Je deviens folle


Je suis attirée par les filles. J’en ai pris conscience il y a quelque temps. J’en ai parlé à mon oncle, car lui-même est homo. Lui seul est au courant. Lorsqu’on en a parlé la première fois, je lui ai dit que c’était une amie qui avait des doutes (j’avais tellement honte). Il a compris tout de suite qu’il s’agissait de moi.
Et un soir on était tous les deux en train de manger et là, il m’a posé des questions à propos de cela et moi j’ai fondu en larmes. Toute la soirée, on a parlé de ça. Il m’a dit qu’il avait déjà eu des doutes sur moi. Le jour où j’étais montée sur scène pour une pièce de théâtre, il était sûr… Il n’avait plus aucun doute à ce sujet.

À chaque fois qu’on se voit il me pose des questions, par exemple si je sors avec une fille… Des choses comme ça quoi… Il croit que j’arrive bien à l’assumer maintenant, mais ce n’est pas le cas. Ce n’est qu’une illusion. Je n’ose pas lui en parler. J’ai pas envie de le saouler avec ça.
Je le vois assez rarement.
Et je deviens folle là, j’ai envie de le crier sur tous les toits que je suis attirée par les filles, mais d’un autre coté j’ai trop honte de le dire à une autre personne. En plus, ma mère ne veut pas que je sois comme sa… Elle me l’a fait comprendre. Quand mes amies me demandent si j’ai des vues sur un mec, je dis oui, mais en fait je pense aux filles (j’ai des vues sur une fille). J’arrête pas de mentir à propos de mon homosexualité. J’arrête pas d’y penser, ça me prend la tête. J’y pense jour et nuit.

J’ai tellement envie de le dire, mais après je crains les conséquences. Et de l’autre coté j’ai honte de moi, de ce que je suis. Je suis partagée entre deux sentiments.

 


Avatar photo

About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.