#affirmation
#coming-out
#dévoilement
#école
#orientation sexuelle
#sortie
20 March 2005

J'ai envie de faire mon coming-out à l'école. Comment faire?

Je sens comme une flamme qui me consume, je brûle de l’affirmer, de le crier. Chaque fois que quelqu’un dit quelque chose qui par rapport à mon orientation, c’est comme un couteau planté dans mon coeur de ne pouvoir le dire. Je l’ai dit à mes parents mais tout le monde de l’école l’ignore, quoi faire? – Jean-Martin

Équipe -Pose ta question!-

Salut Jean-Martin!
Ta question est très intéressante. Il est commun de vouloir crier tout haut « JE SUIS GAI ». Ce comportement est une réaction normale qui fait partie intégrante du processus de sortie (coming-out). À ce sujet, je t’invite à lire l’article suivant en complément à cette réponse.
Lorsqu’une personne a intégré son orientation sexuelle avec d’autres facette de sa vie et a réussi à l’accepter, le désir de se dévoiler en entier face aux autres devient de plus en plus pressant. On a envie que les autres nous connaisse pour ce que nous sommes vraiment, on désire être honnête envers soi et envers les autres. C’est habituellement à ce moment que les personnes LGBT envisagent de faire leur sortie. Il y a des personnes qui sont très proactives alors pour eux, il est très important de le dire, de s’identifier et ce dès qu’ils rencontrent des nouvelles personnes. Ils n’hésitent pas à en faire mention au début d’une conversation comme : « Salut mon nom est Dave, je suis gai, comment vas-tu? ». Ce genre de comportement peut choquer certaines personnes, c’est à toi de juger. Pour d’autres personnes, cette facette de leur personnalité est quelque chose de privé, liée à leur sexualité, ni plus ni moins. Ces personnes répondront qu’ils sont gais si on leur demande ou corrigeront autrui quand les gens demandent : « as-tu une blonde? ».
L’auto identification se base sur ce que tu penses est approprié et aussi sur tes valeurs, ta façon d’entrer en contact avec les autres, et surtout ton niveau d’aisance face à ton orientation sexuelle. Prends le temps de répondre aux questions telles que: as-tu des ami(e)s qui démontrent une certaine ouverture face à la diversité? Des gens qui sont racistes ou très religieux vont fort probablement te rejeter ou te poser tous plein de questions. Es-tu prêt à faire face à ce type d’homophobie? As-tu un cercle de soutien, des gens que tu connais bien qui pourraient t’aider dans ce cheminement à l’école? Des bons ami(e)s proches qui savent déjà ta situation, peut-être un professeur, une infirmière ou un intervenant de ton école dont tu as confiance? Ces gens sont habituellement de bonnes ressources si tu en as besoin.
Tu dois aussi considérer d’autres facteurs qui risquent d’affecter la façon dont ton coming-out est perçu à ton école. Es-tu dans une école qui a politique claire contre l’homophobie, peut-être dans ton code d’éthique? Est-ce que ton école est une institution religieuse très conservatrice? Est-ce un endroit sécuritaire ou tu es capable d’avoir de l’aide si quelqu’un t’intimide?
Comme tu sais, les jeunes gais et lesbiennes sont souvent la cible d’homophobie, d’injures et de violence dans les milieux scolaires. Souvent ceux qui intimident voient les jeunes allosexuels sont de futures victimes facilement attaquables. Une stratégie qui fonctionne bien contre ce genre d’attitude est tout simplement de refuser d’être une victime. Si tu es à l’aise avec ton orientation, n’ait pas peur de la cacher et d’en parler plus ouvertement, les jeunes autour de toi verront qu’il n’y a pas de place à t’achaler. Ce sont malheureusement souvent les rumeurs qui font le plus mal.
La stratégie à utiliser quant à sa sortie dépend de toi et de ta personnalité. Selon notre expérience, commencer à en parler à quelques uns de tes amis est un bon moyen, plutôt que de faire une grande sortie publique qui risque de surprendre et peut-être choquer. Les nouvelles vont vites dans les écoles et tu dois te sentir prêts à faire face à plein de sortes de réactions. Par contre, si la situation à ton école est trop difficile pour faire ta sortie, ou tu juges que ce n’est pas la place, tu peux envisager de t’entrer en contact avec des groupes pour jeunes allosexuels, comme Jeunesse Lambda et Projet 10 à Montréal. Tu pourras rencontrer des jeunes comme toi, t’afficher ouvertement avec tes nouveaux amis sans crainte. Plus tu seras à l’aise avec ce aspect de ta personnalité, plus ton coming-out à ton école pourra être facile. Une fois au CÉGEP, tu verras qu’il existe plusieurs associations pour jeunes allosexuels qui pourront t’offrir du soutien social.
Bonne chance!
Équipe AlterHéros

Similaire