Tag: asexualité




Je ne sais pas si je souffre de toc homo ...

Bonjour, voilà moi je vous écrits car je suis actuellement en arrêt de travail pour dépression. Je ne sais pas si je souffre de tocs homo où pas. J'ai été pendant 10 ans avec une femme et tout se passait bien avec elle. Mais parfois, dans la rue où même avec des amis, je regardai leurs attributs. Je me forçais à ne pas regarder car je me disais que c'était mal. Mais après, ça ne m'excitait pas non plus. Je n'ai jamais regardé de porno gay ni rien, ça ne m'intéresse pas. Mais aujourd'hui, séparé depuis peu, toutes ses pensées intrusives m'handicapent, je ne fais rien de mes journées. Cela nuit à mes interactions sociales. J'ai envie de leur dire tout ce qu'il m'arrive mais je n'y arrive pas. Je suis obligé de me concentré pour que dans nos conversations je ne lâche pas un "je ne sais plus si je suis hétéro où pas". C'est une souffrance psychologique énorme voir invalidante aujourd'hui. Est-ce que je souffre du Toc Homo où suis-je simplement refoulé ? Ce que je voudrais dire aussi, et ça ça m'inquiète énormément aussi, c'est que ça fait 2 mois que je n'ai pas eu d'érections, pas de masturbation rien. Plus rien ne m'excite... Suis-je devenu asexuel ? C'est un peu Bagdad dans ma tête, je précise que j'ai des médicaments car ça m'angoisse terriblement. Je ne dors pas la nuit. Aidez moi svp. Merci. David



Je me pose plein de question en rapport à ma ...

Bonjour je m’appelle Ella j’ai 16 ans et depuis plusieurs années je me pose pleins de questions en rapport avec ma sexualité tout d’abord il faut savoir que je suis une personne qui a très peu confiance en sois j’ai commencée à me poser des questions quand j’ai su que ma demi-sœur était lesbienne je me demander si moi aussi pour moi je suis hétérosexuel car je suis attirée par les hommes par exemple quand je regarde des vidéo à caractère pornographique je ne regarde que des hommes je ne suis pas attirée par les femmes , aussi il m’est arrivée de sans le faire exprès une fraction de seconde regardées les fesses d’une filles je pense que toute les autres filles l’ont déjà fait peu importe leurs orientation sexuelle puis je trouve trop mignon les couples gay homme mais je suis différente quand il s’agit de couple lesbien je me sens mal à l’aise mais attention je ne suis pas homophone mais je suis mal à l’aise quand une fille lesbienne me fait des réflexions bizarre à ce moment là je me sens mal à l’aise et sa me fait stresser pourtant j’ai des amis qui ne sont pas hétérosexuel et une dernière chose je ne suis jamais tombée amoureuse et je n’ai jamais eu de crush pourtant je vois beaucoup d’homme très très beau alors je ne comprend pas aidez moi


Est-ce que ne pas être en accord avec mon corps ...

Bonjour, Je vous recontacte car cela na vas pas fort et j'arrive plusieurs constatations (surement déjà discuté dans les échanges précédent). Une des constatations est que si je mets en avant mon appareil génital (ex : masturbation devant un miroir ou en regardant l'appareil génital), où comme en 2018, l'utiliser de manière active, cela ne vas pas. Une des autres constations est cette vision de moi couché, jambe ouverte, et un pénis qui me pénètre, mais mon appareil génital est absent. Un fait, c'est qu'actuellement, je suis completement démotivé, même l'idée de sortir de ma boite, des sextoys, de les laver, les nettoyer... me bloque (histoire de me sodo). La seul chose que je sais, c'est que la bite m'interesse, quelqu'un me montrerais une bite, je pense que certaine inhibition partirait. Pour l'instant, c'est plus le porno sissy, shemale qui m'excite, j'ai même "fantasmer" à être sodo par une femme transgenre. Seulement, dès que j'arrive sur vivre avec quelqu'un d'autres, cela ne vas pas. Je suis et reste dans une phase introspective, sans envie/motivation d'aller dans les essais pratique. J'arrête pas de tourner autour du pot, mon anxiété (du à un contexte professionnel et la pandémie) m'empêche de faire beaucoup de choses. Et j'arrête pas d'essayer de trouver un patch, un workaround à un problème, ici par exemple, se serais d'être quelqu'un plutôt non-binaire qui pour se faire plaisir qui aurais l'usage exclusif de sextoys et de regarder du porno gay et/ou sissy/ts (tout etant poilu,ce qui est très contradictoire avec les sissy ou femboy... et vus mon âge, mdr). En écrivant et relisant cela, cela fais un peu penser à une asexualité, mais je suis pas en accord avec mon corps et la manière dont je l'utilise. Donc, voila, je sais pas quel moyen je peux utiliser pour trouver la vérité sur MOI et donc je reviens vers vous.


Comment concilier cross-dressing, asexualité & neurodiversité?

Bonjour, c'est encore Ace Guy! Alors, je sais que j'élargis peut-être un peu trop la définition de "question" avec ce message mais je voulais vous communiquer mon avancée depuis tout ce temps, non seulement pour le partager avec quelqu'un et avoir votre avis dessus, surtout la fin, mais aussi pour n'importe quel lecteur aussi, si ça peut aider quelqu'un d'autre à se découvrir car c'est quelque chose de très important. Pour le plus important... Alors un jour j'ai totalement craqué, c'était en plein après-midi, j'avais rencontré quelqu'un en-ligne avec qui j'ai pu discuter de jolis vetements et j'était dans une periode plus feminine et j'allais être seule pendant un long moment... Donc, après m'avoir traîné de force au Carrefour du coin avec l'argent que j'ai économisé et après une longue panique... J'ai acheté ma première jupe! Elle était trop petite et j'ai dû la rendre pour une à ma taille mais j'ai du passer toute la soirée à me regarder et à me sentir... remplir d'une drôle de joie, comme une sorte de soulagement! Par contre après, j'ai découvert les points relais d'Amazon et ça m'évitera la panique de la foule à l'avenir ^^' Mais c'était vraiment une experience enrichissante et qui m'a aidée à me découvrir encore plus et à me mettre des objectifs plus simple et relax ^^ Ce qui reste complexe, c'est de pouvoir y détacher de l'idée du cross-dressing & co. J'ai parfois des périodes de fantasmes (Même pour un Asexuel ça arrive, j'ai réussi à m'en rendre compte aussi, même si c'est jamais bien sexuel) et pendant longtemps, je pensais que ses idées n'étaient que ça, du fantasme. Mais non, j'ai découvert que les deux était séparés et d'avoir une présentation plus feminine n'avait rien d'un jeu mais quelque chose qui me donne envie dans ma vie de tout les jours sans arrière-pensée. C'est aussi difficile de passer outre le "Oh, encore un quirk bizarre" genre t'as déjà Asperger, t'es Asexuel, tu te considers EN PLUS sur le spectre Aromantique ET TU QUESTIONNES TON GENRE? TU FAIS PAS UN PEU TON INTERESSANT?! Ben non c'est faux, je resterai pas autant dans le placard si c'était le cas en plus xD Mais à part ça, jouer à certains jeux et rechercher certains medias m'a aidée à m'y retrouver aussi (Shoutout à "One night, Hot springs" c'est surface-level mais le jeu est ADORABLE) et aussi d'avoir des gens en ligne me référer à différents pronoms aide aussi! (ça fait du bien d'avoir un "elle" après tout ses "Il", bizarrement) Quelque chose aussi qu'on m'a conseillé c'est de me voir dans 10 ans dans le futur et quel genre j'aurais dans ma tête. Une représentation vaguement feminine m'arrive dans la tête mais je n'arrive pas à me représenter un visage et ça m'a aidé à me rendre compte que... j'aime pas trop ma face en fait! J'ai beau ne pas détester mon corps, j'ai pourtant une déconnexion évidente entre mon corps et moi. Je sais que j'en pilote un mais après avoir tellement eu la tête ailleurs avec le stress de vivre avec des gens que j'ai du mal à comprendre et qui me font me sentir coupable de ne pas les ressembler (surtout pour mon autisme, ça) ben c'est difficile de remettre les pieds sur terre et de se regarder dans le mirroir. C'est pas moi, ça! Mes mains et mes jambes, oui, ça c'est moi. Mais ce visage inexpressif que je vois jamais... c'est pas moi... Et réaliser ça m'a fait me rendre compte qu'il me reste encore du chemin. Je ne sais pas si c'est quelque chose que je vais réussir à briser d'aussi-tôt mais si j'aurais besoin d'un conseil, ce serait là-dessus. Je sais que je vais continuer de vivre en auto-pilote, j'ai enfin eu un job et je suis plutôt occupée donc ça va arriver bien souvent mais je sais que je dois continuer quand j'ai le temps sur la découverte et l'acceptance de moi. Là, tout de suite, j'aimerais juste avoir aucun visage, si le choix me revennait, mais un jour je vais bien trouver ce qui me va bien... Mais merci beaucoup de m'avoir écouté et j'espère avoir une réponse de votre part et que cette lecture puisse être enrichissante pour d'autres!! Ace Guy



J’ai l’impression que mon orientation sexuelle n’a pas de mot ...

Salut, j'espère que vous allez bien. Certains trouverons mon questionnement superflus contenu que ce ne sont que des étiquettes , mais il en devient plus frustrant quand tu as l'impression que ton orientation n'a pas de mot ou n'existe pas. Je me sens énormément apart de ne pas m'identifier à aucuns des termes complètement pour l'instant je m'identifiais le mieux à omnisexuelle/omniromantique. 1. J'ai besoin d'avoir une connection emotionelle avec la personne pour avoir des rapports sexuels peut importe son genre. 2. Je peux tomber amoureuse et avoir une relation avec n'importe quel genre. 3. Je connecte plus facilement au niveau émotionnelle/relationnelle et prefere cela avec un homme. Je développe une connection émotionnelle plus intense avec l'homme en général. Peut être est ce parce que je n'ai pas rencontré la bonne femme ou parce que son rôle d'homme y est pour quelque chose? 4. Je ressens de l'attirance physique pour l'homme et du désir sexuel cependant après avoir fait l'acte je reste insatisfaite puisque que le corps de l'homme ne m'attire pas ou partiellement au niveau sexuel. Le fait que je connecte emotionnelement me provoqué du désir sexuel envers cette personne seulement je ne me sentirais pas autant comblé au niveau sexuel qu'avec une femme. 5. J'ai une grande préférence sexuelle pour les femmes. J'ai déjà ressenti un manque au niveau sexuel entretenant une relation avec un homme dont j'étais amoureuse. Merci d'avoir pris le temps de me lire! J'attendrais de vos nouvelles avec impatience. Si vous vous sentez mal équipé au niveau de mon problème s'il vous plaît me donner les ressources nécessaires. Merci et désolé du roman. Florence


Je n’ai pas le goût de faire l’amour et ne ...

Bonjours, jai une situation assez bizarre. Je nest pas le gout de faire lamours. Je trouve les partie sexuel des deux sexe degeu. Je suis repousser par lacte alors que je suis vierge je ne veux que rien rentre RIEn. Dans toute mes relation jai fui car jai le stresse que mln partenaire veule le faire alors que je suis bien sans. Je suis vierge et jai 17 ans je ne suis pas interesser? Suisje normal? Jai developper des toc et tic de stresse car je me cherche si je ne suis pas attirer par rien je suis dans la déviance???? En 5-6 annee mon probleme de tic et toc et penser obsesionelle car jai plus de confiance corporel en moi car je ne sais plus qui je suis? Par contre je peu sortir avec des filles ou garcon sans sexe :) je suis perdu ? Suije normal?


Je me suis imaginé tenir la main d’un homme. Est-ce ...

Bonjour, Durant ces deux dernieres semaines, j'ai vécu de drôle de situation. En fait, j'ai dus faire appel à des technicien externe à ma boite pour m'aider à résoudre un problème informatique. Ce technicien, j'avais déjà travaillé avec lui dans le passé et c'est vrai que j'ai toujours apprécié son travail. Ici, il arrive et pantalon slim ou moulant comme beaucoup de gens en porte et chaussure de sécurité, cheveux jusqu'au épaule et piercing oreille. Mais je ne sais pas pourquoi, lorsque je le regardais taper à son clavier, j'avais des images de lui prendre la main, ... C'est comme si je me faisais un film... Mais, cela rentre en contradiction avec mon idée d'être plutôt asexuelle (plus précisement egosexualité (également connue sous le nom d'autochorissexualité) avec la masturbation comme source de plaisir et le porn pour alimenter ma boite à fantasme. Je ne pense pas être amoureux de lui et si j'essaie d'imaginer une relation sexuel, ben, cela ne m’excite pas. Je sais qu'il existe une sexualité où on peut ressentir une attirance avec quelqu'un qui à la même intelligence (sapiosexuel ?) . Bref, je ne sais pas comment faire la part des choses.



Je suis intersexe, mon partenaire est asexuel et je souffre ...

Bien le bonjour à vous, Je viens vers vous afin de pouvoir mettre à l'écrit la situation de mon couple ainsi que ma situation personnelle sur le sujet des relations sexuelles, devenu difficile à supporter pour nous deux. Peut-être pourriez-vous nous éclaircir d'un point de vue extérieur, car en interne, la situation semble complètement bloquée. Premièrement, présentation du sujet principal. Je suis en couple avec un homme trans asexuel depuis 3 ans, sans aucun rapport sexuel, ni préliminaires, et avec de très rares baisers effarouchés. La sensation de ne pas être désiré par son aimé et le manque d'estime de soi par l'absence de ce sujet naturel pour tout autre personne de mon entourage me pèse atrocement. Mais c'est encore pire pour mon aimé: celui-ci a une véritable phobie du sexe, et il se met dans un état dépressif profond de ne pas apporter cette dernière partie à notre couple, parfait sur tous les autres points. Au point de faire des cauchemars où je le force, ou de vouloir se mutiler au niveau génital pour "avoir une bonne excuse". Pourtant, je tiens à préciser qu'il n'a connu aucun traumatisme ( de type viol ou autre ), et que sa dysphorie est très légère ( aucune transition physique en vue, masturbation personnelle sans problème avec son sexe, et sa poitrine ne le gêne pas au point de se balader sans soucis en t-shirt large sans soutien-gorge ), alors même que son corps est superbe d'un point de vue féminin. Pour ma part, la pression psychologique vient de l'accumulation. Je suis né avec une déformation génitale, avec opération à la naissance pour pouvoir disposer d'un pénis capable d'uriner, au moins. A l'adolescence, j'ai développé des caractères sexuels féminins, et cumulés avec des soucis au niveau dentaires, les médecins ont commencé à soupçonner un syndrome de Klinefelter, sans se louper. J'ai donc suivit un traitement hormonal, et ce fut tout. Si des questionnements sur mon genre se posaient déjà avant, je n'ai eu aucun soucis associés: je suis de base intersexe, je me suis développé en tant qu'homme, et j'ai une attirance pour les corps féminins, malgré de l'expérience dans le sexe entre homme, point. Malheureusement, mes opérations ne suffirent pas; en développant ma vie sexuelle à l'adolescence, j'ai vite remarqué que je ne pouvais pas avoir d'érection sans douleur, ce qui m'empêchait d'avoir la moindre relation sexuelle. J'ai pourtant eu à cet époque une grande variété d'expériences, mais frustrantes dans leur non-accomplissement. Une fois majeur, j'ai entreprit toutes les démarches pour obtenir une dernière opération: un grand succès! Même si je me retrouve avec un petit engin couturé de partout ( affectueusement appelée ma "zombite" ), il n'en reste pas moins parfaitement fonctionnel et sans douleur. Voilà que ma malédiction continue: mon premier couple après cette opération est avec un trans extrêmement dysphorique. S'il propose de lui-même quelques gâteries, il n'y a aucune possibilité d'aller au-delà, même en anal. Malheureusement, il n'y a également presque aucun sentiment, et un fort sentiment de stagnation sur tous les sujets de notre vie, ce qui sera fatal à notre couple après 2 ans de vie commune. Comme de fait exprès, je tombe follement amoureux peu de temps après d'une véritable pépite; mon aimé actuel. Même si apprendre qu'il s'agissait encore d'un trans m'a grandement repoussé, ce n'était rien face à la superbe histoire que nous vivions, et que nous vivons toujours. Mais me voilà à 26 ans, toujours puceau après 10 ans en couple quasiment sans interruption, grandement frustré par l'accumulation de malchance sur ce sujet. Enfin, je tiens à préciser ce dont nous avons déjà discuté, à peu près tous les 6-9 mois, quand le sujet reviens à la charge. Avoir une amante, par exemple, ne règlerait pas la question; premièrement, j'ai beaucoup de mal avec le principe, et ensuite, c'est le fait que je sois sexuellement attiré par mon aimé qui le perturbe, ce qui ne changera pas, même si je n'en fait aucune mention et que mon corps a apprit depuis longtemps à ne pas réagir du tout. Briser notre couple n'est également pas vraiment une option que l'on prend en compte. L'amour est toujours aussi fort, notre vie se combine parfaiteme nt, et même si ce sujet nous perturbe, il reste secondaire face au reste. Sans oublier de mentionner que j'ai une peur bleue que le problème vienne de moi, avec mon passé, et que le futur amant de mon aimé n'ai aucun effort à faire; ça serait dommage de finir avec un double meurtre sur les bras. Tenter de se "désensibiliser", dédramatiser, y aller pas à pas, tout ce qui a rapport avec le fait de "lui devoir faire les efforts" l'énerve. Même des préliminaires, des câlins un peu poussés, ou encore un massage, tout lui fait peur, tout est un risque que ça aille plus loin. Il aurait l'impression de "perdre quelque chose qu'il ne veut pas donner, de se briser, de ne pas être la même personne". Et en parallèle, il se dit à lui-même qu'il aurait pu dès le début s'y mettre de temps en temps ( surtout que j'ai une très faible libido, sans quoi je n'aurai jamais tenu ) , il se sent comme un putain d'égoïste de ne pas faire les efforts alors que je fais tout pour préserver notre couple, il considère qu'il mériterait à la place que je le trompe et/ou le quitte, dans une espèce d'autoflagellation. Je ne sais maintenant ni comment aborder le sujet, ni quoi proposer pour éliminer ce dernier grain de sable entre nous. Je serai particulièrement reconnaissant si vous aviez des idées et solutions à partager. Merci à vous pour votre patience!