Mon amie se frotte sur une couverture pour avoir du plaisir, mais elle est inquiète…


Chère Pauline,

Je tiens à te remercier de nous avoir écrit de la part de ton amie.

À ce que j’ai compris, ton amie se masturbait à l’aide d’une couverture et a noté un changement dans la fréquence de ses règles depuis qu’elle a arrêté. Elle s’inquiète évidemment à savoir si cela est grave.

Laisse-moi d’abord rassurer ton amie : il n’y a certainement pas de lien entre la masturbation et la fréquence des règles. Je ne sais pas quelle âge à ta copine et depuis combien de temps elle a ses menstruations, mais sache qu’il est normal que les règles soient plus irrégulières dans les premières années, le temps que les hormones s’ajustent. Bref, l’irrégularité que ton amie a notée pourrait être tout à fait normale, et n’a pas de lien avec l’arrêt de la masturbation.

On peut aussi avoir un changement dans ses règles si on prend ou si on perd du poids, si on fait plus d’exercices physiques qu’auparavant ainsi qu’avec certains problèmes médicaux hormonaux. Finalement, le stress peut parfois occasionné des changements dans le cycle des règles.

Bref, dis à ton amie que cela n’est probablement pas grave, mais qu’elle peut néanmoins en parler à ses parents ou à son médecin si l’irrégularité persiste. Elle n’a pas besoin de mentionner qu’elle aimait se caresser sur une couverture, puisque ceci n’a rien à voir avec son cycle, ce n’est qu’un hasard. Il n’y a pas d’effets néfastes à se masturber, cela est même parfois très sain pour la connaissance de son corps et pour se détendre.

Merci de nous lire et de nous avoir écrit,

Sincèrement,

Frédéric Picotte

Résident en médecine familiale


About Frédéric Picotte

Frédéric est médecin de famille pratiquant dans la région de Shawinigan. Il a complété en mai 2008 mon doctorat en médecine à l’Université McGill et deux ans plus tard sa spécialité en médecine familiale via l’Université de Montréal. C’est l'une de ses amies, étudiante en psychiatrie, qui lui a présenté AlterHéros en 2008. Elle cherchait alors un bénévole qui répondrait de manière plus spécifique aux questions à thème « médical », ce qui a constitué la majeure partie de sa contribution jusqu’à maintenant.

J’aime m'impliquer à AlterHéros car on peut rejoindre et rassurer beaucoup de gens, peu importe l’âge, l’orientation sexuelle ou la culture. Je trouve intéressant que la majorité de nos visiteurs soient de jeunes internautes et qu’on puisse donc leur fournir une information de qualité et un espace pour poser des questions qu’ils auraient du mal à obtenir autrement.

Leave a comment