Est-ce que le fait de subir des attouchements sexuels à l’adolescence peut changer notre orientation sexuelle?


[Avertissement / Trigger Warning : Cette question/réponse traite d’un sujet pouvant déclencher des émotions fortes. Celle-ci aborde le sujet d’agression sexuelle et d’attouchements sexuels sur un enfant. Si vous ressentez le besoin de parler, n’hésitez pas à nous écrire.]

Bonjour,j’ai une experience avec une ex copine avec que je parle souvent au telephone car elle est habite loin une fois on a partagé une discussion intime genre sexoral au tel ,au moment de partager du plaisir avec des paroles ,du coup ma dit baise moi mon pd ,j’ai senti une sensation bizzare genre je me suis exciter et j’ai senti une sensation du plaisir dans l anus puis je me suis ejaculer,depuis ce jour la j’avais une obsession et des doutes sur ma.sexualité ,je dit ah jai senti sa ,l’anus qui veut dire pd .et je voulais vous parler aussi dans mon cas quand j’avais 13 ou 14 ans je me souviens pas trop ,yavait quelqu’un qui ma toucher ma embrasser et me caresser et apres quelques jours je me suis masturber et jai mis mon doigt dans lanus et j’avais que 13 ans je crois,depuis j’ai jamais refait sa ,je me senti pas bien culpabilité ,j’avais honte de parler .a mon age adult actuelle je reçoit des flashback dans mon inconscient et j’ai confondu la situation avec mon ex copine a mon passée d’adolescence , je suis souvent anxieux car on a pas cette culturelle chez nous et c’est toujours un tabou de parler a quelqu’un ,et mon obsession phobodhomosexualité liée a le trauma de mon adolescence ,et jai peur quand qulequn subit des attouchements a lage ado peut devenir homo ,et je vis dans ce cercle vicieux .

 

Re bonjour ,suite a mon message j’ai oublié de vous dire que je suis hetero et j’avais des experience avec des femmes ,parfois mon souvenir et mon trauma me géne dans mes relation sexuelle quand je fait penser a sa.je voulais vraiment avoir une réponse si quelqu’un subit des attouchements a lage ado ou enfant peut lui changer son orientation sexuelle suite a ceux que j’ai vecu .actuellement j’ai des angoisse et des phobie car j’ai des obsession quand je parle avec mes amis ,jai toujours peur d’avoir une attirance envers les hommes ou de sentir un truc .je vous remercier énormément,et j’attends votre réponse impatiemment

 

Bonjour à toi!

 

Merci de faire confiance à notre équipe pour répondre à ta question et de partager ce que tu as vécu avec nous. Je veux que tu saches que tu n’es en aucun cas responsable de ce qu’il t’est arrivé et que personne ne mérite de vivre cela.

 

J’aimerais premièrement déconstruire quelques idées avec toi, en commençant par la pénétration anale, comme le dit si bien ma collègue dans cet extrait d’une ancienne réponse:

« Tu penses être hétérosexuel, mais le doute persiste et tu es très anxieux. Ce dont tu as besoin, c’est que l’on t’éclaire sérieusement et pas de devoir te poser plus de questions. Plusieurs personnes nous ont écrit sur le même sujet au cours des dernières années. Tu n’es vraiment pas seul dans cette situation, je te rassure, et tu n’as pas à avoir honte. D’accord ? Ce que tu vis est normal.

D’abord, prenons un moment pour démystifier quelques éléments :

– C’est correct d’être homosexuel. Il n’y a rien de mal à être gay, lesbienne ou bisexuel.le. Je sais que tu es probablement au courant, mais c’est toujours bon de le rappeler !

Le désir ou la pratique de la pénétration anale donnée ou reçue n’est pas un signe d’une orientation sexuelle ou d’une autre. Certains hommes hétérosexuels adorent la pénétration anale et certains hommes homosexuels la détestent. Plusieurs couples hétérosexuels apprécient la pénétration anale – et oui, les hommes hétérosexuels aiment aussi la recevoir parfois. Les personnes assignées “homme” à la naissance ont d’ailleurs la chance d’être dotées d’une prostate, qui peut procurer des plaisirs insoupçonnés lors de la pénétration anale ! Je t’invite à lire cet article fantastique du magazine URBANIA pour en savoir plus : Petit guide du pegging et des joies de la prostate. C’est donc bien dommage que le sexe anal soit associé à des clichés souvent enracinés dans l’homophobie… pour cette raison, plusieurs personnes se privent de grandes choses ! Et en passant, le sexe anal, ça prend de la préparation, de la détente et du lubrifiant. »

 

Alors, non, le plaisir anal n’est pas seulement réservé pour les hommes gays!

 

La deuxième chose que je voulais aborder avant d’entrer sur le sujet principal, c’est l’utilisation par ton ex copine et toi du mot « pd ». Savais-tu que ce terme est homophobe? Est-ce qu’il y a une raison particulière pourquoi tu l’utilises? As-tu une vision négative vis-à-vis l’homosexualité? Je t’inviterais alors à faire attention au langage que tu utilises lorsque tu parles de la communauté 2SLGBTQIA+. Ce sont des mots qui peuvent faire mal, d’accord? 🙂

 

Alors, pour le sujet principal de ta question: Est-ce que les agressions sexuelles vécues à l’enfance ou l’adolescence peuvent changer l’orientation sexuelle d’une personne? Pour y répondre, voici un autre extrait d’une ancienne réponse de maon collègue Rose:

« La réponse courte c’est que non, on ne devient pas homosexuel après une agression sexuelle. Pour la réponse plus longue, on peut dire que c’est normal de se questionner sur le lien entre nos attirances et nos expériences antérieures, surtout lorsque l’agression survient avant que nous ayons nous-mêmes pu faire nos propres expériences sexuelles à l’adolescence ou à l’âge adulte. Je peux te rassurer en te disant qu’il y a plusieurs garçons qui sont homosexuels alors qu’ils n’ont jamais été victimes d’agression sexuelle alors qu’il y a aussi beaucoup de garçons qui sont hétérosexuels alors qu’ils ont été victime d’agression par un homme.

Même si elle se traduit par des gestes sexuels, l’agression sexuelle n’est pas motivée par l’attirance physique. L’agresseur utilise la sexualité pour imposer ses désirs à une autre personne, c’est quelque chose à sens unique. Dans une relation homosexuelle, les personnes impliquées sont consentantes, en accord, pour échanger et partager des gestes amoureux ou sexuels.

Aussi, j’en profite pour préciser qu’il n’y a pas non plus de lien entre les réactions physiques lors d’une agression sexuelle et l’orientation sexuelle. Dans une autre réponse, j’écrivais que «même si une personne ressent du plaisir physique parce qu’on la touche ou la caresse, cela ne veut pas dire qu’elle est d’accord et qu’elle est consentante. Cela veut simplement dire que son corps réagit parce qu’il est programmé pour le faire. Il y a plusieurs situations où notre corps réagit à des stimuli sans que nous ayons le contrôle sur nos réactions, comme quand on transpire lorsqu’il fait chaud ou lorsqu’on frissonne lorsqu’il fait froid. Donc, si c’est ton cas, peu importe ce que tu as fait ou comment ton corps a réagi, je peux t’assurer que ce n’était pas ta faute. »

 

J’ai surtout l’impression que l’anxiété que tu ressens est liée à ce trauma. Ce n’est pas parce que tu penses à cet événement lors de relations sexuelles que ça veut dire que tu es gay ou que ces pensées t’attire, c’est plutôt parce que c’est un événement traumatique qui t’a marqué

 

Tu sais, il n’est jamais trop tard pour obtenir de l’aide et des trucs pour prendre le dessus sur ta sexualité et ton bien-être! Tu pourrais, par exemple, faire un suivi avec un·e psychologue ou un·e sexologue, ou alors contacter une association d’aide aux victimes de ta région.

 

J’espère que cette réponse pourra t’aider. N’hésite pas à nous recontacter au besoin.

 

Émilie (elle/she), pour AlterHéros

 


Avatar photo

About Émilie Grandmont

Émilie (elle/she) est une femme bisexuelle et polyamoureuse. Elle possède un baccalauréat en sexologie de l’UQAM. Elle est entrée dans ce programme avec le but d’en apprendre davantage sur la diversité sexuelle et de genre, sur la santé sexuelle et sur l’éducation sexuelle intersectionnelle. Aujourd’hui, elle souhaite venir en aide aux survivant.es d’agressions sexuelles et offrir une écoute inclusive et sécuritaire à toute personne faisant partie de la communauté LGBTQIA2S+. Ses ami.e.s la décriraient comme passionnée des animaux, effrayée par les papillons et difficile à réveiller aux petites heures du matin.