Est-ce possible de commencer à prendre des hormones avant l’âge de 18 ans ?


Cher Ethan,

Merci de faire confiance à Alterhéros pour répondre à tes questions.

J’ai bien peur cependant de ne pas pouvoir te donner « la vraie réponse », malgré mes recherches. J’essaierais de t’expliquer une peu le contexte médico-légal et le point de vue de médecin, néanmoins.

Au Québec, les adolescents de 14 à 18 ans ont droit de recevoir des traitements ou des soins médicaux de façon autonome, avec droit à la confidentialité (entre le médecin et le patient). Le mineur de 14 ans et plus a le droit de consentir seul, sans l’autorisation de ses parents, aux soins requis ou non par son état de santé (ex.: transfusion sanguine, prescriptions d’anovulants, traitement préventif d’immunisation, avortement thérapeutique, etc.). Le médecin doit cependant aviser les parents si la vie du mineur est en danger immédiat ou si il doit être hospitalisé pour plus de 12 heures.

Bref, la prescription d’hormones dans le but d’un changement de sexe devrait en théorie être possible si tu le désires. Cependant, la prise d’hormone comporte des risques médicaux et demande un suivi particulier. J’ai bien peur que tu aies de la difficulté à trouver un médecin de famille ou un endocrinologue pour te les prescrire. L’expérience des médecins est généralement limitée dans ce domaine. Il y a aussi un problème « d’aptitude à décider » de débuter une telle intervention. Le médecin prescripteur doit s’assurer que tu es compétent à prendre ce genre de décision à ton âge, c’est-à-dire que tu as la maturité nécessaire pour bien comprendre les risques et les bénéfices de l’intervention. Par exemple, beaucoup de médecins acceptent de prescrire une pilule contraceptive à une jeune fille de 14 ans qui en fait la demande, mais peu de chirurgiens accepteront de lui poser des implants mammaires. Le risque de la chirurgie est beaucoup plus grand, surtout que l’intervention est non-urgente et qu’elle demande un excellent jugement pour y consentir.

Le premier principe de la médecine est « ne cause pas de tort ». La plupart des médecins jugeront que la thérapie hormonale que tu contemples peut attendre quelques années encore, le temps que tu sois majeur et la fin de ta croissance. Ceci contribuera à les rassurer d’un point de vue médico-légal.

Je t’avoue cependant que mon expérience est limitée dans le domaine. Je sais que lorsqu’on doute de l’aptitude à décider d’un traitement, on fait parfois appel à un psychiatre pour nous aider à déterminer si le patient est compétent ou non, si son jugement est adéquat. Ceci pourrait peut-être constituer une piste de solution, mais ce n’est qu’une hypothèse. Je crois donc que tu devrais communiquer avec l’organisme communautaire Projet 10, qui offre des services aux jeunes transsexuel(le)s. Le numéro de téléphone est le (514) 989-4585. Ils pourront peut-être te donner une réponse plus définitive et te référer à des médecins à Montréal avec de l’expérience dans le domaine.

Bonne chance dans tes recherches,

Frédéric Picotte


About Frédéric Picotte

Frédéric est médecin de famille pratiquant dans la région de Shawinigan. Il a complété en mai 2008 mon doctorat en médecine à l’Université McGill et deux ans plus tard sa spécialité en médecine familiale via l’Université de Montréal. C’est l'une de ses amies, étudiante en psychiatrie, qui lui a présenté AlterHéros en 2008. Elle cherchait alors un bénévole qui répondrait de manière plus spécifique aux questions à thème « médical », ce qui a constitué la majeure partie de sa contribution jusqu’à maintenant.

J’aime m'impliquer à AlterHéros car on peut rejoindre et rassurer beaucoup de gens, peu importe l’âge, l’orientation sexuelle ou la culture. Je trouve intéressant que la majorité de nos visiteurs soient de jeunes internautes et qu’on puisse donc leur fournir une information de qualité et un espace pour poser des questions qu’ils auraient du mal à obtenir autrement.

Leave a comment