Le fait de me sentir ni homme ni femme pourrait-il expliquer mon attirance pour les femmes ?


Bonjour !
Merci de nous avoir écrit.  Ta question a plusieurs éléments pouvant aller dans différentes directions.  Commençons par regarder la différence entre orientation sexuelle (être attiré par les hommes, par les femmes ou par les deux) et l’identité de genre (être homme, être femme, etc).  Il est à noter que beaucoup de personnes considèrent que les deux concepts sont séparés.
Du côté de ton orientation sexuelle (l’attirance), je te suggère d’explorer tes fantasmes, tes rêves : avec qui (homme, femme, les deux) aimerais-tu avoir une relation sexuelle ou aimerais-tu être en couple ? De plus, n’oublies pas que les attirances les caractéristiques de chaque sexe varie en fonction des cultures, mais également entre les individus.  On pourrait penser que la plupart des gens sont attirés par le type de “beauté” véhiculé par les médias, mais finalement, chacun a des attirances particulières (pour les personnes plus grandes ou plus foncées, ou rousses, ou sportifs, etc).
Pour ce qui est de l’identité de genre, tu mentionnes ne te sentir ni homme ni femme, mais que tu ne veux pas être une fille.  Je te suggère de continuer ta réflexion à  ce sujet : est-ce une neutralité, ou aimerais-tu faire une transition vers une vie en tant qu’homme ? Plusieurs personnes trans vont effectivement avoir peur de ne pas pouvoir rencontrer un(e) partenaire après la transition.  Bien sûr, chaque parcours est unique, mais plusieurs personnes trans vivent des histoires d’amour, développent des couples stables, etc.  Il y a des personnes trans célibataires, des personnes trans qui ont une vie sexuelle très mouvementée, d’autres qui ont une vie sexuelle moins forte, d’autres qui forment des couples stables… en gros pas très différent des personnes non-trans !  D’ailleurs plusieurs personnes “tombent en amour” d’une personne, d’un être, et non d’un corps ! Parfois, le parcours des gens est plus difficile et il se peut que tu vives parfois des échecs amoureux (comme tout le monde, d’ailleurs !) ; le mieux est encore de ne pas se décourager !  De toute manière, au niveau de la transition, si tu décides d’explorer cette avenue, l’important est que tu le fasses pour TOI, et non pour d’éventuels partenaires amoureux.
Je t’invite, si tu en ressens le besoin, à consulter un thérapeute, psychologue, sexologue ou autre, pour explorer davantage la question, notamment par rapport à ta relation avec ta mère.  Il est difficile, dans le contexte de cette réponse, d’explorer davantage cette partie, car chaque personne a une histoire particulière, et les personnes transsexuelles proviennent de familles très diversifiées, parfois magnifiques et soutenantes, parfois plus distantes, parfois plus rejetantes (comme l’ensemble des gens !!).  Note qu’il y a une différence entre “être dégoûtée d’être une fille”, ce que tu mentionnes, et “vouloir changer de sexe”.  Tu sembles avoir des hypothèses sur ton dégoût d’être une fille, mais celles-ci semblent être à explorer davantage.
Bonne réflexion,
François, pour AlterHéros.


About François Paquette

Impliqué au sein d’AlterHéros depuis 2004, François fait partie du conseil d’administration depuis 2005, à titre de vice-président puis de directeur de l’intervention. Il occupe ce poste de mai 2005 à mai 2007, puis de novembre 2007 à maintenant. Diplômé de l’UQAM en sexologie et de l’Université McGill en travail social, il a été employé dans de nombreuses organisations communautaires allosexuelles montréalaises, telles que la CJMLH et le REJAQ, en plus de travailler dans différents endroits du réseau de la santé.

Leave a comment