Mariage homosexuel et familles homoparentales


Est ce que le décret autorisant le mariage homosexuel fait augmenter le nombre de familles homoparentales ?

Bonjour Aurélie,

Pour bien répondre à ta question, j’ai consulté deux autres administrateurs d’AlterHéros, nous te répondons donc à trois.

Ici, au Québec, les portes sont légèrements ouvertes pour l’adoption, bien que nous nous butions souvent aux fonctionnaires. Les procédures sont encore longues et compliquées. Mais, quelques arguments pourraient faire en sorte qu’il est possible que le mariage homosexuel fasse augmenter le nombre de couple homosexuels qui deviennent parents. Un des arguments mentionnés est que le mariage assure une stabilité (extrêmement relative, évidemment, mais qui facilite certaines procédures au plan juridique) qui peut améliorer un dossier pour une adoption. Sur un plan plus “sociétal”, la vision que la société en général a de l’homoparentalité évolue, car il y a une trentaine d’années on n’imaginait pas vraiment un famille formée de deux hommes ou deux femmes et des enfants… alors qu’aujourd’hui, comme c’est possible, et que c’est reconnu légalement.

Par contre, l’accessibilité à l’adoption internationale reste extrêmement difficile pour les couples d’hommes gais. La plupart des pays où sont adoptés la majorité des bébés québécois exercent une forte discrimination à l’égard des familles homoparentales. Même au Québec, les centres jeunesse permettant l’adoption sont encore très fermés à ce niveau. Au niveau des femmes, la situation est différente, puisque la loi permet depuis quelques années d’avoir deux mères (ou deux pères) sur l’acte de naissance. On parle même de lesbi-boom au Québec mais ce n’est pas en lien avec le mariage gai.

Voici un lien à ce sujet pour plus d’informations.

En espérant que ça répond à ta question…

François, André et Marc-Olivier, pour AlterHéros


About François Paquette

Impliqué au sein d’AlterHéros depuis 2004, François fait partie du conseil d’administration depuis 2005, à titre de vice-président puis de directeur de l’intervention. Il occupe ce poste de mai 2005 à mai 2007, puis de novembre 2007 à maintenant. Diplômé de l’UQAM en sexologie et de l’Université McGill en travail social, il a été employé dans de nombreuses organisations communautaires allosexuelles montréalaises, telles que la CJMLH et le REJAQ, en plus de travailler dans différents endroits du réseau de la santé.