Est-ce que mon enfant est trans? Si oui, comment l’accompagner?


Bonjour,
Ma fille de 4 ans et demi dit qu’elle est un garçon depuis l’âge de 3 ans. Elle dit qu’elle ne veut pas grandir car elle ne veut pas avoir de seins ni de vulve. Elle a déjà choisi son prénom de garçon et veut qu’on l’appelle par son prénom choisi.
Par ailleurs je sais qu’elle s’est souvent fait rejetée par des garçons qui lui disait “tu peux pas jouer avec nous parce que t’es une fille”.
Comment savoir si sa volonté d’être un garçon est une réaction à ces rejets OU si c’est une période normal dans le développement d’un enfant OU si elle est trans ??
Dans tous les cas, comment réagir quand elle revendique être un garçon ? Comment l’accompagner ?
 
Bonjour Jessica!
Merci de faire confiance à AlterHéros avec tes questionnements. Ça fait vraiment plaisir de voir des parents qui viennent chercher des ressources pour bien accompagner leurs enfants qui vivent une exploration de leur identité de genre. Étant moi-même trans et intervenant auprès de jeunes trans, je crois être bien outillé pour t’aiguiller face à cette situation.
Donc, ton enfant a été assignée fille a la naissance, mais dit être un garçon depuis maintenant un an et demi. Tu te demandes d’abord si cela peut être dû à des rejets qu’elle vit auprès de garçons qui refusent de jouer avec elle ou si c’est une période normale du développement des enfants.
Il arrive en effet que des enfants se revendiquent d’un autre genre que celui qui leur a été assigné à la naissance de façon temporaire, que ce soit en réaction à un événement particulier ou alors simplement dans le cadre d’un jeu. L’important est alors de remarquer si cela ne se produit que dans ces instances, de façon ponctuelle, ou aussi dans d’autres contextes, de façon répétée. Dans ta question, tu indique que ton enfant a déjà choisi un prénom de garçon et qu’elle dit être un garçon depuis plus d’un an. Ce sont deux indices qui me portent à penser qu’il ne s’agit pas d’un jeu ou d’une réaction. Il m’apparaît donc probable que ton enfant soit un garçon trans. 
Ce qui m’inquiète le plus dans ta question, c’est lorsqu’elle dit qu’elle ne veut pas grandir. En effet, les jeunes trans sont à risque de plusieurs problèmes de santé mentale, dont le suicide, s’ils ne sont pas bien accompagnés et affirmés dans l’exploration de leur identité de genre. La bonne nouvelle, c’est que la puberté est encore bien loin et que vous avez donc beaucoup de temps devant vous pour aller chercher du soutien.
Que faire alors? La réponse est à la fois simple et compliquée: la laisser exprimer son genre comme elle le souhaite. Comme elle a déjà choisi un prénom, la première étape pourrait être d’utiliser ce nom ainsi que des pronoms masculins (il/lui). Cela peut faire très peur aux premiers abords, mais il faut se rappeler que toute forme de transition entreprise par un enfant de 4 ans est totalement réversible! Que ce soit de changer de prénom, de pronoms, de vêtements ou de coupe de cheveux, il sera facile de revenir en arrière si jamais ton enfant se rend compte que ce n’est plus la voie qu’elle désire emprunter. L’important est de suivre son initiative, de ne pas la forcer de faire quoi que ce soit qui ne la rend pas à l’aise et de la laisser être indécise s’il y a lieu. 
Ça fait déjà beaucoup, je sais! Heureusement, il existe des ressources pour vous aider à faire face à tout ça. L’organisme Enfants Transgenres Canada est une perle pour aider les parents qui accompagnent leur enfants ou ado créatif.ve.s dans le genre! Il organise plusieurs activités à Montréal pour les enfants et ados trans, ainsi que leurs parents, dont des rencontres de soutien bimensuelles. De plus, il chapeaute un groupe Facebook secret qui regroupe des parents d’enfants trans de partout au Québec. Pour être ajoutée au groupe Facebook ou pour en savoir plus sur l’organisme, je te conseille d’écrire à Antoine, le coordonnateur de l’organisme, à l’adresse info@enfantstransgenres.ca
Je peux également te recommander plusieurs lectures sur le sujet. Ce document de l’Ordre des travailleurs sociaux du Québec est une très bonne introduction au sujet des jeunes trans. Je t’invite aussi à lire ce résumé de recherche, qui parle du parcours des parents vers l’acceptation de leur enfant trans, qui pourrait t’aider à voir que tu n’es pas seule là-dedans et que tes émotions par rapport à la possible identité trans de ton enfant sont tout à fait légitimes! Il y a également une nouvelle formation en ligne de l’Université de Montréal sur les transdiversités, que je te conseille vraiment de suivre. C’est un formidable outil pour comprendre les concepts de base liés aux enjeux trans et c’est tout à fait gratuit!
De plus, si tu comprends l’anglais, je t’invite fortement à écouter le podcast How to be a girl, créé par une maman d’une fillette trans, qui a commencé à dire qu’elle était une fille vers l’âge de 4 ans. Il est particulièrement touchant de suivre le parcours de cette famille qui fait tout en son pouvoir pour accompagner sa petite fille dans sa transition. 
J’espère que ma réponse t’aide à y voir plus clair. Pour terminer, je tiens à te rassurer: en tant que parent, il est normal de s’inquiéter par rapport au futur de ton enfant, mais les personnes trans peuvent être et sont heureuses, accomplies et épanouies. L’une des clés est d’avoir un entourage accueillant et bienveillant, et ton enfant semble avoir une mère déterminée à s’outiller pour bien laccompagner!
N’hésite surtout pas à nous réécrire si tu as d’autres questions ou si tu veux approfondir l’un des sujets amenés dans cette réponse. 
Je t’envoie de la lumière et du courage,
Séré, intervenant pour AlterHéros


About Séré

Séré est un.e activiste trans non-binaire de la région de l'Estrie qui adore expliquer la pluralité des genres avec des métaphores de crème glacée. Iel défend les droits des jeunes trans et non-binaires en contexte régional, tout en essayant de se laisser du temps pour coller son chien et son chat.

Leave a comment