Je suis trigenre et je me pose des questions sur mon expression de genre. Est-ce que je peux exprimer un style androgyne?


Salut
Depuis la maternelle, j’ai eu des problème à faire la différence entre il elle . j’ai même eu un problème avec les robes tout le cliché féminin…etc
J’ai 17 ans et je suis assigné femme à la naissance cela me pose pas vraiment de problème de vivre avec ce corps mais il y a des périodes où c’est dur.
Alors voilà,je me considère Fessant partie de la non-binarité dans la case du trigenrisme car je suis Trigenre en bref…
Je me pose des questions sur mon expression du genre car comme j’exprime 3 genres fluide (homme ou femme, androgyne , neutre) à des moments différents.
Est ce que mon expression du genre je peux exprimé le style androgyne ou non-genré car ma morphologie physique est celle d’une personne androgyne(ambiguïté du sexe)?
Il y a des moments où je suis dans ma période homme où là mon expression du genre est plus masculin?
Je suis tellement confus en ce moment.
Pourriez vous me conseiller sur ce genre de choses en détail.

Merci

Connor

Hello Connor!

 

Merci pour ta question. Si je comprends, tu aimerais arriver à alterner une expression masculine, féminine et neutre afin que cela corresponde à ton identité de genre fluide (homme, femme et androgyne). Tu te questionnes aussi sur l’impact de ta morphologie physique. Je vais tenter de te répondre avec les détails dont je suis au courant, si ça ne répond entièrement à ce que tu cherches tu peux toujours nous le dire. 🙂

 

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je tiens à clarifier une chose : l’identité de genre et l’expression de genre sont deux concepts différents, ils sont parfois reliés et parfois non. Donc, par exemple, c’est possible et totalement légitime d’être un garçon qui a un style typiquement très féminin, c’est possible d’être une personne non-binaire et d’avoir une apparence pas du tout androgyne, d’être une fille et d’avoir une expression de genre qui change tout le temps. 

 

Un peu dans le même ordre idée, je ne crois pas qu’il n’y a qu’un type de “corps de garçon” ou de “corps de fille”, certaines caractéristiques (pilosité, taille des hanches ou de la poitrine, organes génitaux etc.) sont typiquement associées à un genre, mais ce n’est pas toutes les personnes de ce genre qui les ont. Donc, par exemple, ce n’est pas tous les hommes qui ont une barbe, des muscles, un torse plat ou un pénis (même principe pour les femmes et les personnes non-binaires). Tu me suis jusqu’ici? 

 

Masculinisation

Il y a plein de techniques pour avoir une apparence plus masculine, certaines sont temporaires ou réversibles, d’autres sont plus permanentes. Je peux faire un tour d’horizon rapide, en commençant avec les techniques les plus faciles à remanier. C’est possible de porter des vêtements plus larges, avec des couleurs foncées ou des motifs et/ou à coupe jugée masculine (les sweaters, hoodies et combo tshirt et chemise ouverte par exemple) ou des bottes/souliers qui donnent l’apparence d’être plus grand. Certaines personnes ont recours à des binders (des chemises de compression) ou des soutiens-gorge de sport pour donner temporairement l’apparence d’un torse plat. Il existe des packers, des prothèses en forme de pénis que l’on peut porter pour donner l’impression d’une bosse à l’entrejambe, certains permettent aussi de faire pipi debout. C’est possible de porter des shorts de compression et/ou des sous-vêtements typiquement masculins. Il y a des techniques de maquillage qui donnent l’impression d’un visage plus angulaire ou de la pilosité. Des détails comme les accessoires (montres, bretelles, nœuds papillon, cravates, chapeaux, sac à dos) ou les odeurs (savon, déodorant, parfum, after-shave) peuvent faire une différence importante. 

 

Il est possible d’essayer d’avoir une voix plus grave, un ton plus monotone ou de changer de cadre de références. Tout ce qui est non-verbal peut être ajusté : démarche, posture, poignées de main, expressions faciales. Ça s’apprend par la pratique, en observant et en imitant les autres, il peut s’agir de se faire plus confiance, d’être moins expressif et de prendre de la place.

 

Il est possible d’avoir une coupe de cheveux plus courte ou masculine (ça repousse éventuellement!), de se raser le visage régulièrement ou de ne pas se raser le reste du corps. Il y a l’hormonothérapie, la prise de testostérone, qui a un impact sur la pilosité, la voix, l’odeur corporelle et la masse musculaire notamment. Lorsque l’on arrête l’hormonothérapie, la plupart des effets se résorbent, mais plusieurs restent. Il y a une chirurgie pour retirer les seins et construire un torse masculin. C’est possible d’avoir recours à ces opérations médicales plus permanentes en étant non-binaire, trigenre ou genderfluid si c’est éléments nous causent de l’inconfort ou de la souffrance la plupart du temps.

 

Pour d’autres idées tu pourrais consulter :

 

Féminisation

Mes trucs ici seraient semblables à la première question, mais à l’inverse. Avec les vêtements il est possible de porter des couleurs vives ou pastelles, des vêtements longs, ajustés ou accentuant ses courbes, des robes, des vestes, les talons hauts, le maquillage en général, les accessoires (boucles d’oreille, colliers, bracelets, lunettes sac à main, bas, vernis à ongles), la posture, la démarche, la façon de s’asseoir, le timbre de la voix, le non-verbal peuvent aussi être modifié. J’ai mis plus de détails dans la catégorie masculinisation car tu nommes être dans un moment masculin, mais n’hésite pas à demander plus d’infos si ça t’intéresse!

 

Neutralisation (androgynisation? Je ne suis pas sûr‧e du terme, mais tu comprends!)

Ce dernier point est un peu plus complexe à mon avis, car la société et notre entourage ont tendance à remarquer et catégoriser les gens à partir des deux premiers choix, masculin ou féminin. Même lorsqu’on s’efforce d’avoir une apparence complètement neutre, beaucoup de gens vont continuer de nous mettre dans la catégorie il ou elle sans nous demander notre avis, ce qui est bien dommage. Ça peut être amusant de répondre tout simplement “non :)” lorsqu’on nous demande si l’on est un garçon ou une fille, mais cela peut aussi devenir épuisant à la longue.

Mais ça ne veut pas dire qu’il y a rien qu’il n’y a rien à faire! C’est possible de mêler ou remixer les stratégies de masculinisation/féminisation : porter une robe et une veste en cuire, du maquillage et une partie des ses cheveux rasés, une attitude agressive et une manucure, etc. Parfois les trucs de masculinisation arrivent à donner des résultats relativement neutres aussi. Ton androgynité reste valide et réelle même si des gens n’arrivent pas à la lire ou la comprendre. Au final, je t’encouragerais surtout à essayer et y aller avec ce qui te semble naturel et t’intéresse, sans te forcer à adopter un style ou des comportements contre ta volonté.

 

J’aime bien les textes suivants du blogue La vie en queer à ce sujet :

 

Est-ce que ça répond un peu à tes questionnements? Tu mentionnes qu’il n’est pas toujours facile de vivre avec ton corps, est-ce que tu as une idée un peu plus précise de ce qui te rend inconfortable? Si jamais tu faisais référence à l’intersexuation et aux réalités intersexes dans ta question, notamment lié à l’expression «ambiguïté du sexe», n’hésite pas à nous réécrire en nous précisant un peu plus tes besoins à ce sujet! Il nous fera plaisir de te répondre. 🙂 Et juste pour te rassurer une dernière fois, oui tu peux avoir des moments où tu te sens plus masculin, plus neutre ou plus féminin et vouloir que cela se reflète dans l’image que tu projettes au reste du monde. On dirait que tu as déjà fait un bon bout de chemin dans tes réflexions, je te souhaite bonne chance pour la suite.

 

Maxime, intervenant·e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutres


About Maxime-iel

Impliqué.e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxime a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent.e amateur.e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.

Leave a comment