J’ai une peur colossale d’être homosexuel. Suis-je un gay refoulé?


Bonjour; alors voilà depuis bientôt 1 an j’ai une peur colossal d etre homo sexuel
Je me présente, je suis un gars de 20 ans.
Étant tout jeune (avant mes 10 ans) j’ai eu des relation sexuel avec d’autre gars de mon âge consenti évidemment (rien de méchant vu que nous étions petit) et une fois avec une fille (maos rien de bien méchant non plus, je n’attend aucun jugement dessus je trouve moi même honteux d avoir fais des choses de ce style si jeune).
Ensuite est arrivé le temps du collège; ou il était pour moi logique de m’intéresser aux filles (mais dans mes souvenir j’avais quand même un petit fantasme homo sans penser que je l’étais pour autant), mais jy pensais pas vrm, je trouvais l’histoire de “faire du sexe avec une fille” attirante (comme tout les collégiens de mon âge). Bref cetais les filles qui l attiraient.
Ensuite à l’âge de 13 ans en 4eme, il m’est arrivé de discuter de ceci avec un proche. Chose qui a changé ma vie, car cette année la je me suis isolé des gens, lui par la suite s’est servit de se que je lui avais dis pour le répéter et me mettre environs toute les classe de se 4eme à dos, j’étais insulté rabaissé, je me faisais harceler/traiter de pédé etc …je n’avais plus vrm d amis j’étais seul. Dès que quelque chose me faisais penser à la rumeur j’avais une énorme boule dans le ventre et je stresser.
Au cours du temps ce stress n’est pas partie (avec une peur de beaucoup de chose présente, essentiellement du jugement, mais c’est peut être cette même peur qui me fais angoisser d etre gay). Ce stress que javais m’a empêchait d’avoir une vie normal et donc d’avoir une copine : je stress lorsque je parle à des gens dont j’ai pas l’habitude, et en conséquence, le simple fais de parler a une fille dont j’ai pas l’habitude me stress énormément, je suis maladroit et même si avec certaine je m’entend avec ça va jamais trop loin (les fille me stress beaucoup plus que les mecs)
N ayant pas eu de copine, comme beaucoup de jeune je suis aller sur des film porno mais me suis enfermer dedans trop. Au début j’ai constaté que le vagin me degoûtait, mais ce dégoût n etais pas présent à chaque fois, et ne m’a pas fais douter de mon hetero sexualité. En revanche je fantasmais beaucoup sur la sodomie sur les filles (dsl de dire de manière aussi cru), je préfère largement. Ça m’a donner des petit doute sur mon orientation sexuel par la suite mais rien de trop méchant ça passe, je regarde les filles au lycée j’aime leur corps.
Malgré le stress j essaie de minterresser aux filles. Mais cette année j’ai constater qu’à chaque fois que je minterresse a une fille, je me lasse d’elle dès qu’elle est un peu trop gentil avec moi, ou dès que je vais parler de elle a un ami à moi : je vais la trouver stupide selon ses agissement, me dire quelle se croit parfaite etc … même parfois lui trouver des défaut physique qui la rendront à les yeux moins belle. Puis cette lassitude va passer, puis revenir, et cela en boucle jusqu’à se que jmen fiche. Je tiens à ajouté avec ça que j’ai une sorte de rage constante envers les fille a cause de mauvaise expérience (même amical) avec des filles, donc je me dis que cette lassitude est peut être du à ça mais je n’en ai pas la certitude.
Depuis mes 20 ans, cette idée d etre homo me tournais dans la tête de plus en plus souvent, jusqu’à mtn me hanter quasiment H24. J’y pense chaque jour de manière extrême pénible, je me réveil en y pensant parfois en me disais “pitié que t’es pas gay, j’espère que tes pas gay” je suis maintenant mal à l’aise aussi avec mon entourage qui est homophobe, je pense à cela H24. J’ai parfois fais des rêves gay (embrasser un gars, maos jamais bien plus loin, oj peut être qu’une seul fois)
Pqarfois jme dis “cest bon jsuis gay” puis après je me dis quz c’est stupide. J’ai essayer de m imaginer vivre avec un mec, mais l’idée la parut grotesque et ma limite fais rire, je me vois faire ma vie avec une fille que j’aime malgré tout.
J’ai eu un doute d’avoir des sentiments pour un gars de mon BTS cette année, mais ce gars correspond à tout se à quoi je voulais m assimiler durant ma période ado, je me suis dis que cetais pour ça que j’avais l’impression et du au gros manque de confiance en moi que j’ai. Toutefois depuis cette année une autre chose me perturbe, je trouve les gars beau/ stylé, une approche que je n’avais pas avant, et à force de me prendre la tête j’ai même parfois l’impression de perdre attirance pour les filles (mais j’ai l’impression que c’est a force d etre dans le floue, car je reste sensible a leur charme, j’aime arriver à leur faire rire, qu’elle s’attache à moi, j’ai envie de les câliner etc etc … et l’idée d embrasser un mec me degoute mais pas les filles ça ne me degoutte pas)
A force d’être perdu j’ai regarder des porno gay, ça ne degoutte pas mais je me vois pas faire des choses gay à vie si je devais être amener à en faire, (j’ai parfois du dégoût après court de tps en tps malgré tout).
A cause du stress et du trouble anxieux que jai depuis ses 7 dernières années je suis actuellement en thérapie cognitive et comportemental mais je n’ai pas encore eu l occasion de parler de ça a mon psychiatre et je ne vois pas comment je pourrai. J’ai vu en faisant des recherches que cette peur d etre gay que jai peut être une phobie compulsive ou un truc appelé toc homo, mais ça ne m’aide pas à savoir se que je suis réellement.
J’ai conscience de la longueur de mon message mais j’ai vrm besoin d’aide j’ai l’impression que j’ai une succession de chose qui vienne pour me perturber et celle – ci est de loin la plus grosse jusqu’à aujourd’hui. Pourriez – vous peut être me donner un avis/un peu d éclairage avec toute ses info donné ? Serai – je un gay refoulé ? Je précise que je n’ai rien contre les gay je pense qu’ils doivent être respecter au même titre que n’importe qui mais je ne me vois pas l être ou faire ma vie avec un gars. Je suis vraiment au bout du rouleau avec ça.
Merci beaucoup
Bonjour, être anonyme.
Merci de te confier à AlterHéros.
Tu as une peur “colossale” d’être homosexuel et tu souhaites être éclairé, puisque tu te demandes si tu es un “gay refoulé”.  Ton questionnement est important et valide. Pour certaines personnes, le questionnement au sujet de l’orientation sexuelle est très lourd et complexe. C’est ton cas actuellement et cela ajoute à la détresse que tu vis en raison d’un trouble anxieux et de l’intimidation que tu as vécu à l’école.
D’abord, je tiens à spécifier qu’un “toc homo”, ça n’existe pas vraiment.  Voici quelques réponses qui pourront t’être utile, entre autres à ce sujet:
“Je me pose beaucoup de questions sur ma sexualité. Aie-je un toc homo?”
“Je pense que j’ai un TOC : j’ai une peur bleue de devenir gay”
J’ai des pensées intrusives d’ordre sexuel qui me gâchent la vie depuis l’adolescence”
Aussi, l’homosexualité, ce n’est pas “ne pas être dégoûté par des relations sexuelles entre personnes de même sexe”. Ça va également au-delà de trouver les personnes du même sexe jolies. Il s’agit de la capacité à éprouver des sentiments amoureux envers une personne du même sexe exclusivement (ou presque) et bien sûr de la capacité à ressentir du désir pour les personnes du même sexe exclusivement (ou presque!).
Je tiens également à te rassurer: il est très normal d’avoir des expériences sexuelles en bas âge, que ce soit avec des personnes de l’autre sexe ou non. Cela fait partie de la découverte de soi et de l’autre. Inutile donc d’entretenir de la honte à ce sujet. Spécifions que notre regard d’adulte sur ces expériences tend à sexualiser ces expériences, à les teinter d’une dimension dont on n’avait pas connaissance lorsque nous étions enfants, même si nous avons éprouvé du plaisir lorsque ça s’est passé.
Il est désolant que la personne à qui tu t’es confié à l’adolescence ait utilisé tes confidences pour te diminuer publiquement. La peur de la différence fait souvent réagir et il se peut que cette personne ait manqué d’information au sujet de l’orientation sexuelle et du fait qu’il est tout à fait normal de se questionner à ce sujet lorsqu’on est adolescent.e. C’est d’ailleurs généralement dans un terreau d’incompréhension, de manque d’inspiration et de peur que naît l’homophobie. C’est probablement le cas dans ta famille que tu qualifies d’homophobe. Rappelons-nous qu’on ne naît pas homophobe; on le devient.
Le trauma que tu as vécu est encore très présent pour toi. Je te félicite d’être allé chercher de l’aide et de consulter. C’est un grand pas en avant. Effectivement, ce traumatisme a possiblement à voir avec ta peur d’être gay, puisque ce questionnement a été associé à des moments très difficiles. Il est aussi normal d’être timide ou anxieux lorsqu’on rencontre de nouvelles personnes et dans ton cas, il se peut que ce stress soit amplifié en raison de tes expériences passées.
Tu parles beaucoup de ta relation avec les filles comme étant complexe, les jugeant fortement et les trouvant même stupides parfois. En quoi les expériences désagréables que tu as vécues avec certaines filles viennent-elles teinter tes relations avec les femmes qui t’entourent aujourd’hui? Serait-ce possible que ta réaction, ta rage soit associée à certains types de personnalités ou d’apparences plutôt qu’en lien avec toutes les femmes? Ce point mérite d’être approfondi, pour éviter que cela ne continue à affecter tes liens avec les femmes qui t’entourent. Je tiens tout de même à mentionner que cette rage qui t’habite est loin d’être caractéristique de l’homosexualité chez les hommes, à moins que tu décides d’être avec un homme parce qu’il t’est impossible de tolérer les femmes… ce qui me semblerait un peu tordu compte tenu de ta crainte actuelle de la possibilité d’être homosexuel.
Tu mentionnes avoir fait quelques rêves où tu embrassais des hommes ou avais des rapports sexuels avec des hommes. Il est fréquent pour les personnes hétérosexuelles d’avoir des rêves similaires et vice-versa pour les personnes homosexuelles. Est-ce que cela est un indice clair en ce qui concerne ton orientation sexuelle? Je te laisse y réfléchir.
Tu mentionnes aussi de possibles sentiments envers un collègue. Au-delà de cette expérience, qu’en est-il de tes sentiments amoureux et attirances envers les hommes? Les femmes? Est-ce que tu peux dire que tu as une plus grande attirance pour un sexe ou un autre? As-tu déjà été amoureux d’une fille? Dans le futur, tu te vois plutôt avec une femme. Est-ce que c’est ce que tu souhaites vraiment, ou est-ce que cette idée vient de l’image de la famille à laquelle tu es exposé depuis un très jeune âge? Ce sont quelques pistes de réflexion qui pourraient t’aider.
Ce que tu as vu dans la pornographie t’aurait donné des doutes quant à ton orientation sexuelle. Selon toi, est-ce que le fait d’apprécier l’image de la pénétration anale égale à être homosexuel? Plusieurs personnes hétérosexuelles la pratiquent. Il est vrai que certains hommes homosexuels apprécient la pénétration anale, mais ce ce n’est pas le cas pour tous. Autrement, la pornographie n’a pas eu d’effet sur ton questionnement, selon toi.
Je te laisse lire cet article, en espérant que tu comprends un peu l’anglais. Quelles sont tes conclusions maintenant? Est-ce que ta vision de l’homosexualité et de la sexualité des hommes gais change en ayant lu cet article? Peu importe l’issue de ton questionnement, toutes les orientations sexuelles sont valides et il est possible d’être bisexuel.le, homosexuel.le (ou hétérosexuel.le!) et heureux.se dans plusieurs pays du monde. La première étape à ton bien-être est bien sûr de prendre soin de toi et d’essayer de diminuer les effets de ton anxiété, mais aussi d’explorer la possibilité de voir l’homosexualité et la bisexualité comme quelque chose qui n’est pas menaçant en soi. L’homophobie et la biphobie, par contre, restent des éléments toxiques. À toi de tenter de faire la différence entre ces éléments.
N’hésite pas à nous réécrire si nécessaire, ou à nous donner des nouvelles si tu en as envie.
Marie-Édith, B.A. sexologie, pour AlterHéros


About Marie-Édith Vigneau

Marie-Édith est une femme lesbienne acadienne étudiante à la maîtrise en travail social. Elle est grande fan de la mer, de féminisme, de santé sexuelle, de justice sociale, de musique, d'espresso, de bières de microbrasseries, de bas de laine et de grilled-cheese.


Leave a comment

One thought on “J’ai une peur colossale d’être homosexuel. Suis-je un gay refoulé?