Je ne suis pas une lesbienne tomboy qui défait les stéréotypes. Je pense être trans FtM.


Bonjour ! Je suis déjà venu ici . Plusieurs fois . Je reviens pour vous déranger un petit peu
Bon . Cela fait maintenant 2 ans que je me pense trans ftm . Et je me suis même rendu compte que mon enfance comporte ce qu’on pourrait appeler des signes de transidentité . (je ne sais pas si ça ce dit comme ça …) par exemple , cacher mes cheveux dans un bonnet , reufs de brassière , de protection hygiènique , style “tomboy” , crises de nerf à cause de ma poirtine/future poitrine …. Mais , malgrès cela , je doute encore .
ça me rends malade , parce que d’un côté , je suis quasimment sur d’être un garçon , mais d’un autre … Encore une fois , j’ai tellement entendu “et si ce n’étais qu’une phase” que cette phrase me hante et m’empêche d’avancer . Dans le futur , je ne m’imagine qu’en homme . Je me sens garçon . J’essaye au maximum de parler de moi au neutre pour éviter les mots féminins (car je ne suis pas out) . Et , j’ai également remarqué qu’avant , je ne me bindais qu’en dehors du collège , et à présent que je suis au lycée , je le fais tout les jours , sans pouvoirs m’en empêcher . Même chez moi , avant je pouvais m’en empêcher car il n’ y avait que ma famille , mai à présent , cela m’est devenu impossible .
De plus , je fais ces rêves à répétitions : Dans l’un , mes cheveux repoussent et c’est la panique . Dans l’autre , je reviens d’une mammcetomie et je me sens bien , vraiment très bien . Aussi , j’ai de plus en plus de mal avec mon corps . Les douches deviennent inssuportables , me savonner aux endroits que je ne voudraient pas avoir suffit à me créer un malaise terrible . Et , alors qu’avant je pouvais me voir en garçon et être heureux , à présent , je vois de plus en plus une fille dans le miroir , et je mets du temps à me rendre compte que c’est moi . Parce que ce n’est pas ce que je veux être . Ce n’est pas ce que je suis . Je ne trouve pas que je suis “une fille laide” . Je ne veux juste pas que les autres me voient comme une fille . Je ressent presque de la honte d’en être une , ou plutôt , d’être reconnu comme tel . Je ne me sens pas à ma place dans cette case .
Pas à cause des stéréotypes, du sexisme , ou autres . Non . être une lesbienne tomboy qui défait les stéréotypes ne me convient pas . Parce que ce n’est pas moi .
Bref . Tout cela pour vous demander : Qu’en pensez vous ? Que devrais-je faire ? En parler à mes parents ? Arrêter d’y penser ? J’ai besoin d’être fixé ….
Voilà . J’espère que vous pourrez m’aider et que je ne vous embête pas avec mes questions farfelues .
-Gabriel .

 
Salut Gabriel ! 
 
Merci de la confiance que tu portes envers AlterHéros et des questions importantes que tu prends la peine de nous poser. Si je comprends bien ta situation, tu te questionnes sur ce que tu devrais faire par rapport à ton sentiment d’être un garçon. Tu expliques dans ton message que ça fait maintenant deux ans que tu penses être trans, mais que les discours sur les “phases” te retiennent dans l’affirmation de tes besoins. Malgré tout, tu sembles avoir de plus en plus de difficulté quant à l’image que ton corps projette à tes yeux et aux yeux des autres. Je lis également que tu as trouvé comme stratégie de parler de toi au neutre, pour te rapprocher de ton besoin d’être identifié comme un garçon, sans pour autant être out. C’est très créatif de ta part et sain de trouver des espaces où tu peux t’exprimer d’une façon qui te rende plus à l’aise, même si ton identité de genre n’est pas connue de tes proches. 
 
Tu fais référence que tu penses être un garçon trans (FtM pour reprendre tes mots). Tu nommes également certains indicateurs, comportements ou émotions vécus pendant ton enfance ou aujourd’hui à l’égard des changements corporels liés à la puberté ou à la représentation de ton corps. Je ne peux pas dire pour toi si tu es trans ou non, car c’est d’abord et avant tout une question d’autoidentification. En d’autres mots, tu es le seul qui peut le déterminer. Ce que je peux toutefois dire, c’est que ton bien-être est important et que si tu souhaites approfondir ces réflexions ou chercher un soutien pour une possible transition, alors nous serons là pour t’appuyer et te guider dans ta démarche. 🙂 D’ailleurs, il y a cette réponse composée par une personne non-binaire de notre équipe qui explique très bien les différents types de transition, si tel est ton besoin ou ton objectif.
 
Je comprends aussi que le fait d’être lu par les autres comme une fille crée un fort sentiment de honte chez toi et qu’il t’est de plus en plus difficile de te reconnaître dans le corps qui est le tien présentement. Le sentiment de malaise profond que tu décris, par rapport à la manière dont tu es perçu par ton entourage et ton identité de genre, se nomme dysphorie de genre. Ce n’est pas toutes les personnes trans qui ressentent ou ressentiront une dysphorie de genre au cours de leur vie, mais ce sentiment de souffrance liée à la discordance entre ton identité de genre et ton genre assigné à la naissance peut être présent chez plusieurs personnes. Il existe une multitude de façons pour t’aider à te sentir plus à l’aise avec ton identité de genre et la manière dont tu veux être lu par les autres. Se binder la poitrine et garder les cheveux courts peuvent faire partie de ces astuces que tu trouves pour te sentir mieux, et c’est entièrement valide! Il y a plusieurs façons d’explorer son genre et la façon de l’exprimer. Je t’invite à prendre le temps d’explorer celles-ci, sans te mettre trop de pression et de respecter ton rythme. Donne-toi le droit de te tromper et de faire des essais pour savoir ce qui te rend le plus à l’aise. 
 
Tu affirmes ne pas être une lesbienne tomboy qui défait les stéréotypes. Tout simplement parce que ce n’est pas toi! Les stéréotypes de genre ont un impact sur l’ensemble de la population, et sur les personnes trans en particulier. Il existe autant de façon d’être un garçon, d’être une fille ou d’être une personne non-binaire qu’il existe d’êtres humains. Tu as la possibilité de définir par toi-même ce que signifie être un garçon, de définir quelles émotions ressens-tu lorsqu’on s’adresse à toi en tant que garçon et d’explorer, pour ton bien-être personnel, la façon avec laquelle tu souhaites te présenter aux autres. Tu nous demandes ce que tu devrais faire, si tu dois arrêter d’y réfléchir et si tu dois en parler avec tes parents. Tes questions quant à ce que tu devrais faire sont tout à fait légitimes; je t’encourage à te laisser l’espace et le temps nécessaire pour y répondre à ton rythme. Si je comprends bien, ton souhait serait que tes proches te perçoivent comme tu es, et non comme une fille. «Pour ce qui est d’aborder ton identité de genre avec tes proches, je sais que c’est un  moment qui peut apporter son lot de stress et d’appréhension. Tes sentiments sont entièrement valides et je sais que ça peut être un moment très anxiogène. Je te félicite car ça prend beaucoup de courage pour entamer une telle discussion avec sa famille.» Y a-t-il quelqu’un.e de confiance dans ton entourage qui pourrait t’aider, avec qui tu te sentirais à l’aise et en sécurité de partager ce que tu ressens? Si oui, peut-être que ça pourrait être une première étape vers une situation plus harmonieuse avec toi-même et les autres? 
Je te propose également de jeter un coup d’oeil à ces réponses, composées par des collègues à des questions similaires à la tienne :

  1. Existe-t-il une bonne façon d’aborder la dysphorie de genre avec ses parents? 
  2. Je n’arrive pas à savoir si je m’identifie vraiment à un garçon…

 
Il existe plusieurs ressources à l’extérieur de ton groupe social qui peuvent également t’aider. Si tu désires prendre contact avec des associations trans en France, il est possible de vérifier la liste des associations membre de La fédération trans et intersexe de France ou via l’Association Nationale Transgenre (ANT) (lorsque tu te rends sous l’onglet « Nous contacter », iels proposent des partenaires dans différentes régions de la France). Il est aussi possible de contacter l’association C’est Comme Ça, spécialement conçue pour les jeunes LGBTQ.
N’hésite pas à nous contacter à nouveau si tu en ressens le besoin ou simplement pour nous donner de tes nouvelles!
Mireille, stagiaire pour Projet 10
 


About Équipe -Pose ta question!-

L'équipe d'intervention de Pose ta question! est composée d'intervenant.e.s bénévoles issu.e.s des domaines d'études de sexologie, travail social, psychologie, toxicomanie, développement social et tout autre domaine connexe ! L'équipe est entièrement composée de personnes LGBTQIA2S+ et d'allié.e.s formidables de nos communautés !

Leave a comment