Je me pose des questions sur ma sexualité, j’ai l’impression d’être gay…


Bonjour,
Je reviens vers vous car j’ai posté ce post il y a 3 ans : https://alterheros.com/experts/2016/09/je-me-pose-beaucoup-de-questions-sur-ma-sexualite-aie-je-un-toc-homo/
Or ma situation n’a pas beaucoup changé.
J’ai juste compris plus de choses mais je me questionne encore.
Je n’ ai toujours pas eu de relation homo cependant je me pose toujours les mêmes questions. Je vois un psy qui me dit de vivre ma vie, mais c’est pas si simple.
J’ai vraiment besoins de savoir, même si pour la plupart rentrer dans une case n’est pas important pour moi ça l’est car cette incertitude me pèse psychologiquement.
Mon état actuel est que je me pose toujours sans cesse des question sur ma sexualité, ainsi plus je me la pose, plus j’ai l’impression d’être gay. Les filles m’attirent sentimentalement et sexuelement mais C est comme si mon questionnement ne me permet pas de m’intéresser à elles. Quand aux hommes je suis attiré physiquement des fois mais je ne me vois pas du tout avoir un acte sexuelle ou une relation sentimentale avec eux. Surtout, cela a un impact sociale avec les hommes car je me sent très mal à l’aise avec eux, même avec mes amis proches et certains membres de ma famille.
Du coup je sais pas si je suis dans une psychose, dans un toc, ou bien dans un refoulement total.
Je vais en reparler à ma psy dès que j’en aurais l’occasion. J’espère cepadant que vous pourrez m’éclairer ou m’aider d’ici là.
Cordialement,
Epk
 
Bonjour EPK,
Merci de faire à nouveau confiance à AlterHéros!
Tu nous écris parce que tu aimerais pouvoir définir ton orientation sexuelle une fois pour toute. Tu te questionnes sur la possibilité d’être gay et cela crée des malaises dans tes relations interpersonnelles. Ces questionnements pèsent lourd sur tes épaules et tu te demandes si tu es en train de déraper ou de perdre la raison.
Je te propose qu’on reprenne un à un les éléments de ta question. Je ne pourrai pas te dire quelle est ton orientation sexuelle, mais je peux te transmettre des informations supplémentaires pour t’aider à y voir plus clair.
Tout d’abord, tu te demandes si ton esprit te joue des tours et tu te questionnes sur la possibilité d’un TOC, d’une psychose ou d’un refoulement. Ces trois concepts relèvent du monde de la psychiatrie et les deux premiers sont des diagnostics médicaux. Seul.e.s les professionnel.le.s de la santé peuvent évaluer ces conditions et te proposer les traitements appropriés.
En même temps, je peux tout de suite te dire que le simple fait de se questionner sur sa sexualité n’est pas un problème psychiatrique. Ces questionnements sont généralement sains et normaux. Les problèmes surviennent quand ces questionnements deviennent envahissants et pèsent tellement lourd sur une personne que sa qualité de vie est diminuée. Sauf que cela, c’est vrai dans tous les domaines. Je t’invite à consulter une réponse précédente qui aborde les pensées envahissantes en lien avec l’orientation sexuelle.
Tu dis que ton psy actuel t’a conseillé de «vivre ta vie». Je ne sais pas quelles étaient ses intentions en te disant cela, mais il possible que cela se rapporte au fait qu’il est difficile de trouver toutes les réponses seul dans son coin. Souvent, c’est en rencontrant différentes personnes et en se donnant le droit d’explorer ses émotions et ses sensations qu’on peut mieux comprendre nos préférences.
Il existe différentes stratégies pour aider à diminuer l’anxiété et les pensées envahissantes. Connais-tu la méditation de pleine conscience? Il s’agit d’une technique de relaxation qui permet de se centrer sur le moment présent. Il y a même des applications gratuites qui peuvent te guider.
De plus, pour ce qui est de la psychose, l’Institut universitaire en santé mentale Douglas indique qu’il s’agit d’une perte de contact temporaire avec la réalité incluant des symptômes comme les hallucinations, les délires ou les comportements bizarres. Je ne vois aucun élément qui s’apparente à cette description dans ta question. Puis, encore une fois, il n’y a rien de bizarre ou d’anormal dans le fait d’avoir des attirances pour une personne du même genre.
En même temps, je comprends que tu aies besoin de savoir, de mettre des mots sur ce que tu ressens et d’être bien dans ta peau.
Tu dis que tu as observé qu’il t’arrivait de ressentir une attirance physique envers d’autres hommes. Toutefois, tu ne te vois pas du tout avoir des rapprochements amoureux ou sexuels avec eux. J’en profite pour mentionner qu’il y a plusieurs hommes qui se définissent comme hétérosexuels et qui peuvent apprécier la beauté d’un autre homme.
Puis, comme l’indiquait la réponse à ta première question, il existe tout un monde de nuances et de possibilités lorsqu’il est question des orientations sexuelles et romantiques. Je comprends que ce serait beaucoup plus simple pour toi de trancher entre être gay et être hétéro, mais cela ne veut pas dire qu’une de ces deux identités doivent absolument te convenir et faire du sens avec ta réalité. Je t’invite à consulter ce glossaire qui pourrait t’aider à explorer les différentes identités liés à la diversité sexuelle.
Ensuite, tu dis que tu ressens un malaise important lorsque tu es en présence d’autres hommes, même avec des personnes proches. Quelles sont les pensées qui te viennent lorsque tu es mal à l’aise? As-tu peur d’avoir une attirance pour eux? As-tu peur qu’ils réagissent mal s’ils l’apprenaient? Tu dis que tu as des attirances pour les femmes, as-tu les mêmes pensées envers tes amies et les femmes de ta famille?
Je te souhaite de prendre soin de toi et de trouver ton équilibre! N’hésite surtout pas à nous réécrire si tu souhaites clarifier d’autres aspects de ta situation ou si tu as d’autres questions,
Rose Dorian Ramirez, technicienne en travail social pour AlterHéros


About Rose Dorian

Rose Dorian est une personne autiste, queer, trans et non binaire diplômée en techniques de travail social depuis 2016. Iel intervient principalement avec des personnes survivantes/victimes d'agression sexuelle et de violences ainsi que leurs proches et avec des personnes neuroatypiques.

Leave a comment