Je voudrais changer de sexe, mais sans féminiser le reste de mon corps


Bonjour Miss Bee,
Merci beaucoup de nous avoir écrit. Je m’excuse au passage du temps que j’ai mis à vous répondre, mais je voulais être certaine à 100% de la réponse que je pouvais vous donner avant de vous écrire.
Vous souhaitez subir une augmentation mammaire (discrète) et vous faire opérer pour avoir un vagin, mais vous ne souhaitez pas féminiser le reste de votre corps. Vous vous demandez si vous êtes bien un transsexuelle et si de telles opérations sont possibles sans prendre d’hormones.
Lorsque qu’on se demande si on est transsexuel(le), un critère souvent regardé est le désir de changer de sexe biologique, vous répondriez donc à ce premier critère,  mais, je dois l’admettre, votre cas n’est pas standard.  Le deuxième critère pour considérer une personne transsexuelle est généralement le fait que cette personne a le désir de se faire reconnaître socialement comme faisant partie de l’autre sexe.
Par ailleurs, plusieurs personnes ne sont pas transsexuelles, mais désirent modifier leur apparence pour toutes sortes de raisons.  Il peut notamment de fantasmes de nature sexuelle.  Est-ce votre cas ? Votre lettre mentionne peu les raisons qui motivent votre désir d’interventions chirurgicales.
Les normes internationales en matière de changement de sexe demandent que la personne, avant sa chirurgie, ait passé au moins un an à vivre la « vie » de sexe opposé et demandent aussi que la personne prépare son corps à la chirurgie  en prenant des hormones. J’ai eu beau chercher, je ne peux vous dire avec certitude si la prise d’hormones et biologiquement nécessaire à la chirurgie.  Je sais par contre qu’elle est demandée et qu’il est difficile, voire impossible, de passer outre à ces conditions. Ces conditions sont très restrictives, mais elles visent entre autres à accorder à la personne désirant changer de sexe un temps de réflexion et une expérience précise de ce que c’est de vivre en femme (ou en homme) avant l’opération puisqu’il s’agit d’une intervention majeure. Pour vous, il est clair que c’est un désavantage majeur. Le système n’a pas été prévu malheureusement pour des cas tels que le vôtre. Si vous voulez plus d’informations sur le sujet, je vous suggère le document suivant : http://www.wpath.org/documents/Standards%20of%20Care_FullBook_1g-1.pdf
Vous y trouverez toutes les informations nécessaires sur les changements de sexe.
Dans votre courriel, vous demandez entre autres si le genre d’opérations que vous souhaitez est disponible dans d’autres pays. La Suisse suit les mêmes normes que la France, c’est-à-dire  celles recommandées par l’organisme qui produit le document ci-dessus. Pour les autres pays, comme l’Inde ou la Thaïlande… En fouillant un peu, surtout si vous sortez des cliniques médicales « légales », il serait  sûrement possible trouver un chirurgien qui accepterait de vous opérer sans que vous preniez des hormones. Par contre, comme vous vous en doutez, cela ne va pas sans risque. Donc, nous vous recommandons la plus grande prudence à cet effet.  L’augmentation mammaire est une chirurgie relativement simple, mais ce n’est pas le cas de celle qui permet de changer de sexe. Si vous décidez de passer par ce genre de cliniques, assurez-vous à 1000% que le chirurgien est pleinement compétent, que les conditions de pratiques sont parfaitement hygiéniques et que la clinique offre un suivi de qualité. Les risques sont trop importants pour prendre cela à la légère.
Je suis désolée de ne pouvoir vous aider davantage. Ma principale suggestion serait d’aller rencontrer, en France, un psychologue  spécialiste de la question de genre ou un chirurgien qui pratique les opérations de changement de sexe. Peut-être qu’eux pourront vous proposer un compromis quelconque.  Je vous encourage à explorer davantage les raisons qui vous poussent à désirer cette opération, possiblement avec un(e) sexologue ou autre intervenant spécialisé en questions d’identité de genre.
Pascale


About Pascale

Pascale détient un baccalauréat en éducation du français et de la morale au secondaire. Elle a aussi une maitrise ès arts en littérature avec un mémoire sur la nouvelle érotique féminine au Québec (2007).

J'aime l'idée que, grâce à Internet, il m'est possible d'aider des gens qu'il me serait difficile, parfois même impossible, de rencontrer en personne. J'ai beaucoup, beaucoup, beaucoup lu sur la sexualité et les relations amoureuses dans le cadre de mes études - mais aussi par intérêt personnel - et je suis heureuse quand je peux aider en partageant ces connaissances.

Leave a comment