Je me suis réveillé un matin en me demandant si j’étais gay…


Bonjour Raverone92.

Dans ton message, tu nous dis que, suite aux révélations de ton frère au sujet de son homosexualité, tu éprouves des doutes par rapport à ta propre orientation sexuelle et, malgré l’attrait qu’exercent les femmes sur toi, tu as peur d’être gay.

Analysons, si tu le veux bien, les différents éléments de ta problématique. Lorsque ton frère t’a révélé son homosexualité, tu as d’abord été surpris – ce qui est normal -, puis tu as essayé de comprendre – ce qui dénote à la fois de l’intelligence et de la maturité. Cependant, peut-être manquais-tu d’informations pour nourrir ta réflexion à ce sujet… En effet, c’est un peu hâtivement que tu as conclu que l’homosexualité se transmettait par l’éducation et que, par conséquent, ayant eu la même éducation que ton frère, tu devais être, toi aussi, une personne homosexuelle. Or la situation est beaucoup plus complexe que cela! Bien que l’on ne puisse identifier formellement ce qui est à l’origine de l’homosexualité, la plupart des scientifiques s’entendent pour dire que cette orientation – tout comme l’hétérosexuelle – résulterait d’un ensemble de facteurs d’ordre biologique, génétique et culturel. L’éducation ne serait donc qu’un aspect de la question et pas forcément la plus déterminante. C’est pourquoi on ne doit pas s’étonner de voir des individus issus de milieux hétérosexuels et ayant reçu une éducation tout-à-fait conforme aux normes sociales afficher, malgré tout, une orientation homosexuelle. L’inverse est vrai aussi : c’est-à-dire qu’une personne élevée par des parents gays, dans un cadre de vie gay, ne sera pas nécessairement gay elle-même.

Alors, puisque l’éducation ne peut pas tout expliquer, qu’en est-il de ton cas? Tu nous révèles que tu t’es levé, un matin, avec au ventre cette peur d’être gay. C’est arrivé subitement, un peu, nous as-tu écrit, comme si on t’avait jeté un sortilège. J’imagine que tu utilisais cette expression à titre d’exemple, afin d’illustrer le caractère subit de ton inquiétude face à l’homosexualité. Car – ai-je besoin de le spécifier? – on ne devient pas gay suite à un sort lancé par un quelconque magicien… Mais, revenons à ton inquiétude. Que se passe-t-il donc? Comment se fait-il que tu éprouves une telle crainte? Surtout après avoir écrit : « j’ai toujours été attiré par les femmes »…

La clef du problème réside peut-être dans la phrase avec laquelle tu concluais ton témoignage : « À l’heure actuelle, je ne sais pas si je me mens… si je refoule quelque chose. » C’est sur cet aspect, à mon avis, que devrait porter ta réflexion. Au fond, tu es appelé à examiner la nature exacte du sentiment qui t’unit à cette femme avec laquelle tu partages ta vie depuis sept ans. Est-ce véritablement de l’amour… ou s’agirait-il plutôt d’un sentiment tendre, mais amical? Éprouves-tu de réels désirs pour elle? Tu sais, il arrive parfois que des personnes homosexuelles, par peur d’assumer ce qu’elles sont, se tournent vers les gens du sexe opposé. Ce genre de mensonge ne peut durer éternellement. Tôt ou tard, une personne qui décide de refouler son homosexualité en ressent toutes les funestes conséquences, à savoir : malaise, culpabilité, insatisfaction, frustration solitude, désespoir, etc.

Dans les circonstances, je te conseille tout d’abord de te renseigner sur l’homosexualité. Tu éprouveras déjà moins de crainte si tu te familiarises avec cette réalité. À cet effet, je ne saurais trop te conseiller de lire les lettres aux internautes et les nombreux articles qu’on retrouve sur le site d’AlterHéros. Et, puisque ton frère est une personne homosexuelle, pourquoi ne pas en profiter pour lui demander de t’accompagner dans un bar gay ou de te présenter des gens qui fréquentent ce milieu, comme ça, dans un but purement amical? Tu serais ainsi à même de te confronter avec tes doutes et tes peurs et de mieux les comprendre. Enfin, si jamais ta crainte d’être gay devait persister, peut-être devrais-tu songer à consulter un psychologue. Un tel spécialiste saura très certainement t’aider à identifier les sources de ton angoisse.

En espérant que j’ai pu, moi-même, t’éclairer à ce sujet, je t’invite, Raverone92, à nous réécrire si jamais le besoin s’en fait ressentir.

Bonne chance!

Benoît

Leave a comment