Je ne sais plus ou j’en suis, je suis hétéro, bi ou homo ?


Bonjour Léanne.

Tout d’abord, je te remercie de t’être adressée à nous.

Dans ton message, tu nous indiques que tu as déjà fréquenté des garçons, mais que, depuis quelques mois, tu vis des fantasmes que tu juges « inquiétants », c’est-à-dire que tu ressens une attirance pour des filles. Dans les circonstances, tu te demandes si tu ne serais pas une personne bisexuelle ou homosexuelle.

L’homosexualité se traduit par une attirance exclusive envers les membres de son propre sexe, tandis que la bisexualité, elle, peut impliquer des désirs à l’égard de l’un ou l’autre des sexes. À la lumière de ton témoignage, il semble que tu sois une personne bisexuelle, puisque tu éprouves du désir pour des garçons comme pour des filles. Cependant, je pense que cette affirmation mériterait d’être nuancée…

En effet, il arrive parfois qu’on se croit réellement épris de personnes du sexe opposé tout simplement parce qu’on a été éduqué en ce sens et que la société nous y pousse. Et comme on ne peut réprimer indéfiniment nos pulsions les plus profondes, des fantasmes homosexuels peuvent alors surgir dans notre imaginaire et nous causer bien de l’inquiétude. C’est ainsi qu’on en vient à se demander si on est normal; notre esprit, soudain, se trouble et on a le vertige. Puis, peu à peu, on se familiarise avec cette sensibilité nouvelle, on s’adonne à nos premières expériences avec des personnes de notre sexe (ex : caresses, baisers, etc.) et on prend conscience de notre identité sexuelle véritable. Peut-être es-tu en train de vivre un scénario similaire…

Par ailleurs, il arrive, aussi, pendant l’adolescence, que la frontière entre l’amour et l’amitié ne soit pas clairement définie. La sensibilité est à fleur de peau, les émotions sont confuses et nos amitiés presque toujours exaltées! Tu n’as pas mentionné, dans ton message, l’âge que tu avais, mais – si tu es une adolescente – il se pourrait que ce que tu vis ne soit qu’une étape passagère. Alors, il ne faudrait pas que tes sentiments, même s’ils te semblent contradictoires, t’inquiètent outre mesure. Avec le temps, tu saisiras mieux la nature exacte de tes désirs.

Et maintenant?, me demanderas-tu. Que dois-je faire? J’aurais le goût, Léanne, de te répondre très simplement de faire ce que ton coeur et ton corps te dictent. Tu trouves que les filles sont belles? Réjouis-toi alors en les contemplant. Tu ressens quelque chose d’intense quand une fille te fait un câlin? Ne réprime surtout pas ce « quelque chose », si magnifique et si grand, même si tu ne sais pas encore quel nom lui donner. Enfin, tu te surprends à t’imaginer en train d’embrasser des filles et tu nourris des fantasmes en ce sens? Quel mal y a-t-il à cela? Si jamais une occasion se présente, si une fille te plaît et que tu lui plais en retour, pourquoi ne te permettrais-tu pas de vivre ces mêmes fantasmes? Quand les désirs sont vécus dans le respect et la joie, pourquoi devrait-on leur résister?

Alors, à ta question « Suis-je bi ou homo? », je pense qu’il n’est pas urgent de trouver, maintenant, une réponse. Donne-toi plutôt le temps de vivre des expériences, soit avec des filles, soit avec des gars, en ne te préoccupant que de ton plaisir et de celui des autres. Tôt ou tard, tu seras fixée sur la nature exacte de ton identité sexuelle.

En espérant que ma réponse pourra t’aider à mieux comprendre ce que tu vis, je t’invite à nous réécrire aussi souvent que tu le voudras et je te souhaite, Léanne, de toujours grandir dans la joie!

Bonne chance!

Benoît

Leave a comment