J’ai des bosses sur les seins… suis-je trop jeune pour passer une mammographie ?


J’ai de très gros seins et j’ai les glandes qui enflent souvent… et des fois j’ai des bosses dures qui apparaissent et ça me fait mal parfois. Mon médecin dit que c’est normal. Mais moi, ça m’inquiète, surtout qu’il parait qu’il y a beaucoup de lesbiennes qui auraient le cancer du sein. Est-ce que je suis trop jeune pour passer des mammographies?
Maria

Chère Maria,

Laisse-moi d’abord te remercier pour ta question, j’espère pouvoir bien y répondre. Si je comprends bien, il semblerait que tu sentes souvent des bosses qui fluctuent sur tes seins, parfois dures et douloureuses. Ton médecin ne semble pas trop inquiet, mais comme tu as entendu que les lesbiennes seraient plus à risque de cancer du sein, tu voudrais savoir la valeur de la mammographie pour une jeune femme comme toi.

Bon, je vais d’abord commencer par te rassurer. Effectivement, les masses qui apparaissent et disparaissent, souvent sensibles, sont généralement liées à la condition fibrokystique bénine. En gros, il s’agit de petits kystes qui se développent suite à la stimulation hormonale (liée au cycle menstruel). Ton médecin semble aussi peu inquiet, ce qui semble un bon signe. De plus, il est extrêmement rare de voir une femme à 29 ans atteinte d’un cancer du sein. L’exception à cette règle demeure l’histoire familiale, i.e. nous avons tendance à investiguer plus jeunes les femmes qui ont une histoire familiale de cancer du sein en bas âge (avant 50 ans), car ces personnes sont plus à risque de cancers génétiques. Pour ta part, si personne n’a eu de cancer du sein dans ta famille avant 50 ans, les chances d’avoir un tel cancer à ton âge sont très très faibles.

Quant à ton orientation sexuelle, nous allons réviser les facteurs de risque. Sache qu’être lesbienne en soi ne constitue pas un facteur de risque direct, mais que c’est plutôt l’absence de grossesse avant 30 ans et le fait de ne pas allaiter qui ont déjà été associés à un risque un peu plus élevé de cancer du sein. De plus, il est reconnu que les femmes qui aiment les femmes consultent moins à cause de la lesbophobie et de la biphobie vécues dans le système médical – les cellules cancéreuses et précancéreuses sont donc découvertes plus tard. Il y a aussi un âge précoce des premières menstruations et un âge tardif à la ménopause qui ajoute un peu au risque, mais ce, pour les personnes assignées femme à la naissance âgées de plus de 50 ans.

La mammographie est un bon outil diagnostique pour les personnes assignées femme à la naissance âgées de 40 ans et plus, qui ont davantage de gras autour de leur glandes mammaires. Pour les jeunes comme toi, la mammographie est moins intéressante, et en cas d’histoire familiale de cancers du sein précoces, on utilise alors soit l’échographie (ultra-sons, comme pour les bébés) ou alors la résonance magnétique parfois. Quoiqu’il en soit, je doute que cela soit nécessaire dans ton cas.

Si je me fie aux nouvelles recommandations, le mieux pour toi serait d’examiner fréquemment tes seins question de bien les connaître. Tu devrais aussi noter une diminution de la nodularité quelques jours juste après tes menstruations. On recommandait auparavant un auto-examen mensuel des seins, mais il semble que la nouvelle tendance est de seulement connaître ses seins en détail, pour être capable de noter des changements inhabituels par rapport à son niveau de base. Par exemple, pour toi, une masse non-douloureuse et persistante, bien définie, pourrait t’amener à consulter de nouveau ton médecin. Ce dernier pourrait alors considérer faire une petite ponction/biopsie à l’aide d’une aiguille, pour s’assurer qu’il s’agit bien d’un kyste et non d’une masse cancéreuse.

Bref, je continuerais d’examiner mes seins fréquemment si j’étais toi, mais en l’absence d’un changement majeur et d’un membre familial qui a eu le cancer avant 45 ans, je n’irais pas plus loin dans l’investigation pour l’instant. Tu peux aussi diminuer tes chances de développer un cancer du sein plus tard en faisant de l’exercice, en diminuant la cigarette et l’alcool, et en mangeant une diète riche en fruits et légumes. J’espère que j’ai répondu à ta question, sens-toi libre de nous écrire de nouveau peu importe le sujet.

Sincèrement,

Fred


About Frédéric Picotte

Frédéric est médecin de famille pratiquant dans la région de Shawinigan. Il a complété en mai 2008 mon doctorat en médecine à l’Université McGill et deux ans plus tard sa spécialité en médecine familiale via l’Université de Montréal. C’est l'une de ses amies, étudiante en psychiatrie, qui lui a présenté AlterHéros en 2008. Elle cherchait alors un bénévole qui répondrait de manière plus spécifique aux questions à thème « médical », ce qui a constitué la majeure partie de sa contribution jusqu’à maintenant.

J’aime m'impliquer à AlterHéros car on peut rejoindre et rassurer beaucoup de gens, peu importe l’âge, l’orientation sexuelle ou la culture. Je trouve intéressant que la majorité de nos visiteurs soient de jeunes internautes et qu’on puisse donc leur fournir une information de qualité et un espace pour poser des questions qu’ils auraient du mal à obtenir autrement.