Et l’aventure continue !


Me voilà de retour, maintenant âgée de 21 ans, bientôt 22 en décembre, bon quoi attendre de ma vie… Comme je l’avais annoncée finalement à seize ans, j’ai finalement dit à mes parents à propos de mon orientation sexuelle que je suis lesbienne! À plein cœur! Bon, voici leur réaction. J’avais écrit à mon père une lettre très personnelle, car j’étais plus à l’aise de cette façon et ça a très bien été. Ouf! Tandis que ma mère, elle, a trouvé ça plus dur, en l’apprenant par l’intermédiaire de mon père… Avec le temps, elle l’a accepté et m’aime autant. Merci. Là je me sentais prête à affronter le monde et m’épanouir! À 18 ans, je commençais déjà à le faire. J’allais dans un petit centre pour lesbiennes de mon quartier qui me faisait du bien pour placoter. J’avais des connaissances lesbiennes et je faisais des partys souvent dans les bars gais du Village et ainsi de suite! J’étais bien entourée et encadrée, la belle vie, quoi!
Mais avec le temps, genre 2 ans plus tard, tout ça a changé. J’ai fait la connaissance d’une personne, qui avec le temps n’était plus la bonne pour moi. Elle a profité de mes faiblesses, alors que j’étais amoureuse, et tout s’est détérioré en lui faisant trop confiance. J’ai essayé la drogue pour la première fois pour lui faire plaisir et je n’étais plus moi-même… Je suis tombée en dépression et j’ai été très malade mentalement et physiquement, car je ne sais pas si je l’aimais vraiment ou si c’était une dépendance. J’ai toujours eu peur d’être seule et je me faisais plein d’illusions… En tout cas c’était comme une rupture et j’en suis restée marquée pendant un bon moment. Mes parents m’ont supportée et mon père m’a toujours dit que quand on veut trop chercher, on ne trouve pas et de ne jamais prendre n’importe qui juste pour ne pas être seule! Merci papa pour ton conseil! Ma mère aussi m’a donnée beaucoup de bons conseils de la vie! Je vous aime les deux! Et voila que ceci m’a fait vouloir changer d’orientation, j’avais honte d’être lesbienne avec le coup chien qu’elle, la fille en question, m’avait fait. Au début, je voulais être hétéro, après bi, ainsi de suite. Mais dans le fond, mon plus grand amour a toujours été les femmes et me mentir à moi-même me faisait très mal chaque fois. Tout ça bouleverse vraiment ma vie et parfois, je ne sais pas quoi faire. Je n’ai plus personne ni de ressources! Aidez-moi S.V.P. Juste pour plaire aux autres, j’ai commencé à faire ça, mentir. Je suis tellement malheureuse et j’ai même pensé au suicide plusieurs fois, mais maintenant même si c’est dur je fais tout pour que ma vie se replace et pour m’épanouir à nouveau comme avant!
Tout ça pour vous dire que dans un long tunnel noir il y a toujours une lumière blanche à la fin! Il ne faut pas lâcher! À la vie à l’amour! J’attends ce moment spécial, quand je serai avec ma douce et tendre moitié et que je profiterai de la vie pleinement sans me cacher! Mais avant, il faut surtout s’aimer soi-même.
C’est ça la vie, un long combat! Le voyage est court. Essayons de le faire en première classe.

 


About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.


Leave a comment

One thought on “Et l’aventure continue !

  • yaeel

    Bonjour Asali
    Tu sembles vraiment seule au fond de toi-même avec un trou dur à combler. je comprend ce que tu veux dire. Chacun de nous dans sa vie passe par une étape dur à franchir, et la peur de ne plus être aimé, d’être abandonné, d’être seule est toujours la plus dure, la plus angoissante. Comme si l’on venait de réaliser que l’on était un être perdu dans la masse des gens qui vivent sur la même planète que nous. je suis passé par là, et il y a quelques mois j’ai enfin trouvé la solution. Elle se présente toujours de manière différente pour chacun mais je pense qu’ultimement cela revient au même en ce qui concerne notre moi profond. En chacun de nous il y a un petit noyau qui ressemble à de l’amour infini, une grande bonté, qui est aussi le plaisir de vivre. Cet endroit est souvent pour nous comme une énigme, quelque chose de mystique d’impossible à trouver. Et lorsqu’on rencontre des gens qui ont l’air de l’avoir, ont les prends pour des héros, on les admire, on les envie. Mais cet endroit est en toi, tu possède cet amour et cette capacité de bonheur, d’épanouissement. ET quand on la découvre enfin, même les difficultés de notre vie nous apparaissent comme un processus normal et nécessaire, qu’on aborde avec beaucoup plus de sérénité. On dirait que cette capacité reste cacher, comme si nous l’avions oublié. Mais le jour où tu la retrouves, tu la découvre et la vis, et alors la peur d’être seul n’existe plus, l’angoisse face au rejet n’a plus de sens. Et vivre devient la plus belle chose qui nous soit jamais arrivé. Beaucoup de gens passent toutes leur vie à chercher le sens ou le but de leur présence ici. En ce qui me concerne j’ai la conviction profonde que si nous sommes là, c’est tout simplement pour faire l’expérience de la vie, pour poser des choix et découvrir ce qu’il en ressort. Pour savoir ce que ça fait d’avoir chaud sous un rayon de soleil ( et comment le savoir si l’on n’a jamais ressenti le froid ?). De la même manière, comment pourrais-t’on mesurer toute la valeur d’une relation avec une autre personne, si l’on a pas vécu une situation où l’on était pas en mesure de le faire?
    Je pense également que pour te sentir bien, la première chose que tu peux faire, c’est te respecter. te respecter dans tes envies, dans tes choix. de savoir que c’est d’abord à toi que tu fais du mal quand tu mens à quelqu’un d’autre.
    Enfin, le jour où tu ne sais plus, ou tu te sens mal, demandes toi: Qu’est-ce que je souhaite ÊTRE?
    Est-ce que ce que je suis en train d’être en ce moment me plaît? Et si ce n’est pas le cas, change -le. Ce que nous ressentons à un moment donné n’est pas forcément tout ce que nous sommes. Et si ce que tu ressens ne te plaît pas, change-le!
    Mais dans tous les cas, bravo à toi, car malgré les difficultés tu restes positive et continue à vouloir aller de l’avant. je te souhaite bonne chance dans ton parcours. Et rappelle toi, tu n’es jamais seule!
    Yaeel