Est-ce normal que mon prépuce ne soit toujours pas détaché complètement du gland?


Bonjour
Je me nomme A. mais appelé moi Harley et j’ai 17ans
Je suis gay et j’ai déjà eu des relations sexuelles avec mon copain
Cependant le prepuce sur mes parti génital est encore là et cela me pose un complexe énorme, car parfois il est fort possible que je me concentre sur ça et me fais un blocage sur moi même
Je voulais donc vous demander pour commencer:
-Vers quel âge le prepuce se détache complètement du gland et est ce que à mon âge c’est encore normal qu’il soit là?
Ensuite je précise que lorsque j’essaie de me décalotter, bah mon gland je n’arrive pas à le sortir entièrement…
Ensuite si c’est pas normal je me demande ce que il faut faut faire en général
Parce que je n’ose pas allé voir mon médecin pour ce problème, sachant que ça me complexe
Voilà je pense avoir tout dit sur mon problème et le complexe que j’ai
Donc je m’en remet a vous pour avoir certains conseils
Harley

Bonjour Harley!

D’abord, merci de nous faire confiance. Tu te poses des questions à l’égard de tes organes génitaux. Je ne suis pas médecin et donc, tu dois garder en tête que mon avis ne pourra jamais remplacer un avis médical. Je vais tout de même tenter, au meilleurs de mes connaissances, de t’éclairer un peu.

Je vais répondre point par point à tes interrogations.

  • Vers quel âge le prépuce se détache complètement du gland ?

Le prépuce (la petite peau qui recouvre le bout du pénis) est généralement complètement dilaté entre l’âge de 3 et 6 ans – passé cet âge, souvent, il peut effectivement se détacher et glisser facilement sur le gland. L’âge auquel le prépuce devient rétractable est toutefois variable. Chez 1 à 2% des jeunes ayant un pénis, le prépuce n’est toujours pas rétractable à l’âge de 17 ans.
 

  • Est-ce que c’est normal, à mon âge ?

Tel que mentionné dans la réponse précédente, cela se produit chez 1 à 2% des personnes de ton âge. C’est donc relativement rare, mais pas nécessairement grave en tant que tel.

  • Lorsque j’essaie de le décalotter, je n’arrive pas à sortir complètement mon gland.

Attention, en aucun cas, tu ne dois rétracter ton prépuce de force. Une telle rétractation forcée pourrait t’occasionner des blessures (p.ex., déchirures, entraînant cicatrices, et davantage de problèmes). Il faut y aller doucement. Tu verras comment le faire plus bas.

  • Je me demande ce qu’il faut faire en général…

Diverses options sont possibles. Certain.e.s conseillent d’essayer d’abord les exercices d’étirement du prépuce. Il est également possible de se faire prescrire une crème par un.e médecin pour assouplir le prépuce, et en dernier recours, d’avoir recours à des chirurgies. Cette crème doit être appliquée deux fois par jour pour une durée déterminée avec ton ou ta médecin. Concernant cette crème, il est préférable de l’appliquer le matin après avoir uriné et le soir après les soins d’hygiène et après avoir uriné. Voici un guide expliquant le phimosis et l’application de la crème.
 
Quels sont donc les exercices ? La Dre Catherine Solano propose ceci : 
 
« 1 – Installe-toi sous la douche ou dans un bain. Il te faut de l’eau bien chaude (mais pas brûlante) car elle aide à assouplir la peau.
 
2 – Tire sur ton prépuce, comme pour l’allonger et le faire dépasser du gland encore plus qu’il ne le fait. Ne tire pas comme une brute, il ne s’agit pas de te faire mal, mais de profiter de l’élasticité du tissu pour l’allonger un peu. Fais ça tous les jours plusieurs fois au moment de ta toilette.
 
3 – Après l’avoir étiré, retrousse ton prépuce autant que tu le peux sans avoir mal. Ne tire pas trop pour découvrir ton gland à tout prix. Observe bien jusqu’où tu peux aller. Cela te donnera une indication sur tes progrès les jours suivants. Attention si tu tires trop pour découvrir ton gland, tu risques le paraphimosis…
 
4 – Introduis un doigt entre le prépuce et le gland, le plus profondément possible. Tire vers l’extérieur pour élargir ton prépuce. Puis, fais le tour de ton gland avec ton doigt pour étirer ton prépuce de tous les côtés. Attention, il faut tirer suffisamment, mais toujours sans te faire mal. Si cet exercice est facile, passe au suivant. C’est bon signe, c’est que ton prépuce a déjà une certaine largeur. Il te faudra peut-être plusieurs semaines pour faire l’exercice suivant si ton prépuce est très serré.
 
5 – Introduis 2 doigts (l’index de chaque main) dans ton prépuce, un de chaque côté. Tes deux doigts sont entre ton gland et ton prépuce. Et tu les écartes le plus possible sans douleur.
 
6 – Reproduis le même exercice en introduisant encore les deux doigts, l’un sur le dessus, l’autre sur le dessous au lieu de les positionner à droite et à gauche. Et cette fois, tu étires encore…
 
Ces exercices doivent te prendre 5 à 10 minutes, pas 3 secondes. » 
 
Donc, voilà. Lentement, doucement, et progressivement, c’est le mot d’ordre !
 
Si cela ne suffit pas, et que tu ne constates aucune amélioration ; si tu ressens de la douleur ou un inconfort marqué ; ou encore si tu remarques d’autres symptômes qui t’inquiètent, je t’invite à aller voir un.e médecin. Je sais que c’est une situation qui peut être gênante, mais, comme je te l’ai mentionné précédemment, plusieurs personnes l’ont vécue avant toi. Il y a plus de 66 millions de Français.e.s, on peut penser statistiquement qu’environ 50% d’entre eux ont un pénis (…plus ou moins), et on sait que 1% des jeunes du même âge que toi, de ce 50% là, ont un souci comme le tien. Ouf, ça en fait des chiffres. Mais, si on fait le calcul, c’est au moins 330 000 personnes, ça ! Bref, tu n’es pas seul. Alors il y a de bonnes chances que ton médecin ait déjà rencontré une personne comme toi, il saura sans doute t’aider 😊 
 
Bonne chance ! 
 
Jessica pour AlterHéros


About Jessica

Jessica est présentement étudiante au doctorat en psychologie à l’Université de Sherbrooke. Elle détient un DEC en sciences humaines, profil action sociale et médias (2011) et un baccalauréat en psychologie de l'UQÀM (2014). Elle a travaillé dans le domaine de l'intervention à temps plein pendant un an et demi avant d’intégrer le doctorat. Son grand intérêt pour la communauté LGBTQ+ l'a amenée à s'impliquer en tant qu'intervenante bénévole au sein de l'équipe Parles-en aux Experts en mai 2015. Lorsqu'elle n'est pas en train d'étudier ou de travailler, elle aime bien aller nager ou marcher, faire du camping, jouer de la musique et flatter ses deux adorables chats. :-)

Leave a comment