Est-ce que ça arrive de se croire hétéro pendant longtemps puis ensuite réaliser qu’on est homo?


Bonjour à vous,
Quand j’étais petite jusqu’à mes 13 ans je me pensais réellement hétéro, j’avais des crush sur des gars et je l’ai trouvé vraiment beaux et je m’en fichais vraiment des filles même en amitié je traînais qu’avec des gars, mais arrivé en 4ème j’ai développé des sentiments pour une fille de ma classe ça m’avait fais vraiment bizarre et c’était la première fois j’avais des sentiments pour quelqu’un. Mais je n’ai pas eu de mal à l’accepter car depuis que je suis petite je connais beaucoup de personnes gays notamment mon frère. Je me suis donc dit bi pendant un certain temps mais je me suis bien rendue compte que les garçons ne m’intéressait vraiment vraiment plus et je m’identifie comme lesbienne maintenant. Du coup je voulais savoir si ça arrive souvent de se croire hétéro pendant longtemps puis ensuite se rendre compte qu’enfaîte on est homo ?
Lola

Bonjour Lola !

C’est une excellente question que tu poses là.
Tu te demandes si c’est possible de se penser hétérosexuel.le pendant longtemps, puis ensuite réaliser qu’on est homosexuel.le.

La réponse est oui, en fait.
Un peu comme ce que tu racontes, il est possible de se penser hétérosexuel.le, puis de tomber en amour / être fortement attiré.e par une personne du même genre que soi. Dans ton cas, tu avais vraiment des sentiments pour des gars quand tu étais plus jeune, et pas d’attirances pour des personnes d’autres genres. Tu te disais donc hétérosexuelle. Par la suite, tu as développé des sentiments pour une fille et tu t’es identifiée comme bisexuelle. Enfin, tu as réalisé que les garçons ne t’intéressaient plus et tu te définis comme lesbienne depuis. C’est bien ça ? À mon avis, ton propre vécu est une preuve tangible que oui, c’est possible de se penser / s’identifier comme hétéro pendant longtemps, puis réaliser qu’on est homosexuel.le ! 😉

Il faut savoir d’abord que plusieurs personnes ont le malheureux réflexe de croire que tout le monde est hétérosexuel, à la base, et que c’est la norme. Cette façon de penser s’appelle hétéronormativité. Ça nous amène à penser que les personnes lesbiennes, gaies et bisexuelles sont “devenues” ainsi, qu’elles était hétéro avant, parce que ce serait la “normalité”, alors que c’est faux ! La sexualité, c’est plus fluide qu’on ne le pense. De plus, de nombreuses personnes savent depuis l’enfance qu’elles sont attirées par le même genre qu’elles.

Il y a des personnes qui nous écrivent avec une peur bleue de “devenir homo”. Il faut savoir qu’on ne devient pas gay, lesbienne, hétéro ou bi. On découvre de nouvelles attirances avec le temps. Ça ne se passe pas à toute vitesse ! Quand on découvre ces attirances, on peut choisir de s’identifier d’une façon ou d’une autre. Et ce n’est pas parce qu’on commence à être attiré.e par les hommes, par exemple, qu’on arrête automatiquement d’être attiré.e par les femmes. Tous ces désirs et sentiments peuvent cohabiter et tout cela est très sain et légitime.

Enfin, je suis certaine que tu le sais déjà, mais on ne choisit pas son orientation sexuelle, on ne choisit pas envers qui nous sommes attiré.e. Par contre, on peut choisir un terme pour parler de notre orientation sexuelle. Par exemple, je connais des filles qui ont la capacité d’être attirées par des personnes de tous les genres, mais qui choisissent le terme “hétérosexuelle” quand même pour se définir, parce que la plupart des personnes envers qui elles ont des attirances sont des hommes. Tu comprends ?

J’espère que ça répond bien à ta question. N’hésite pas à nous écrire à nouveau si tu le souhaites !
Porte-toi bien,
Marie-Édith, B.A. sexologie, pour AlterHéros


About Marie-Édith Vigneau

Marie-Édith est une femme lesbienne acadienne étudiante à la maîtrise en travail social. Elle est grande fan de la mer, de féminisme, de santé sexuelle, de justice sociale, de musique, d'espresso, de bières de microbrasseries, de bas de laine et de grilled-cheese.

Leave a comment