Tag: affection


Puis-je me qualifier de gay même si je n’ai pas ...

Je ne pensais pas qu'un jour que j'allais découvrir que je préfèrerai les garçons, même si je ne m'intéressais jamais aux filles auparavant, je n'avais pas une seule idée de ce que veut dire être homosexuel car cette différence n'a jamais eu de place dans la société à laquelle j'ai grandi. Je vais donc citer tous les points possibles qui ont un lien avec mon orientation sexuelle: 1- La révélation: J'ai découvert donc mon homosexualité il n'y a pas très longtemps à l'âge de 18 ans et cela à travers une vidéo pornographique, même si moi personnellement je ne regarde pas ce genre de vidéos mais c'est ce qui m'a permis de connaître ma « vraie » orientation sexuelle. Comme si que l'univers me disait: "tu ne veux pas prendre conscience que tu es gay ?". Je n'ai pas été choqué mais je me suis senti par contre un peu bizarre. Jusqu'à ce jour, je n'ai jamais rencontré un garçon et je n'ai jamais évoqué ce sujet à quelqu'un d'autre. 2- la société à laquelle je vis: Je vis dans un pays ou être gay est passible d'une peine de prison ferme, la société rejette radicalement l'homosexualité, un thème très difficile donc à aborder même avec les plus proches (surtout s'ils sont homophobes, comme la plupart des cas) parce que même un gay est forcé de se soumettre au modèle traditionnel, et plus on prend de l'âge plus la pression se fait ressentir surtout quand on dépasse un certain âge. C'est donc une véritable impasse, je ne sais pas comment vivre ma vie en toute discrétion tout en dissimulant les doutes et les soupçons de mon entourage et de la société, même si j'ai l'intention de quitter un jour ce pays et partir loin de là quand j'aurai assez de moyens, cette pression continuera tout de même de se faire ressentir, c'est difficile de cacher toujours cette partie de soi. Personnellement je ne pourrai jamais avoir le soutien de qui que ce soit, même de la part des spécialistes, car j'ai déjà eu des expériences avec eux pour d'autres thématiques (comme la dépression, la douance) mais ils ne m'ont jamais compris, je suis obligé donc de cacher mon orientation sexuelle au risque de subir des moqueries, des violences verbales voir même physiques, une fois, Je vis donc continuellement dans la peur. Je porte un poids très lourd, non seulement je suis différent des autres mais aussi je me sens constamment menacé, ça fait vraiment très mal de ressentir ça au quotidien. Cette société qui prétend être conservatrice et attachée à ses traditions, seulement des sentiments amoureux entre des personnes du même sexe est considéré comme contre nature, comme si la haine est tout à fait naturel et normal, une société aveuglée par beaucoup de maux malheureusement. 3- ma vision des choses: Je peux me permettre de dire que je suis moi-même une personne conservatrice même si j'ai plein de défauts et je dois toujours m'améliorer. Contrairement au milieu auquel je vis, je suis quelqu'un de très tolérant et ouvert d'esprit et je ne porte aucune haine dans mon cœur pour quelqu'un d'autre, quelque soit sa différence. J'admets que les textes religieux condamnent sans aucun doute la pratique de l'homosexualité (la sodomie), mais à la limite de mes connaissances je n'ai jamais vu un texte qui condamne deux êtres humains du même sexe qui s'aiment, mais l'hypocrisie c'est d'instrumentaliser les valeurs religieuses afin quelles soient compatibles avec l'attitude et la vision de la société vis-à-vis de l'homosexualité. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi aimer une personne du même sexe est considéré comme un crime et que tuer un être humain ou de faire une guerre est beaucoup moins grave qu'un bel amour authentique. Pourquoi dois-je me battre à cause de quelque chose qui fait partie de ma personnalité au nom des convictions religieuses alors que je n'ai même pas choisi d'être comme ça ? pourquoi on nous fait sentir qu'on est toujours inférieur, qu'on est exclu de la communauté jusqu'à ce qu'on "se soigne" ? Un hétérosexuel n'est pas en droit d'imposer son orientation sexuelle à d'autres personnes différentes juste parce que cette différence peut être répugnante de son côté et/ou parce que la majorité des gens le sont. J'aime le thé pourquoi m'imposes-tu le café? je suis végétarien pourquoi dois-je manger de la viande? J'aime le vert pourquoi dois-je aimer le jaune? N'ai-je pas donc le droit d'aimer et d'être aimé par une autre personne juste parce qu'elle est du même sexe ? 4- je me sens toujours enfant: je me sens toujours enfant et je n'apprécie pas l'idée de grandir ou de quitter l'enfance et plus mon âge avance plus je me sens encore plus mal dans ma peau car mon âge chronologique ne correspond pas à « mon âge psychologique ». D'ailleurs, j'ai difficilement accepté les changements physiologiques survenus à l'adolescence même si je me sens toujours un garçon, je cite: la modification de la voix, la pilosité en particulier la pilosité faciale, l'élargissement du thorax et des épaules, la pomme d'Adam ou même les premières éjaculations. Aussi, à l'heure où je suis entrain d'écrire ces mots, je garde toujours à mes côtés mon doudou depuis mon enfance et je ne peux pas m'en séparer de lui. J'admets, avec une certaine gêne évidemment, que je suis fétichiste de couches depuis plusieurs années déjà (j'achète que très rarement des paquets mais discrètement). Le paradoxe c'est qu'on me qualifie de personne mature par rapport à mon âge chronologique. Je précise également que je préfère avoir des amis plus jeunes que moi (disons 15/16 ans et plus), à l'opposé, je ne préfère pas côtoyer des gens plus âgés que moi bien que je le fait, surtout quand j'étais petit je préférais rester avec des adultes. Même si à la base je n'ai pas de vrais amitiés et je suis isolé depuis mon enfance et mes interactions sociales sont très limitées, ou que peut-être ma définition de l'amitié est bien plus profonde par rapport aux autres. Je ne sais pas si cette préférence est liée à mon orientation sexuelle ou à autre chose. Maintenant je suis au début de ma vingtaine, mais dans quelques années je ne pourrai plus nouer des liens amicaux avec des personnes beaucoup plus jeunes que moi. J'ajoute également qu'il m'est parfois difficile d'endosser certaines responsabilités « d'adultes » et qu'en aucun cas j'ai l'intention de devenir un père même si je n'étais pas gay et quand quelqu'un m'imagine même le devenir je deviens très en colère. 5- les agressions/ harcèlement que j'ai subi: Bien qu'il existe certaines causes de l'homosexualité, les différentes agressions que j'ai subi ont probablement influé sur mon orientation sexuelle, la première fois que j'ai subi ces abus date depuis mon adolescence. J'avais 16 ans, j'étais dans une librairie quand un homme a commencé à me dire des mots comme: « mon amour je t'aime » et il m'a embrassé de force, j'étais tellement sous le choc que quand je suis parti à la maison je me suis enfermé dans ma chambre et j'ai commencé à pleurer. J'ai aussi subi de cette même personne mais aussi d'un autre homme des attouchements 2 ans après. J'ai également été dragué par plusieurs autres personnes, tous sont des inconnus et à chaque fois je me sentais si dégoûté. Quand je me retrouve en tête à tête avec une personne même si je la connais déjà, j'ai peur de subir des harcèlements. 6- la personne que je veux rencontrer: Quand je suis dans la rue ou même sur les réseaux sociaux, je suis souvent attiré physiquement par des garçons (souvent des adolescents de 15 ans et plus mais qui ne dépassent pas mon âge) mais je ne ressens pas une certaine "connexion spirituelle", donc c'est juste une attirance physique rien de plus, même si le physique a potentiellement sa place. En quelques sortes je suis très inquiet de moi-même car j'ai très peur de vouloir harceler à l'avenir de jeunes personnes et de reproduire les mêmes scénarios que j'ai subi. Personnellement, je veux me connecter spirituellement et émotionnellement avec un garçon et me fusionner avec lui et former un seul être, je me dis souvent qu'il y a bien une personne compatible mais que nos chemins ne se sont pas encore croisés, ça sera donc beaucoup plus une retrouvaille qu'une rencontre. Je suis très anxieux de ne pas être avec l'autre partie manquante de moi-même, je ne veux pas d'une relation basée exclusivement sur la sexualité, même si je peux ressentir une certaine attirance sexuelle. je veux rencontrer un autre esprit qui ressemble au miens, un autre moi avec une meilleure version, mais aussi une version qui ne possède pas tous mes défauts et qui me complète en même temps, qui possède plusieurs points communs à la fois et partage les mêmes valeurs et passions que les miennes, qui veut bien entreprendre plusieurs choses avec moi, une personne qui me pousse encore plus à me développer, un guide, un soutien, un refuge, une personne qui m'accepte comme je suis, qui m'écoute et me comprend, me fait sentir en paix et en sécurité, qui m'apporte aussi plein d'amour, un amour inconditionnel et qui "prend soin de moi et me protège". Comme j'aimerai bien que cette personne soit présente dans ma vie car je me sens tellement seul et je suis si anxieux, souvent je n'arrive pas à me concentrer sur certaines choses tellement j'en souffre. Je n'ai pas réussi à faire de la solitude un moyen d'épanouissement personnel. 7- Un grand besoin de tendresse: je ressens toujours un très grand besoin d'avoir des câlins, des bisous, un simple mot comme : "je t'aime", qu'une personne me caresse ou me touche. Cette soif me pousse parfois à prendre mon oreiller et de le serrer dans mes bras. Le soir, avant de fermer les yeux, j'imagine toujours qu'un garçon à côté de moi me prend dans ses bras, de ressentir la chaleur de son corps et de plonger dans un sommeil profond et passer une paisible nuit. Je suis souvent si anxieux tellement il y a ce grand vide à combler et ça fait très mal de vivre ce manque au quotidien. Il m'arrive même de faire des rêves la nuit où une personne me donne de l'affection. Après avoir lu tous ces points, ce que j'aimerai bien avoir/savoir: 1- obtenir une analyse de ma situation et avoir un point de vu. 2- mon attirance pour les plus jeunes personne est-elle normale? Cette attirance peut-elle disparaître avec le temps ? 3- mon envie d'avoir des amis plus jeunes a-t-elle un lien avec mon orientation sexuelle ? cette envie peut-elle disparaître aussi ? 4- puis-je me qualifier de gay même si je n'ai pas l'intention de pratiquer la sodomie ? Ou bien existe t-il un terme plus approprié pour mon cas ? 5- puis-je rencontrer cette personne idéale ? Si oui, ai-je la possibilité de la retrouver sur des sites de rencontres spécifiques avec des tests de personnalités ? Ou bien existe-il un autre moyen plus sûr ? 6- mes attentes et mes exigences sont-elles trop hautes ? 7- Pourquoi j’ai cette soif d’affection ? 8- avoir quelques conseils. Je vous remercie du fond du cœur d'avoir lu mes mots, je me réjouis à l'avance de vos réponses. Je m'excuse si j'ai été un peu long.


Ma meilleure amie a des sentiments pour moi, mais moi ...

Pendant les grandes vacances, je suis allée 1 mois et demi chez ma meilleure amie à cause de conflits avec mes parents. Au début, on passait juste nos journées à partager nos passions et à discuter mais petit à petit, nous nous sommes fortement rapprochée. Nous nous faisions tout le temps des câlins, des bisous, on s'échangeait des gentillesses. Cela arrivait à un tel point que nous n'avions plus envie de dormir chacune dans notre chambre et on a finit par dormir ensemble. Un jour elle m'a demandé si j'avais déjà eu une attirance pour une fille et je lui ai répondu que je ne pensais pas. À la fin de la soirée, elle m'a demandé si je voulais sortir avec elle et sans doute par peur de lui faire du mal et avec hésitant beaucoup, je lui ai dit oui. On a passé une bonne partie de la nuit à s'embrasser mais le lendemain je lui ai dit que ce n'était pas possible et j'ai tout arrêté.Nous sommes toujours BFF.elle a toujours des sentiments et je me pose la question si moi aussi je n'en avais pas


Je suis amoureux de trois filles en même temps et ...

Bonjour. Je viens d'arriver sur ce forum et je vais essayer d'être assez précis. Tout d'abord je vais parler de mon parcours sexuel. Au debut de ma puberté, et jusqu'il y a un an, j'étais persuadé d'être 100 % hétéro. Puis, étant déçu par mes échecs avec les filles, je me suis "rabattu" sur les hommes. Et, étant encore une fois déçu, j'ai commencé à avoir des fantasmes bizarres zoophiles. Mais la n'est pas la véritable question. Mon problème est de tomber amoureux trop facilement. Je suis un vrai coeur d'artichaut. Je suis en ce moment amoureux de 3 filles. Toutes les 3 super sympa, mignonnes et intéressantes. Mais je ne sais pas laquelle choisir, et je ne suis meme pas sur que c'est de l'amour que je ressent pour elles. Ce que je veux, c'est quelqu'un que je pourrait prendre dans mes bras, qui me donnerait un peu de sa chaleur (je suis en grand manque affectif). Quelqu'un à qui parler de mes peines, mes passions, etc. Est-ce de l'amour ? Que dois-je faire ? Choisir ? Merci d'avance.



Je ne suis pas sûre de mon orientation sexuelle…

Je ne suis pas sur de mon identité sexuelle. J'ai eu des petits amis en primaire, mais je n'ai jamais embrassé quelqu'un. Je ne me sens pas du tout attirée par les hommes et souvent je me doigte en pensant à des femmes nues. En plus, on me l'a déjà reproché, je suis très physique: j'aime les câlins et les marques d'affection. Ca ne me gênerai pas d'être lesbienne ou bisexuel, mais comment vont le prendre mes amies? Mes proches? Et comment savoir si mes amies aussi sont lesbiennes? A l'aide!


Recherche de soi ou passion amoureuse ?

Recherche de soi, d'amour maternel ou passion amoureuse? Merci de m'avoir répondue. Il est vrai qu'une véritable réponse je ne trouve pas. Ma prof n'a pas l'habitude de manifester de l'affection, elle est stricte mais juste avec ceux qui travaillent dur. Je sais que notre tendresse est mutuelle, même si pour le moment nous pouvons que nous regarder et nous saluer. Elle doit avoir plus de 50 ans, nous avons des points communs, mais je fais tout pour lui ressembler. Parfois je pense que c'est elle ma vraie mère. Tellement je l'aime et je l'admire. Il est vrai que je manque d'affection et que j'ai éprouvé cela très souvent pour des femmes plus âgées. Ma tendresse est sans bornes, je rêve d'un jour pouvoir la serrer dans mes bras, même s'il me faudra attendre des années. Mais je m'imagine tout seulement, je ne peux rien vivre en ce moment avec elle, parfois cela me fait très mal, cette envie est si grande et ne peut être comblée, elle me manque terriblement, je ne peux étiqu