deux corps enlacés, nus, s'embrassant passionnément, ses mains sur mon corps, ma libido devient très forte (c'est juste un fantasme, je n'ai pas d'homme dans ma vie) Mais quand je commence à penser à la relation sexuelle, il y a une sorte de blocage. La sodomie et la fellation, ou même les autres pratiques sexuelles après maintes recherches, me font un peu peur et je n'ai pas envie de ça, je ne veux que des contacts physiques, collés l'un contre l'autre, bref, exactement comme j'ai énuméré plus haut. Ce ne sont que l'érotisme, la sensualité à très haut niveau qui m'excite et me donne envie. Alors je ne sais pas si ça fait partie du spectre asexuel...Je n'ai jamais fait ma première fois donc je me dis que peut-être j'aimerais l'acte sexuel, mais ça me fait peur. Ce ne sont pas les fesses et les parties intimes qui m'excitent, mais le haut de son corps, son torse, abdos, ses bras musclés, ses mains, son visage, bref....Alors je ne sais pas si je peux me considérer ace, surtout si je ne l'ai jamais fait. Ça me stresse de ne trouver personne qui peut vivre avec une certaine abstinence...Donc j'ai quelques appréhensions sur le fait de me savoir peut-être ace... Je vous remercie d'avoir lu jusqu'au bout désolé c'était très long...Mais j'avais besoin de parler de cela à quelqu'un qui ne juge pas, je n'ai personne à qui le dire, personne ne peut me comprendre dans mon entourage. (Je vous dis mon nom pour que vous le sachiez mais pour le mettre en post sur cette plateforme, pourriez-vous s'il vous plaît mettre mon surnom avec lequel j'ai signé?) A gay guy