Je suis de plus en plus dégoûtée par tout ce qui touche aux relations sexuelles, suis-je asexuelle?


Bonjour, je suis une fille, encore jeune, et je me suis considérée d’abord bisexuelle, puis lesbienne. Mais cela fait quelques semaines que tout ce qui touche aux « relations sexuelles » que ce soit des conversations ou même juste un mot commence à me mettre de plus en plus mal à l’aise, comme si ça me dégoûtait. Je ne sais pas si j’ai le droit de rentrer autant dans les détails mais on pourrait se dire que c’est dû à mon jeune âge mais cela fait déjà très longtemps que je regarde des vidéos pornographiques etc… (j’ai arrêté depuis des mois) et je ne ressens quasiment plus aucune envie. J’ai toujours aimé les gens pour ce qu’ils étaient, et non pour leur corps, on a toujours trouvé mes goûts étranges.
En clair je pourrais avoir des sentiments amoureux pour tout les genres mais je ne sais pas si je pourrais me considérer comme étant asexuelle, je suis vraiment perdue.
Merci.

Chiinwo

Hello!

 

Merci d’écrire à AlterHéros. Je comprends que tu te poses des questions en lien avec ton orientation (a)sexuelle puisque depuis quelque temps tu ressens un malaise grandissant, voire un dégoût, en lien avec la sexualité en général. Tu ne sais pas si cela pourrait être dû à ton jeune âge ou au fait d’être asexuelle. Ça me ferait plaisir d’y réfléchir avec toi! J’espère que ma réponse ne te rendra pas trop inconfortable, tu peux la lire à ton rythme et prendre des pauses si tu as besoin. 🙂 

 

Oh et tu peux rentrer dans autant de détails que tu veux, j’ai une formation en sexologie et je doute fortement que tu puisses dire quelque chose qui me choque ou me surprenne. ^^

 

Donc peut-être qu’on peut commencer avec l’âge comme il s’agit de la première hypothèse que tu mentionnes. La première chose, c’est qu’il n’y a pas qu’un seul parcours ou une seule façon de vivre sa sexualité à l’adolescence. Tu peux avoir l’impression que les autres de ton âge, surtout les garçons mais pas seulement, ont des goûts ou des expériences qui diffèrent des tiennes en matière de sexualité. Parfois on dit que les ados, ou que les garçons, pensent tout le temps au sexe. C’est possible que ce soit réellement le cas de certain.e.s, mais la pression et l’influence des pair.e.s est très très forte à l’adolescence. Certain.e.s ados peuvent dire ou même faire des choses plus pour avoir l’impression d’être dans la “norme”, d’être comme les autres et d’arriver à connecter avec elleux. Tu me suis? Dans les faits, l’âge de la première relation sexuelle en France est autour de 17-18 ans en moyenne, ce qui veut dire qu’il y en a beaucoup pour qui c’est plut tôt et beaucoup pour qui c’est plus tard aussi.

 

Un autre point important aussi est que beaucoup de choses se passent entre 14 et 18 ans (avant et après aussi, mais ces années-là sont particulièrement propices aux changements). C’est la catégorie d’âge que tu as sélectionnée dans le formulaire, je ne sais pas où tu te situes, mais je peux te dire que tu penseras et ne ressentiras probablement pas les mêmes choses à 14 et à 18 ans. Il est possible que tu n’aies pas d’intérêt pour la sexualité présentement mais que cela se développe éventuellement, ou pas. Et dans les deux cas, c’est complètement okay! Tu nommes par exemple que tu as déjà regardé de la porno mais plus maintenant. Tes goûts et tes envies ont déjà changé, et elles peuvent le faire encore. Et il peut y avoir plus d’une raison de regarder de la porno : par curiosité, par distraction, pour admirer la performance artistique et l’exagération. C’est un peu comme regarder un film d’action. Bref, ça ne veut pas dire que tu veux réaliser ce que tu voies ou ce que tu imagines, les fantasmes et la porno peuvent participer à la vie sexuelle mais peuvent exister indépendamment aussi.

 

Maintenant, on pourrait aborder un peu plus les orientations sexuelles. Ça aussi c’est un aspect de l’identité qui peut changer et fluctuer au cours de l’adolescence et parfois après aussi. Être asexuel.le c’est généralement de ressentir pas ou peu d’attirance sexuelle pour des gens d’aucun genre. Mais l’asexualité c’est large et ça comprend aussi d’autres identités comme grey-sexuel.le ou demi-sexuel.le, des gens qui peuvent ressentir parfois de l’attirance et des désirs mais beaucoup moins que la moyenne ou seulement dans certains contextes ou avec certaines personnes. Il y a des gens asexuel.le.s qui ressentent du dégoût ou de l’aversion envers la sexualité, d’autres qui ont une attitude neutre ou indifférente et encore d’autres qui en ont une vision positive et respectueuse et qui n’en ont simplement pas besoin. Dans tous les cas, la plupart s’entendent que l’orientation sexuelle et l’orientation romantique sont différentes, et qu’une personne asexuel.le peut être amoureux.e, peut également apprécier les moments romantiques ou intimes (comme écouter un film collé) et désirer une relation.

 

Je te mets quelques vidéos qui donnent plus d’exemples et d’explications si ça t’intéresse d’en savoir plus :

 

Si après tout ça, l’asexualité fait encore du sens avec tes expériences et que tu te reconnais là-dedans, tu as absolument le droit d’utiliser le mot pour te décrire, et ce même si tu n’es pas 100% certaine ou si tu as encore quelques doutes. C’est à toi de voir et de décider pour toi-même. 🙂 Si tu changes d’idée plus tard c’est correct, et si ça reste pareil ou semblable c’est correct aussi.

 

Un autre point que tu mentionnes est que tu fais la différence entre les corps des gens et leurs personnalités, et que tu te préoccupes davantage du second que du premier. Honnêtement, tant mieux! C’est tout à ton honneur de ne pas te limiter à l’apparence des gens et de les voir toutes les facettes complexes de leurs identités! Mais je ne crois pas qu’en soi cela soit nécessairement un signe d’asexualité, c’est possible de préférer mettre l’emphase sur différentes caractéristiques peu importe son orientation sexuelle.

 

En conclusion, je ne crois pas pouvoir te donner de réponse finale et définitive. Parce que tes préférences et ton identité peuvent encore continuer de changer, mais surtout parce que je ne suis pas dans ta tête, et qu’en tant que personne unique tu as la possibilité de faire des choix et d’autodéterminer ton identité. Je pense que ça peut être stressant de se sentir “perdue”, mais c’est aussi une opportunité de se poser des questions, d’apprendre à mieux se connaître, d’essayer de nouveaux rôles et identités et d’observer comment on se sent. Se chercher et expérimenter ça peut être amusant aussi!

 

Si tu penses à d’autres questions ou si tu penses à d’autres choses, n’hésite pas à nous écrire à nouveau! Tu peux aussi jeter un coup d’oeil aux autres questions concernant l’asexualité ou l’aromantisme sur notre site internet en cliquant ici! 🙂 

 

Chaleureusement, 

 

Maxime, intervenant.e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutres


About Maxim-e

Impliqué‧e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxim·e a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent‧e amateur‧e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.

Leave a comment