Tag: Acceptation


Suis-je hétérosexuel, bisexuel ou homosexuel?

Bonsoir, J'ai actuellement 16ans et je me pose d" éenorme question sur mon orientation sexuel. Je ne sais plus de quelle coté je me trouve d'un coté j'aime les filles leur corps et tout, mais je me sens aussi attirés vers le mem sexe que moi il m'arrive d'imaginé de pouvoir faire des chose avec les deux cas précédent. Je voudrais savoir si cela est normal et si je suis bisexuel gay ou hetéro Merci d'avance


J’ai fait un rêve érotique à caractère homosexuel qui m’affecte ...

Peur de me perdre dans ma sexualité Bonjour,je n'ai jamais eu d'attirance pour les homme depuis le début de ma vie sexuelle (j'ai douté a mes 14/15ans mais j'ai vite réalisé que je ne désirais pas les hommes j'étais juste jaloux de leur beauté et de leur succès) Je suis en couple depuis un peu plus de deux ans avec une femme qui a éveillé en moi une libido incroyable cependant suite à un cauchemar ou j'avais un contact physique (palpage ect) avec un homme j'ai ruminé de peur de refouler quelque chose , c'est devenu une peur monstrueuse et cette femme que je désirais plus que tout a finit par devenir une femme que je ne désire plus vraiment (pas plus que les autres filles d'ailleurs) cette peur m'a fait perdre ma libido et petit à petit ma peur d'être attiré par les hommes a enflé .je me suis masturbé plusieurs fois sur du porno gay pour me tester j'ai après 2 semaine ressentis une fois de l'excitation mais sans érection. J'ai peur de ne plus être heteroet de la perdre car je l'aime


Je suis bisexuel et j’aimerais faire mon coming-out à mon ...

Bonsoir :) J'ai 16 ans. J'ai besoin de conseils.Pour rentrer dans le sujet, je suis bi. Je l'ai dévoilé à ma mère cet été, elle a été compréhensible et tolérante. Mais voilà la suite qui me laisse face à une impasse et à un stress immense : Depuis deux mois,j'ai un petit ami virtuel , nous nous parlons chaque jour, nous nous sommes vu en cam (pas de soucis à se faire sur son identité, c'est lui derrière l'écran, je fais un minimum attention) et je souhaiterais le faire venir chez moi le temps d'un week-end pour la première fois (ne pas demander le beurre et l'argent du beurre, je ne veux pas non plus une semaine). Pour ma mère, cela ne pose pas de soucis, bien qu'elle doit s'habituer à mon orientation sexuelle, mais le soucis est mon père. A table, on sent que dès qu'un sujet porte sur l'homosexualité est abordé, le dégoût fait un peu surface, il est plutôt.."traditionnel". Est-ce trop tôt pour lui dire que je suis bi? J'aimerais lui dire pour faire avancer un peu les choses.. Merci



Je ne veux pas être définie comme “butch” juste parce ...

Salut, je vous écris parce que je me pose beaucoup de questions sur mon apparence et mon corps. Je suis assez poilue (jambes, cuisses c'est très foncé, bras aussi, bas du dos, fesses, nombril, les aines ca dépasse, etc...) et je me sens mal à l aise avec ca, ma copine dit que ca la dérange pas mais personnellement je suis pas très à l'aise avec ca et je trouve que c'est pas beau sur une fille et je trouve ca dur de me déshabiller devant elle. L'été et quand je fais du sport je porte des pantalons longs par gêne et même si je me rase ou que je m'épile a la cire ca repousse toujours très vite ou ca fait des poils incarnés (petits boutons) et je me suis déjà faite niaiser pour ca. J'ai fait mon coming-out officiellement (à d'autres que mes amis proches) y un an et je veux pas être catégorisée comme la lesbienne masculine ("butch) avec beaucoup de pilosité mais malheureusement c'est un peu ca. Je me demande quoi faire et aussi pourquoi c'est mal vu dans la société?


Je suis un homme qui désire être femme sans changer ...

Bonjour, je suis un homme qui aime les femmes mais depuis 3 ans environ je veut devenir une femme sans changer mon orientation sexuel. je pose le pour et le contre depuis un bon moment et seuls des peurs m'empêche d'avancer: la peur du regret, la peur du regard des autres, de l'inconnue, que mes seuls amis me rejette, que ma famille me renie etc. je ne sais plus comment avancer je suis bloquer par tout sa. je tien a préciser que tout me pousse a changer de sexe que se soit par rapport a la sexualité, le moral, etc mais la je ne sais pas comment surmonter toutes ses peurs. personne n'est au courant a part une amie trans rencontrer sur un forum. merci de votre réponse.


J’ai été bouleversé par un rêve et depuis, je n’arrive ...

Bonjour Alterheros, Je suis un jeune homme de 15 ans qui ce pose de nombreuses question. Tout d’abord […]



Où puis-je rencontrer des hommes gais au Saguenay?

Bonjour ! Pour tenter de faire rapidement, je suis un homme âgé de 25 ans et je n'ai jamais été en couple de ma vie et pour cause, comme je suis un homme sensible, efféminé et avec une voix plus aiguë que la majorité des autres hommes, la combinaison était parfaite pour être une proie facile au secondaire. L'intimidation scolaire m'a suivi tout le long de mon secondaire entachant ainsi ma réputation. Les surnoms tels que "Tapette, gai, fif, imbécile..." était au rendez-vous. Pour ainsi dire, je crois être ce que je craignais le plus, être un homosexuelle. Je n'ai pas terminé mon acceptation à ce sujet, car dire que je le suis me ramène à un point de vulnérabilité. Mais quand je prends conscience que je suis attiré par les hommes malgré-moi, je peux continuer de fuir autant que je voudrai, c'est fuir ce que je suis dans mon intégralité, alors autant composer avec pour vivre ma première histoire d'amour. Ma question est, est-ce qu'il y a un endroit pour en rencontrer au Saguenay ?


Je doute de ma sexualité depuis environ 4 ans. Suis-je ...

Bonjour, je vous écris ce message car j'en ai marre : J'ai 14 ans et ça va faire environ 4 ans que je doute de ma sexualité, en primaire-maternelle je sortais avec des filles mais c'était "bonne enfant", quand on est jeune on ne distingue pas vraiment "amitié-amour" entre fille et garçon. Mais là, je suis au collège ... chaque année je me disais "ça passera" mais non !! Ce qui me fait douter ? Les hommes m'attirent ... Je n'ai jamais bandé pour une femme !! Et quand je vois tous mes potes qui regardent que les meufs je me sens gênés ... Je ne sais pas si je pourrai m'accepter, chez moi c'est mentalité "orientale" et c'est mal vu. Mais mes parents ça va ils sont plus modernes, ma mère sait mes doutes. Elle m'a dit que je me pose trop de questions et que je ne suis jamais réellement sortis avec une fille (je suis très timide) et qu'il vaut mieux y foncé plutôt que de rien faire. Elle m'a toujours dit qu'elle m'acceptera ... Qu'en pensez-vous ? Je suis gay ? J'en ai marre de ce cercle ...




Me voici, sans masque, sans armure, je suis lesbienne, voici ...

J'ai terminé une relation dite "amoureuse" il y a quelques mois. Une moyenne de 1 mois ou 2 mois comme durée de chacune d'entre elles. N'ayant jamais développé des sentiments amoureux dans ces relations, une série de questions est survenue. Depuis quelques années, troisième secondaire, ces questions étaient déjà dans mes pensées, mais n'avaient malheureusement pas été résolues. À la suite de ma dernière relation, les choses se sont plus clarifiées, on dirait que je le savais déjà depuis longtemps mais je tentais de fuire, sûrement parce que la fuite est plus facile que l'affrontement. Comme si en fuyant, tout s'arrangeait, mais non, en réalité tout s'éloignait et tout s'embrouillait. Aujourd'hui j'ai décidé de ne plus me cacher et de m'accepter enfin à moi-même, je suis lesbienne. Ne l'acceptant pas auparavant et pas encore totalement. Au moins, cette découverte m'enlève un énorme poids sur les épaules, terminé de souffrir et d'emmener certains hommes dans cette souffrance, qui eux m'ont aussi fait souffrir à leur façon. Dans mes relations, je crois que je me donnais à chaque fois une chance, tout d'un coup que... mais non, ces choses-là ne se changent pas, elles sont en nous depuis notre naissance et sont découvertes un jour ou l'autre dans notre vie. À y penser je crois que c'est la peur qui me contrôlait involontairement: peur de ne pas être heureuse, peur de me faire juger, peur de ne pas mener une vie dite "normale", etc. Mais au fond ces peurs ne sont que des détails, car : - ma peur de ne pas être heureuse : je me créais ce malheur en étant dans une relation que je ne désirais pas - peur de me faire juger : quoi que tu fasses, peu importe qui tu es physiquement ou psychologiquement, même en te mettant un masque de la personne que tu crois parfaite, tu te feras toujours juger alors ausi bien te faire juger en étant toi-même, bien avec qui tu es et ce que tu es, le reste n'est pas ta responsabilité. Je crois qu'à partir du jour où tu t'es prouvé à toi-même qui tu es vraiment, tu ne dois plus rien à qui que ce soit. -peur de ne pas vivre une relation dite "normale": toute petite je rêvais du prince charmant, vous savez l'histoire: ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants.. Je rêvais de fonder une famille et d'avoir des enfants. Ceci me faisait énormément remettre en doute mon orientation sexuelle, mais je me rends compte qu'il y a d'autres moyens comme l'adoption et l'insémination artificielle. Concernant mes précédentes relations, c'était très difficile. Plus la relation avançait, plus je réalisais que j'avais ce fameux masque: la fille qui joue le rôle de paraître amoureuse mais qu'en fait, elle développait seulement une amitié. Il fallait que je me dise: allez, fais-lui un calin, embrasse-le ... sinon je ne le faisais pas parce qu'au fond de moi je n'y croyais pas et que je n'avais tout simplement pas ces sentiments. Je me disais aussi constamment: peut-être qu'au fil du temps les sentiments amoureux se développeront ... mais non, jamais! Mes copains trouvaient que je n'étais pas affectueuse, c'était réellement le cas dans ces relations puisque je n'avais pas de sentiments amoureux. Pour fuire et que la situation se passe mieux, je leur disais que je suis tout simplement indépendante. Mais en réalité ce n'est pas le cas, je suis affectueuse, mais il est difficile de démontrer des sentiments que l'on a pas. Concernant mon enfance, au primaire je n'étais vraiment pas féminine, linge très lousse, casquette à l'envers, mes récréations à courir, jouer au basket, au soccer, voire même me battre. La mère d'une de mes amies m'appelait même "le gars manqué" ou "tomboy". En y repenssant, j'avais une admiration et un attachement particulier envers mes proffesseures. De plus, lorsque je voyais certaines filles, je voulais être absolument son amie. Dans ce temps, je ne comprenais pas pourquoi. Durant toutes ces années, je n'avais aucune idée que j'étais lesbienne. Heureusement, car lorsqu'on est enfant, on peut tellement être méchant. J'aurais plus souffert je crois. Maintenant je souffre beaucoup, mais les personnes de mon âge ont acquises évidemment plus de maturité. À la suite de plusieurs prises de tête, remises en question, nuits écoutées ... je suis contente d'en savoir plus sur moi même si j'ai de la difficulté à le croire. C'était et c'est de très gros efforts psychologiquement, mais je suis contente de passer à travers. Je suis tout de même consciente qu'il y en aura de très gros encore. Je me souviens aussi qu'à chaque party de famille, il y avait toujours une tante ou un oncle qui demandait: Pis, as-tu un petit chum? C'était un incontournable! Cette question passait par mes cousines, ma soeur et ensuite à moi... à chaque fois il y avait un autre incontournable: un malaise fou s'emparait de moi! Ne sachant pas pourquoi ce malaise était aussi important puisque la réponse était toujours non et je n'avais donc pas une suite de questions. On dirait que je me sentais mal de ne pas avoir de chum ... mais au fond, il n'y avait rien de mal de ne pas en avoir un. Je sais qu'une fois avoir reconnu son orientation à soi-même, le plus difficile est de le faire connaître aux autres, surtout à ma famille dans mon cas. Mais ça, c'est une autre chose, le plus important pour moi est mon propre bonheur et mes propres expériences, le reste suivra lorsqu'il sera le temps pour moi. Jusqu'à présent, il n'y a que mon meilleur ami qui le sait, mais je n'ai pas eu la force de lui en parler en personne, cela suivra... Comment je l'ai su? À la force de me poser tant de questions, car je ne suis jamais tombée amoureuse. À regarder les gens dans la rue que je croise, me demander avec qui je me voyais. Un moment qui m'a fait tellement travailler dans cette série de questions, mon élément déclencheur: c'était une soirée où je sortais aller faire le party, j'avais bu de l'alcool et un ami avait mis au défi de s'embrasser ma meilleure amie et moi. Ayant de l'alcool dans le sang, on n'a même pas hésité! Lorsque l'on s'embrassait, j'ai eu une chaleur au coeur dont je suis incapable d'expliquer. Cette chaleur était si forte, je n'avais jamais ressentie cela auparavant. J'étais un peu traumatisée, me demandant ce qui ce passait. Chose certaine, c'est que j'avais apprécier ce baiser et que je désirais à tout prix recevoir une autre fois ce défi. Et c'est un an plus tard (il y a quelques mois) que j'ai réalisé que je suis amoureuse de ma meilleure amie, c'est difficile à gérer. Je me demandais si c'était une amitié tellement forte que je croyais que c'était de l'amour, seul le temps arrange les choses. Et avec le temps j'ai réalisé que je l'aime vraiment d'amour et ce, depuis plusieurs années. Il y a certains mots, gestes et paroles qui me laissent croire que j'ai des chances. Pour le moment je n'ose pas lui parler de tout cela, j'ai peur de créer un malaise et le plus dfficile pour moi serait de la perdre. Alors je me concentre sur moi, j'apprends à me connaître davantage et j'analyse subtilement les moments passés avec elle tout en les appréciant à leur juste valeur. J'espère que ce témoignage en aidera quelques uns et quelques unes! Je dois dire que je suis contente d'avoir partagé mon histoire avec vous, n'hésitez pas à laisser un commentaire! Merci